Bourse : les prévisions font chuter le titre Elior de 20%

/
restauration rapide elior

L’atmosphère n’est actuellement pas au beau fixe chez Elior. Le spécialiste de la restauration collective a dégringolé en Bourse, de multiples intermédiaires financiers doutant de la capacité du groupe à briller dans un environnement inflationniste.

Les courtiers réduisent leurs prévisions

La météo boursière d’Elior est mauvaise. Le groupe de restauration rapide a chuté de 22,76% à 2,08 euros après que Stifel et JPMorgan ont abaissé leurs objectifs de prix alors que les conditions inflationnistes et les bilans restent sous pression.

En cause, les difficultés telles que les conditions économiques actuelles avec des paramètres défavorables liés à l’inflation et la pénurie de main-d’œuvre dans le secteur. Elior publiera ses résultats annuels le 23 novembre.

Pour les analystes de Stifel, qui ont maintenu leur recommandation de « vente » avec un objectif de cours de 2,20 euros, contre un objectif de cours précédent de 2,80 euros, le risque que la société ne respecte pas les estimations du consensus des analystes est élevé.

Dans une note de recherche publiée lundi, la maison de courtage a souligné les risques liés à l’environnement inflationniste actuel, aux pénuries de main-d’œuvre et aux charges ponctuelles suite à l’arrivée d’un nouveau PDG, ainsi qu’à la hausse des taux d’intérêt.

L’action n’était pas loin du nouvel objectif de cours fixé par JPMorgan. Le bureau d’études, qui a maintenu sa recommandation de sous-pondération, vise désormais le titre à 2 euros, contre 2,5 euros dans un rapport précédent.

Du côté d’Oddo BHF, la recommandation est sous-performante et l’objectif descend à 2,6 €. Les analystes d’Oddo BHF ont souligné les difficultés d’Elior à s’approvisionner en matières premières et à embaucher lors de sa rentrée cet été.

Stifel a réduit ses prévisions financières pour les trois prochaines années. Il table désormais sur un excédent d’exploitation total (Ebitda) de -48 millions d’euros en 2021-2022, contre -31 millions d’euros précédemment, 53 millions d’euros en 2022-2023 (auparavant 91 millions d’euros) et en 2023-2024 il vise 100 millions d’euros (initialement 133 millions) Le free cash-flow ne devrait pas être positif cet exercice-ci.

“Le bilan restera sous pression car nous prévoyons désormais un free cash-flow négatif pour l’exercice 2022/2023, le levier financier restant au-dessus du covenant.” estime Stifel.

Depuis 2014, la cotation a été divisée par 7

Pour les analystes de Stifel, Elior n’est tout simplement “pas encore tiré d’affaire”, D’après le bureau d’études, l’environnement inflationniste, les pénuries de main-d’œuvre et les coûts ponctuels associés à un nouveau PDG sont autant de risques qui empêchent Elior de répondre aux attentes consensuelles des analystes.

Du coup, les analystes du panel sont loin d’être convaincus de l’efficacité du plan de relance lancé par Bernard Gault, qui a pris la direction générale par intérim de l’entreprise (et est depuis devenu directeur général du groupe) après le départ de Philippe Guillemot.

Parallèlement, avec le retour de l’été, Elior fait face à des difficultés de recrutement, Oddo BHF a en outre souligné que la réduction de la main-d’œuvre disponible a entraîné de nouvelles augmentations de salaires.

Florent Thy-tine, responsable de la recherche actions chez TP Icap Midcap, propose plusieurs explications à la baisse des prévisions des analystes financiers :

« Certains éléments négatifs intervenus au cours du trimestre [juillet-août-septembre] (…) par ailleurs, la hausse des salaires chez Elior Services s’annonce supérieure à 5% selon nos estimations, bien plus forte que les anticipations du groupe. S’ajoute un recours accru à l’intérim alors que certains employés ne sont pas revenus après les vacances. Enfin, la perte sur l’arrêt des activités de Preferred Meals pourrait être supérieure aux 35 millions d’euros prévus ».

La dernière newsletter du groupe fait état d’une activité meilleure que prévu, notamment sa croissance organique de 25% au troisième trimestre de son exercice 2021-2022. Le groupe a ensuite expliqué avoir bénéficié “de meilleures conditions d’hygiène, mais aussi d’un fort développement commercial et d’une meilleure fidélisation de la clientèle”.

Parallèlement, Elior a confirmé ses objectifs pour le même exercice et ses objectifs à moyen terme. Un optimisme qui a par la suite séduit les investisseurs, et Elior a même clôturé la séance du 27 juillet avec un fort gain de 31,35%.

Depuis, les investisseurs ont cessé de croire qu’Elior retrouvera son aplomb d’antan. L’action a perdu plus des deux tiers de sa valeur depuis le début de l’année. Depuis son retour (réussi) en bourse à 14,75 € en juin 2014, la valorisation d’Elior a été divisée par sept.

Précédent

Russie : les paiements transfrontaliers en Crypto sont désormais autorisés

Suivant

Binance introduit une taxe pour burn les jetons Terra Classic (LUNC)

Derniers articles de Bourse