The Family attaque Oussama Ammar en justice

//
the family

The Family soupçonné d’avoir détourné 3 millions d’euros, Oussama Ammar est attaqué pour “abus de confiance” et “faux” devant un tribunal de commerce et dans une affaire pénale.

Les fonds détournés pendant la crise de la Covid

Une crise entraînant une autre, à Paris, The Family, incubateur de startups devenu un véritable fonds d’investissement, est en ébullition. Ce week-end, son duo principal, Alice Zagury (directice) et Nicolas Colin ont révélé avoir porté plainte contre le cofondateur de la société Oussama Ammar, démissionnaire en novembre dernier.

Oussama Ammar, présumé innocent alors que la procédure judiciaire ne remonte qu’au 23 mars, pour avoir prétendument détourné 3 millions d’euros d’investissements à usage personnel promis au nom de The Family entre 2019 et 2020.

Alice Zagury et Nicolas Colin ont condamné aujourd’hui le “silence” du cofondateur et son comportement de “traître” pendant la crise sanitaire, “nous suspectons un détournement d’environ 3 millions d’euros, qui ont été collectés en 2019-2020 par l’entité The Family (Global Godfathers) SPC. Ces montants étaient destinés à être investis dans diverses entreprises technologiques basées aux États-Unis entre décembre 2019 et octobre 2020”.

L’avocate de The Family Elsa Sammari explique : “une partie importante des 3 millions d’euros ont été versés à Oussama Ammar ou à ses holdings personnelles. Oussama Ammar était censé les réinvestir dans des startups, mais nous ne savons pas s’il l’a effectivement fait, et il a refusé de fournir les documents montrant qu’il l’avait bien fait”.

Oussama Ammar a quitté “The Family” brusquement en novembre dernier, ne fournissant que peu d’explications. L’image de l’incubateur, bien connue des médias et appréciée sur YouTube, a déclaré sur LinkedIn vouloir passer au “monde du Web 3” (cryptomonnaie, NFTs, DApps, etc.).

Mais selon Alice Zagury, le départ du cofondateur découle d’une demande de la direction en septembre 2021. Avec 3 M€ perdus, Oussama Ammar aurait reçu une demande de démission acceptée “immédiatement” par le concerné en raison de son “manque de coopération”.

À l’appui de son action en justice, The Family a indiqué avoir convoqué un médiateur, suivi de plusieurs cabinets d’avocats et d’un cabinet d’audit indépendant (PwC). Ce dernier devrait continuer à enquêter sur les flux de trésorerie entre The Family et les différentes holdings d’Oussama Ammar.

Une enquête compliquée à venir

Avec de telles annonces, difficile de rester crédible chez l’incubateur parisien qui a accompagné plus de 800 startups depuis sa création en 2013. Alice Zagury en profite pour annoncer que l’incubateur est devenu un fonds d’investissement avec un portefeuille de 120 startups et une participation totale estimée à 50 millions d’euros.

The Family a notamment soutenu et participé au capital de Heetch et PayFit. En juin 2020, en réponse à la crise, l’entreprise décide de fermer ses bureaux de Paris, Berlin et Londres pour adopter un modèle largement en ligne. “En ligne, le mensonge est difficile à repérer”, a déclaré la co fondatrice dans son message.
Cependant, un procès contre Oussama Ammar s’annonce compliqué. L’entrepreneur d’origine libanaise a déclaré sur son profil LinkedIn qu’il avait déménagé à Dubaï. Ses deux holdings personnelles, Fabuleo Ltd et Aletheis The First Ltd, sont enregistrées à Hong Kong (la première a déposé la marque TheFamily en 2013).

Pour ne pas être en reste, The Family a construit une vingtaine de structures entrelacées à travers le monde. Certaines entreprises sont implantées en France. Sur LinkedIn, Oussama Ammar a pris le temps de répondre aux allégations du 23 mars. Capital a annoncé le droit de réponse. L’entrepreneur a tenté de modérer en déclarant qu’il s’agissait d’un “différend juridique entre partenaires basé sur des rancunes personnelles. C’est dommage de se déchirer comme ça, mais c’est un classique. Les entrepreneurs le savent bien.”

Depuis 2020, il avance avoir participé à des heures de discussion. “Je suis toujours là pour répondre”, a-t-il ajouté. Quant au sujet des 3 millions d’euros, il a écrit : “Bien sûr, je veux que les investisseurs récupèrent leurs parts, mais je ne veux pas être un bouc émissaire. De plus, mes avocats ont fait plusieurs propositions de règlement, qui ont toutes été rejetées par The Family.

Précédent

Origins : le fonds d’investissement lancé par Blaise Matuidi

Suivant

Vers une nouvelle envolée de l’or et du bitcoin ?

Derniers articles de Investissement