Taux de crédit immobilier : leur stagnation va enfoncer le marché ?

dans Brèves/News

Beaucoup de choses ont été dites et écrites sur le marché de l’immobilier depuis maintenant 18 mois. Pic des taux fin 2008, crise du crédit la même année ont sévèrement atteint le marché de l’immobilier que ce soit dans le neuf ou dans l’ancien : les chiffres sont là pour nous le prouver ! On en veut pour preuve le récent communiqué de la Chambre des Notaires d’Ile de france qui fait apparaitre une chute des prix de l’ordre de 7 % sur un an ou encore le nombre de dépôts de permis de construire lui aussi en chute de 40 % sur le seul mois de juin !

Pourtant, les autorités ont tenté de remédier au mal : doublement du PTZ, dispositif Scellier et autres mécanismes ont été mis en place afin de soigner le cancer qui rongeait l’immobilier depuis plusieurs mois. Le problème réside dans le fait que personne ne sait aujourd’hui vraiment où en est ce marché ? Va-t-il réellement un peu mieux ? Les mesures ont-elles évité le pire ? Rien n’est moins certain si l’on en croit les déclarations d’Henry Buzy-Cazeaux, l’ancien porte-parole de la FNAIM qui a affirmé que les chiffres étaient en partie tronqués…pour sauver la face !

Un pavé dans la mare qui suscite bien des interrogations et notamment celle de savoir si la probable stagnation des taux de crédit immobilier au cours de l’été et leur possible remontée dès la rentrée ne va pas enfoncer le marché une nouvelle fois et dans des proportions encore plus accentuées. Car ce sont bien les baisses consécutives des taux depuis 9 mois qui ont maintenu le marché suite aux efforts des Banques Centrales. Que va-t-il se passer lorsque ces leviers auront perdu leurs effets ? Sachant que leurs réelles conséquences ont d’ores et déjà été difficilement quantifiables, il est fort à parier que les contribuables seront moins que jamais enclins à réaliser un investissement immobilier.

Le pire n’est-il pas devant nous avec le réel dégonflement de la bulle immobilière ?

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*