Encore une semaine dans le rouge pour les marchés boursiers ?

/
bourse chute

La Bourse de Paris a renoué avec l’aversion au risque jeudi dans un contexte d’inflation américaine plus forte que prévu et d’inquiétudes des investisseurs concernant la croissance économique.

La hausse de mercredi annulée à la mi-journée

Les actions européennes ont clôturé en territoire négatif jeudi après une séance difficile. Cependant, elles se sont fortement redressées dans l’après-midi, bien au-dessus des plus bas de la journée. La cloche a sonné, avec le CAC 40 en baisse de 1,01% à 6 206,26 et l’EuroStoxx 50 en baisse de 0,76% à 3 620.

La Bourse de Paris n’a pas réussi à conserver ses gains : un jour après avoir fortement rebondi (en hausse de 2,5 % mercredi, le plus gros gain du CAC depuis le 29 mars), l’indice phare de Paris est retombé dans le rouge, à l’ouverture. Le CAC 40 a même chuté de plus de 2,7% en intrajournalier, plongeant ponctuellement sous les 6 100, mais limitant quelque peu les pertes, clôturant à 6 206,26, soit “seulement” -1,01% dans la journée.

A New York, le Dow Jones a chuté de 12,6%. La pénalité pour le Nasdaq Composite (-27,3%) est beaucoup plus lourde, et l’indice phare des valeurs technologiques et de croissance est plus sensible en période de hausse des taux d’intérêt. Hier soir, le président de la Fed, Jerome Powell, a réitéré qu’une hausse des taux de 50 points de base lors des deux prochaines réunions était appropriée, la Fed étant prête à faire plus mais “n’envisageant pas activement” une hausse de 75 points de base. D’autre part, il a déclaré qu’il ne pouvait pas garantir un atterrissage en douceur de l’économie dans un cadre politique visant à contenir l’inflation et que l’inflation ne reviendrait pas facilement à 2 %.

Les investisseurs ont continué à digérer les données sur l’inflation aux États-Unis jeudi, luttant pour trouver une direction claire au milieu des risques de récession qui se profilent.

Mercredi, les États-Unis ont publié l’indice des prix à la consommation de l’IPC, qui a augmenté de 8,3 % en glissement annuel en avril, contre 8,5 % en mars, mais au-dessus des attentes des analystes.

Jeudi, l’action des prix à la production de l’IPP était en baisse sur une base annuelle par rapport à mars (11 % contre 11,5 %), mais plus élevée que prévu. Cette surchauffe pousse les banques centrales à resserrer leur politique monétaire, ce qui pourrait avoir un effet plus défavorable sur la croissance.

Rebond à l’ouverture, chute en clôture, une histoire qui se répète

Alors que les dernières données sur l’inflation aux États-Unis ne sont qu’à moitié rassurantes, certes, les prix à la consommation et à la production ont légèrement baissé sur l’année, mais pas autant que les économistes l’avaient espéré, le rebond semble être purement technique. Car face au risque d’accélération des hausses de taux par la Fed, le cœur n’y est clairement pas.

« Nous sommes dans un marché qui réagit à l’émotion et non selon une logique rationnelle, estime Jim Lebenthal de Cerity Partners, interrogé par CNBC. Chaque jour, on commence par rebondir, puis les indices repartent à la baisse. »

Le prix du Bitcoin, qui est tombé à 25 424 $ jeudi, a fini à 29 080 $ (+ 2,41 %). Il a chuté de 60 % depuis qu’il a atteint un niveau record en novembre, alors que l’ensemble du marché de la crypto-monnaie a subi une baisse similaire.

Les actions sécurisées par des crypto-monnaies font des montagnes russes : les actions de la plateforme de trading Coinbase ont plongé mercredi de 26,4 % à leurs plus bas niveaux depuis son introduction en bourse il y a un an, se redressant légèrement (+0,80 %) après une ouverture en forte baisse.

Le fonds indiciel Bitcoin a récemment été proposé par Robinhood a chuté de 12% avant de récupérer 3,68%. L’action virale et très volatile favorisée du courtiers en ligne GameStop (+8,80%) a même grimpé de 30% pendant les heures de trading.

Précédent

L’UST entraîne JustMining dans la tourmente

Suivant

Crypto : à Londres le nombre d’agression explose !

Derniers articles de Bourse