Les comptes sans banque : tout le monde y trouve son compte

/
compte bancaire sans banque
Un compte bancaire sans banque - ©nattanan23, CC0 Creative

Un compte bancaire… Sans banque. Voilà un concept intrigant qui, pourtant, fait de plus en plus d’adeptes dans l’hexagone. Nickel, Revolut, N26, nombreuses sont les offres qui fleurissent aujourd’hui sur la toile, et se substituent peu à peu aux banques traditionnelles. Mais à qui ces comptes sont-ils destinés ? Quels sont les avantages ?

C’est quoi un compte sans banque ?

Comme son nom l’indique, un compte sans banque est un compte qui n’existe dans aucune banque physique. Complètement virtuels et dématérialisés, ces types de comptes sont, le plus souvent, affiliés à certains groupes tels que la Société Générale ou SolarisBank. Le compte est donc rattaché à un établissement de paiement ou à un prestataire de services. Puisqu’il n’est pas défini comme une banque, il n’obéit alors pas exactement aux mêmes règles que ces dernières.

L’ouverture d’un compte sans banque est rapide, et ne requiert la plupart du temps qu’un ou deux jours ouvrés. A l’issue du processus de vérification le nouveau client se voit envoyer sa carte de crédit, et peut commencer à utiliser son compte presque immédiatement.

Chaque compte sans banque possède ses propres offres et modalités, et applique ses propres tarifs. Attention, cependant, pas question ici d’offres de crédit, de chéquiers ou de dépôt d’argent liquide, sauf cas exceptionnel.

À qui sont-ils accessibles ?

Alors qu’il est possible, voire courant, qu’une banque refuse un nouveau client (pour interdit bancaire, par exemple), ce n’est pas le cas avec les comptes sans banque.

Ici, une simple carte d’identité et un numéro de mobile vous permettent de créer votre compte. Oubliez les justificatifs de salaires et les minimums requis également, puisque la majorité des comptes sans banque n’autorisent pas de découvert et ne proposent ni crédit, ni chéquier.

Les autoentrepreneurs, les chômeurs, les salariés, les freelances, les étudiants, et même les interdits bancaires, peuvent prétendre à un compte sans banque. Reste à choisir quel type de compte et quelle offre correspond à votre profil.

Certains comptes, à titre d’exemple, proposent l’échange de devises, pratique pour les voyageurs. Plus original, d’autres offrent la possibilité d’investir en bourse. Une offre intéressante pour les amateurs de trading. À vous de définir vos besoins en fonction de votre mode de vie et de vos habitudes.

Les avantages d’un compte sans banque pour les professionnels

L’attrait majeur des comptes sans banque, ce sont d’abord leurs tarifs. Là où le coût d’un compte en banque tourne autour des 195€ par an, le compte sans banque ne revient qu’à environ 25€, et parfois même à rien du tout.

De plus, la tarification est simplifiée, plus lisible, et ainsi beaucoup plus accessible pour les clients. Par conséquent, pas de mauvaise surprise à la fin de l’année, et surtout, pas de perte de temps, en plus d’une plus grande facilité pour anticiper les frais liés à la gestion de l’entreprise.

Le second atout majeur d’un compte professionnel sans banque, c’est la gamme d’outils proposés. En effet, certaines enseignes n’hésitent pas à mettre en avant un catalogue complet de différents services dédiés aux entreprises. On peut citer la possibilité d’accéder à des logiciels de facturation, le prêt de terminaux bancaires, ou encore la gestion des notes de frais. On peut également parfois trouver des accompagnements personnalisés proposés uniquement aux détenteurs de comptes professionnels sans banque.

Que les autoentrepreneurs et professionnels se rassurent donc, car en plus d’offrir des services à des prix avantageux, ces enseignes virtuelles parviennent tout à fait à se montrer compétitives face à l’expertise des grandes banques traditionnelles.

Les avantages d’un compte sans banque pour les particuliers

Pour un particulier, avoir un compte sans banque présente aussi de nombreux avantages non-négligeables. Comme nous l’avons dit plus tôt, le premier avantage réside dans les tarifs. Ils sont beaucoup plus bas que dans les banques traditionnelles.

Les comptes sans banque sont également plus accessibles. En effet, posséder un compte de ce type, c’est devenir son propre conseiller et son propre banquier. Combinez cela avec l’ère du numérique, on se retrouve alors à bénéficier de certains services qui, dans une banque traditionnelle, nécessitent un rendez-vous, un déplacement et un temps dépensé inutilement.

Cependant, dans le cas présent, il n’est pas question de banque, tout se fait depuis l’application ou le site web de l’établissement. Vous pouvez donc envoyer de l’argent par SMS, bloquer votre carte à distance en cas de vol, effectuer des virements, sans bouger de chez vous.

Terminé, également, les agios et les chèques impayés, puisque les comptes sans banque ne dispensent pas ces avantages qui ne sont accessibles qu’aux détenteurs d’un compte en banque. Si certains y voient un inconvénient, il est important de rappeler que les agios peuvent constituer un budget important, et qu’il suffit de les enchaîner pour, parfois, se retrouver rapidement interdit bancaire.

Les avantages d’un compte sans banque pour les interdits bancaires

Le fichage au fichier central des chèques (FCC), plus communément appelé “interdit bancaire”, intervient après un incident de paiement sur un chèque ou une utilisation abusive d’une carte de crédit. Faute de régularisation, le fichage dure 5 ans. Pendant cette période, il vous est alors impossible d’émettre des chèques, ou même d’avoir une carte de crédit. De plus, il vous est aussi très difficile de trouver un établissement bancaire qui acceptera de vous ouvrir un compte, faute de confiance.

C’est là qu’intervient le compte sans banque. Si les banques grimacent à l’idée d’ouvrir un compte à un interdit bancaire, c’est parce qu’elles craignent que le client ne commette la même erreur à nouveau. Cependant, si les organismes de paiement acceptent ces “mauvais payeurs” sans sourciller, c’est parce que leurs offres sont limitées, contrairement à celles des banques. Rappelez-vous, ces établissements ne proposent pas de découvert autorisé, ni de chéquier, ni d’offre de crédit. Impossible, donc, pour les clients de braver les interdits, puisque ceux-ci sont automatiquement régulés.

Les personnes en situation d’interdiction bancaire peuvent alors continuer à vivre leur vie financière normalement, avec un RIB et une carte de crédit, moyennant quelques petits sacrifices.

Conclusion

De plus en plus de Français franchissent le pas, et souscrivent à un compte sans banque. Utilisé comme un à-côté pour certains, véritable nécessité pour les autres, les comptes sans banque font de plus en plus d’adeptes, tout en continuant de développer des offres toujours plus accessibles et avantageuses, parfois même au détriment des banques traditionnelles.

Précédent

Crédit Agricole souhaite réduire l’empreinte du mainframe de manière progressive

Suivant

Bitcoin : la monnaie virtuelle qui intéresse les renommés de la tech

Derniers articles de Banques