La fintech Klarna perd 85% de valorisation en un an

///
klarna fintech linkedin

Le spécialiste suédois des paiements fractionnés a annoncé lundi un tour de financement de 800 millions de dollars pour une valorisation de 6,7 milliards de dollars. Sa valorisation avait atteint un record de 45,6 milliards de dollars en juin 2021.

Une valorisation divisée par 7 en un an

Nous savons que le nouveau cycle de financement du champion des paiements fractionnés, Klarna, serait pire que celui de l’année dernière. Mais le résultat des négociations qui durent depuis des mois a de quoi faire peur à la majorité des investisseurs.

La fintech suédoise a annoncé lundi avoir levé 800 millions de dollars lors d’un tour de financement qui valorise l’entreprise à 6,7 milliards de dollars. C’est 85 % de moins que la valorisation astronomique de 45,6 milliards de dollars réalisée en juin 2021, lorsque l’industrie surfait encore sur le boom du commerce en ligne au milieu de la pandémie.

En 2020, Klarna est devenue la première entreprise européenne de technologie financière à être valorisée à plus de 10 milliards de dollars. Avec sa promesse “acheter maintenant, payer plus tard”, l’entreprise a réussi à se faire un nom dans l’espace des paiements en ligne en très peu de temps.

La fintech agit comme un intermédiaire, permettant aux consommateurs d’acheter des biens sans paiement direct. Klarna paie d’abord le commerçant, puis envoie la facture au particulier, qui règle par versements sans intérêt.

Les rumeurs d’une nouvelle collecte de fonds à Klarna circulent depuis des semaines. La valorisation de l’entreprise s’est effondrée. Klarna a confirmé que son nouvel investissement est évalué à 6,7 milliards de dollars.

Par rapport à la valorisation de juin 2021, cela représente une baisse de 85 %. Soulignant dans son communiqué la “pire baisse du cours de l’action depuis 50 ans”, Klarna a tenu à apporter un ajustement “positif” à l’annonce de la nouvelle levée de fonds. Essayant de brosser un tableau moins sombre en montrant comment sa valorisation actuelle se compare à 2018.

“Inflation élevée, taux d’intérêt en hausse, craintes croissantes de récession, impact de la première pandémie mondiale depuis 1918, commerce pénalisé par des problèmes de chaîne d’approvisionnement, hausse des prix du gaz”, a expliqué Klarna pour justifier sa valorisation.

Tout le secteur est en difficulté

La société a noté que la valeur de ses concurrents avait également chuté de “80% à 90%” par rapport à son sommet. En fait, comme Klarna, qui est née en 2005, la plupart des sociétés de technologie financière axées sur les paiements échelonnés sont sur le marché ou empruntent auprès des banques pour prêter aux consommateurs. Cela sape leur modèle économique non rentable en cette période de hausse des taux d’intérêt.

Après une épidémie inédire, de nombreuses entreprises traversent une sorte de “correction”. Si l’on regarde l’historique de valorisation de Klarna, voici comment cela se passe : la société était valorisée à 5,5 milliards de dollars en 2019, puis 10,6 milliards de dollars en 2020, 31 milliards de dollars en mars 2021, puis un sommet vertigineux de 45,6 milliards de dollars en juin 2021 avant de plonger à 6,7 milliards de dollars en 2022.

L’évaluation de Klarna reflète la pensée de ses investisseurs et pas nécessairement la pensée de ses clients, et c’est loin d’être la seule entreprise à vivre cela.

Il y a quelques mois, le principal concurrent de Klarna, Affirm, a vécu la même chose. “L’ironie de l’histoire est que les activités de Klarna, sa position sur divers marchés et sa popularité auprès des consommateurs et des commerçants sont plus fortes que jamais depuis le premier investissement de Sequoia en 2010”, a déclaré Michael Moritz, associé chez Sequoia Capital.

En définitive, la valorisation ne change rien aux activités et au développement de l’entreprise. Klarna peut continuer à rêver d’être une super application de shopping.

Précédent

Sberbank, la plus grande banque de Russie lance sa blockchain

Suivant

Crypto : c’est officiel, Celsius est désormais en faillite

Derniers articles de Banques