Browse Tag

Europe

Avec le statut PSAN, Binance est contraint de réduire ses activités en France

//

Après des mois de travail acharné, Binance a acquis le fameux sésame PSAN (Prestataire de Services sur Actifs Numériques) le 4 mai 2022. Cette validation de la bourse crypto par l’Autorité des marchés financiers (AMF) ne signifie pas qu’elle n’a plus d’efforts à fournir. Afin de se conformer à la réglementation française, Binance devra interrompre certains services fournis à ce jour aux résidents français. Continuer de lire

Lacoste se lance dans les NFTs

/

Depuis près d’un siècle, la marque Lacoste innove et révolutionne le monde de la mode et du sport. En créant le premier polo en 1933, René Lacoste n’aurait peut-être pas imaginé que son crocodile aurait une telle carrière. En effet, à travers l’espace et le temps, la mascotte a prouvé qu’elle savait fédérer les environnements et mélanger les cultures. Une extension naturelle de l’aventure a été trouvée sur la blockchain aujourd’hui, avec le premier NFT officiellement collecté marqué comme Lacoste. Continuer de lire

Première journée de la semaine compliquée pour les Bourses Européennes

//

Les marchés boursiers mondiaux ont connu un début de semaine compliqué, les faibles données économiques des principales régions du monde obscurcissant la tendance. En dehors de Londres, les actions européennes ont terminé en baisse lundi, les investisseurs ayant limité la prise de risque dans un environnement de marché toujours prudent et des doutes sur les perspectives économiques. Continuer de lire

La CryptoQueen placée sur la liste des personnes les plus recherchées

/

Europol recherche activement Ruja Ignatova, la fondatrice OneCoin, un système de Ponzi. Ce dernier est l’un des fugitifs les plus recherchés d’Europe depuis le mercredi 11 mai 2022. En fait, Ruja Ignatova était à la tête de OneCoin, l’une des plus grandes escroqueries de l’histoire de la crypto-monnaie. Elle a également inspiré la BBC, qui a lancé une série de podcasts “The Missing Crypto Queen” pour retracer son parcours. Continuer de lire

Lhyfe, producteur d’hydrogène vert, lance son introduction en Bourse

//

Lhyfe lance son introduction en bourse sur Euronext, devenant le leader européen de la production d’hydrogène vert. En 2021, le Groupe réalise un chiffre d’affaires de 197 000 euros avec un Ebitda de -5 411 euros. Elle vise à atteindre un chiffre d’affaires d’environ 200 millions d’euros et un Ebitda équilibré d’ici 2026. À long terme, la société s’attend à ce que les marges d’Ebitda dépassent 30 %. La période de souscription commence le 9 mai et se termine le soir du 19 mai. Continuer de lire

La semaine dernière, le CAC 40 a perdu plus de 4%

/

La semaine dernière, la Bourse de Paris a terminé en forte baisse de 4,22 % en rythme hebdomadaire, le solide rapport sur l’emploi aux États-Unis ne provoquant pas l’euphorie traditionnellement observée lors de la lecture de bonnes statistiques. Au lieu de cela, cela a réveillé les inquiétudes des investisseurs concernant la vigueur actuelle des prix et un ralentissement économique imminent. Continuer de lire

Après avoir accepté les dons, l’Ukraine interdit les transactions cryptos avec la monnaie nationale

/

Quand on regarde la position qu’occupe le roi des crypto-monnaies dans le conflit entre l’Ukraine et la Russie, il est difficile de ridiculiser ou de discréditer le Bitcoin (BTC) même pour ses pires détracteurs. Alors que le gouvernement de Zelensky appelle toujours aux dons de crypto-monnaies, les banques locales ont été interdites d’accepter les transferts transfrontaliers de hryvnia (la monnaie nationale) vers les échanges d’actifs cryptographiques. L’achat de Bitcoin en hryvnia est désormais interdit même en Ukraine.

Tenter de protéger la monnaie nationale

La Banque centrale d’Ukraine n’autorise l’achat de crypto-monnaies qu’avec des devises étrangères d’une valeur maximale de 100 000 hryvnia (ou 3 400 dollars par mois) car elle vise à “empêcher les sorties de capitaux improductives du pays sous la loi martiale” et à empêcher l’épuisement des réserves de devises étrangères.

Dans un communiqué, la banque nationale déclare : « La Banque nationale d’Ukraine estime que lesdits changements amélioreront les conditions sur le marché des changes, ce qui est une condition préalable à un nouvel assouplissement des restrictions et à la réduction de la pression sur les réserves internationales de l’Ukraine. »

En invoquant la loi martiale et l’intervention militaire russe en Ukraine à partir du 24 février 2022, la banque centrale ukrainienne a ainsi interdit l’utilisation de sa monnaie nationale, la hryvnia, pour acheter des crypto-monnaies.

L’achat et le trading de crypto-monnaies sont en effet considérés comme des “transactions quasi-espèces” par le banquier central, ce qui les soumet à cette nouvelle limite ajoutée pour “empêcher les capitaux improductifs de sortir du pays”. Cependant, cette interdiction devrait être temporaire.

« Ces changements pertinents contribueront à améliorer le marché des changes, ce qui est une condition préalable nécessaire pour assouplir les restrictions à l’avenir, ainsi que pour réduire la pression sur les réserves internationales de l’Ukraine. »

Après avoir largement utilisé les cryptos pour financer la guerre, voici la régulation

L’interdiction temporaire de crypto-monnaie de l’Ukraine est très différente de l’accueil chaleureux initial du pays. Avant que la Russie n’envahisse l’Ukraine, le pays échangeait plus de crypto-monnaies que de monnaies fiduciaires.

Le parlement ukrainien a adopté un projet de loi le 18 février de cette année pour légaliser les crypto-monnaies et placer leur réglementation sous la surveillance de la Commission nationale des valeurs mobilières et des marchés boursiers.

Quelques jours après que la Russie a envahi son voisin d’Europe de l’Est, le ministère ukrainien de la Transformation numérique a lancé un appel aux dons de Bitcoin, Ethereum, Dogecoin, Solana et d’autres actifs numériques, créant une plateforme dédiée. Le pays accepte désormais quatorze crypto-monnaies différentes.

Le mois dernier, il a également lancé une collection de NFT commémorant la guerre. À ce jour, le pays a acquis plus de 150 millions de dollars en crypto-monnaies grâce à des collectes de fonds dirigées par le gouvernement et à d’autres initiatives. Ces dons permettent notamment l’achat de produits paramilitaires comme des casques ou des vestes.

Mais alors que la guerre se poursuit, la Banque nationale d’Ukraine craint qu’un flot d’argent hors du pays vers les systèmes de paiement internationaux n’exerce une pression sur sa monnaie. Pour éviter une situation similaire au rouble russe, l’Ukraine espère que les nouvelles restrictions aideront à maintenir sa monnaie en bonne santé.

Une semaine avant le début du conflit, le 17 février 2022, le parlement ukrainien a voté la loi sur les actifs virtuels, donnant un statut légal au bitcoin et aux crypto-monnaies. Malgré la guerre, le président Zelensky a officiellement approuvé la loi le 16 mars 2022. Cela n’a manifestement pas suffi à empêcher ce bannissement des échanges d’actifs numériques, que l’on espère temporaire, le temps de retrouver la Paix.

Une banque traditionnelle accepte les cryptos pour la première fois

//

C’est une grande première en France. Après les plateformes d’échanges spécialisées dans les crypto-monnaies, c’est au tour de la banque d’obtenir un enregistrement PSAN (Prestataire de Services sur Actifs Numériques) auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF). Difficile à gagner, le précieux sésame ouvre la voie aux crypto-monnaies pour ses heureux détenteurs. Continuer de lire

Les connaissances financières, la meilleure arme dans le contexte actuel

///

Pour réussir financièrement, la connaissance est essentielle. Cependant, de nombreux européens et américains manquent de connaissances financières. Du montant que vous économisez à la dette que vous devez, nombreux peuvent être les points de friction surtout en période de crise comme nous avons vécu durant la pandémie de Covid ou depuis le début de l’année avec la guerre en Ukraine. Cette situation est difficile pour beaucoup. Continuer de lire

L’allemagne est en avance concernant l’adoption des cryptos

/

Le pays le plus riche d’Europe s’intéresse de plus en plus aux cryptomonnaies selon un rapport de KuCoin, qui a partagé des statistiques encourageantes sur l’avenir des crypto-monnaies en Allemagne. En particulier, 44% des Allemands seraient intéressés pour investir dans les crypto-monnaies dans le cadre de l’avenir de la finance. Selon la même source, 37% des investisseurs allemands en crypto-monnaies négocient des crypto-monnaies depuis plus d’un an. » Continuer de lire

Fini l’interdiction de minage, le projet de loi Mica sera voté le 14 mars

/

Le Parlement européen semble déterminé à intensifier ses efforts dans le domaine de la régulation des crypto-monnaies. Même si le vote sur le projet MiCA, initialement prévu la semaine dernière, a finalement été retardé. Un texte controversé laisse entendre qu’une interdiction complète de la preuve de travail (PoW) de Bitcoin pourrait être de la partie. La cryptosphère a réagi contre cette mesure. Et une réécriture partielle de ce cadre légal dépend d’un nouveau vote le 14 mars. Continuer de lire

Un nouveau service de paiement sur Binance

/

Binance se dote d’un nouvel outil avec le lancement de Bifinity, et ses nouveaux services pour stimuler l’adoption de la crypto-monnaie et du Web 3.0, en particulier parmi les commerçants. Grâce à de nombreux partenariats stratégiques, en tant que fintech spécialisée dans le moyen de paiement Paysafe, Bifinity devrait s’implanter dans l’UE, au Royaume-Uni et en Amérique latine. Continuer de lire

En 2022, les élections au coeur des enjeux économiques

En 2022, de nombreux citoyens du monde entier seront appelés à voter. Le secteur financier, qui a besoin de visibilité et de prévoyance pour guider ses investissements, s’inquiète de cette instabilité liée aux campagnes et aux promesses des différents candidats. France, Kenya, Brésil, Corée du Sud… 2022 sera une année électorale et devrait bouleverser le paysage politique mondial. Le magazine économique américain “Fortune” a expliqué que les marchés financiers mondiaux pourraient faire preuve d’une certaine instabilité durant cette période. Continuer de lire

Le prix de l’immobilier en Europe explose

/

L’une des conséquences majeures de la pandémie de Covid-19 est la montée sans cesse du prix de l’immobilier. En France et partout en Europe, le marché de l’immobilier est en surchauffe. De cette manière, de plus en plus de ménages ne disposent plus du pouvoir d’achat pour l’acquisition d’une propriété.

L’offre immobilière est réduite

Le troisième trimestre de cette année 2021 est particulièrement marqué par une grosse montée des prix de l’immobilier. Ce phénomène est prouvé par les chiffres fournis par le réseau Century 21. D’après les données avant et après le confinement, on peut constater une baisse de ventes dont le recul est de 20%. Quant à l’année 2020, la baisse des ventes est de 5%. À l’heure actuelle, la montée du prix de l’immobilier flambe. La surchauffe touche en effet toute l’Europe.

L’augmentation du prix de l’immobilier a commencé depuis 2010 où celle-ci a été de 30% dans la zone euro. Cette montée s’est survenue dans tous les pays d’Europe sauf Chypre ou encore l’Espagne. Ces pays ont particulièrement été victimes d’un effondrement suite à la crise financière de 2009.

Une grosse montée du prix de l’immobilier

La hausse des prix de l’immobilier se montre beaucoup plus importante que l’inflation qui s’est survenue dans tous les pays européens. Ce phénomène est sans doute expliqué par le maintien des conditions d’octroi du crédit immobilier. Pourtant, à cause du confinement, l’offre de logement a été réduite. D’ailleurs, ce fait a été optimisé par le télétravail où un grand pourcentage des salariés passent par cette tendance. De cette manière, de plus en plus de ménages préfèrent habiter loin des grandes villes pour gagner plus de terrain. C’est la raison pour laquelle une baisse de l’immobilier est survenue.

De nombreux Européens sont mécontents de la situation

Face à cette tendance haussière du marché de l’immobilier, de nombreux pays ont démontré leur mécontentement. C’est en effet le cas des Espagnols qui se sont revendiqués en demandant un encadrement des loyers. C’est également le cas de l’Allemagne où les prix de l’immobilier ont augmenté de 10%.  À cause de cela, les Berlinois ont manifesté pour minimiser les prix du loyer.

La répression des cryptos en Chine en faveur de l’Europe

/

Le gouvernement chinois mentionnait que l’usage de cryptomonnaies reste désormais illégal. Cette décision est devenue de plus en plus stricte. La déclaration de la banque centrale chinoise vendredi a renforcé la répression sur les cryptomonnaies. Malgré le fait que cela permet de réduire les prix de ces dernières, l’Europe en tire profit.

Les cryptomonnaies sont pourchassées par la Chine

Jugées comme étant la source de nombreuses actions mauvaises pour l’économie et l’environnement, les cryptomonnaies en Chine restent illégales. La Chine est l’un des pays qui accueillent une capacité importante de mining. Pourtant, le gouvernement pourchasse les mineurs de cryptos. La décision adoptée se montre très stricte par rapport à celle des États-Unis. À savoir que les Américains pourchassent les acteurs de la communauté des monnaies numériques un par un. Effectivement, la SEC poursuivait les actions des bourses de crypto jusqu’en justice. C’est en effet le cas de la crypto Coinbase.

Un fait bénéfique pour l’Europe

Face à la répression des cryptos en Chine, le phénomène reste particulièrement bénéfique pour l’Europe, notamment l’Europe de l’Ouest. Cette décision leur permet d’augmenter les mineurs de crypto. À savoir que ces derniers participent au bon fonctionnement de l’économie cryptographique. Celle-ci peut recevoir jusqu’à 1 000 milliards de dollars sur une année. Ce coût représente jusqu’à 25% de toutes les activités cryptographiques se trouvant dans le monde entier. Cette valeur a été démontrée par les données de la société d’analyse blockchain Chainalysis.

Si l’Europe dispose d’une forte croissance en transactions de monnaies numériques, c’est grâce à la hausse des investissements en crypto. Selon Matthew Nemer, le cofondateur et PDG de la startup crypto américaine Linus, cette montée n’est pas surprenante.

La croissance de la transaction des monnaies cryptées

Selon les données reçues, le volume mondial des transactions en crypto en Amérique du Nord et en Europe de l’Ouest reste beaucoup plus important que celui de l’Asie de l’Est. Pourtant, les transactions en monnaies numériques en ce dernier ont connu une augmentation. À savoir que la montée de celles-ci se fait à un rythme relativement faible. Entre janvier 2020 à juillet 2021, la croissance des transactions passait de 31% à 14%. Cette baisse est sans doute expliquée par le fait que d’autres pays ont dépassé le marché de l’Asie de l’Est.

Source Investing

Les banques européennes peuvent faire face aux crises graves

/

D’après des tests réalisés récemment, les institutions financières européennes peuvent résister sans trop de perte à des crises économiques très graves. Et ce même quand leurs réserves financières ont été considérablement entamées. Mais comment exactement ces tests ont pu démontrer la force des banques européennes face aux crises économiques ?

Un test aux critères sévères

L’Autorité bancaire européenne a publié vendredi dernier les rapports des tests réalisés sur les banques européennes en parallèle avec un test réalisé avec la Banque centrale européenne. Des tests qui ont pour objectif d’évaluer la résistance de ces institutions face aux crises économiques qui peuvent survenir. Un test en particulier a d’ailleurs été retenu pour préparer ces entités aux pires.

Effectivement, avec ce test, ont été évaluées les conséquences prolongées de la pandémie Covid-19 en plus d’un environnement dont les taux les plus bas seront appliqués pour un certain temps. Il est important de savoir que le contexte de ce test s’étend sur une période de 3 ans à compter de 2020. Et se rapporte à la dégradation du capital des banques européennes estimé à 265 milliards d’euros en 2023. Cela s’explique par la chute pouvant excéder les 3% du PIB de l’Union européenne pendant ces 3 ans.

Un résultat plutôt positif

Toujours selon le contexte du test, le choc provoquera un important changement au niveau du ratio des fonds propres durs des banques. Ce taux est d’ailleurs l’indicateur qui permet de mesurer la solidité financière de ces institutions financières. Ainsi, d’après le test, ce pourcentage passera des 15 % à 10 % après la crise de 3 ans. Ce qui est un résultat plutôt positif qui permet d’attester que les banques de l’Europe peuvent parfaitement faire face à des crises économiques graves.

Ces tests ont toutefois permis de soulever certains problèmes. Comme le fait que les banques qui ne se diversifient pas trop au niveau international ou celles qui appliquent des revenus d’intérêts faibles seront les plus touchées par la dégradation du capital.

Source Lefigaro

Les actions en bourse européenne en baisse

//

Les investisseurs en bourse européenne surveillent de près leurs bénéfices avec la baisse des actions en bourse. Effectivement, les rapports de vendredi de Renault, BNP Paribas, IAG, Air France-KL occupent toute l’actualité en bourse européenne. Des rapports qui mettent en évidence la baisse des actions du marché européen. Mais aussi de nouvelles données très intéressantes qui montrent la hausse de 5 % de la banque italienne UniCrédit.

Une baisse des actions européennes enregistrées

Après la clôture de la session de vendredi, Londres rapporte que malgré les bons profits en entreprise des investisseurs, les actions européennes ont enregistré une certaine baisse. En effet, selon les rapports, l’indice du pan-européen Stoxx600 a chuté de 0,7 % environ durant les premières transactions. Tandis que les actions minières enregistrent une perte de 2,3 %. Un recul qui peut entraîner des pertes considérables d’autant plus que tous les secteurs et les grands marchés boursiers sont tous dans le négatif. Rappelons qu’après la catastrophe de Nasdaq100 avec Amazon qui n’a pas obtenu ses premiers bénéfices depuis 3 ans.  Les deux entités ont dû annuler leurs contrats futurs. Ce qui oblige Wall Street à faire une entrée en bourse très faible.

Les résultats en chiffre

Dans son rapport, BNP Paribas annonce une hausse annuelle de 26 % net de son profit pour ce deuxième trimestre avec 2,9 milliards d’euros. Un rebond qui a d’ailleurs dépassé toutes les estimations du marché grâce à la reprise des activités. L’action du géant de l’automobile français, Renault a elle aussi enregistré une hausse de 1,3%. Effectivement, pour le premier trimestre de cette année, la firme a récolté 350 millions d’euros net. Mais la hausse qui a marqué le plus l’esprit c’est sans aucun doute celle enregistrée par la banque italienne UniCrédit. En effet, l’institution financière dépasse tous les autres avec une hausse de 5 % de ses actions. Contrairement à la société d’assurance anglaise Intertek qui a enregistré une baisse des actions de 8%.