Un sénateur américain, lobbyiste des banques, souhaite faire interdire la crypto-monnaies

//
senat capitole usa

Le sénateur américain Sherrod Brown est l’un des fervents opposants aux crypto-monnaies. Il a travaillé pour interdire les monnaies virtuelles aux États-Unis, si son interdiction échoue, il souhaite réglementer strictement l’industrie.

Créer une rupture entre le partie démocrate et SBF

Dès la publication du projet de loi sur la loi contre le blanchiment d’argent sur les actifs numériques, Sherrod Brown a exhorté les régulateurs américains à se concentrer sur le marché de la crypto-monnaie.

Selon The Hill, l’actuel président de la commission sénatoriale des banques, du logement et des affaires urbaines souhaite mettre en œuvre une éventuelle interdiction des actifs. La débâcle très médiatisée de l’échange crypto FTX lui a insufflé ce nouveau souffle d’espoir, il souhaite profiter de la tendance anti-crypto actuelle.

S’exprimant au micro de CNBC, le sénateur démocrate est sans surprise revenu sur l’événement FTX, notamment sur son ex-PDG Sam Bankman-Fried. Pour rappel, la famille de SBF entretient des liens étroits avec le le parti démocrate américain, c’est même l’un des plus gros donateurs.

Pour les démocrates, les consignes semblent être les suivantes : se détacher de FTX, ainsi que de la famille « SBF » le plus possible. Ainsi, comme nous l’avons appris il y a quelques jours, ils veulent rembourser une partie des dons du PDG désormais poursuivis par la justice américaine.

Sherrod Brown semble apprécier cette idée, il a également un autre intérêt à se débarrasser des crypto-monnaies car il est le président du Comité sénatorial des banques.

Le risque en interdisant les cryptos aux USA

Malgré sa mesure extrême, le sénateur, qui préside également le comité bancaire américain, a nuancé ses propos. Sherrod Brown se rend compte qu’en interdisant la crypto-monnaie, “ça va aller à l’étranger et qui sait comment ça va marcher”.

En effet, difficile de contrôler la réglementation des autres pays. De ce fait, si les Etats-Unis interdisent purement et simplement les cryptos monnaies ils n’auront plus aucun contrôle sur celle-ci, ni sur les éventuelles réglementations coordonnées entre les différents pays du monde.

Il revient ainsi sur ce qu’il considère comme les dangers propres aux crypto-monnaies, en particulier les schémas de Ponzi, le manque de protection des consommateurs et le risque de financement du terrorisme qui pourrait affecter la sécurité nationale.

« J’ai passé une grande partie des huit dernières années et demie à ce poste en tant que président de la commission des banques, du logement et des affaires urbaines à éduquer mes collègues et à essayer d’éduquer le public sur les cryptomonnaies et les dangers qu’elles représentent pour notre sécurité en tant que nation et pour les consommateurs qui se font berner par elles. »

Le sénateur a également mentionné le trafic de drogue, la traite des êtres humains et la cybercriminalité sur sa liste. Bien sûr, ce sont des arguments communs qui sont souvent partagés par les opposants aux crypto-monnaies également.

Il aurait également demandé au ministre des Finances de procéder à un “examen à l’échelle du gouvernement” par l’intermédiaire de tous les régulateurs. Le sénateur a plaidé pour que la SEC adopte une position agressive sur l’industrie de la cryptographie.

A défaut d’une interdiction, une réglementation stricte

Compte tenu des opinions (plus que) critiques de Sherrod Brown sur les crypto-monnaies depuis plus d’un an, son discours n’est pas une surprise. Il n’est pas non plus le seul politicien américain à vouloir interdire Bitcoin (BTC) et ses compagnons. Sherrod Brown est “dans le même esprit” que le sénateur Jon Tester sur la question.

En l’absence d’interdiction de la crypto-monnaie, il aimerait voir une réglementation stricte de l’industrie. Le 30 novembre de cette année, il a publié une déclaration prônant une approche “paragouvernementale” pour réglementer l’industrie.

À ce titre, Sherrod Brown pourrait saluer la décision de justice en faveur de la SEC dans le différend juridique entre l’institution et Ripple Labs. Dans le même temps, il a applaudi le ministère américain de la Justice pour avoir poursuivi le fondateur de FTX, Sam Bankman-Fried.

Précédent

Quinze français portent plainte contre Binance

Suivant

Les bourse mondiales subissent la mauvaise surprise de la banque centrale du Japon

Derniers articles de Banques