Le fonds d’investissement PSG Equity prend les commandes de Budget Insight

//
Fonds investissement

L’open banking permet à quiconque de se connecter aux données de paiement des clients. La fintech française Budget Insight va tomber entre les mains du fonds d’investissement américain PSG Equity pour accélérer sa croissance en Europe, tandis que son rival Bridge vient de lever 20 millions d’euros auprès de BPCE et Truffle Capital.

PSG Equity injecte 31 millions d’euros

Les startups ont afflué sur le marché, estimé à plus de 15 milliards de dollars, et accélèrent son internationalisation depuis des mois. Budget Insight, racheté par Arkéa en 2019, vient de tomber entre les mains du fonds d’actions de croissance américain PSG.

Après sept ans d’autofinancement puis trois ans sous contrôle institutionnel, Budget Insight a ajouté une touche de capital-investissement à sa participation. La fintech d’agrégation d’informations bancaires a introduit à son tour PSG Equity, qui a injecté 31 millions d’euros.

Le Crédit Mutuel Arkéa a racheté fin 2019 80% du capital pour 29,4 millions d’euros, mais en a perdu le contrôle tout en restant au capital. La direction et les fondateurs, qui détiennent les 20 % restants, continuent également de prendre des risques.

Budget Insight est né en 2012 autour d’une solution B-to-C pour agréger les comptes bancaires dans une seule application, puis est passé au B-to-B, fournissant des API pour intégrer les données et documents financiers tout en permettant les paiements. Son chiffre d’affaires annuel récurrent (ARR) sera désormais compris entre 5 et 10 millions d’euros grâce à la commercialisation de ses solutions SaaS auprès d’environ 200 entreprises, banques et autres fintechs.

L’objectif est de porter ces revenus à environ 40 à 50 millions d’euros en cinq ans, simplement par croissance organique. Mais l’arrivée de PSG Equity devrait aussi permettre à Budget Insight de faire sa première acquisition à la conquête de l’Europe, même si elle reste jusqu’ici très tricolore. Pour aider à atteindre ces objectifs, cette année l’entreprise prévoit d’embaucher 50 personnes dans les domaines de la technologie, des affaires et des produits, sachant que la fintech emploie déjà 110 personnes.

« Je suis extrêmement satisfait depuis le début, il y a déjà plus de dix ans, de la façon dont cette aventure s’est déroulée. Nos réalisations passées et futures s’appuient sur nos prouesses technologiques et notre capacité à proposer l’une des meilleures technologies Open Finance du marché. Et pour cela, nous savons que nous pouvons compter sur notre équipe exceptionnelle et en forte croissance ! » Romain Bignon, fondateur de Budget Insight.

L’open banking et ses fintechs ambitieuse

Depuis sa création, le PSG accompagne les éditeurs de logiciels pour accélérer leur croissance afin qu’ils puissent gagner des parts de marché significatives et consolider ces dernières. L’équipe du PSG travaille main dans la main avec les chefs d’entreprise et les équipes de direction pour les aider à affiner leurs stratégies, à s’appuyer sur leurs atouts en matière de fusions-acquisitions et d’expansion internationale, notamment en Europe et aux États-Unis, tout en favorisant les plans d’investissement en cours. Budget Insight est le sixième investissement du PSG en France et son 16e investissement en Europe.

La révolution de l’open banking ne fait que commencer. Porté par la directive européenne sur les données de paiement (PSD2), ce phénomène permet à tout acteur de se connecter facilement aux données de paiement de ses clients et de fournir deux services : l’agrégation de comptes et les paiements par virement bancaire (également appelés « initiation de paiement »).

« De notre point de vue, Budget Insight occupe une position stratégique sur un marché des services financiers qui se transforme profondément avec le développement de l’Open Finance. Nous sommes convaincus que ce marché se structurera, au niveau européen, autour d’un petit nombre d’acteurs clés dont Budget Insight fait partie. Son engagement et son ambition de fournir aux institutions et entreprises de services financiers une connectivité complète, sécurisée et à forte valeur ajoutée nous a séduit. Notre accompagnement devrait lui permettre de développer rapidement sa présence en Europe et d’étoffer encore son offre. » Romain Railhac, directeur général de PSG.

Précédent

Quelle évolution possible pour le bitcoin en 2022 ?

Suivant

Le Royaume Uni change de discours concernant les cryptomonnaies

Derniers articles de Banques