Le prolongement de la ligne 4 à Paris fait grimper les prix

/
paris ville

Une nouvelle extension du métro parisien a ouvert le 13 janvier 2022. Neuf ans après avoir traversé la rocade, la ligne 4 continue vers le sud sur 1,8 kilomètre, et s’arrête désormais à Bagneux sur la Haute-Seine. Là-bas, les prix flambent depuis le début des travaux, en 2015. Tour d’horizon sur la situation.

Ouverture du prolongement de la ligne 4, vers une stabilisation des prix ?

Le 13 janvier 2022, le prolongement de la ligne 4 du métro parisien a officiellement ouvert ses portes, avec deux nouvelles stations desservant la ville, dont l’une est partagée avec le voisin Montrouge. Si les prix de l’immobilier à Paris baissent depuis des mois, ce n’est pas le cas dans les communes de la première couronne. Le prolongement de la ligne 4 du métro s’arrête désormais aux stations Barbara et Lucie-Aubrac, faisant bondir les prix des alentours de 32,6 % et 38,4 % depuis le début des travaux en août 2015. Dans les villes de Bagneux et de Montrouge, qui sont desservies par ces gares, les hausses de prix sont moins importantes, soit 19,9 % pour la première et de 26,2 % pour la seconde.

Pour habiter près de la gare Barbara, il faut débourser 8 084 euros/m². C’est un plus cher que le prix moyen de 2 905 €/m² à Bagneux. Si vous habitez près de la gare Lucie-Aubrac, vous paierez 5 953 €/m². C’est 774 €/m² de plus que la moyenne de la ville.

Les prix dans le sud de la capitale ont été poussés à la hausse avec le prolongement de la ligne 4. De plus, sur les voies reliant le Nord et le Sud, le prix moyen est de 11 805 euros/m², faisant de la ligne 4 la troisième ligne la plus chère de la capitale, après les lignes 10 et 1. Sur cette ligne également, on retrouve quatre des dix stations les plus chères de Paris, avec des prix dépassant les 15 000/m².

La ligne du métro parisien, inaugurée mi-janvier 2022, est désormais prolongée de deux stations et constitue la deuxième ligne de métro la plus fréquentée. Au total, ce sont 700 000 voyageurs qui l’empruntent chaque jour, preuve de son attrait.

Pour investir à Paris : viser les futurs projets d’agrandissement de ligne

Il y a un an, c’était 4 stations de la ligne 14 qui ouvraient leurs portes. Fini le terminus à Saint Lazare, les stations Pont Cardinet, Porte de Clichy, Saint-Ouen RER et Mairie de Saint-Ouen étaient rajoutées. Un an après les prix de l’immobilier se sont stabilisés dans le secteur avec une hausse de 1,4% en 1 an, suite à près de 27,1 % sur les cinq dernières années.

Sans surprise, les prix se stabilisent à proximité des gares déjà ouvertes. Si le développement du Grand Paris offre des opportunités d’investissement intéressantes, il est nécessaire d’anticiper au plus tôt la mise en service des futures stations de métro pour réaliser de fortes plus-values. Comme nous l’avons vu, certains quartiers enregistrent encore une croissance décente et les Français ayant des projets d’achat à court ou moyen terme en Ile-de-France peuvent y trouver de belles opportunités.

En somme, les prix de l’immobilier connaissent une croissance plus forte dans les villes où de nouvelles gares sont attendues prochainement, avec un taux de croissance de +3 % contre une moyenne de +2,3 % sur l’ensemble des gares du Grand Paris. Toutes lignes confondues, les stations les plus performantes en 2021 sont : Fort d’Aubervilliers (ligne 15), Kremlin Bicêtre Hôpital (ligne 14) et Rosny Bois-Perrier (ligne 15). Elles enregistrent respectivement des hausses tarifaires de 5,8 %, 5,3 % et 5,2 % contre 2,3 % pour l’ensemble des gares du Grand Paris et une moyenne parisienne de -1,7 %.

Précédent

Le bitcoin pourrait-il finir par perdre toute sa valeur ?

Suivant

La fortune des plus riches a doublé depuis le début de la pandémie

Derniers articles de Immobilier