Immobilier de luxe : marché à deux vitesses entre les maisons et les appartements

//
immobilier prestige
Immobilier de luxe et prestige - ©Zac Gudakov, CC0 Creative Commons

Après le début de la pandémie de Covid-19 en 2020, le prix des propriétés de luxe a continué de s’envoler, notamment dans les zones côtières. Le marché des appartements haut de gamme, quant à lui, est plus inégal.

L’immobilier du luxe encore largement en hausse

Le marché de l’immobilier de luxe et ultra-luxe a, une nouvelle fois, démontré sa résilience dans un contexte macroéconomique et géopolitique volatile.

Les prix de ce segment du marché immobilier ont augmenté de 1,9 % au cours des 12 derniers mois (juin 2021 à juin 2022). Les vendeurs et acquéreurs de biens de prestige sont confiants dans l’avenir puisque 76% des candidats estiment que leurs projets seront réalisés dans les 12 prochains mois. Ce pourcentage grimpe à 85% chez les vendeurs de luxe, selon un baromètre de juillet 2022 du portail publicitaire spécialisé Belles Demeures.

Par ailleurs, l’immobilier de luxe est toujours considéré comme une valeur refuge dans le cadre du baromètre annuel, c’est une valeur sûre pour 79% des vendeurs et 68% des candidats acquéreurs.

Pour établir ce constat, le portail, spécialisé dans les biens haut de gamme, a comparé les prix annoncés sur le site entre juin 2020 et juin 2022. Bien sûr, la définition du luxe fait polémique, notamment chez les agents immobiliers, et peut bien évidemment dépendre de la zone géographique. Mais pour la simplicité du calcul, un montant symbolique de 1 million d’euros de Belles Demeures a été défini pour étudier ce segment du marché.

De toute évidence, lorsque nous parlons de prix sur le marché immobilier, la dynamique change également selon les régions. Dans le détail, les principales hausses de prix des propriétés de luxe sur la façade atlantique ont été enregistrées comme suit : la Bretagne a augmenté de 29 % (le prix moyen de vente s’établit désormais à 4 977 euros le mètre carré), et même la côte aquitaine a augmenté de 28 % (pour une moyenne 5 376 euros par mètre carré).

La Côte d’Azur, en revanche, a connu une hausse des prix plus modeste (+10) mais dans cette région, les logements de luxe sont déjà deux fois plus chers qu’à l’ouest.

Les appartements ne suivent pas la même dynamique que les maisons

Comme sur le marché du logement traditionnel, cette tendance s’est renforcée du côté du logement. Depuis les premières restrictions, les prix des logements ont fortement augmenté, entraînant l’ensemble du marché.

Depuis le début de la crise sanitaire, le stock de maisons de luxe à vendre a baissé de 10 % et les prix ont augmenté de 14,3 % (à 6 854 € en moyenne par mètre carré). A l’inverse, sur la même période, le stock d’appartements annoncés a augmenté de 37% et les prix ont baissé de 5% (moyenne de 7 791 € par m²) en raison du nombre élevé d’annonces depuis l’été 2020.

Selon Belles Demeures, en moyenne, le prix moyen de ces types de biens supérieurs à 1 million d’euros a baissé de 5 % au niveau national en deux ans.

“Avec la crise sanitaire, les acquéreurs ont voulu changer de cadre de vie, avoir plus d’espace et un extérieur, ce qui explique le fort attrait pour les maisons de luxe”, décrypte Thomas Lefebvre le vice-président data et science des groupes SeLoger et Meilleurs Agents.

Conséquence, le nombre d’appartements sur le marché ne cesse d’augmenter depuis le début de la pandémie, même si le stock de maisons encore à vendre diminue depuis deux ans (-10 % d’inscriptions sur Belles Demeures).

Preuve que l’attractivité des maisons s’est renforcée depuis la période de confinement : avant la pandémie, alors que les prix des maisons restaient stables entre juin 2018 et juin 2020, les prix des appartements de luxe augmentaient avec +8,5% de croissance sur la même période.

Précédent

La république Centrafricaine lance Sango : son projet crypto

Suivant

Loi Lemoine : changer facilement d’assurance emprunteur

Derniers articles de Immobilier