Tout savoir sur la monnaie numérique de la banque centrale (CBDC)

/
monnaie numérique euro
monnaie numérique euro - ©Geralt, CC0 Creative Commons

Les monnaies numériques font les gros titres et des millions de portefeuilles numériques ont été créé au cours des quelques dernières années. Les cryptos connaissent une croissance fulgurante, et durant la pandémie mondiale, les rendements les plus élevés ont été exposés. La cryptomonnaie continue d’attirer des milliards de dollars auprès des institutions du monde entier.

Les CBDC, un moyen efficace pour contourner le monde de la finance décentralisé ?

Les alternatives monétaires décentralisées sont finalement devenues une menace pour le système financier établit par et pour les banques centrales. Certaines institutions financières ont décidé d’interdire la monnaie numérique, concurrente, et d’autres ont choisi un moyen plus sophistiqué de les combattre : créer des monnaies numériques des banques centrales de l’anglais central bank digital currency (CBDC).

Selon le Fonds monétaire international (FMI), plus de la moitié des banques centrales du monde explorent des versions numériques de leur propre monnaie nationale. Certains d’entre eux, comme la Chine, sont déjà au point sur le concept. Bien que les CBDC en soient encore à leurs premiers stades de développement, elles pourraient bien modifier le cours des évènements prévus par les marché DeFi.

Qu’est-ce que la monnaie numérique de la banque centrale ?

La CBDC est une forme numérique de toute monnaie nationale, c’est une devise qui est toujours émise par une banque centrale. En d’autres termes, il est émis par une banque nationale qui met en œuvre la politique monétaire du gouvernement et contrôle la masse monétaire du pays. En France, le gouverneur de la Banque de France a déjà annoncé la possibilité future de l’émission de l’e-euro.

Indépendamment du fait que la CBDC soit émise sur une blockchain, cette monnaie numérique reste une monnaie centralisée, par le gouvernement qui décide de l’émettre.

Pourquoi les CBDC sont-elles à l’honneur ?

Les sociétés du monde entier s’éloignent de plus en plus de l’argent liquide tandis que l’intérêt pour les actifs numériques augmente. Des milliards de fonds institutionnels et d’entreprise ont été alloués aux cryptos au cours des dernières années. Les cryptomonnaies sont devenues une classe d’actifs reconnue et leur influence s’est renforcée.

En outre, le paysage mondial saturé des prestataires de services de paiement a commencé à montrer des signes de concentration du pouvoir entre plusieurs institutions. Les banques centrales, qui sont responsables des politiques monétaires nationales, ont estimé qu’il s’agissait d’une menace pour le système actuel et la stabilité financière.

Elles considèrent également les cryptos décentralisées et non réglementées comme un moyen d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent.

La Chine en ligne de mire, prévoit le Yuan numérique pour 2022

L’une des plus grandes économies du monde, la Chine, mène la course à la création d’une CBDC. Le pays prévoit de changer son système financier et de lancer son yuan numérique en 2022. Cela pourrait même renforcer la puissance économique mondiale du pays et menacer également le statut du dollar américain, la devise de réserve mondiale. Comme personne ne veut être laissé pour compte au sein de cette course, les pays du monde entier se lancent dans la recherche de leurs propres monnaies numériques.

Le rôle de la monnaie numérique de la banque centrale (CBDC)

Les monnaies numériques de la banque centrale sont une forme de monnaie numérique avancée, perfectionnée. Mais les CBDC sont toujours censés coexister avec l’argent liquide et servir les mêmes objectifs : représenter une réserve de valeur, l’unité de compte et le moyen de paiement.

La tâche principale des CBDC serait d’apporter des innovations aux systèmes monétaires et à l’infrastructure financière qui jouent un rôle important dans le développement économique d’un pays. Les CBDC sont censées rendre les services de paiement plus rapides, efficaces, accessibles, sécurisés et donc plus compétitifs.

Système de paiement plus efficace

Les systèmes financiers actuels reposent sur de multiples intermédiaires et fournisseurs de services tiers. Cela rend les transactions internationales transfrontalières lentes et coûteuses, et parfois même difficiles d’accès. La fonctionnalité Blockchain permet aux CBDC de faciliter les paiements directs peer-to-peer (P2P) et de contourner les longues chaînes de transferts de paiement.

Les gouvernements n’ont pas besoin d’imprimer du papier-monnaie et de le gérer. Ainsi, les transactions en devises numériques réduisent considérablement le coût et le temps nécessaires pour que les fonds circulent dans les économies. Contrairement à plusieurs intermédiaires qui opèrent pendant des heures de travail strictes, les transactions CBDC peuvent être effectuées 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

En plus de cela, les CBDC pourraient offrir une alternative à un marché de paiements financiers très concentré. La tendance actuelle montre que même dans les systèmes de paiement, la concentration se réduit entre les mains de quelques grandes entreprises. Et traditionnellement, une concurrence plus élevée signifie des prix plus bas et de meilleurs services pour les utilisateurs finaux.

Inclusion financière

De plus, les CBDC peuvent jouer un rôle important dans l’amélioration du système monétaire avec de nouveaux acteurs. Cela inclut non seulement les nouveaux prestataires de services de paiement, mais également les personnes qui ne pouvaient auparavant pas utiliser les services financiers.

Actuellement, près de 2 milliards de personnes vivent dans de telles conditions, soit près d’un quart de la population mondiale totale de 7,7 milliards. Les CBDC pourraient aider à résoudre ce problème. La fonctionnalité blockchain permet aux banques centrales de contourner les intermédiaires et de transférer de l’argent directement dans les portefeuilles numériques des utilisateurs.

Sécurité et résilience

La majorité des CBDC seraient construites sur l’infrastructure de la blockchain, qui est immuable, traçable et transparente. Chaque transaction enregistrée dans le grand livre numérique distribué est cryptée et impossible à supprimer ou à modifier. Et comme toute transaction unique est enregistrée et traçable, l’utilisation des CBDC pourrait aider les institutions à mieux contrôler l’évasion fiscale et à identifier les paiements illicites.

À terme, le niveau plus élevé de transparence des finances publiques devrait contribuer à la capacité des gouvernements à lutter efficacement contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Une autre caractéristique importante est la blockchain de niveau entreprise et gouvernementale, sur laquelle la CBDC serait uniquement émise. Les blockchains de ces niveaux combinent les meilleurs aspects des blockchains publiques et privées. Ils fonctionneraient toujours sur une infrastructure décentralisée mais nécessiteraient une autorisation pour accéder à certaines données.

Ces blockchains hybrides sont conformes à la réglementation et peuvent répondre aux besoins complexes d’intégrité, de transparence et de confidentialité en même temps.

En quoi les CBDC sont différentes des cryptomonnaies ?

La centralisation

Les devises numériques de la banque centrale sont des devises centralisées émises par des institutions gouvernementales centralisées. Ils sont entièrement réglementés et sous le contrôle des autorités monétaires. En attendant, les cryptomonnaies sont décentralisées et n’ont aucune autorité derrière elles.

Un consensus

Les CBDC seraient très probablement construites sur des blockchains autorisées car elles doivent être conformes à la réglementation. Cependant, ils ne sont pas à l’abri du risque d’augmentation de l’offre. En période d’incertitudes économiques et de situations critiques, les gouvernements pourraient imprimer de l’argent supplémentaire, et la même chose pourrait arriver aux CBDC. Il s’agit d’une action inflationniste et généralement, l’augmentation de l’offre finit par réduire la valeur de l’argent.

En revanche, les cryptomonnaies fonctionnent sur un réseau public open source et ont généralement une offre fixe. L’offre limitée signifie qu’ils sont rares, et la rareté entraîne généralement une augmentation des prix au fil du temps. En plus de cela, l’offre de crypto-monnaie numérique ne peut pas être modifiée sans le consensus de la communauté, ce qui ajoute une couche supplémentaire de protection contre une augmentation de l’offre.

L’anonymat

Les cryptomonnaies sont livrées avec le package complet de l’anonymat. La blockchain publique open-source décentralisée émet la cryptomonnaie en prenant en compte le caractère anonyme. Il n’y a pas de réglementation sur les blockchains publiques, et il est facile pour les utilisateurs de garder leur identité privée. Surtout, lorsque tous les échanges de crypto ne nécessitent pas de vérification d’identité pour effectuer des transactions.

Les CBDC ne pourraient être disponibles que sur des chaînes de blocs régulées, conformes à la réglementation et dotées de fonctionnalités de sécurité supplémentaires. Cela signifie automatiquement la mise en place de normes de confidentialité inférieures. Bien que certaines parties des données de transaction puissent rester privées, les identités des utilisateurs ne sont pas anonymes.

Pourquoi les banques sont lentes dans l’adoption des CBDC ?

La Banque des règlements internationaux (BRI) a analysé l’impact potentiel des CBDC sur la stabilité financière mondiale et a abordé plusieurs facteurs concernant leur adoption ultérieure dans son rapport .
Selon leur étude, le rythme trop rapide dans l’adoption des CBDC pourrait déséquilibrer les systèmes financiers. Actuellement, les banques centrales détiennent d’importantes réserves d’argent sur les comptes des banques commerciales.

Le passage à la monnaie numérique nécessiterait le retrait des réserves des banques. Sans ces dépôts, les banques commerciales deviennent incapables d’émettre des prêts et des crédits. En fin de compte, cela affecte gravement les chaînes financières, les allocations de capital, les investissements et la croissance économique.

La BRI a également cité les discussions sur la responsabilité et l’infrastructure des banques centrales comme un autre facteur susceptible de ralentir l’adoption. Théoriquement, les banques centrales pourraient être les créatrices et les opérateurs de l’écosystème des CBDC.

Le problème est qu’elles manquent d’expertise dans les services financiers directs avec les utilisateurs finaux, contrairement aux banques commerciales. Pour gérer pleinement l’écosystème des CBDC, les banques centrales devraient le créer de toutes pièces ou collaborer avec des institutions financières privées et partager des fonctions avec elles. La monnaie numérique a un avenir certain.

Source DailyCoin

Précédent

Immobilier Orléans : les prix de logements neufs explosent

Suivant

Attention aux arnaques cryptomonnaies

Derniers articles de Crypto