Browse Tag

CAC40

EDF : L’AMF valide l’OPA mais les salariés contestent

/

L’Autorité des marchés financiers (AMF) a approuvé mardi le projet de rachat d’EDF lancé début octobre par le gouvernement français, qui détient déjà 84% du capital de l’entreprise. Les autres actionnaires recevront 12 euros par action. L’opération de 9,7 milliards d’euros est stratégique pour l’Etat et vise également à envoyer un signal de confiance aux investisseurs de dette. Continuer de lire

En moyenne, les patrons du CAC 40 gagnent 369 fois le SMIC par an

/

Les PDG du CAC 40 ont gagné en moyenne 7,9 millions d’euros l’an dernier, ceux du SBF 120, 4,5 Millions d’euros. Ce sont principalement les primes annuelles et pluriannuelles qui font grimper ces chiffres. Le PDG de Stellantis, Carlos Tavares, est le patron le mieux payé du SBF 120.

Plus de 60 millions pour Carlos Tavares

En 2021, les patrons du CAC 40 ont gagné en moyenne 7,9 millions d’euros, soit plus de 100 fois la rémunération de leurs salariés. De leur côté les patrons du SBF 120 ont gagné 4,5 millions d’euros. Dans les deux cas, il s’agit d’un record historique, selon Proxinvest. En 2019, le revenu moyen des patrons des géants du CAC 40 était de 76 fois celui des salariés.

Dans son rapport annuel, le cabinet de conseil a indiqué mardi aux actionnaires que la rémunération des dirigeants avait considérablement augmenté. Au CAC 40, il est en hausse de 52% par rapport à 2019 ; au SBF 120, il est en hausse de 22%.

Par rapport à 2020, l’augmentation est encore plus importante, car cette année-là, de nombreux dirigeants ont renoncé à une partie de leurs salaires pour participer à l’ « effort national » et ont fait preuve d’ « exemplarité ».

Ces augmentations ont été tirées par les très bonnes performances post-Covid des entreprises en 2021 sur lesquelles certains éléments de rémunération sont indexés.

La rémunération totale moyenne des patrons de l’indice CAC 40 a augmenté de 52 %, tandis que la rémunération totale moyenne des dirigeants mandataires sociaux de l’indice SBF 120 des 120 plus grandes sociétés cotées en France a augmenté de 22 % à 4,5 millions d’euros.

L’augmentation est également due à “l’effet Carlos Tavares (Directeur Général du Groupe Automobile Franco-Italo-Américain) Stellantis (Peugeot-Citroën-Fiat…)”, dont la rémunération totale (fixe, variable, actionnaires) atteint un record inédit, atteignant 66,7 millions d’euros selon Proxinvest (19,15 millions d’euros selon l’entreprise).

“C’est la première fois en 15 ans qu’une entreprise propose une enveloppe totale de plus de 50 millions d’euros”, indique le rapport. La rémunération de Carlos Tavares a été rejetée par les actionnaires de Stellantis le 15 avril, mais le vote était purement consultatif au Pays-Bas, où est basée la société, contrairement à la France où ce vote est contraignant depuis 2018.

L’écart entre les données du constructeur et les données de Proxinvest est dû à l’utilisation de méthodes de calcul différentes, correspondant à la somme des rémunérations pluriannuelles lissées par Stellantis sur plusieurs années.

100 fois la rémunération moyenne des salariés

Pour établir son classement, le rapport Proxinvest a pris en compte tous les éléments de rémunération : fixe, bonus annuels, rémunération pluriannuelle long terme, distributions en actions libellées aux dates de distribution, avantages en nature, etc.

Toutes ces choses ont explosé l’année dernière. La rémunération fixe moyenne du CAC 40 a augmenté de 4,2% et les bonus annuels moyens de 33,6%, tandis que la valeur d’allocation des actions gratuites de performance du SBF 120 a atteint un niveau record, bondissant de 39,6%.

Autre point relevé par Proxinvest : “Pour la première fois depuis 8 ans, la rémunération moyenne des 40 patrons du CAC était plus de 100 fois la rémunération moyenne des salariés”, soit 369 fois le SMIC sur la base de 39 heures, selon le rapport.

Après Carlos Tavares, sur le podium en deuxième et troisième place se trouvent respectivement Bernard Charlès, PDG de Dassault Systèmes, avec une rémunération totale de 44,1 millions d’euros (+114%), et le directeur du leader mondial des centres d’appels Teleperformance Président-directeur général Daniel Julien et autres, avec une rémunération totale de 19,6 millions d’euros (+15%).

Ce dernier a la rémunération fixe la plus élevée du CAC 40 avec 2,2 M€ et a également le plus grand écart salarial avec les salariés du CAC 40. Le top 5 est finalement composé du PDG de Kering François-Henri Pinault avec 8,96 M€ et Paul Hudson DG de Sanofi (8,96M€).

Les placements pour investir ses étrennes de Noël

//

Avec la fin d’année viennent les fêtes et les cadeaux. A Noël, il n’est pas rare de voir le Père Noël glisser quelques enveloppes qui contiennent de l’argent sous le sapin. Ces étrennes de Noël peuvent être utilisées directement en les consommant mais selon le montant, il peut être judicieux de les épargner. Voyons quels sont les meilleurs placements pour vos étrennes de Noël ou celles de vos enfants. Continuer de lire

Les actionnaires salariés d’EDF font tout pour retarder l’OPA

/

L’AMF devrait se prononcer mardi sur la conformité de l’OPA de l’Etat sur EDF. Les hedge funds américains ont critiqué le manque de transparence de leurs opérations, demandant à la police boursière de se donner plus de temps. Quant aux salariés actionnaires, ils ont saisi le tribunal de commerce pour suspendre l’efficacité du précédent conseil d’administration d’EDF en faveur de l’offre. Continuer de lire

Bourse : les marchés européens en grande difficulté

/

Les taux d’intérêt sur les obligations d’État italiennes ont augmenté plus que les titres du reste de la zone euro lundi. S’ils ne paniquent pas, les investisseurs s’inquiètent des dépenses promises par la coalition au pouvoir et plus généralement de la soutenabilité de la dette publique du pays.

L’italie inquiète moins que la Grande Bretagne ?

Les taux d’intérêt sur toutes les obligations d’État européennes ont augmenté lundi. Mais l’un d’eux a connu une augmentation plus élevée que l’autre. Il s’agit évidemment des obligations italiennes. La coalition nationaliste de droite, qui a remporté les élections législatives de ce week-end, a été sanctionné par les investisseurs en raisons de ses plans de dépenses.

Les taux des obligations d’État italiennes ont augmenté de 15 points de base à plus de 4,5 %, tandis que les taux des prêts allemands ont augmenté de 10 points de base. Toutefois, pas de panique, contrairement à ce qui se passe outre-Manche, car cette victoire était largement attendue. Mais il y a clairement des inquiétudes.

Alors que les marchés financiers avaient les yeux rivés sur une victoire historique de l’extrême droite en Italie, c’est la Grande-Bretagne qui a semé la panique lundi. C’est la nouvelle première ministre britannique et chef du Parti conservateur Liz Truss et son chancelier Kwassi Kwaten qui inquiètent les investisseurs, pas l’inconnue “post-fasciste” de Giorgia Melloni.

Signe de cette méfiance, le taux obligataire italien à 10 ans a augmenté de 0,21 point à 4,54%, et a rapidement été rattrapé par le taux obligataire britannique à 4,24%, en hausse de 0,41 point sur la journée. Comme nous vous en parlions hier, le ROyaume Uni fait face à de grandes difficultés économiques avec une livre sterling au plus bas face au dollar qui a connu un creux historique qui n’avait pas été atteint depuis 1985.

De nombreuses incertitudes économiques et une nouvelle flambée des taux d’intérêt n’ont pas aidé les indices à rebondir et à s’extirper de leurs creux de l’année.

Paris recule de 0,24%, Francfort recule de 0,46%, tandis que Londres reste stable à la clôture (+0,03%). Milan a augmenté de 0,67% après que les résultats des élections législatives italiennes aient placé les Frères italiens post-fascistes en tête.

Les bourses mondiales tentent de garder leur calme

La Bourse de Paris a chuté pour la neuvième séance en dix séances. Le Cac 40 a clôturé en baisse de 0,24% à 5 769,39, après avoir atteint un nouveau plus bas intrajournalier à 5 736. La semaine dernière, l’indice parisien a réalisé sa pire performance hebdomadaire depuis la mi-juin en entrant en territoire baissier.

Sur le front des devises, l’EUR/USD a encore chuté (le plus bas de la journée était inférieur à 0,96), tandis que le GBP est tombé à un nouveau plus bas historique. L’indice du dollar américain a atteint un nouveau sommet en 20 ans aujourd’hui.

« Une telle poussée du dollar [considéré comme une valeur refuge] a historiquement entraîné des crises financières ou économiques, écrit Michael Wilson, de Morgan Stanley dans une note. S’il n’y a jamais eu un moment pour être à l’affût avant que quelque chose ne casse, ce serait celui-là. », ajoute-t-il.

En ce qui concerne Wall Street, la bourse new-yorkaise évolue de manière décousue, handicapé par un dollar de plus en plus fort qui pourrait réduire les bénéfices des multinationales américaines.

Le Dow Jones et le S&P 500 ont chuté de 0,4 % et 0,2 %, respectivement, tandis que le Nasdaq Composite a grimpé de 0,3 %, alors même que les rendements des obligations souveraines à deux ans ont augmenté pour une 13e session consécutive.

Fonds souverain norvégien : la neutralité carbone d’ici 2050 !

//

Le plus grand fonds souverain du monde, qui gère près de 1 200 milliards d’euros d’actifs, s’est engagé à n’inclure que des entreprises décarbonées dans son portefeuille d’ici 2050. Le fonds s’appuie déjà sur des normes environnementales l’obligeant à ne pas investir dans des entreprises qui causent des dommages écologiques graves. Ce nouveau virage a été décidé par son parlement. Reste à savoir si ce sera financièrement viable. Continuer de lire

Journée noire à Wall Street : pire baisse depuis mars 2020

/

Les investisseurs ont été surpris et déçus hier, au moment de l’annonce de l’IPC (Indice des Prix à la Consommation). L’inflation américaine a augmenté de 8,3 % sur un an, dès l’annonce de ces chiffres les bourses américaines et européennes ont commencé à baisser. L’indice parisien, le Cac 40 a mis fin à une séquence haussière et a chuté de 1,39% à 6 245 points. Maintenant, tout le monde pense que la Réserve fédérale augmentera son taux directeur de 75 points de base le 21 septembre. Continuer de lire

Bourse : une bonne réaction à la hausse des taux

//

Même si les bourses européennes ont clôturé sur une note positive la semaine dernière, les investisseurs professionnels restent prudents. La crise de l’énergie et le resserrement des politiques monétaires ont commencé à avoir un impact négatif à la fois sur les bénéfices des entreprises et sur l’activité économique globale. Continuer de lire

Aramco et Geely en pourparlers pour entrer au capital de Renault

//

Les pourparlers entre Saudi Aramco, le constructeur automobile chinois Geely et Renault sont en cours. Il s’agit d’une éventuelle entrée des deux sociétés dans le capital de Renault. Le constructeur automobile français envisage de séparer ses activités automobile en deux entités distinctes : une pour les activités électriques, et une autre pour les moteurs thermiques et hybrides. Continuer de lire

Le CAC 40 chute au mois d’août, les gains de juillet effacés de moitié

//

Mercredi soir, la Bourse de Paris a perdu 1,4% de sa valeur. Cette baisse fait partie de la tendance baissière plus large du mois d’août où les actions ne se sont pas bien comportées. Les investisseurs ont imputé cela à leur peur de l’inflation et au désir des banques centrales de relever les taux d’intérêt pour freiner la hausse des prix. En conséquence, la Bourse de Paris a perdu 5 % de valeur sur un mois par rapport au début du mois d’août. Continuer de lire

Bourse : Orpéa ne veut pas rembourser 30 millions d’euros de subventions

/

L’établissement privé pour personnes âgées Orpea est accusé d’avoir volé de l’argent public. L’État lui a ordonné le remboursement de 55,8 millions d’euros. Orpea souhaite restituer 25,7 millions d’euros à l’Etat mais refuse de rendre les 30 millions restants. Le groupe affirme que la demande de 55,8 millions d’euros est fausse et refuse de restituer les fonds. Une somme versée par la Sécurité sociale pour les aides-soignants qui n’avaient pas de qualification. Continuer de lire

Finance : record français et mondial du montant des dividendes versés aux actionnaires !

//

Le montant des dividendes versés par les grandes entreprises françaises a battu un record au deuxième trimestre. Cela s’est produit notamment avec les secteurs de l’énergie, de l’automobile et de la banque. Un nombre important d’entreprises de ces secteurs ont versé des dividendes qui ont atteint 44 milliards d’euros. De plus, ce record est également mondial : 544 milliards de dollars de dividendes ont été versés dans le monde. Cependant, beaucoup pensent qu’un ralentissement économique attendu entraînera une diminution significative des futurs versements de dividendes. Continuer de lire

Stellantis annonce des résultats stupéfiants malgré les difficultés du marché automobile

//

Le groupe automobile Stellantis, qui possède 14 marques (Peugeot, Citroën, Fiat, Jeep, etc.), a affiché des résultats semestriels records au premier semestre, malgré des conditions de marché extrêmement difficiles. L’Amérique du Nord reste la principale source de revenus du groupe, même si les performances financières en Europe se sont nettement améliorées. Continuer de lire

Forvia grand vainqueur de la séance boursière

//

Faurecia, qui a changé son nom en Forvia suite à l’acquisition de l’allemand Hella, a confirmé ses perspectives annuelles, même si un environnement “turbulent” a pesé sur ses comptes semestriels. L’équipementier automobile a fait du désendettement une priorité à travers un plan de cession d’actifs non stratégique d’un montant de 1 milliard d’euros. Continuer de lire

Bourse : le CAC 40 à la peine pour le 14 juillet

//

Le CAC 40 a terminé en forte baisse jeudi et d’autres actions importantes ont chuté après l’annonce indiquant que l’inflation américaine était à son plus haut niveau en 41 ans. Cette surchauffe pourrait entraîner de fortes hausses de taux par la Réserve fédérale, ce qui pourrait tuer l’économie. Les craintes de récession ont également pesé sur le pétrole et l’euro. Continuer de lire

Bourse : Valneva chute faute de commande pour son vaccin

/

Le titre du laboratoire franco-autrichien Valneva à la Bourse de Paris a chuté de plus de 20% lundi après avoir averti que son programme de développement de vaccins pourrait être interrompu “sans volumes de commandes suffisants”. Le vaccin n’a pas encore reçu d’autorisation de mise sur le marché dans l’UE. La société a appelé le gouvernement français à pousser la Commission européenne à se conformer à sa commande de Valneva. Continuer de lire

Cac 40 : Les gains du début de semaine se sont envolés

/

La Bourse de Paris a clôturé en baisse de 0,80% hier, faisant preuve de prudence avant la réunion de la Banque centrale européenne d’aujourd’hui et s’inquiétant après la révision à la baisse des prévisions économiques. L’indice star, le CAC 40 perd 51,72 points à 6448,63. Mardi, la côte parisienne avait perdu (-0,74%) la majeure partie de ses gains du lundi de Pentecôte. Continuer de lire

Première journée de la semaine compliquée pour les Bourses Européennes

//

Les marchés boursiers mondiaux ont connu un début de semaine compliqué, les faibles données économiques des principales régions du monde obscurcissant la tendance. En dehors de Londres, les actions européennes ont terminé en baisse lundi, les investisseurs ayant limité la prise de risque dans un environnement de marché toujours prudent et des doutes sur les perspectives économiques. Continuer de lire

Lhyfe, producteur d’hydrogène vert, lance son introduction en Bourse

//

Lhyfe lance son introduction en bourse sur Euronext, devenant le leader européen de la production d’hydrogène vert. En 2021, le Groupe réalise un chiffre d’affaires de 197 000 euros avec un Ebitda de -5 411 euros. Elle vise à atteindre un chiffre d’affaires d’environ 200 millions d’euros et un Ebitda équilibré d’ici 2026. À long terme, la société s’attend à ce que les marges d’Ebitda dépassent 30 %. La période de souscription commence le 9 mai et se termine le soir du 19 mai. Continuer de lire

La semaine dernière, le CAC 40 a perdu plus de 4%

/

La semaine dernière, la Bourse de Paris a terminé en forte baisse de 4,22 % en rythme hebdomadaire, le solide rapport sur l’emploi aux États-Unis ne provoquant pas l’euphorie traditionnellement observée lors de la lecture de bonnes statistiques. Au lieu de cela, cela a réveillé les inquiétudes des investisseurs concernant la vigueur actuelle des prix et un ralentissement économique imminent. Continuer de lire

L’OPA de la Banque Postale pour acquérir CNP Assurance a démarré

///

La Banque Postale poursuit sa stratégie de retrait de CNP Assurances de la Bourse. Le bancassureur lancera lundi sa prise de contrôle des actionnaires minoritaires des assureurs-vie dans le cadre d’un programme d’OPA simplifié annoncé en octobre 2021. La fusion des deux entités s’inscrit dans le projet « Mandarine » de Bercy de construire une « grande place financière publique ». Continuer de lire

Facebook et la BCE vont-ils faire chuter le CAC 40 aujourd’hui ?

/

La Bourse de Paris a clôturé en hausse, pour la troisième fois consécutive, de 0,22% mercredi, dopée par les résultats des entreprises outre-Atlantique et pas effrayée par des données d’inflation plus fortes que prévu dans la zone euro. Aujourd’hui le CAC 40 devrait baisser. Facebook a beaucoup déçu et la BCE est très attendue sur fond d’accélération de l’inflation en zone euro et d’un marché de l’emploi solide. Continuer de lire

Fin d’une semaine volatile sur les marchés boursiers

/

Les actions européennes devraient ouvrir près de l’équilibre. Sur le plan économique, avec une France en croissance de 7 % en 2021, la plus forte croissance depuis 1969, mais avec un PIB toujours inférieur de 1,6 % aux niveaux de 2019, les investisseurs devraient rester nerveux. Ils ont cherché à évaluer l’impact sur les actifs à risque de l’annonce d’un resserrement monétaire par la Fed. En termes de valeurs, l’industrie du luxe devrait être entourée après que le numéro un mondial LVMH a annoncé des résultats record pour 2021. Continuer de lire

Le CAC 40 chute suite aux tensions sur l’Ukraine

/

Les actions européennes ont terminé avec de nombreuses turbulences lundi 24 janvier 2022. Après une séance très tendue alors que les tensions s’intensifient entre la Russie et l’Ukraine, couplées à des craintes de resserrement monétaire à la veille d’une réunion de la banque centrale américaine, le CAC 40 a clôturé sous les 6.800 (-3,97% à 6.787,79), en baisse de plus de 4% au cours de la séance. À Francfort, le Dax recule de 3,80% à 15.011,13 points. Continuer de lire

Les marchés financiers rebondissent après les propos rassurants de la Fed

/

À l’ouverture ce mercredi, la Bourse de Paris devrait continuer à monter, faisant écho à la clôture du marché américain en hausse. Wall Street a été rassuré par les garanties proposées par le patron de la banque centrale américaine un jour plus tôt. Lors d’une audition au Sénat américain, le président de la Réserve fédérale des États-Unis (Fed) a assuré que la résilience du marché du travail lui permet désormais de normaliser sa politique monétaire. Il a promis une action prudente et accommodante sur les taux d’intérêt, sachant que l’inflation ralentirait d’elle-même alors que les goulots d’étranglements touchaient à leur fin. Voici plusieurs éclairages sur la situation. Continuer de lire

Les actions européennes et chinoises occupent le devant de la scène

/

La Bourse de Paris devrait commencer la séance avec des performances peu audacieuses ce lundi, avec des échanges attendus relativement calmes sans indicateurs avancés à l’ordre du jour de la journée. Cependant, les investisseurs semblaient se préparer à une autre semaine mouvementée, car les événements de la semaine dernière ont accru les craintes concernant les taux d’intérêt américains qui devraient augmenter plus rapidement que prévu. Le ton inattendu des “minutes” de la Réserve Fédérale américaine (Fed) publiées mercredi a entraîné une forte hausse des rendements des obligations d’État américaines, une évolution qui a rendu les investisseurs nerveux. Tour d’horizon sur la place boursière et les tendances qui se dessinent pour les mois à venir. Continuer de lire

La Fed stoppe les bourses mondiales dans leur élan

/

Les investisseurs se sont préparés à ce que la Réserve fédérale est la banque centrale des États-Unis (Fed) et la Banque Centrale Européenne commencent à augmenter les taux d’intérêt. Ils savent également que les banques centrales réduisent le montant des obligations qu’elles achètent chaque mois. En plus de cela, le tapering devrait entraîner une réduction des actifs de près de 9 000 milliards de dollars détenus par la Fed. Ce à quoi ils ne s’attendaient pas, c’est que ces trois choses vont se produire en même temps. Mais le procès-verbal de la réunion de la Fed de décembre publié mercredi laissait entendre que ce serait probablement le cas. Tour d’horizon sur le monde boursier, particulièrement chamboulé en ce début d’année 2022. Continuer de lire

Nouveau record pour la Bourse de Paris en ce début d’année

/

La Bourse de Paris a battu un record historique à la clôture ce lundi. Lors de cette première séance de l’année 2022, la Bourse de Paris a franchi et clôturé au-delà des 7200 points. En franchissant 7 200 points lors de sa première séance de l’année et en clôturant à 7217,22 points, le record historique datant de 2021 a été battu. Le précédent record intrajournalier était de 7 201,65 points et le record de clôture était 7 181,11 points. Pourtant, ses précédents records ne remontent qu’à fin décembre 2021. Le CAC 40, premier indice français a atteint un pic à 7245,66 points, nouveau record historique. Tour d’horizon sur la situation. Continuer de lire

2021, une année particulière pour les marchés financiers

/

La Bourse de Paris a connu une croissance rapide et forte en 2021, battant un record vieux de 20 ans et faisant même mieux que d’autres places de marchés dans le monde, avec une progression de près de 30 %. L’indice CAC 40 réalise sa meilleure progression annuelle depuis plus de 20 ans (+ 28,85 %). En 2020, l’indice phare français avait baissé de plus de 7 %. Paris a surperformé Francfort (+15,79 %), Londres (+14,30 %), Milan (+23 %), et a également surperformé les trois principaux indices américains. Tour d’horizon sur cette année 2021, ponctuée de multiples rebondissements dans le monde boursier. Continuer de lire

Marchés : une hausse se profile pour les Bourses européennes

/

Le degré de dangerosité moins important d’Omicron, démontré par une étude sud africaine, a rassuré les investisseurs et les marchés hier. De plus, si l’inflation et l’évolution des politiques des différentes banques centrales restent au centre des discussions, les statistiques positives sur la croissance et l’immobilier ont contribué à améliorer l’ambiance générale. Tour d’horizon sur les marchés boursiers. Continuer de lire

Places boursières : les marchés financiers européens devraient rebondir

/

Alors que la Réserve fédérale réduira son soutien à l’économie et que certains États ont adopté de nouvelles restrictions pour freiner les taux de contamination par les différents coronavirus, en particulier le nouveau variant Omicron, la Bourse de Paris a continué de baisser vendredi. Après la clôture du marché asiatique, les bourses européennes devraient rebondir ce matin, mardi 21 décembre. Tour d’horizon sur la place boursière sujette à une myriade de fluctuations. Continuer de lire

Bourse de Paris : une légère hausse en début de séance jeudi 23 septembre

/

Prête à accueillir la réunion de la Réserve Fédérale Américaine, la Bourse de Paris a commencé la séance du jeudi avec de la bonne valeur. Celle-ci a connu une progression de 0,65% qui se révèle être une excellente montée en performance. Cette hausse soulage de nombreux investisseurs par rapport à l’effondrement du géant chinois de l’immobilier Evergrande.

En attente des réunions de la FED du novembre

Vers 9h26, l’indice vedette CAC 40 a jeudi 23 septembre connu une montée de 43,20 points, ce qui lui porte à 6 680,20 points. Cette hausse survient après 2 séances consécutives dans la baisse. Selon Tangi le Liboux, l’analyste pour Aurel BGC, ce phénomène n’a rien de hasard après les conclusions apportées par le dernier comité de politique monétaire de la FED. Cette dernière a annoncé mercredi 22 septembre qu’une réduction du soutien monétaire à l’économie va avoir lieu.

Le calendrier va être annoncé lors des réunions du 2 et 3 novembre. C’est durant ces périodes que la réduction va avoir lieu. Par ailleurs, le taux directeur va également connaître une montée. Si cela devait survenir en 2023, le phénomène commencerait l’année prochaine.

Aucun impact d’Evergrande

La plupart des bourses du monde craignent l’endettement du géant chinois de l’immobilier Evergrande. Pourtant, la Bourse de Paris profite d’une augmentation. Celle-ci ne présente aucune conséquence. Dans le même contexte, le promoteur immobilier chinois affirmait qu’un paiement d’intérêts d’une partie des dettes a récemment été réalisé. À savoir  qu’un paiement ralenti peut causer de mauvaises conséquences pour les secteurs de l’immobilier.

Valneva dans la bonne valeur

Avec la situation actuelle, la fabrication de vaccins est optimisée. C’est pourquoi le titre Valneva a pu augmenter en valeur et profite d’une montée en performance de 8,23% à 14,36 euros. Sa réussite a sûrement été causée par la forte propagation du Covid-19.

Le luxe continue sa réussite

Les valeurs du luxe poursuivent leur progression, mais restent influencées par l’actualité en Chine. Pour le cas de LVMH, le titre profitait d’une hausse de 0,26% à 645 euros. Hermès, quant à lui, sa montée était de 0,93% à 1,297 euros. Kering grappillait de 0,87% à 648,40 euros. Pour finir, L’Oréal gagnait 0,88% à 387,85 euros.

Source Lecourrier

Bourse : crainte de l’inflation, le CAC 40 en baisse

/

Depuis le début de la semaine, la Bourse de Paris a connu une augmentation. Pourtant, elle a terminé la séance du vendredi avec une perte de 0,79%. Cette baisse a été marquée par les préoccupations de l’inflation et la consommation aux États-Unis.

Un vendredi en baisse pour le CAC 40

L’indice vedette CAC 40 a clôturé la semaine avec une perte de 52,40 points. Il est cependant à 6 570,19 points. Malgré une baisse de 1,40% sur la semaine, il bénéficie tout de même d’un gain de 18,35% depuis le début de l’année. Du côté des valeurs de luxe, elles ont particulièrement été positives. Après une semaine dans le rouge, de nombreux indices ont regagné des terrains. C’est en effet le cas de Kering, Hermès et LVMH. Par contre, BNP Paribas Fortis cédait 2% du capital d’Euronext.

La cote parisienne perdait aussi des points

La baisse a également touché la cote parisienne qui lui conduit à 6 700 points. Selon le gérant chez Milleis banque, cette valeur correspond à un seuil technique important. La séance de la fin de la semaine s’agit « des quatre sorcières » étant donné qu’elle met en évidence l’échéance des contrats à terme, des options d’achat sur les indices boursiers ainsi que sur les actions individuelles.

L’économie mondiale qui s’affaiblit

D’après M. Kerhor, des tensions existaient sur les marchés. Cependant, l’économie s’affaiblit de plus en plus dans le monde entier. Bien évidemment, ce phénomène est marqué par de multiples faits. Selon les prévisions de nombreux économistes, les consommateurs ont du mal à faire confiance. Cela est probablement dû à la consommation aux États-Unis.

La réunion de la semaine prochaine tant attendue

En outre, les investisseurs surveillent de près l’inflation. À savoir que celle-ci en zone euro représentait 3% sur une année pour le mois d’août. Cette valeur a été indiquée par l’Eurostat. De son côté, les instituts monétaires affirment que cette période n’est que transitoire. La Banque centrale européenne ne va pas remonter ses taux avant l’année 2023. Le calendrier et les perspectives claires sont particulièrement attendus par les investisseurs. Pour cela, une réunion concernant ceux-ci va avoir lieu mardi et mercredi prochain.

Bourse : est-ce le bon moment pour vendre ?

/

Depuis le début de la semaine, les indices boursiers se retrouvent dans leur bonne performance. De nombreux d’entre eux ont même pu profiter d’une hausse record. Face à cela, les investisseurs se questionnent si, actuellement, c’est le bon moment pour vendre. Liquidiez vos actions si vous avez besoin d’argent. Par contre, certains attendent pour pouvoir profiter de bénéfices encore plus importants qu’actuellement.

Une bonne performance pour les indices boursiers

Depuis le début de l’année, la performance de la Bourse est dans le vert. Cela concerne en général tous les grands indices boursiers hors Chine, notamment le CAC 40, Dax, Dow Jones, S&P 500, Nasdaq, etc. Ils ont pu bénéficier de meilleurs gains qui peuvent atteindre les 2 chiffres.

Aussi, la grande majorité des titres se sont également optimisés en performance. Parmi ceux qui se démarquent, il y a Dassault Systèmes, LVMH, Allianz Europe Eq. Growth, etc.  Ceux-ci profitent d’une augmentation de plus de 20%.

Le CAC 40 dans la bonne valeur

Pour le cas du CAC 40, il se montre particulièrement très performant depuis novembre dernier. Cette augmentation a sans doute été causée par l’efficacité des vaccins qui lui permet de profiter d’une tendance haussière constante. Cela ne présente aucune phase de consolidation qui est de l’ordre de 5 à 10%. Par contre, des phénomènes lui ont fait subir une phase de correction. Ces faits sont la propagation du variant Delta du Covid-19 et les tensions économiques qui se sont passées entre les États-Unis et la Chine. Il en est de même pour la période de l’inflation.

 Vendre ou pas ?

Face aux nombreuses difficultés, des stratégies ont été adoptées pour que la performance soit optimale. Certes, pour savoir si c’est le bon moment pour vendre, il est nécessaire de mesurer les anticipations sur le CAC 40 jusqu’au 31 décembre. Il est aussi important de connaître le nombre d’années où vous pouvez garder votre épargne Bourse.

Il est aussi recommandé de prendre connaissance de ce que vous pouvez réaliser avec vos actions et fonds. En principe, ceux-ci n’accèdent qu’à partir d’un compte-titres ordinaires et un plan d’épargne en actions ou PEA. Il est possible de les placer en assurance vie.

Le conseil des experts et des plus avisés est très certainement de prendre des gains au fur et à mesure de la montée. Il n’est pas possible de prévoir le plus haut ni de prévoir le retournement. Quoi qu’il en soit, formez vous et faites vous conseiller par un spécialiste financier si vous hésitez.

Bourse de Paris : une baisse de 1.08% ce vendredi 03 septembre 2021

/

Après de nombreux jours d’augmentation en valeur, la Bourse de Paris a clôturé vendredi avec une légère baisse. La régression correspond à 1,08% de sa capitalisation. Cette perte a sans doute un rapport avec la création d’emplois aux États-Unis qui touche le marché boursier du monde entier.

La tendance des indices

L’indice vedette CAC 40 a été victime d’une perte de 73,09 points. De cette manière, il est actuellement à 6 689,99 points. La baisse en valeur a aussi touché le géant de la grande distribution Carrefour. Il perdait de -2,23 % à 15,53 euros. Sur la semaine, le titre a perdu 8,11% en 7 jours. À savoir que le milliardaire Bernard Arnault a pris le soin de vendre sa participation.

Par contre, la cote parisienne a pu monter en valeur qui est de l’ordre de 0,12%. Depuis le début de l’année 2021, un gain de 20,51% a été constaté. Aussi, le luxe a aussi progressé en valeur.

Un rapport d’emplois américains insatisfaisant

Très attendu par les investisseurs, le rapport mensuel du département du Travail américain présente un grand impact au niveau boursier. Pour le cas du secteur de l’enseignement, ceci doit offrir à la Réserve fédérale américaine (la FED) l’occasion d’avoir une décision sur un calendrier de réduction du soutien monétaire. Effectivement, il y a plus d’un an, ce dernier a pu permettre au marché boursier d’être dans le vert. Pourtant, la FED se trouve dans une situation qui lui est défavorable, selon Andréa Tuéni, analyste chez Saxo Banque.

Un soutien monétaire prolongé

Seulement 235 000 emplois ont été créés pour ce mois d’août alors que les économistes attendent jusqu’à 750 000 nouveaux postes. Effectivement, ce nombre d’emplois a grandement régressé par rapport à celui de juin et juillet. C’est grâce à ce fait que l’institution monétaire a pris la décision de prolonger son soutien. Heureusement, il y a plusieurs mois, la FED ne cessait de dire que son aide ne serait pas réduite tant que l’économie et le marché de l’emploi américain ne seraient pas stables. Ceux-ci doivent se remettre de la crise économique et sanitaire causée par la pandémie Covid-19.

Source Lecourrier

Bourse de Paris : une rentrée 2021 dans le vert

/

À la fin de la séance du mercredi 01 septembre 2021, la Bourse de Paris a particulièrement brillée. De la bonne performance a été constatée. La montée est de 1,18% qui est spécifiquement portée par les valeurs du luxe. Celle-ci est aussi due au soutien des banques centrales aux marchés mondiaux.

La progression continue

La bourse de Paris progresse, depuis quelques jours, de manière continue. À commencer par l’indice vedette CAC 40, celui-ci gagnait 78,51 points si la veille il était en baisse de 0,11%. L’indice vedette se retrouve actuellement à 6.758,69 points. La hausse performance de la Bourse de Paris reste un avant-goût du rapport mensuel de l’emploi américain. En principe, ce dernier va être publié ce mercredi par le département du travail américain.

Pour la cote parisienne

Une bonne performance a aussi été constatée pour la cote parisienne, ce qui lui permet d’être à 6.780 points. Effectivement, les différents indicateurs de la journée restent plutôt optimisme pour les investisseurs. Il en est entièrement le cas de premiers chiffres de l’emploi de la semaine aux US. L’emploi créé se révèle être deux fois moins que le nombre attendu. Seulement, 374 000 emplois ont été recensés pour l’instant.

Pour ce qui est des actions en banques centrales, celles-ci participaient dans la montée en performance des bourses depuis plus d’un an et demi.

Le secteur du luxe

La montée en performance concerne également les entreprises du secteur du luxe. Parmi le top 10 des meilleures performances, il y a LVMH qui grappillait de 3,19% à 646,80 euros. Aussi, on peut citer Kering et Hermès qui ont respectivement gagné 2,11% à 688,20 euros et 2,05% à 1 250 euros. Une excellente progression est survenue pour la rentrée malgré la phase de ralentissement des indicateurs en Chine ainsi que des craintes publiques des autorités.

Le titre Pernod Ricard, l’une des meilleures enseignes spiritueux a pu gagner 3,71% à 184,55 euros. Effectivement, la société a pu profiter de nombreux nombres de ventes au meilleur prix aux États-Unis et en Chine. C’est la raison pour laquelle son chiffre d’affaires montait de 4%.

À part cela, le marché de l’automobile en Hexagone a baissé. Pour le cas de Renault, il a perdu 1,59% à 30,95 euros. En ce qui concerne Stellantis, la perte correspond à 0,61% à 16,83 euros.

Source Lerevenu

Septembre : mois critique de la Bourse de Paris ?

/

Depuis 1950, le mois de septembre est mauvais pour la Bourse de Paris.  En principe, une grande perte est constatée selon Eric Galiègue, le président de Valquant Expertise. Ce prochain mois, le CAC 40 va-t-il suivre la tendance traditionnelle ?  Quelles sont les causes de cette dernière ?

Une performance négative pour le mois de septembre

Ce mois d’août, la Bourse de Paris a en règle générale connu une augmentation, malgré quelques phases de correction. Pourtant, cette tendance haussière devrait prendre fin avec l’arrivée de septembre. Effectivement, historiquement, septembre reste le mois où le CAC 40 se retrouve en performance négative. D’après l’analyste financier Eric Galiègue, le président de Valquant Expertyse, c’est le mois maudit de la Bourse de Paris. L’analyse a été faite à partir d’un indice reconstitué avant cette année.

Selon les données reçues, sur 30 ans d’existence, le CAC 40 a connu au moins 6 chutes dévastatrices en septembre même si la performance en août a été bonne.

Ce qui explique le fait

Selon l’expert, la tendance baissière du mois de septembre de la Bourse Paris est due aux désillusions où les investisseurs ont, durant les  premiers mois, connu de la bonne performance. La baisse de la valeur du CAC 40 est expliquée par la mauvaise saisonnalité à partir de ce mois de septembre. Pourtant, d’après Eric Galiège, la baisse de la performance de la Bourse de Paris n’aura pas lieu pour ce mois de septembre. En effet, les révisions sont spécifiquement à la hausse.

Le bon moment pour lancer l’investissement

Après une analyse des données depuis 1950, avril reste également un mois négatif de l’année en matière de performance. L’idéal serait donc de se lancer dans l’investissement entre novembre et avril. Il en est de même pour la période de mai à octobre. Certes, septembre et mai sont les mois où la performance de la Bourse de Paris se révèle être négative.

Pour éviter les mauvaises surprises, il est nécessaire de suivre des conseils sur les actions, indices ou encore les crypto-monnaies. De nombreux moyens s’offrent à vous concernant cela.

Une légère hausse de la Bourse de Paris pour ce mercredi

/

Il y a quelques jours, la Bourse de Paris restait stable. Elle a terminé la séance du mercredi avec une légère hausse qui est de l’ordre de 0,18% de sa capitalisation. Ce petit rebond fait particulièrement l’œuvre d’un attentisme sur les marchés d’actions à la veille du symposium des banquiers à Jackson Hole.

L’indice CAC 40 a légèrement monté en valeur

Malgré la stabilité de la Bourse de Paris, une petite montée a été constatée pour celle-ci ce mercredi. L’indice CAC 40 gagnait ainsi en valeur qui est de l’ordre de 12,17 points alors que la veille il repliait de 0,28%. De cette manière, il est à 6.676,48 points. Bien évidemment, d’après Yann Azuelos, un gestionnaire de portefeuille chez Mirabaud France, cette montée reste légère, ce qui évite aux investisseurs de se lancer dans un investissement.

Avec le retour à la normale de la vie en Hexagone, le ministre de l’Économie Bruno le Maire mentionnait ce mercredi “qu’il est temps au gouvernement de mettre un terme au soutien des secteurs économiques”.

Une montée idéale la veille du symposium de Jackson Hole

Le marché d’actions va attendre jusqu’à la fin de semaine après la réunion des grands argentiers du monde entier de Jackson Hole aux États-Unis. C’est ce symposium qui confirmera la FED. C’est cette dernière qui préparera le ralentissement du programme de rachats d’actifs qui est de 10 à 15 milliards de dollars. Cette réunion va mettre en place des stratégies qui va garantir une remontée des taux le plus tôt possible.

L’attente de la réunion de politique monétaire

La semaine dernière, un compte rendu d’une réunion de politique monétaire a été publié. Cela affirmait que la FED pourrait ralentir le rythme de ses achats d’actifs avant que cette année ne soit terminée. Cela devrait toujours avoir lieu, malgré le fait que certains de ses membres n’attendent pas à une diminution avant que l’année 2021 ne soit terminée.

C’est la raison pour laquelle, la grande majorité des investisseurs attendent à ce que la FED réalise son annonce. Normalement, la réunion se déroulera le 22 septembre prochain.

Source Lesechos

Bourse de Paris dans le vert, mais menacée par le variant et Jackson Hole

/

Après une légère tendance haussière, le CAC 40 se trouvait stable ce mercredi. La hausse valeur de la Bourse de Paris doit être maintenue jusqu’à l’ouverture du symposium de Jackson Hole. Bien évidemment, la stabilité maintenue jusqu’à jeudi permet de rassurer les opérateurs.

Une montée légère pour le CAC 40

Les indices S&P et le Nasdaq Composite gagnait en valeur en quelques points. Après quelques jours dans le vert, ils ont pu terminer la séance du mardi avec de nouveaux records à New York. C’est grâce à cela que les bourses européennes permettent d’ouvrir la séance du mercredi avec une bonne note.  À seulement 30 minutes des premiers échanges, le contrat future CAC 40 grappillait de 3 points.

Cette montée légère depuis quelques jours semble être le résultat d’une prudence face à l’ouverture du symposium de Jackson Hole. Ce dernier consiste à une réunion des grands argentiers du monde. En commençant ce jeudi, celle-ci permet la participation de Jerome Powel, le PDG de la Réserve Fédérale Américaine. Son discours va consister en les prévisions économiques pendant lesquelles les investisseurs peuvent bénéficier d’une réduction des achats d’actif de la banque centrale.

Crainte d’une montée de la propagation de la pandémie Covid-19

La pandémie Covid-19  implique de nombreux risques pour l’économie. Heureusement qu’aujourd’hui sa forte propagation est maîtrisée. Pour le cas des États-Unis, le nombre des personnes infectées ne cesse d’augmenter, mais à un rythme réduit qu’auparavant. Selon Chris Meekins, un analyste de santé chez Raymond James, une diminution des nouveaux cas et des hospitalisations a été constatée. Les marchés financiers sont persuadés que la crise de la pandémie covid-19 atteignent sa fin.

Même en Asie, notamment en Chine, la propagation de la pandémie reste sous contrôle. Pourtant, la Banque populaire de Chine ne cesse de renforcer leur aide aux petites entreprises.

L’IFO, la meilleure valeur à suivre pour ce mercredi

À 10 heures ce mercredi, l’indice IFO gagnait le titre de la meilleure valeur à suivre. D’ailleurs, celui-ci a depuis le début de ce mois d’août connu une bonne performance.

Pour ce qui est des entreprises, il faut attendre jusqu’à la clôture du Jackson Hole pour connaître les résultats semestriels d’Eiffage.

Une tendance haussière attendue pour la Bourse de Paris

/

Malgré la forte baisse de la semaine dernière, la Bourse de Paris a terminé la séance du vendredi en hausse. C’est pour cela qu’une augmentation est attendue pour ce début de semaine avec une montée en valeur de 0,7%. Effectivement, le contrat future CAC 40 permet sans doute le gain de ce pourcentage.

Une montée après une dure semaine

La semaine dernière, la Bourse de Paris a été victime d’une baisse en valeur qui reste historique cette année. Malgré cela, elle a rebondi ce vendredi avec une montée qui reste intéressante pour les investisseurs. Depuis l’ouverture de la séance du lundi, une montée est fortement attendue pour le CAC40. Cette augmentation devrait être de l’ordre de 0,7%. À savoir qu’à New York, une progression de 0,65% a été recensée pour le Dow Jones. Il en est de même pour le Nasdaq Composite.

Le planning de la semaine

Si la montée de la Bourse de Paris est fortement attendue pour ce lundi, c’est que la semaine qui vient va être surchargée. En effet, il y a le symposium de Jackson Hole où les grands argentiers du monde entier se réunissent. La réunion va commencer ce jeudi et prendra fin le samedi. Le Jackson Hole permet la participation de Jerome Powel qui est le président de la Réserve fédérale américaine.

La valeur du côté des indices

Pour les indices PMI d’activité du mois d’août, une baisse a été constatée. Ce mois d’août, les indices PMI vont profiter d’une montée en valeur. La régression de la composante manufacturière consiste à 0,4 point, ce qui lui permet d’être à 63 points. Dans les services, une baisse de 0,7 point est attendue.

Pour ce qui est des logements existants, une progression de vente a été constatée pour ce juillet. Si pendant le mois précédent le consensus était de 5,6 millions, ceci est devenu 5,8 millions pour le mois de juillet. Il est à noter que la Banque centrale va lancer dans la réduction du prix de ses achats d’actifs. Cette décision va être appliquée avant la fin de cette année 2021.

Source Lesechos

Une perte de 0,16% pour la Bourse de Paris

/

Après des semaines de montée en valeur, la Bourse de Paris a commencé lundi dans le rouge. Cela a sans doute été causé par la grande propagation du variant Delta sur le monde entier ainsi que la situation alarmante en Afghanistan. Pour ce mercredi, la Bourse de Paris a cédé 0,16%.

Les causes de la régression de la Bourse de Paris

Dans la plupart des cas, les bourses européennes ont commencé la semaine dans le rouge. Une baisse considérable a été constatée. Cette régression a sans doute été causée par un ralentissement de la reprise économique dû au variant Delta qui touche presque les pays occidentaux. D’un autre côté, les talibans qui s’emparaient du pouvoir en Afghanistan restent une des causes de la baisse de la Bourse de Paris. Vers 9h12, l’indice CAC 40 a perdu du terrain et a cédé 11 points. Il est donc actuellement à 6.808,84 points.

Un début de semaine dure pour la bourse européenne

Selon Michael Hewson, analyste de CMC Markets, cette semaine se révèle être négative pour les marchés européens. Bien évidemment, des pertes ont été constatées. Celles-ci sont tout de même  minimisées par rapport au gain de l’année.

Ce mercredi, les investisseurs attendent la publication du compte-rendu en ce qui concerne les discussions de la dernière réunion de la Banque Centrale Américaine. D’après Ipek Ozkardeskaya, analyste Swissquote, des indications sont fortement recherchées par les investisseurs pour mettre en évidence une baisse du soutien monétaire.

Une diminution pour presque les marchés boursiers

La baisse de la valeur du marché boursier ne touche uniquement pas Paris. Pour le cas du Royaume-Uni, l’inflation a permis de réduire sa valeur jusqu’à 2% sur un an en ce mois de juillet. Cette correction s’est survenue après une tendance haussière des prix de 2,5% en juin.

Egalement, la régression de la valeur de la capitalisation touche également le titre du géant énergétique et poids lourd de la cote. Celle ci perdait 0,90% à 37,49 euros.

Source France24

Une tendance haussière attendue de la Bourse de Paris

/

Il y a quelques semaines, la Bourse de Paris a rebondi en profitant d’une montée en valeur. Pourtant, cette tendance haussière est stable. Le marché parisien doit tout de même être en augmentation avant la publication des derniers chiffres de l’inflation aux États-Unis. Celle-ci peut affecter grandement la tendance de la Bourse de Paris.

Une montée de la valeur de la Bourse de Paris doit avoir lieu

Selon les données du Courtier IG, le contrat à terme sur le CAC 40 a grimpé de 5,5 points. Ceci correspond à une montée de 0,1%. Ce chiffre a été publié ce mercredi à 8h25. À savoir que ce mercredi, les investisseurs attendent la publication de l’indice des prix à la consommation aux États-Unis. Ceci concerne le mois de juillet.

Selon la présidente de la Réserve Fédérale ou FED de Cleveland, Loretta Mester, de nouvelles stratégies concernant le ciblage de l’inflation devraient être mises en place avant la publication des données sur l’inflation aux USA.

Ces stratégies vont également être adoptées par la Banque Centrale Européenne ou BCE. Cette responsable a aussi précisé que le changement qu’apportait la crise sanitaire de la pandémie reste bénéfique pour les banques centrales.

Europe
Europe, Bruxelles – ©AdobeStock

Des nouvelles stratégies adoptées ce mardi

Le Président de la Réserve Fédérale de Chicago, Charles Evans, mentionnait ce mardi que certaines conditions doivent être respectées pour l’économie afin   que la Banque Centrale puisse minimiser les achats d’obligations. À savoir que ceux-ci sont de 120 milliards de dollars par mois.

Mardi, les fonds d’investissement Pershing Square Holding affirmaient une participation de 7,41% dans Universal Music Group. Ce pourcentage correspond à 2,8 milliards de dollars. Cette action lui permet de profiter de 128 millions d’actions du major musical dont le prix unitaire est de 21,78 dollars. La valorisation de cette transaction est de l’ordre de 38,7 milliards de dollars. Les fonds d’investissement sont même prêts pour acquérir 2,9% supplémentaires de la capitale d’UMG.

Source Zonebourse

Bourse : les tendances stagnent

/

Après des semaines de reprise en ligne, les Bourses européennes sont sans mouvement ce mardi. Pour le cas de Wall Street, il reste également sans mouvement. Ce fait est sans doute dû au fait de l’absence de catalyseur. Voici ainsi les tendances des différentes Bourses avant leur ouverture du mardi.

En ce qui concerne les indices

Les indices connaissent ce mardi une ouverture assez douce. À commencer par les États-Unis, l’indice Wall Street, vers 8h15, reste immobile, ce qui rassure au mieux les investisseurs. En ce qui concerne les contrats à terme du Dow Jones, ceux-ci ont régressé de 21 points soit d’une baisse de 0,06%. Ceux-ci sont actuellement à 34 977 points.

Pour les indices du S&P 500, ils demeurent stables et restent à 4 426 points. Si la plupart des indices sont sans mouvement, ce n’est pas le cas pour ceux du Nasdaq. Ils ont pu profiter d’une augmentation de 17 points, soit de 0,12%. Ils sont aujourd’hui à 15 142 points.

Pour les indices européens, une réduction est observée pour Londres qui est de l’ordre de 0,1%. Pour Paris, le CAC 40 gagne 0,06%. Une augmentation a également été constatée pour DAX qui profite d’une montée de 0,18%.

Face à cela

Les investisseurs se demandent si cette absence de mouvement ne présente aucun impact sur le marché des actifs. Pourtant, selon la Banque centrale américaine, cela peut permettre une réduction imminente des achats actifs par la FED.

Pour le cas de la Chine, avec la grande montée de personnes atteintes de Coronavirus, un ralentissement de la reprise économique va avoir lieu. Pourtant, l’Asie profite d’une progression de la Bourse.

Qu’en est-il du pétrole ?

Le pétrole quant à lui connaît un mouvement. Ce mardi vers 8h 15, le coût du Baril de WTI américain a monté d’un pourcentage de 1,93% soit de 67,76 dollars. Pour ce qui est du baril de Brent de mer du Nord, une montée a également été constatée. Celle-ci est de 1,51% à 70,08 dollars.

Bourse de Paris : une stabilité du prix après une forte augmentation

/

Il y a quelques semaines, la Bourse de Paris a progressé en matière de valeur. La semaine dernière, un trend haussier montée a été retrouvée. Pourtant, ce lundi, la valeur reste stable, voire en légère baisse. Cela est sans doute dû au fait de la mise en place de la politique de retour à l’emploi américain de ce vendredi.

De la valeur stable ce lundi

Il y a quelques jours, la Bourse de Paris a pu faire face à la crise en évoluant de manière considérable. Une hausse de valeur a été constatée la semaine dernière, ce qui est bénéfique pour les investisseurs. Pourtant, ce lundi, une légère régression est constatée.

C’est ainsi que de nouvelles tendances sont adoptées. En prenant par exemple le cas du constructeur d’automobiles chinois Geely, qui devrait lancer une collaboration avec Renault. Cela est dans le but de fabriquer des voitures hybrides.

Aussi, l’agence américaine du médicament ou FDA qui collabore avec un laboratoire français. Pour le cas du contrat à terme sur l’indice CAC 40 il a perdu jusqu’à 0,15% quelques minutes avant l’ouverture. Pourtant, une progression de 0,53% a lieu ce lundi.

La cause du maintien au niveau de la valeur de la Bourse de Paris

Cette non-progression de la Bourse de Paris est sûrement en rapport avec l’emploi américain du vendredi. En effet, jusqu’à 943 000 emplois non agricoles ont été créés par l’Économie américaine. De cette manière, le taux du chômage s’est amoindri jusqu’à 5,4%. Cette nouvelle tendance a été un coup dur pour la politique monétaire de la banque centrale américaine ou FED. Selon les informations, l’un des gouverneurs de la FED a mentionné qu’à partir du mois d’octobre, le montant d’actif va connaître une réduction.

Une montée du prix à la production pour la Chine

Pour le cas de la Chine, une hausse prix à la production est constatée en raison d’une montée du coût des matières premières. Cela a été affirmé selon les chiffres publiés ce lundi. Aussi, sachez que l’indice des prix à la consommation a bénéficié d’une augmentation de 1% en une année. Cette montée reste spécifiquement supérieure aux anticipations des analystes.

Source Boursorama

La bourse de Paris continue de progresser

/

Il y a quelques semaines, la bourse de Paris a connu une progression. Ce vendredi, celle-ci a pu atteindre une hausse de 0,53%. Cette montée est probablement causée par le fait qu’elle a été tirée par le secteur bancaire, dans le but de permettre au CAC 40 d’atteindre son record absolu.

La Bourse de Paris en progression continuelle

Depuis le début de l’année, l’indice CAC 40 a connu une montée de valeur qui lui permet de gagner 35,77 points à 6.816,96 points. De cette manière, une progression hebdomadaire de 3,09% a été constatée. Cette évolution est de 22,80% depuis le début de cette année 2021. Cela a bien évidemment été causé par le rapport mensuel américain sur l’emploi.

Depuis que la crise sanitaire est modérée, l’économie américaine a regagné la ligne en créant jusqu’à 948 000 emplois non agricoles depuis ce mois de juin. Cela a été prouvé par le Département du travail. En effet, le taux du chômage s’est amoindri avec un pourcentage de 5,4%. C’est d’ailleurs grâce à cela que le resserrement monétaire de la part de la Banque Centrale Américaine a lieu.

Pour le cas de la Bourse de Paris, celle-ci a été soutenue par des taux bas. Celle-ci a été dynamisée par la progression de résultats d’entreprises.

Une tendance qui a modifié le marché de la Bourse

Des changements positifs existent actuellement s’il y a quelques jours les actions en bourse européenne sont en baisse. En prenant par exemple le cas du Trio BNP Paribas une montée de la valeur de +3,03 % à 54 euros. Pour la Société Générale, cette hausse est de +1,47% à 27,54 euros. Le Crédit Agricole a également pu profiter d’une augmentation de +2,92% à 12,28 euros. Ceci a connu une progression des taux d’emprunt souverains.

Parallèlement, avec la montée de la valeur de la Bourse Paris, Alstom a signé  un contrat avec Trenital. Ce dernier est spécialement connu pour avoir une grande valeur qui peut atteindre les 910 millions d’euros. Le titre Alstom a gagné un titre de 1% à 35,37 euros.

Source Le Courrier

CAC 40 : progression considérable grâce aux semestriels d’AXA

//

Après quelques semaines de difficultés, le CAC 40 connaît une progression qui est de l’ordre de 0,80% à 6.665, 83 points. Depuis le 18 juin, ceci a atteint son record de quelques années. Grâce à cela, le volume d’affaires progresse également de manière considérable. Cela est sans doute causé par les semestriels d’Axa. L’activité manufacturière peut également entrer en jeu.

Axa, une progression à la hauteur de toutes les attentes

Une hausse de la valeur d’Axa est actuellement constatée. La progression est bien évidemment de l’ordre de 4.5 %. Pour les 6 premiers mois de cette année 2021, un dédoublement du résultat opérationnel peut être rencontré. De nombreux assureurs indiquent que la performance d’Axa dépasse même celle d’avant crise.

Pour ce qui est du Crédit Agricole ainsi que de la Société Générale,  ceux-ci peuvent gagner autour de 1%. Pourtant, la BNP Paribas présente une stabilité. Aussi, pour la HSBC, malgré le plafond de son virement, elle fait aussi son double ce lundi dont la  valeur peut atteindre les 10,8 milliards de dollars. De son côté, la grande enseigne Renault monte de 2,5% qui se révèlent être meilleurs pour son chiffre d’affaires.

L’optimisation du CAC 40

Les semestriels d’Axa  présentent d’impact positif sur la progression du CAC40. En prenant par exemple la Bourse de Paris, celle-ci commence le mois d’août avec une ouverture à la hausse. Pour l’Europe en général, le Stoxx 600 a pu atteindre une nouvelle limite. Pour sa part, Wall street profite d’un excellent rebondissement. Grâce à cela, le CAC 40 ne doit avoir aucune crainte liée aux crises causées par le Variant Delta.

L’activité manufacturière : responsable de la progression du CAC 40

Ce n’est pas seulement la solide performance semestrielle d’AXA qui a contribué à la progression du CAC 40. Aussi, l’activité manufacturière peut en être responsable. Bien évidemment, celle-ci ne cesse de connaître une croissance en zone euro. En guise d’exemple, l’indice PMI mise en place par IHS Markit profite de 62, 8 points au mois de juillet. Plus de 89% des 300 entreprises du S&P 500 dévoilent que leurs attentes sont atteintes.