Quel futur pour les transactions immobilières d’ici 2025 ?

/
immobilier professionnel

Suite aux remous de la pandémie mondiale liée à la propagation du Coronavirus, le marché immobilier résidentiel ne montre toujours aucun signe de ralentissement. Le spécialiste des études sectorielles, Xerfi, a mené une étude tentant de prédire les contours du marché immobilier d’ici 2025. Dans cet article nous vous proposons de découvrir les perspectives à venir pour le secteur des transactions immobilières.

Le marché de la transaction immobilière prend un nouveau tournant

Après une augmentation de 10 % en 2021, le chiffre d’affaires des agents immobiliers et par conséquent des agences immobilières, devrait encore être en hausse de 4 % en 2022. Pendant ce temps, le chiffre d’affaires des gestionnaires de réseaux d’agences augmentera de plus de 20 %. Les recherches de Xerfi confirment que si la situation actuelle est toujours acceptable, alors la situation peut s’inverser, et laisserait la place à une redistribution des cartes dans les transactions immobilières et sur le marché de l’immobilier plus généralement.

Cette vitalité du marché peut en effet encourager de nouveaux entrants et la mise en place durable de modèles alternatifs, comme de nouvelles institutions qui proposent des tarifs forfaitaires ou des prix plus bas. Les autres grands gagnants de cette redistribution peuvent être les agents. Par conséquent, le recours massif aux agents commerciaux devrait être réparti entre leurs concurrents afin de rechercher une plus grande flexibilité.

Bien sûr, pour les institutions traditionnelles, rien n’est inévitable. L’approche de Xerfi pour résoudre les difficultés comprend : malgré la croissance du chiffre d’affaires, la flexibilité des frais de personnel limitera la baisse des marges de travail depuis 2018. Un autre point d’inversion de tendance est incontournable : la digitalisation.

Accélération significative de la numérisation

Le terme « révolution numérique » est devenu très populaire, et les innovations qui en découlent semblent désormais dépassées. Cependant, de nombreux secteurs ont pris du retard.S’il est un exemple flagrant de manque de modernité, c’est bien celui de l’immobilier.

Face à la pression de la concurrence, les agences immobilières doivent s’adapter. Cette crise sanitaire, conjuguée à la vulgarisation du télétravail et aux nouvelles attentes des familles, a non seulement engendré de nouvelles tendances immobilières, mais a également accéléré le processus de digitalisation des opérateurs immobiliers. Ce dernier cherche aujourd’hui plus que jamais à dématérialiser des parties du processus inhérentes aux transactions, par exemple, un recours accru aux logiciels de trading et aux outils de cotation automatisés. Ces investissements permettront aux agences immobilières d’augmenter leur productivité et de réduire les délais de traitement. Quant aux évaluations immobilières en ligne, elles sont désormais proposées par de nombreux intervenants et sont devenues monnaie courante.

Vers une diversification des métiers du secteur de l’immobilier

Grâce à la numérisation, avec la libération de temps et d’économies réelles, le secteur immobilier pourra également ouvrir de nouveaux marchés au lieu de la gestion et de la vente de matières premières. En continuant à étendre les capacités disponibles le secteur sera en mesure de développer une expertise supplémentaire dans les domaines de la conception et de la construction. Construire des passerelles entre l’asset management et la gestion d’AEC et de BTP donnera lieu à de nouveaux projets, comme l’utilisation d’outils numériques pour établir de nouveaux accords de construction. Plus généralement, la gestion de projets immobiliers va inévitablement évoluer dans ce sens.

Parmi les autres méthodes que l’étude a mises en évidence pour aider les agents à regagner du pouvoir de marché, nous avons trouvé des travaux sur les effets visuels, le déploiement de visites virtuelles, la modélisation 3D de nouveaux programmes, l’utilisation des réseaux sociaux peuvent asseoir leur position d’experts immobiliers. Mais aussi des partenariats commerciaux noués visant à élargir la gamme de biens (location saisonnière, prestige…), voire à développer des produits de services associés, comme le home staging ou encore les prestations de déménagements.

Précédent

Les cryptomonnaies du Metaverse les plus prisées du moment

Suivant

Les habitudes des Français en matière d’épargne seraient-elles en train d’évoluer ?

Derniers articles de Immobilier