Droit et fiscalité : quels statuts pour un joueur de poker pro ?

jeux de carte poker

Le joueur de poker professionnel, bien que son activité soit basée sur un jeu d’argent, doit être soumis aux mêmes obligations juridiques et fiscales que n’importe quelle entreprise. En effet, les gains génèrent désormais des revenus imposés. Vous souhaitez devenir joueur de poker professionnel ? Voici les différents statuts fiscaux et juridiques que vous pourrez adopter.

Qu’est-ce qu’un joueur de poker professionnel ?

Un joueur de poker devient professionnel à partir du moment où son activité n’est plus considérée comme une distraction, mais comme un métier à part entière. Cela signifie que le poker devient l’activité principale du joueur (temps plein) et que ses revenus proviennent essentiellement de la pratique de ce jeu. Ces derniers, au même titre que n’importe quel travail source de revenus, doivent être déclarés et imposés. A contrario, un joueur de poker amateur n’est pas considéré comme professionnel car le jeu n’est pas sa principale source de revenus.

Un joueur de poker professionnel peut pratiquer son activité de deux manières différentes : sur Internet, ou en tournoi. Les tournois sont bien souvent des compétitions prestigieuses comme le Sunday Zoom du mois d’avril, ou, à plus haute qualification, les World Series of Poker (championnats du monde de poker). La majeure partie du temps, les joueurs jouent sur des plateformes de poker reconnues et des casinos en ligne légaux.

Lorsqu’il a acquis une certaine notoriété, le joueur de poker a la possibilité de :

  • Participer à des tournois célèbres et d’être rémunéré pour cela,
  • De former d’autres joueurs de poker en tant que coach,
  • D’écrire des ouvrages sur le sujet,
  • De devenir égérie de marques choisies,
  • De créer et de monétiser un site internet dédié au poker.

Quelles que soient les activités choisies, les revenus doivent systématiquement être déclarés.

Le statut fiscal du joueur de poker

À partir de quand un joueur amateur est considéré comme professionnel ? À partir de quel montant le joueur est-il dans l’obligation de déclarer ses gains ? Le Conseil d’État a tranché la question il y a quelques années, alors que le poker prenait de plus en plus d’ampleur.

Joueur professionnel

Comme expliqué précédemment, un joueur est considéré comme professionnel à partir du moment où il exerce son activité à plein temps. Il s’agit de son activité principale, régulière et générant son unique source de revenus.

Les gains des joueurs de poker professionnel sont systématiquement imposables. Une décision juridique basée selon les critères suivants :

  • La réalisation de gains réguliers, significatifs.
  • Une pratique du poker régulière.
  • Une pratique professionnelle réfléchie, atténuant le caractère aléatoire du jeu.

À partir du moment où le joueur de poker réunit toutes ces conditions, ses gains sont imposables et entrent dans la catégorie des BNC (bénéfices non commerciaux).

Joueur non professionnel

En principe, le joueur non professionnel n’est pas imposé tant que les trois précédents critères ne sont pas remplis. Son activité n’est pas issue essentiellement du poker, il n’a donc pas à déclarer ses revenus. Cependant, il faut distinguer deux types de joueurs de poker amateurs :

  • Les joueurs réguliers, qui tirent des revenus mensuels. Quand les revenus sont réguliers et qu’une autre activité est exercée en parallèle, le joueur doit être imposé. En effet, l’administration fiscale considère qu’il s’agit d’une seconde activité.
  • Les joueurs occasionnels, qui remportent de temps en temps une cagnotte. Ce profil de joueurs non réguliers n’est pas soumis à imposition.

Les joueurs peuvent se rendre sur le site officiel du gouvernement pour en apprendre plus sur la fiscalité des joueurs de poker professionnels français.

Le statut juridique du joueur de poker

Le joueur de poker n’est pas imposé de la même manière sur ses gains en fonction de son statut juridique. Il est donc très important pour le professionnel de réfléchir en amont aux avantages et aux inconvénients de chaque statut. Un choix qui dépend majoritairement du montant de ses revenus.

Le statut d’auto-entrepreneur

Le statut d’auto-entrepreneur est le premier choix que peut effectuer un joueur de poker professionnel. Cependant, il s’avère risqué et pas forcément adéquat. En effet, les revenus d’un auto-entrepreneur sont soumis à l’impôt sur le revenu après abattement forfaitaire de 34 %.

Cela signifie que pour un joueur qui gagne 5000 € sur une année, avec un chiffre d’affaires de 60 000 €, il devra payer ses impôts sur le montant de 39 600 € après abattement. Un montant conséquent alors que son bénéfice n’est que de 5 000 €. À noter que les revenus doivent être inférieurs à 70 000 € pour bénéficier du statut d’auto-entrepreneur.

Un joueur de poker ne perçoit pas tous les mois un salaire fixe. Non salarié et exerçant une activité de jeux d’argent, les revenus sont donc particulièrement fluctuants. De ce fait, il est plutôt préférable d’opter pour un statut juridique sociétal.

La création d’une société

Il existe de nombreux types de statuts juridiques dans le cadre d’une création de société. Néanmoins, voici les deux statuts les plus couramment adoptés par les joueurs de poker professionnels :

  • L’EURL
    Ce statut juridique est plutôt sécurisant. Les professionnels ont la possibilité de choisir une imposition soumise à l’IR (impôt sur le revenu) ou à l’IS (impôt sur les sociétés). Un gérant d’EURL est affilié automatiquement à la Sécurité sociale des indépendants, qui permet de payer moins de cotisations sociales.
  • La SASU
    La SASU est très appréciée par les entrepreneurs pour sa souplesse. Ce statut est naturellement soumis à l’IS, mais le professionnel peut choisir l’IR pour une durée maximale de 5 ans. Les dirigeants de SASU sont affiliés au régime des assimilés-salariés, une couverture sociale pratiquement similaire à celle qui est octroyée aux salariés. Les charges sociales sont cependant plus importantes en SASU qu’en EURL.

Il appartient à chaque joueur de poker professionnel de faire un choix sur son statut en fonction de ses priorités, de son profil et se ses gains. De nombreux sites spécialisés permettent de comparer les différents statuts et de faciliter son choix. En cas de difficultés, des professionnels peuvent apporter leurs compétences pour accompagner le joueur du mieux possible dans ses démarches.

Le poker appelle de nombreux joueurs, mais peu d’entre eux sont élus. Il faut s’entraîner durement et pendant plusieurs années pour pouvoir devenir joueur professionnel. Par ailleurs, il est conseillé de réunir la somme minimale de 30 000 euros pour pouvoir se lancer à son compte.

Précédent

Londres veut modifier ses règles financières et s’éloigner encore un peu de l’Europe

Suivant

Tesla vend ses Bitcoins !

Derniers articles de Professionnel