Browse Tag

SCPI

SCPI verte : pourquoi investir dans l’immobilier durable ?

Plutôt que de placer leur apport directement dans un bien immobilier, certains investisseurs optent pour des SCPI. Ces sociétés civiles de placement immobilier permettent de réaliser des opportunités dans le secteur en se libérant de certaines contraintes bancaires. Alors que les préoccupations environnementales se font plus pressantes, les placements en SCPI peuvent aussi se révéler être une manière d’investir dans un monde en transition écologique. Comment la valorisation environnementale s’inscrit-elle dans les logiques des SCPI ? Quels projets permettent-ils un placement immobilier vert ? Continuer de lire

SCPI : c’est quoi, comment ça fonctionne et est-ce rentable ?

/

En 2019, les Français ont investi plus de 40 milliards d’euros dans les SCPI. Elle a pour caractéristique de permettre l’achat ainsi que la gestion de biens immobiliers locatifs, par le biais de placements collectifs. Les sociétés civiles de placement immobilier, aussi connues sous le nom de Pierre-papier, démontrent un succès fulgurant. Voyons comme fonctionnent-elles et quels sont les avantages et inconvénients liés à cet investissement.

Qui peut investir dans une SCPI ?

Une société civile de placement financier a pour caractéristique de pouvoir faire détenir de l’immobilier sous forme de part et non pas de l’immobilier directement. En outre, tout particulier peut investir dans l’immobilier par l’intermédiaire d’une société de gestion.

Une SCPI chez Homunity

Homunity propose un concept nommé la SCPI de rendement, qui permet d’obtenir l’achat de part dans du patrimoine composé d’immeuble à usage commercial. La SCPI chez Homunity rend possible aux épargnants l’accès à ce type d’investissement, peu accessible à l’achat. On y retrouve des locaux comme les bureaux d’entreprise, des entrepôts, des boutiques et même des résidences pour séniors. En effet, le rendement est majeur puisque le coût de ce patrimoine est plus élevé. En y mettant le montant désiré, vous bénéficiez d’un rendement proportionnel à la somme investie.

Comment ça marche ?

Les parts d’immobilier que l’on peut acheter à une société de gestion se calculent de façon dématérialisée, le bénéfice rendu est équivalent au montant investi. Effectivement, il est tout à fait possible d’investir n’importe quel montant souhaité au-dessus de 1 000 euros.

La société de gestion investit quant à elle dans l’immobilier physique et prend à sa charge toute la partie administrative et gestion de location. Les SCPI sont agréées par l’AMF (autorité du marché financier), afin que chaque transaction et action de gestion soit réalisée de façon juste et sécurisée.

Une fois votre SCPI sélectionnée, il est conseillé d’opter pour un accompagnement personnalisé si vous n’avez pas acquis suffisamment de connaissance en la matière. Ensuite, plusieurs modes d’investissement sont à votre disponibilité ;

  • au comptant (financement réalisé en une seule fois)
  • à crédit (financement réalisé à l’aide d’un crédit auprès d’une banque par exemple)
  • en démembrement (séparation de l’usufruit de la nue-propriété ; l’usufruitier et le nu-propriétaire se partagent la pleine propriété du bien)

Avantages et inconvénients

Il existe différentes formules pour souscrire en parts de SCPI, selon les raisons qui vous poussent à investir telles que préparer sa retraite, recevoir un complément de revenu, constituer un patrimoine ou encore réduire sa fiscalité, l’investissement dans une SCPI apporte autant de réponses satisfaisantes que de projets.

La SCPI s’occupe de toutes les formalités

Un des avantages principaux réside dans l’absence de gestion des locataires et de la partie administrative ou encore de l’entretien, qui sont liés à l’achat d’un bien immobilier. En investissant auprès d’une SCPI, la gestion est directement réalisée par la société qui gère la totalité des actions immobilières.

La disponibilité de l’épargne

Grâce aux SCPI, devenir propriétaire est devenu accessible pour tous. Comme vu plus haut, le montant de l’investissement est libre. De plus, l’avantage relatif à l’absence de gestion permet de rendre l’accès possible aux investisseurs occupés, qui n’ont pas le temps ou l’énergie (jeunes actifs, seniors, etc.) de s’occuper de l’organisation d’un bien immobilier locatif. En outre, l’investissement en SCPI s’adapte à vos besoins en termes d’épargne, que vous nécessitiez un revenu complémentaire ou que vous souhaitiez préparer votre retraite.

Mutualisation et diversification de placement

Le placement se fait de façon diversifiée et mutualisée, la diversification de l’épargne sur de l’immobilier d’entreprise par exemple permet un rendement à caractère plus élevé. La mutualisation correspond à la répartition des placements, en France métropolitaine et parfois en Europe en fonction de la ou des SCPI élus, ce qui diminue considérablement le risque.

Rendement des SCPI

Les rendements que l’on peut réaliser avec ce type d’investissement peuvent être assez faible, le taux s’élève parfois jusqu’à 5 %. Les frais d’achat et de vente se chiffre à environ 10 %.

Combien faut-il placer ?

Il est possible de recevoir une rentabilité importante grâce aux placements dans les SCPI, équivalent à un salaire soit 1 000 euros perçus par mois, si l’on peut investir de grosses sommes d’argent. En choisissant une SCPI qui rapporte 5 % et en sachant que l’impôt sur le revenu, selon votre situation, est situé à un taux qui varie entre 11 % et 45 %.

Il vous faudra investir environ 300 000 euros, si admettons que l’impôt sur le revenu vous soit imposé à hauteur de 25 %.

Vos droits en tant que propriétaire

En tant que propriétaire, vous avez la possibilité de vendre vos parts de placement à tout moment, vous pouvez également procéder à une donation de vos parts ou à un démembrement. Vos parts au sein d’une SCPI peuvent également servir de garantie lorsqu’il s’agit de faire la demande d’un prêt.

De plus, vous êtes propriétaire de parts à travers une SCPI qui est dans l’obligation de vous fournir toutes les informations nécessaires à votre bonne compréhension de celle-ci, tout son fonctionnement grâce à des documents et rapports de gestion. Au moins une fois par mois les associés sont convoqués pour participer à une assemblée générale, ce qui permet de s’exprimer librement.

Enfin, vous avez évidemment droit à une quote-part des bénéfices, les loyers perçus par la SCPI sont répartis auprès des investisseurs de façon proportionnelle à la part de chaque associé dans le capital social.

Il est recommandé de choisir la SCPI qui correspond à vos besoins afin d’y trouver des avantages sur le long terme, selon la taille de la société les avantages diffèrent. Il est intéressant de connaître ses objectifs au préalable pour pouvoir choisir une société pertinente selon vos besoins.

Bilan patrimonial : des solutions d’épargne pertinentes à la clé

/

Lorsque l’on commence à se poser des questions sur comment bien épargner afin de correctement préparer son avenir et / ou celui de ses proches . Connaître par quels moyens effectuer des placements les plus pertinents possibles, se créer des perspectives sur le moyen / le long terme : c’est que l’on a déjà mis le bon pied à l’étrier. En effet, vouloir diversifier ses placements financiers en réalisant un bilan patrimonial complet, d’en faire la synthèse et trouver la solution la plus adaptée à sa situation sera un cheminement pragmatique. Avec plusieurs possibilités d’épargne viables, à travers des placements financiers de qualité.

Bilan patrimonial : un bilan prépondérant

Pouvoir se projeter efficacement en matière de placements financiers, choisir l’option du bilan patrimonial et faire le point sur son patrimoine financier / immobilier / professionnel, revêt un caractère capital dans la préparation en amont d’un dossier de bilan patrimonial. Un dossier qui devra donc prendre en considération toutes les rentrées et les sorties financières pour savoir avec exactitudes les latitudes restant à disposition et quels placements pourront être réalisés.

Une fois que le bilan patrimonial sera effectué par des experts en la matière, un point précis de la situation sera retranscrit dans le but d’élaborer une stratégie la plus pertinente possible et trouver la meilleure solution d’épargne sur laquelle investir. Il sera d’autant plus facile et accessible de le faire via les plateformes spécialisées en ligne, relativement ergonomiques grâce à leurs outils tout-en-un permettant une matérialisation concrète par le visuel des divers graphiques.

Qu’il s’agisse de particuliers ou de professionnels, les conseillers en épargne réalisant le bilan patrimonial seront à chaque fois en mesure de s’adapter à chaque situation, toujours unique. Le traitement de chaque projet reçu sera au cas-par-cas : les profils et situations de tout un chacun faisant irrémédiablement changer les variables de l’équation bilan patrimonial.

Selon les solutions qui découleront de ce fameux bilan, différentes solutions s’offriront aux personnes concernées, une synthèse leur sera faite, avec la projection des différents risques éventuels. Selon la stratégie, la motivation, la proportion de risques choisis, il faudra adapter la ou les meilleures solutions d’épargne à mettre en œuvre : Immobilier, Assurance Vie, Prévoyance, Per… Le conseiller sera présent pour discuter des différents chemins possibles qui pourront être envisagés, vers lesquels s’orienter pour atteindre les objectifs fixés en amont, qu’il s’agisse à court, à moyen ou à long terme.

Bilan patrimonial : les documents demandés

Pour monter un projet de bilan patrimonial viable, bon nombre de documents seront demandés. Le but ? Être le plus pertinent possible à propos de la précision du profil afin que rien ne soit oublié, pour ne pas subir les conséquences d’un bilan mal ficelé et des répercussions en aval (optimisation non-optimale ou montants investis ne permettant plus un pouvoir d’achats confortable. Les documents pris en considération sont généralement :

  • La constitution de votre situation familiale, afin de prendre toutes les données importantes en compte et ne rien oublier (âges des enfants qui ne demandent pas le même investissement financier, particularités qui en découlent, en couple ou séparé, foyer recomposé ou non …).
  • Le régime matrimonial qui, pourra totalement faire varier le mode de calcul et la stratégie à mettre en place pour le projet de bilan patrimonial (les implications ne seront pas les mêmes d’un régime matrimonial à un autre).
  • La situation liée au régime matrimonial, qui en fonction des engagements, fera varier les cas (pension alimentaire, dettes communes, aides financières pour les enfants en commun, frais de scolarité…).
  • La situation concernant la fiscalité, qui aura une grande importance (en fonction du pourcentage d’imposition, des types de taxes concernés…).
  • Les avis d’imposition et relevés bancaires (tout document pouvant affiner au maximum les calculs pour établir un bilan patrimonial précis).
  • Les crédits et autres emprunts à rembourser afin que la balance puisse être pragmatique, avec des éléments factuels qui peuvent changer le niveau d’investissement.Il en va de même concernant une estimation du / des biens immobiliers, mobiliers et assimilés (afin d’obtenir une valorisation globale précise).
  • Les bulletins de salaires, revenus dérivés… Qui démontrent toutes les rentrées d’argent possible, afin de faire la balance entre les rentrées et les sorties d’argent.

Ainsi que d’autres critères secondaires pouvant rentrer dans le calcul de bilan patrimonial, pour établir le montant des investissements possibles selon la conclusion du bilan, les envies et la durée des investissements…

Bilan patrimonial : les solutions ne manquent pas pour capitaliser

Immobilier, Assurance-Vie, Prévoyance, Retraite… Les solutions demeurent relativement nombreuses lorsque l’on cherche à investir une partie de ses capitaux et passer à la vitesse supérieure en établissant un bilan patrimonial de qualité.

  • Immobilier : investir dans la pierre reste encore aujourd’hui une valeur sûre, qui rassure les personnes, grâce à différentes solutions apportées par des dispositifs de défiscalisation (Loi Pinel, Monuments Historiques, SCPI, Déficits Fonciers…).
  • Assurance-Vie : plébiscité dans l’hexagone, les contrats en Assurance-vie n’ont jamais été aussi élevés que l’an dernier, grâce à cette épargne (disponible, flexible, en capital ou en rente) de confiance et des placements en fonction des risques de placement décidés. On comprend mieux pourquoi cette solution atteint encore des sommets.
  • Assurance Prévoyance : lorsque l’on souhaite prévenir plutôt que guérir, cette solution en cas d’incapacité ponctuelle, permanente, de dépendance ou décès, permet de pallier toute éventualité, grâce à différentes assurances spécifiques.
  • Retraite : là aussi, une des préoccupations hexagonales de placement, le Plan Epargne Retraite (PER) capitalise pour préparer sa retraite de façon pécuniaire ou de rente dans le viager…

Le bilan patrimonial aura donc bon nombre d’avantages à faire-valoir pour celles et ceux qui voudront bien se donner les moyens de préparer correctement leur bilan. Un dispositif idéal pour anticiper leurs vieux jours lors de leur future retraite, élaborer leur succession, protéger leurs proches financièrement… Moults solutions sont donc mises à la disposition des candidats au bilan patrimonial grâce à ses diverses solutions d’épargnes relativement pertinentes en capitalisant sur le long terme.

Avez-vous pensé à placer votre épargne en SCPI ?

/

Placement immobilier, en Bourse, dans les cryptomonnaies ou encore dans une assurance vie… il existe de multiples manières d’épargner son argent efficacement. Cependant, un placement en particulier est très méconnu malgré sa grande pertinence : les SCPI, ou Sociétés Civiles de Placement Immobilier. Mais en quoi consiste précisément ce placement et pourquoi est-il donc si intéressant ?

Qu’est-ce qu’une SCPI ?

Apparues dès les années 1960, les SCPI ou Sociétés Civiles de Placement Immobilier, réalisent, comme leur nom l’indique, des investissements immobiliers locatifs. Lorsque l’on réalise ce genre de placement, il est dit que l’on investit dans la « pierre papier ». Malgré son nom très évocateur, investir dans une SCPI ne constitue par un investissement immobilier classique. En effet, sans passer par tout le processus compliqué qu’implique un achat de bien, investir dans une SCPI consiste à investir dans les titres d’une société qui va elle-même acheter et gérer un parc immobilier lui permettant d’obtenir des loyers qui seront répartis aux investisseurs sous forme de dividendes.

Par la suite, les investissements de la SCPI sont gérés par une société de gestion qui va s’occuper de toutes les démarches logistiques et administratives. Finalement, l’investisseur lui-même n’a nul besoin de gérer ou contrôler quoique ce soit. Le moment venu, souvent en fin de trimestre, il n’a qu’à récupérer son loyer sans aucune complication. Investir dans une SCPI est donc un moyen sûr et surtout serein d’épargner son argent.

Quels sont les différents types de SCPI ?

Aujourd’hui, il existe trois différents types de SCPI. Chacune correspondant à des spécificités particulières, il convient donc de réfléchir soigneusement à son objectif d’épargne avant d’opter pour l’une ou l’autre de ces solutions.

Dans un premier temps, il y a une SCPI de rendement. Cette dernière concerne uniquement les investissements dans l’immobilier professionnel (bureaux, commerces, hôtels, entrepôts ou autres locaux d’activités). Dans cette même famille, il existe deux types de SCPI de rendement : celle à capital fixe et celle à capital variable. Cette solution est la plus sécuritaire des trois car les locaux professionnels ne sont que très peu affectés par les crises de logement.

Dans un second temps, la SCPI fiscale présente l’avantage de pouvoir défiscaliser en plus d’épargner. En revanche, ses actifs immobiliers varient et dépendent non seulement de l’avantage fiscal proposé par l’investisseur, mais aussi du prix des parts. Il existe les SCPI Malraux, qui vont investir dans l’immobilier ancien afin de rénover, et les SCPI Pinel, qui vont investir dans l’immobilier neuf et conserver leurs biens quelque temps avant de les revendre. Dans les deux cas, ces placements permettent de réduire sensiblement vos impôts.

Enfin, dans un troisième et dernier temps, les SCPI de plus-value achètent des biens immobiliers résidentiels qui disposent d’un fort potentiel de revalorisation. À la différence des deux précédentes, cette dernière ne distribue pas de loyer et évitent ainsi l’imposition des revenus fonciers. Ce type de SCPI ne représente que 2% de la capitalisation globale.

Quels sont les avantages d’un investissement en SCPI ?

L’atout majeur des investissements en SCPI réside dans leur sûreté. En effet, investir en SCPI se révèle très peu risqué. D’une part, aucune charge vient se rajouter à la somme de départ pour l’investisseur puisque c’est la SCPI elle-même qui couvre tout ce qui concerne l’entretien et les travaux des biens.

D’autre part, de manière générale, la valeur des titres que l’on achète est bien inférieure à la valeur de la plupart des biens immobiliers. En cela, l’investissement en SCPI est très abordable et accessible par toutes les personnes, même celles qui disposent de peu de moyens financiers. En général, l’investissement minimal est de quelques centaines d’euros et son plafond maximal n’a pas de limite. Ainsi, la totalité de la somme est au bon vouloir de celui qui investit.

Vient ensuite la tranquillité de gestion. En effet, la société de gestion s’occupant de l’achat, de l’entretien, des travaux, mais aussi des locataires, des assurances et des loyers, l’investisseur n’a pas besoin de faire autre chose que de récupérer son loyer en fin de mois ou de trimestre. Il s’agit là d’un gain de temps considérable !

De plus, il est important de savoir que l’Autorité des marchés financiers régule et contrôle l’investissement dans les SCPI. Elle assure l’agrément des sociétés ainsi que la gestion et le suivi. C’est donc une façon de se tourner vers un investissement qui est sécurisé et régulé par une autorité spécialisée pour se lancer en toute sécurité.

Enfin, la souplesse des investissements est très importante. Ainsi, il est possible d’investir une ou plusieurs fois, de vendre et de racheter bien plus facilement qu’un bien immobilier direct.

Quels sont les inconvénients d’un placement en SCPI ?

Bien que très sécuritaire, le placement en SCPI recèle tout de même quelques inconvénients. Parmi eux, les frais de souscription, qu’il convient de surveiller de près avant de se lancer. En moyenne, ces frais varient autour de 10% et sont exigés dès l’achat de votre première part. Ainsi, il est recommandé d’investir pour environ huit ans afin de lisser ces frais sur le long terme… autrement, cette somme pèsera particulièrement lourd sur votre rentabilité.

Ensuite, il convient de faire attention au poids de la fiscalité. Depuis 2019, les revenus que procurent les investissements en SCPI subissent les taxes de votre taux marginal d’imposition et subissent des prélèvements sociaux allant jusqu’à 17,2%. Aussi, si vous songez à acheter des parts, il est conseillé de calculer en amont l’impact qu’elles auront sur votre taxation globale. Ainsi, vous aurez une idée précise de ce qu’elles vous rapporteront et éviterez les mauvaises surprises…

De même, vous avez tout intérêt à prendre garde à l’évolution du marché immobilier. Même si vous n’investissez pas directement dans la pierre, la SCPI que vous avez choisi, si. Indirectement, votre patrimoine subira donc, lui aussi, les fluctuations du marché et la valeur de vos parts pourra diminuer comme augmenter.

Enfin, il est important de garder à l’esprit que les parts de SCPI ne bénéficient pas de la même liquidité que les valeurs mobilières. Ainsi, si vous devez vendre les parts que vous avez acquises, il y a de fortes chances pour que vous deviez attendre un certain temps avant de pouvoir récupérer vos fonds. De son côté, la société de gestion se charge de vous trouver un acheteur, mais ne se porte pas acquéreur de vos parts. En période de crise, vos avoirs peuvent donc rester bloqués pour une période indéterminée à moins que vous ne consentiez à une importante décote, qui vous ferait alors perdre beaucoup d’argent…

Faire des économies et de nouveaux projets grâce au rachat de crédits

//

Dans une vie, contracter un crédit est souvent un moment important lorsque l’on se décide de franchir le pas et se lancer vers un financement de ce genre. En effet, un crédit n’est pas anodin : s’engager en contrepartie de la somme prêtée + les intérêts, à bien tout rembourser au fur et à mesure. Une décision qui est donc prise en toute connaissance de cause, jamais prise à la légère et de façon réfléchie. Puis, au fur et à mesure que la vie avance et évolue, les choses bougent autour de soi, les besoins évoluent. De nouveaux projets (existants ou projets de bases modifiés) arrivent et une nécessité de prendre un nouveau crédit se présente alors naturellement.

Regroupement de crédits : un nouveau départ

Lorsque les crédits deviennent multiples par la force des choses même pour des projets viables, que l’addition de ces derniers fait que la marge de manœuvre réduit mécaniquement la voilure mensuelle des finances, les possibilités restantes se resserrent.

Alors, lorsque les besoins ou les imprévus se présentent et que le pourcentage de taux d’endettement bloque toute perspective de projet, la solution du regroupement de crédits arrive à point nommé comme solution viable et pérenne.

Comment faire un rachat de crédit peut s’avérer judicieux afin de pouvoir bien appréhender son dossier, mieux prendre le temps de le fignoler comme il se doit pour qu’il puisse être transformé en véritable succès en étant accepté.

Au lieu de vous retrouver face à un refus qui aurait comme point de départ une non-préparation de dossier ou une préparation somme toute hasardeuse. La préparation est le résultat : avoir pu définir en connaissant par avance les différents critères de constitution d’un rachat de crédit sera donc un atout majeur.

Ne plus faire qu’un seul et même crédit

Le principe majeur qui ressort du rachat de crédits est la fusion des différents crédits pour n’en faire plus qu’un seul et unique crédit : une seule mensualité, un seul taux d’intérêt dans le but de réduire les mensualités, offrir plus d’oxygène à son budget. Bon nombre de crédits peuvent être acceptés dans le cadre d’un rachat de crédits.

Les dettes financières : aussi surprenant que cela puisse être, les dettes sont éligibles. Dettes personnelles, impôts ou loyers en retard, comptes bancaires à découvert… Ce type de dettes est accepté.

Les crédits immobiliers : ces derniers pourront également entrer en ligne de mire d’un rachat de crédits. Immobilier In Fine, prêts relais, amortissables… Ces crédits sont relativement utilisés et seront aussi pris en considération.

Les prêts de type aidés : que l’on parle du PTZ (Prêt à Taux Zéro) ou éco-PTZ, ces prêts très spécifiques très avantageux devront être absolument conservés tels que des avantages en votre possession. Néanmoins, ils devront rentrer dans la nouvelle équation de calcul lors du regroupement de crédits afin que le rachat de crédits puisse être viable et accepté.

Les fameux crédits à la consommation : qu’il s’agisse des crédits renouvelables, des crédits pour acheter un véhicule, des LLD – Location Longue Durée / LOA – Location avec Option d’Achat, des crédits pour effectuer des travaux pour une habitation et assimilés, des crédits prêts personnels… Les crédits à la consommation sont très utilisés et peuvent par moment s’avérer un peu trop nombreux, empêchant d’autres projets futurs de naître. Ils sont, eux aussi, validés dans le rachat de crédits.

Des typologies de crédits qui sont donc différentes tout en étant complémentaires pour le rachat de crédits. Elles permettent donc de complètement remettre en cause une situation personnelle (et même influencer par cascade sur une situation professionnelle) qui se voulait figée à cause de plusieurs crédits en cours et empêchaient une quelconque possibilité de poindre en direction de projet(s) potentiels.

Jusqu’à -60 % d’économies réalisables sur vos mensualités !

Le rachat de crédits est une solution plus qu’intéressante qui redonne des possibilités de trésorerie grâce au fait de rassembler tous les crédits en un seul et unique crédit et taux d’intérêt : lorsque l’ensemble est renégocié pour fusionner, les performances peuvent réduire les mensualités jusqu’à 60%, ce qui est tout bonnement prodigieux !

Pouvoir d’achat plus important, liberté financière plus grande, faculté de débloquer des situations qui étaient verrouillées jusqu’alors, projets nouveaux ou imprévus : changement de situation familiale, naissance d’un ou plusieurs enfants, proche à garder chez soi, accident de la vie, déménagement à prévoir, envies qui changent, nouvelles envies à l’esprit…

Un nouveau projet pourra être de nouveau effectif grâce aux économies globales réalisées par des mensualités plus légères, ce qui change tout lorsque plus aucune perspective ne pouvait se présenter à cause de l’accumulation de crédits lestant le budget mensuel.

De nouveaux projets plein la tête

Le fameux % d’endettement passé dans des normes acceptables pour les organismes financiers vont permettre grâce au rachat de crédit tout un tas de projets qu’aura débloqué le regroupement de crédits dans des secteurs ou des souhaits parfois inattendus.

Racheter de parts indivisibles ou de soulte, s’occuper de son SCI, effectuer une défiscalisation. Acheter une résidence secondaire, principale ou un terrain constructible, investir en SCPI, agrandir son logement par une extension ou améliorer l’intérieur / l’extérieur, faire construire une piscine, … Pour des projets liés à de l’immobilier.

Vous faire plaisir / investir dans une péniche, un bateau, un camping-car, une caravane, un Combi, une moto, une automobile… Ou tout autre projet lié aux véhicules (directement ou indirectement).

Pour un projet personnel ou une idée professionnelle qui pourrait très bien bouleverser votre quotidien, celui de vos proches ou de biens des personnes en ayant une idée de génie. La possibilité de pouvoir passer de la théorie à la pratique n’a jamais été aussi plausible !

Regroupement de crédit professionnel ou personnel et même regroupement de crédit à la consommation. Concernant aussi bien un propriétaire, un locataire ou une personne hébergée. Il existera bel et bien une solution pour avancer tout en rationalisant ses finances : une lueur d’espoir commune à bon nombre de personnes qui seront heureuses de trouver comme solution le rachat de crédits.

Quels placements financiers privilégier en 2021 ?

/

La crise sanitaire et économique que nous vivons actuellement a beaucoup modifié notre façon de placer notre argent. Et dans une période encore incertaine, il est difficile d’envisager de nouveaux placements financiers pour 2021.

Pourtant, en période de turbulence économique, il faut apprendre à se tourner vers les valeurs refuges. En temps de crise, ces investissements sont fiables et peuvent vous permettre de gagner beaucoup d’argent. Dans la suite de cet article, nous allons vous présenter les différents placements financiers à privilégier pour 2021.

Des placements financiers sans risque

Apprendre à placer son argent sur les meilleurs placements n’est pas si compliqué. En effet, il suffit d’avoir les bonnes informations au bon moment.

Pour commencer, il faut savoir que les placements réglementés ne rapportent plus. Ils ont même tendance à faire perdre de l’argent. Par exemple, le livret A ne propose aujourd’hui qu’un rendement très minime. A contrario, le PEL présente un taux de rendement beaucoup plus avantageux.

Il existe de nombreux livrets bancaires qui peuvent vous aider à sécuriser votre épargne. Le fait de se constituer un épargne plus solide est un bon réflexe en cas de problèmes financiers.

De nombreuses possibilités de placements financiers

Mais pour générer de l’argent, il faut saisir les bonnes opportunités. Tout d’abord, il faut savoir placer son argent sur des fonds euros à capital garanti. Ainsi, vos économies ne seront pas en danger et vous pourrez recevoir un rendement bien supérieur à celui du livret A.

Ensuite, vous pouvez optimiser votre épargne en plaçant votre argent dans des unités de compte. C’est un peu plus risqué mais cela peut rapporter beaucoup plus. Vous ne serez pas protéger contre un risque de perte mais vous obtiendrez un rendement plus élevé.

Cependant, nous vous conseillons de moduler votre exposition au danger, en équilibrant le nombre de vos actifs risqués. Ces derniers peuvent être :

    • des fonds de gestion ;
    • des ETF ;
    • de la pierre papier ;

etc.

Bon à savoir :

Si vous souhaitez trouver un équilibre parfait entre fonds euros et unités de compte, vous devez définir votre profil d’investisseur avec beaucoup de précision. Tout va dépendre de votre sensibilité face au risque et surtout de votre patrimoine disponible.

Des placements financiers en Bourse indispensables

Vous ne devez pas investir en Bourse la totalité de votre épargne surtout si la possibilité de tout perdre vous angoisse terriblement. Nous vous conseillons de n’investir que ce que vous êtes réellement prêt à perdre. C’est une règle qu’il faut respecter pour ne pas se ruiner. Les meilleurs investisseurs suivent ce principe pour gagner et minimiser les risques.

placements financiers bourse
Placement financiers en Bourse, Jouez la diversité sur les marchés ! – ©sergeitokmakov, CC0 Creative Commons

Investir en Bourse est indispensable pour développer réellement son patrimoine mais vous devez établir une stratégie d’investissement efficace et responsable. Pour commencer, vous devez bien cibler vos objectifs, vos besoins et surtout vos contraintes. N’exposez pas un capital que vous risquez de perdre si vous avez des projets personnels importants à venir (mariage, achat d’un bien immobilier, naissance, etc).

Des placements financiers autour de l’immobilier

Dans une période où les marchés financiers sont totalement perturbés, l’immobilier reste une valeur refuge beaucoup plus sûre et fiable. Les placements financiers dans l’immobilier présentent des taux de rendement élevés et cela depuis de très nombreuses années. Effectivement, étant totalement séparée du marché des actions, la pierre est une alternative intéressante qui est accessible à tous les budgets.

Autrement dit, un bon investisseur se doit d’acheter des parts de SCPI. Cela permet de faire un achat locatif indirect. L’investisseur n’achète qu’une petite part, il n’a plus qu’à percevoir ses dividendes et déclarer ses revenus aux impôts. Tout le reste, c’est la SCPI qui s’en charge.

Placements financiers immobilier
Placement financiers en immobilier – ©edmondlafoto, CC0 Creative Commons

Mais au-delà de la simplicité de gestion, les SCPI présentent surtout l’avantage d’avoir des portefeuilles très variés. Les gérants de ces sociétés diversifient leurs placements pour diminuer les risques de pertes au maximum. Et c’est une bonne chose pour les investisseurs puisque la diversification diminue également le risque de pertes en capital.

Il est aussi possible de faire des investissements en Loi Pinel. C’est un système qui vous permet de profiter d’une défiscalisation immobilière. Autrement dit, vous bénéficierez de réduction d’impôts dès que vous aurez effectué un placement locatif. Attention, la Loi Pinel ne concerne que les achats de logements neufs. Et pour profiter de la réduction d’impôts, les montants des loyers ne doivent pas dépasser un certain montant car ils sont plafonnés. Pour finir, sachez que certaines zones géographiques ne rentrent pas dans le cadre de la Loi Pinel.

Des bonnes pratiques de placements financiers

Pour finir, nous allons voir quelques bonnes pratiques pour tous vos placements financiers.

Pour devenir un investisseur efficace, il faut diversifier vos placements.

Cela va réduire la volatilité de votre portefeuille. Autrement dit, il ne faut pas investir dans une seule action. Sélectionnez différentes entreprises dans des lieux et des secteurs différents.

Ensuite, il est vraiment nécessaire de toujours garder votre calme. Il faut comprendre que les cours des actions sont toujours à la hausse sur le long terme. Il ne faut donc pas paniquer dès qu’une baisse se fait sentir sur du court terme. Dans ces périodes de crise, il ne faut rien faire. Vous n’aurez qu’à laisser vos actions vivre et grimper toutes seules. Ce qui est certain, c’est que vous devez toujours adopter une stratégie à long terme.

De plus, il ne faut pas verser de grosses sommes d’un coup dans vos placements. Il vaut mieux faire des petits versements réguliers. Ainsi, vous allez grandement réduire les risques si vous n’avez pas investi au bon moment.

Enfin, nous vous conseillons de faire à la fois des placements sécurisés et des placements dynamiques. Il s’agit ici du fameux couple «rendement/risque». En effet, les gros gains viennent souvent des prises de risques les plus marquées. Donc, pour profiter de grosses plus-values tout en protégeant son capital, il faut simplement faire varier les niveaux de risque.

Les SCPI fiscales, un choix avantageux en matière de défiscalisation

/

En termes d’investissements immobiliers, les SCPI ou « société civile de placement immobilier » représentent une alternative profitable pour nombre d’investisseurs particuliers souhaitant faire fructifier leurs placements dans l’immobilier. Si les SCPI basés sur un système de rémunération associé au rendement sont relativement populaires auprès des épargnants, il existe également des SCPI dites fiscales. Ses dernières sont apparentées aux lois de défiscalisation mises en place par les pouvoirs publics pour optimiser l’investissement dans le secteur de l’immobilier destiné à la location. Les investisseurs en quête d’allègements fiscaux seront plus susceptibles de souscrire à ces SCPI fiscales au détriment des SCPI de rendement qui permettent de bénéficier d’un rendement plus élevé.

Les conditions liées aux avantages fiscaux obtenus varient selon le type de SCPI fiscales choisi :

  • la SCPI Malraux
  • la SCPI Pinel
  • la SCPI de déficit foncier.

Les avantages d’un placement sur les SCPI fiscaux

De la même manière que les SCPI de rendement, les SCPI fiscales ont l’avantage de permettre aux investisseurs de se bâtir un patrimoine immobilier par l’intermédiaire de placements relativement abordables. Les investissements peuvent être personnalisés avec la possibilité d’effectuer un placement initial dès 5000 €. D’un autre côté, les SCPI fiscales permettent aux souscripteurs de bloquer leurs épargnes. Outre les avantages fiscaux apportés par leurs placements, les investisseurs pourront bénéficier, sur le long terme, de rendements avoisinant les 2 à 2,5 %.

Les conditions d’éligibilité aux SCPI fiscales dépendent du type de SCPI concerné. À la différence d’un investissement locatif direct, le droit de conjuguer les abattements fiscaux au rendement réduit considérablement les risques de perte. En addition à cela, l’investisseur n’est pas amené à s’occuper de la gestion. La réduction d’impôt est prodiguée en compensation à un engagement de conservation des parts durant la période de location. Cet allègement sur les impôts est mis au profit de l’épargnant dès l’année consécutive à la souscription des parts. Bien que le souscripteur ait le droit de vendre ses parts d’une SCPI fiscales de manière anticipée, les avantages fiscaux non exploités y affairant ne peuvent être transféré au nouvel investisseur.

Les SCPI Malraux sont avantageuses pour les investisseurs aux obligations importantes

Dans les faits, la loi Malraux fait partie des lois attachées à la défiscalisation, selon la loi n °62-903 du 4 aout 1962. Sa fonction est d’inciter à la réhabilitation, la promotion et la préservation du patrimoine historique et culturel français, la réglementation et la rénovation dans les centres-villes historiques, la remise en état (à neuf) des bâtiments et l’amélioration du cadre de vie. Ce dispositif de permet ainsi des allègements concernant l’impôt sur le revenu. La loi Malraux n’est pas concernée par le plafonnement des niches fiscales et ces avantages sont exploitables un an après la souscription des parts.

En contrepartie, il est obligatoire de conserver les parts obtenues pour une période de 9 ans en partant de la date de mise en location du dernier bien immobilier racheté par la SCPI. L’abattement fiscal est calculé sur la base du coût global des travaux de réhabilitation réalisés selon la localisation du bien immobilier concerné. Les bâtiments localisés dans un Secteur sauvegardé permettront aux investisseurs de bénéficier de 30 % de réduction sur leurs impôts. Les placements sur des immeubles, qui se situent dans une ZPPAUP ou « Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain ou Paysager », conduiront à un abaissement de 22 %.
À titre d’exemple, prenons un investissement à hauteur de 100 000 € dans une ZPPAUP dont les coûts de la restauration s’élèvent à 50 % du placement soit 50 000 €. Avec un allègement à hauteur de 22 %, on obtient : 22 % x 50 000 = 11 000 € d’avantages fiscaux.

Les SCPI Pinel : Une réduction d’impôt évoluant en fonction du nombre d’années de conservation des parts

La loi Pinel 2020 consiste à réaliser des placements dans l’immobilier locatif, neuf ou réhabilité, tout en bénéficiant d’allègements fiscaux. Les biens immobiliers concernés doivent être conformes à certaines conditions, dont la performance énergétique et le zonage. Le dispositif concerne les logements situés en zone A, A bis, et B1 et reste applicable jusqu’au 31 décembre 2021. Une autre condition concerne également l’obligation de location sur 6, 9 ou 12 mois des biens concernés à des particuliers et en tant que résidence principale.

En ce qui concerne l’investisseur, il doit conserver ses parts durant cette période. Les avantages fiscaux s’élèvent à 12 % du coût total de l’investissement pour un contrat de 6 ans plafonné à 36 000 €, de 18 % pour un contrat de 9 ans plafonné à 54 000 € et enfin de 21 % pour un contrat de 12 ans plafonné à 63 000 €. Ainsi, un investissement à hauteur de 100 000 € pour un contrat de 12 ans permettrait d’obtenir une réduction d’impôt qui s’élève à : 21 % x 100 000 € = 21 000 €.

Les SCPI déficit foncier pour la réduction de l’assiette imposable

La location d’un bien immobilier conduit à une imposition sur les loyers perçus déduits des charges liées :

  • À l’utilisation de l’immeuble : les frais des agences immobilières, des primes d’assurances, des charges de copropriété et de la taxe foncière. Le déficit foncier s’applique lorsque les charges déductibles sont supérieures au revenu brut foncier.
  • Aux travaux de réparation, d’entretien et d’agrandissement (amélioration)
  • Aux intérêts d’emprunt pour l’acquisition, la réparation ou l’amélioration du bien, ainsi que les frais rattachés aux intérêts de l’emprunt.

En ce qui concerne les intérêts d’emprunts, la part des charges correspondante est déductible des seuls revenus fonciers. Le déficit en excès sur les charges associés aux emprunts peut être reporté sur 10 ans et imputable sur les revenus fonciers. Le plafond des charges supplémentaires pouvant être imputées sur les revenus globaux du contribuable est de 10 700 €/an. Dans le cadre d’une restauration de bien immobilier, l’investisseur d’une SCPI déficit foncier peut imputer les coûts des travaux de ses revenus fonciers et globaux en respectant le plafond imposé. Il est imposé aux souscripteurs de SCPI déficit foncier de conserver leurs parts pendant 3 ans en partant de la dernière année d’imputation des déficits fonciers sur leur revenu global. Le dispositif n’étant pas soumis au plafond des niches fiscales, le montant de l’investissement n’est donc pas limité.

Investissement immobilier pendant cette période de confinement

/

Alors que des incertitudes pèsent encore concernant la durée exacte du confinement, l’économie en générale risque de connaître une période de vaches maigres plutôt inhabituelle. Force est de reconnaître qu’il aurait été difficile de prévoir le genre de situation que nous vivons tous actuellement. La majorité des Français respectent les mesures de précautions à adopter pour éviter la propagation du coronavirus Covid-19 en se conformant aux directives données quant aux gestes-barrières et en restant chez soi. En revanche, cela a provoqué une variation imprévisible des tendances économiques dans le monde entier. La conjecture a, en quelque sorte, forcé les particuliers à épargner plus et particulièrement dans les produits d’épargne accessibles et accompagnés de garanties relativement sécuritaires pour leurs placements. Dans les faits, il est déconseillé de ne s’en tenir qu’à un seul type d’investissement. Il est donc primordial de suivre de près toutes les épargnes que l’on a en cours pour ne pas se retrouver en perte de revenus en raison d’une répartition inappropriée de son capital. Les épargnes basées sur l’immobilier sont-elles avantageuses ou peu rentables ? Les SCPI pourraient être le meilleur choix pour un rendement plus élevé.

Le principe de fonctionnement des SCPI

Il existe des moyens de placements collectifs qui permettent la collecte de fonds provenant de particuliers qui souhaitent investir dans l’acquisition et la gestion d’un patrimoine immobilier. Les investisseurs vont accumuler des parts sociales qui ne sont pas cotées en bourse en raison de l’appartenance des SCPI à la catégorie des OPC « Organismes de Placements collectifs ». Ces placements sont donc destinés à l’achat d’un bien immobilier prévu pour la location. Il existe deux types de SCPI auxquels les épargnants peuvent souscrire.

SCPI à capital fixe

La valeur du capital est fixée à l’avance et une fois la somme atteinte, la SCPI peut, selon ses propres critères, engager un accroissement régulier du capital. Suite au dépôt où l’amélioration d’un capital, le souscripteur peut recevoir des parts. De la même manière que pour les actions, la valeur des parts sociales peut changer en fonction de la motivation des investisseurs à l’acquisition de biens immobiliers. La bonne période pour investir dans les SCPI à capital fixe correspond à la phase où le marché compte peu d’acheteurs (parts) et une offre élevée. Durant ce laps de temps, les prix peuvent être significativement réduits sans que cela ne soit d’influence sur les valeurs réelles de l’actif immobilier sous-jacent. Et lorsque le cycle s’inverse, l’investissement pourrait générer un rendement conséquent. Comment faut-il investir dans les SCPI, en ces temps de crise, pour bénéficier d’une bonne rémunération ?

SCPI à capital variable

La valeur des parts est déterminée par la société responsable de la gestion des parts de SCPI en se basant sur la valeur réelle du patrimoine immobilier. Des questions sont alors soulevées : la société qui gère les parts fixe-t-elle toujours les prix de souscriptions au profit des associés ? Quels paramètres sont pris en considération pour définir le prix de souscription ?
De fait, les variations de l’offre et de la demande ne vont pas influer sur le prix des parts. C’est la valeur de l’immobilier sous-jacent qui affectera les valeurs des parts. Cela permet aux investisseurs de céder leurs parts sans être obligés de trouver un autre investisseur ou un repreneur. La principale différence de la SCPI à capital variable avec le capital fixe réside dans l’impossibilité pour la société (de gestion des parts) d’interférer sur les flux des nouveaux capitaux.

Quelles raisons justifieraient le choix d’un investissement en parts de SCPI en cette période ?

Les SCPI opèrent dans leur domaine depuis plus d’un demi-siècle. Les objets de leurs investissements portent uniquement sur l’immobilier.

Les placements se répartissent ainsi entre l’immobilier d’habitation et l’immobilier d’entreprise, réunissant :

  • les centres commerciaux
  • les hôtels
  • les locaux d’activité
  • les murs de commerce
  • les entrepôts, les bureaux
  • les biens immobiliers liés à la santé et l’éducation.

Les faits permettent ainsi d’affirmer que ces sociétés ont survécu aux multiples crises dans le passé, et cela, à différent niveau, si l’on considère les différents types d’actifs impliqués. Cette capacité à se maintenir en cas de crise n’est pas le seul atout des SCPI. Ils devraient être le placement de long terme à préserver pour une durée de 10 ans au minimum. Si l’on se penche sur les rendements, leurs taux sont concrètement à l’abri par rapport au taux de l’inflation. Les intérêts générés sont considérablement élevés en comparaison avec les rémunérations des épargnants du livret A ou des contrats d’assurances vie (fonds en euros). En 2019, Les SCPI ont atteint un rendement de 6 % tandis que le livret A et les contrats d’assurances vie ont dû revoir les chiffres à la baisse avec respectivement : 0,75 % pour le livret A et 1,85 pour les assurances vie durant la même année. Les parcs immobiliers permettent une rémunération intéressante, car ils se retrouvent renforcés par la diversification du patrimoine vis-à-vis du type d’actif et de la localisation géographique.

Comment investir sur les SCPI avant la fin du confinement et obtenir les meilleurs rendements ?

Le premier réflexe à adopter est d’effectuer systématiquement un bilan patrimonial et de bien définir ses ambitions en termes d’investissement avant de se lancer dans un quelconque placement (capacité d’épargne, durée de l’investissement, mode d’acquisition). Cela est nécessaire pour pouvoir s’adonner à une diversification des investissements consacrés aux SCPI. Le but de la manœuvre est d’appliquer une politique de mutualisation de la mutualisation. Si le capital à investir est suffisant, la meilleure solution est de réaliser des placements divers (type d’actif et zone géographique) auprès de sociétés de gestions différentes. Ceci permettrait de jouir d’un portefeuille multi-SCPI permettant d’améliorer la rémunération annuelle, voire mensuelle. Il est recommandé, de faire appel à des professionnels pour optimiser les investissements et ainsi pouvoir profiter d’un placement d’épargne au rendement plus significatif que les taux proposés par le livret A ou d’autres produits d’épargnes appréciés des Français.

Contrats d’assurance vie en SCPI Scellier

Des contrats d’assurance vie peuvent-ils être adossés à des SCPI Loi Scellier ?

Non, c’est impossible pour la simple raison que la réduction Scellier n’est envisageable que si les revenus émanant des SCPI Scellier sont imposés comme des revenus fonciers, ce qui est impossible dans le cadre de la fiscalité de l’assurance vie. En revanche, il est possible d’acquérir des parts de SCPI Scellier via une SCI ou bien une SCPI.

SCPI de rendement

Pour rappel, il existe plusieurs types de SCPI (Société Civile de Placement Immobilier).
Des SCPI de rendement, de valorisation et fiscales dont voici les noms :

  • SCPI « Malraux »
  • SCPI « Méhaignerie »
  • SCPI « Robien »
  • SCPI « Duflot »
  • SCPI « Pinel »
  • et bien sûr celle citée : SCPI « Scellier »