Le prix de vente d’un immeuble battu sur les Champs Élysées

/
champs elysées

Le 150 Avenue des Champs-Élysées, propriété de Groupama Immobilier depuis 2009, vient d’être cédé au fonds d’investissement Cheval Paris pour un prix record sur cette prestigieuse avenue.

L’immeuble vendu par Groupama pour 800 millions d’euros environ

Un espace de près de 18 000 m² à moins de 300 m de l’Arc de Triomphe, du côté le plus ensoleillé de l’avenue, long de 60 m et à peine rénové, le 150 Champs-Elysées change de mains. Groupama Immobilier, propriétaire depuis 2009, a vendu l’immeuble au fonds d’investissement Cheval Paris à un prix record pour de l’immobilier tertiaire sur la célèbre avenue.

Le montant exact de l’opération n’a pas été précisé, mais l’acquéreur a déboursé plus que les 613 millions d’euros déjà encaissés par Groupama après la vente du 79 Champs-Elysées au fonds souverain norvégien Norges Bank en 2019. Selon Le Figaro, l’investissement total pour Cheval Paris, comprenant l’achat du site et la réalisation de la fin des travaux, sera de près de 800 millions d’euros.

Avec cette action, les Champs-Élysées confirment donc leur formidable attractivité. L’éditeur Groupama a acheté l’immeuble en 2009 avec le projet d’une importante rénovation. “Nous n’avions pas prévu de vendre l’immeuble, mais l’acquéreur qui est venu nous trouver nous a permis d’externaliser immédiatement la création de valeur qui devait être réalisée à l’issue du projet (2027)”, révèle au Figaro Éric Donnet, PDG de Groupama Immobilier officiel.

Occupé à l’origine par un cinéma UGC et des boutiques Celio et Swarovski, le bâtiment a fait partir ses occupants ces dernières années pour faire place à un vaste projet de rénovation. Groupama n’était pas vendeur au départ, envisageant d’y développer 5 000 m² de commerces, hôtels de luxe, restaurants… avant que Cheval Paris ne fasse une offre difficile à refuser.

« Nous cédons l’actif en l’état à Cheval Paris, qui a su proposer une offre en ligne avec nos attentes, et dont les ambitions pour l’immeuble et pour l’Avenue nous ont beaucoup séduits », explique dans un communiqué Eric Donnet, le directeur général de Groupama Immobilier.

Débutées fin 2021, les discussions se sont poursuivies jusqu’en juillet dernier, et alors que le marché a été ébranlé par la guerre en Ukraine, les conditions de ventes n’ont pas bougé. La vente représente un gain comptable de 400 millions d’euros pour l’assureur qui a racheté l’immeuble en bas de cycle après la crise de 2008. La société française réalise donc la création de valeur attendue à la fin du projet de rénovation, soit en 2027.

Quel(s) projet(s) pour cet immeuble ?

En juin 2020, après des mois de confinement, le cinéma UGC George V n’a pas rouvert. Son propriétaire, Groupama, n’a pas renouvelé le bail car le cinéma prenait trop de place et les loyers étaient jugés insuffisants sur l’avenue, qui subissait une forte pression immobilière.

Groupama avait d’autres ambitions pour cet immeuble. L’assureur envisageait d’ouvrir un hôtel de luxe en partenariat avec Accor depuis 2017. Un projet très avancé que Groupama nous confirme : « Le projet démarré en 2017 a terminé la phase préparatoire : conception, nettoyage, départ de la plupart des occupants… jusqu’à l’obtention des permis de construire et des autorisations d’exploitation commerciale ».

La compagnie d’assurances possède toujours plusieurs propriétés autour des Champs-Élysées, ainsi que le futur siège de TotalEnergies à La Défense, rappelle Le Figaro. Groupama entend rester dans le quartier, notamment avec les prochains Jeux olympiques, et une avenue redessiné qui devrait réduire la présence automobile.

Selon Éric Donnet, l’arrivée du RER Eole devrait aussi “faire passer le taux de fréquentation de 100.000 à 125.000 visiteurs par jour”. Groupama Immobilier a donc sauté sur l’occasion et devrait réinvestir l’argent “à partir du premier semestre 2023”.

Le projet a été remis au nouveau propriétaire, pour qu’il décide de poursuivre ou non. Cheval Paris, qui a acquis l’immeuble fin juillet, n’a pas dévoilé ses plans.

Cheval Paris est géré par Mimco Asset Management, l’un de ses souscripteurs pourrait être Canadian Brookfield. Le gestionnaire d’actifs gère un portefeuille mondial de plus de 510 milliards de dollars pour ses clients. Ses actifs sont concentrés dans l’immobilier, les énergies renouvelables, les infrastructures et les entreprises privées.

Précédent

Un premier hack sur le hard fork Ethereum PoW

Suivant

Pourquoi Ethereum chute après The Merge ?

Derniers articles de Immobilier