The merge : la mise à jour Ethereum qui va tout changer

/
ethereum the merge

Les créateurs de la blockchain Ethereum ont indiqué depuis le début qu’ils entendaient être un écosystème moins énergivore. Le passage des protocoles de preuve de travail (Proof of Work) à la preuve d’enjeu (Proof of Stake) devrait changer la donne en termes de demande énergétique.

Mise à jour vers Ethereum 2.0 prévue pour le 22 juin 2022

Il y a à peine 6 mois, le nom mis à jour de la blockchain Ethereum, The Merge, était annoncé avec l’objectif de réduire les besoins énergétiques de l’exploitation minière de plus de 99,95 % par rapport à l’ancien processus. La date limite pour ce changement de protocole est le 22 juin 2022.

Ethereum sera une blockchain entièrement verte, les mineurs ASICS et GPU seront exclus du processus de vérification des blocs, et l’énergie sera compensée par un engagement financier. Afin d’avoir la qualité d’un nœud de réseau, il sera donc nécessaire de verrouiller un certain nombre de jetons (minimum et maximum).

Ce mécanisme tend à garantir l’honnêteté et la bienveillance des validateurs dans le domaine financier. Une entité qui a beaucoup investi pour devenir un nœud est plus intéressée à faire fonctionner le système et à le sécuriser qu’à le casser.

Le taux d’inflation annuel d’Ethereum passera du taux actuel d’environ 4 % à environ 1 %, ce qui rendra Ethereum encore plus rare, et peut-être même déflationniste, car chaque transaction sur le réseau Ethereum en absorbe une partie en brûlant l’offre de frais. Ce mécanisme a brûlé près de 2 millions d’ETH en 7 mois, soit 60% de l’émission.

Il y a quelques années, on pouvait encore comparer la consommation énergétique de la blockchain Ethereum à celle d’un petit pays. Le blog du réseau explique que l’objectif est de réduire cette consommation à la taille d’une petite ville américaine de 2 100 logements. À cette fin, la blockchain a déployé en 2020 la nouvelle « dorsale » du réseau, qui a pour effet de réduire considérablement les frais de minage des ETH en réduisant la consommation de mégawatts de plus de 50 fois.

Le passage d’un protocole de vérification de preuve de travail à une preuve de participation va s’accompagner d’une phase finale de mise à jour, appelée Docker, qui va permettre à Ethereum 1.0 de se relier à Ethereum 2.0. Les utilisateurs de la blockchain retiennent leur souffle, accrochés aux lèvres de Vitalik Buterin, l’informaticien qui a créé Ethereum et qui est connu pour retarder indéfiniment certaines annonces.

Pendant ce temps, l’ETH est sur une trajectoire haussière, passant de 2 366 € le 13 mars à 3 126 € début avril.

Les cryptos veulent réussir leur transition énergétique

Actuellement, Ethereum se concentre sur Klin, une phase conçue pour tester le futur réseau et résoudre tout problème avant une sortie publique. Une véritable méga-production qui a été un succès, suggérant que la fusion pourrait avoir lieu plus tôt que prévu.
Si Ethereum prend officiellement la tête d’une transformation complète, le public attend que Bitcoin prenne le relais. Si un simple changement de code suffit à améliorer la situation, le roi des cryptos semble réticent, et cette suggestion ne fait pas plaisir à tout le monde.

Loin de la controverse, Tezos nettoie également ses processus, mais n’a pas encore commenté son statut écologique. Cependant, il se classe aux côtés de Ripple et Solana comme la crypto-monnaie la moins énergivore.

En plus d’être efficaces, la preuve d’enjeu, la preuve d’historique et d’autres processus semblent faire fureur en ce moment. Bien que plus jeunes, les pièces récentes peuvent donner des leçons aux monnaies plus anciennes. Le bitcoin est peut-être le plus précieux et le plus connu, mais il a du mal à cacher son impact néfaste sur l’écologie, sonnant le glas de toutes les transformations actuelles de la blockchain.

Précédent

Elon Musk achète près de 3 milliards de dollars d’actions Twitter

Suivant

Impôts : vous pourrez faire votre déclaration à partir de jeudi !

Derniers articles de Crypto