Une banque traditionnelle accepte les cryptos pour la première fois

//
banque crypto

C’est une grande première en France. Après les plateformes d’échanges spécialisées dans les crypto-monnaies, c’est au tour de la banque d’obtenir un enregistrement PSAN (Prestataire de Services sur Actifs Numériques) auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF). Difficile à gagner, le précieux sésame ouvre la voie aux crypto-monnaies pour ses heureux détenteurs.

La première banque à obtenir le statut PSAN

Alors que les échanges de crypto-monnaies se généralisent à l’international, la France ne fait pas exception. Loin du Salvador et de certains autres pays qui traitent désormais les monnaies virtuelles comme ayant cours légal, la France vient de faire un pas vers la normalisation des crypto-monnaies. La banque privée Delubac & Cie vient d’obtenir l’enregistrement PSAN auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF).

La France compte désormais un nouvel acteur enregistré en tant que PSAN, ce qui porte son total à 31. Mais l’heureux élu qui a rejoint la table des fournisseurs de services est différent des gagnants précédents. En fait, cette fois, il s’agit d’une banque plutôt qu’une entreprise spécialisée dans les crypto-monnaies (qui est pensée et adaptée à ce type de service).

Les nuances comptent. En plus d’être une institution financière indépendante, Delubac & Cie est un PSAN différent des 30 qui l’ont précédé. Fondée en 1924, la banque offre une large gamme de services aux entreprises, aux particuliers et aux dirigeants.

Cette institution presque centenaire n’est (a priori) pas du tout centrée sur l’espace crypto-monnaie et blockchain, ce qui pourrait théoriquement constituer une barrière supplémentaire à la fourniture de tels services (s’ajoutant aux réticences environnementales en France). C’est donc la preuve d’une réelle volonté de s’inscrire dans la modernité.

Difficile à obtenir, le statut PSAN permet aux entreprises de justifier leurs activités dans les actifs numériques. En France, 30 entreprises ont déjà reçu cet agrément, mais ce sont systématiquement des entreprises privées spécialisées dans les crypto-monnaies. En devenant le 31e PSAN du pays, Delubac & Cie s’est également imposée comme la première banque à investir sérieusement dans les devises non fiduciaires. Fondée en 1924, l’institution de près de 100 ans ne s’est pas du tout concentrée sur le bitcoin et la blockchain jusqu’à présent.

La banque prendra en charge BTC, ETH et XTZ dans un premier temps

La Banque Delubac & Cie a même détaillé sur son blog la gamme de services qui seront proposés dans un premier temps.

« Dans un premier temps, les trois premiers actifs numériques proposés seront le Bitcoin, l’Ethereum et le Tezos. Cette offre permettra d’investir sur des actifs réels numérisés ou tokenisés ainsi que des NFT (Non Fongible Token, jeton non fongible) et d’avoir accès au staking. »

Par conséquent, BTC, ETH et XTZ peuvent être achetés et confiés à cette institution qui les conservera pour le compte de ses clients. Si la présence de deux des plus grandes crypto-monnaies de l’industrie ne surprend personne, la disponibilité de Tezos (XTZ) peut être attrayante à première vue. Le protocole ne pointe qu’à la 48ème place des capitalisation boursière. Pourtant, cette cryptomonnaie est très connue en France, notamment dans les secteurs institutionnels et bancaires.

Concrètement, il sera donc possible d’investir dans le bitcoin, l’ethereum et le tezos. La banque sera chargée de stocker et de sécuriser les actifs cryptographiques de ses clients, et éventuellement leurs NFT, jetons non fongibles souvent assimilés à de l’art numérique. Un compte bancaire classique en somme, mais adapté aux monnaies numériques.

Même les banques “traditionnelles” commencent à miser sur les crypto-monnaies. Il faut dire que les devises non fiduciaires ont connu une croissance exponentielle ces dernières années, malgré la volatilité de leurs prix. Il n’est donc pas surprenant que les banques commencent à investir massivement dans de nouvelles devises. Société Générale s’intéresse particulièrement à Tezos depuis plusieurs années. Si la crypto n’est pas aussi connue que les protocoles Bitcoin et Ethereum, elle a sa place en France, notamment auprès des établissements bancaires.

Précédent

Miser en bitcoin dans un casino Partouche sera possible dès cet été

Suivant

L’ex PDG de Mt Gox veut lancer une agence de notation pour les projets cryptos

Derniers articles de Banques