La taxe foncière plus chère que jamais en 2022

//

Un vrai coup dur pour les propriétaires : les taxes foncières devraient être sensiblement augmentées en 2022. Le problème est que l’inflation et les taux d’imposition parfois élevés prélevés par les municipalités, les syndicats municipaux et les intercommunalités, qui ont récupéré la taxe foncière.

Fin de la taxe d’habitation, hausse de la taxe foncière ?

Le montant de la taxe foncière cette année va peser lourdement sur le porte-monnaie des contribuables. Comme l’explique cet article du Parisien, la valeur locative cadastrale, qui sert de base au calcul de la taxe foncière, sera revalorisée de 3,4 % cette année, notamment en raison du retour de l’inflation.

Chaque année, l’administration fiscale calcule la taxe foncière sur la base de la valeur locative cadastrale. Il s’agit du loyer annuel théorique auquel un propriétaire peut prétendre lorsqu’il loue un bien. Ce chiffre a été réévalué en fonction de l’évolution de l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH, établi en novembre) sur un an depuis 2018.

Les collectivités locales peuvent choisir de réduire la facture en baissant le taux d’imposition qui s’applique à cette assiette ou en étant plus généreuses avec l’exonération. Mais un article du Parisien suggère que ce ne sera pas le cas dans de nombreuses villes. En fait, certaines communautés ont décidé d’augmenter encore un peu plus la note.

Si la hausse en 2021 n’était que de 0,2 %, une accélération de l’inflation en 2022 pénalise les propriétaires. D’autant plus que les communes, syndicats intercommunaux, intercommunalités et départements payeurs de cette taxe foncière votent depuis des semaines le taux 2022, le montant du loyer cadastral va augmenter de façon exponentielle.

Au fil des ans, les taxes foncières sont devenues une part croissante du budget français. Une étude de l’Observatoire national de la fiscalité foncière estime également que la taxe a augmenté de 11,4 % en cinq ans, soit « six fois plus vite que les loyers (+2 %) et trois fois plus vite que l’inflation (+2,7 %), et de 27,4 % en 10 ans ».

La fin progressive de la taxe d’habitation, qui pour certains est directement liée aux taxes foncières, sera un facteur explicatif de la hausse. La taxe d’habitation sur les résidences principales disparaîtra en 2023 (cet automne, seuls les 20% de contribuables les plus riches paieront encore 30% de la facture). S’il est réélu, Emmanuel Macron envisage d’annuler les sept milliards de cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE), dont plus de la moitié constituent des recettes communales et intercommunales. Les municipalités vont donc devoir trouver du budget ailleurs.

Utiliser la taxe foncière pour financer d’autres projets

Si certains choisissent la stabilité, d’autres utilisent la possibilité de financer leurs projets, notamment la transition énergétique. Mais les raisons de cette décision sont multiples : la mauvaise gestion de l’ancienne équipe municipale, l’augmentation des péages due à l’inflation, l’investissement dans la transition énergétique…

À Dijon par exemple, le ratio est passé de 0,61 % à 1,41 %. Autre exemple à Strasbourg : les taux d’intérêt sont passés de 1,15 % à 4,6 %. “Nous mettons en place une action très agressive, un plan d’investissement pluriannuel de 1,5 milliard d’euros, dont 43% pour la mobilité”, a expliqué Pia Imbs, présidente de la Métropole européenne de Strasbourg, au Parisien.

Elle a noté que l’argent sera utilisé pour financer trois nouvelles lignes de tramway et des pistes cyclables. “Cela signifie une augmentation moyenne de 65 euros par an pour les particuliers, analyse Pia Imbs. C’est une contribution marginale, car nous estimons que les contribuables bénéficieront de services publics supplémentaires équivalents à 600 euros par an.”

La communauté d’agglomération Grand Paris Seine & Oise dans les Yvelines fait évoluer sa politique. Jusque-là, il n’y avait pas de taxe foncière. En raison de ses difficultés financières, elle a décidé d’en créer une cette année. Elle fixe le taux d’imposition à 6 %. Pour les propriétaires d’un appartement de 90 mètres carrés, cela représente en moyenne 210 euros, et pour les propriétaires d’une maison de 120 mètres carrés, cela représente 260 euros.

Une réforme de la taxe foncière est prévue pour 2026. D’ici là, les propriétaires vont devoir prendre leur mal en patience.

Précédent

Crypto : encore une règlementation européenne à voter ce jeudi

Suivant

Le Bridge Ronin victime de l’un des plus gros hack de l’histoire des cryptos

Derniers articles de Fiscalité