Les plafonds de Ma Prime Renov’ vont augmenter en 2023

//
immobilier rénovation
Rénovation immobilier - ©Annie Gray, CC0 Creative Commons

A partir du 1er février 2023, le plafond des travaux de rénovation Ma Prime Renov’ sera relevé. Le ministère de la Transition écologique a précisé que cette augmentation visait à tenir compte de l’inflation et à favoriser la rénovation globale.

Soutenir les rénovations les plus performantes

Depuis septembre 2020, 2 milliards d’euros ont été alloués à Ma Prime Rénov’ et 1,3 milliard d’euros ont été consacrés à la rénovation des collectivités territoriales : 300 millions d’euros pour la rénovation de lycées régionaux, 300 millions d’euros pour les départements et leurs académies, 650 millions d’euros pour les communes et intercommunalités et leurs écoles et médiathèques.

Le gouvernement a annoncé jeudi qu’il réévaluerait le plafond des travaux pouvant être financés par MaPrimeRénov’, le programme d’aides publiques à la rénovation énergétique, au 1er février 2023, pour tenir compte des hausses de prix.

«En 2023, les montants de travaux soutenus via MaPrimeRénov’ vont augmenter, afin de prendre en compte l’inflation et de favoriser les rénovations globales», a déclaré le ministre de la Transition écologique Christophe Béchu dans un communiqué.

Autre évolution, à partir du 1er janvier, “MaPrime Rénov’ n’autorisera plus les subventions pour l’achat de chaudières à gaz, y compris celles à très haute performance énergétique”, souligne le gouvernement “dans le sens d’une réduction progressive de la dépendance aux énergies fossiles”.

Concernant le dispositif de copropriété de MaPrime Rénov, qui peut financer des travaux de rénovation énergétique dans les espaces publics en copropriété, le plafond sera « porté de 15 000 € à 25 000 € ».

Quant à MaPrime Rénov sérénité, qui consiste en des travaux de rénovation permettant un gain énergétique d’au moins 35 %, le plafond « sera relevé de 30 000 € à 35 000 € pour mieux accompagner les ménages les plus modestes dans leurs projets de rénovation globale ».

“Ces moyens renforcés permettront de soutenir en priorité les rénovations les plus performantes et d’accentuer le soutien aux ménages modestes” à partir du 1er février 2023, peut-on également lire dans le document.

MaPrime Rénov’, créée en 2020 et pilotée par l’Agence nationale de l’habitat (Anah), est dotée d’un budget de 2,5 milliards d’euros pour 2023 et a pour objectif d’aider les Français, quels que soient leurs revenus, à rénover leur logement pour réduire leur consommation d’énergie et leurs émissions de gaz à effet de serre.

L’impact du dispositif difficile à évaluer

Concernant le dispositif Ma Prime Rénov, sur les 640 000 dossiers traités l’an dernier, 83 % concernaient des rénovations impliquant un seul geste (remplacement de chaudière, isolation, etc.).

« Ma Prime Rénov reste défaillant sur l’objectif de diminution de la consommation d’énergie finale et ne permet pas de répondre aux objectifs sociaux assignés : lutte contre la précarité énergétique, éradication des passoires thermiques », pointent France Stratégie et l’Inspection générale des Finances.

Au premier semestre 2022, seulement 27% des demandes comportaient au moins deux actions, dont seulement 5% étaient des demandes de remise à neuf “globales”.

« En dépit des différences de gains énergétiques des gestes pris isolément, il est important de noter que les résultats doivent être interprétés avec vigilance car un système de chauffage ne peut être performant sans isolation adéquate – l’isolation étant un prérequis dans un parcours de rénovation cohérent et optimisé », ajoutent-ils.

Pire, malgré les rappels répétés des professionnels de l’immobilier des courtiers aux syndics, la prime dans l’habitat collectif “a du mal à trouver son public” et ne représente que 4% des subventions.

Dans le détail, Ma Prime Rénov reste un objet qui reste difficile à évaluer. De la transformation du Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE) en bonus au 1er janvier 2021, en passant par l’extension du dispositif aux bailleurs le 1er juillet 2021, jusqu’au lancement par le Rénov d’un service public visant à favoriser l’accompagnement des particuliers. , “il n’est pas possible de distinguer ce qui vient du plan de redressement et ce qui vient d’une mise à niveau du système.”

Précédent

Assurance vie ou livret A : quel était le meilleur placement en 2022 ?

Suivant

En 2022, faillites et grand ménage dans les cryptos

Derniers articles de Crédit