Avec le statut PSAN, Binance est contraint de réduire ses activités en France

//
Binance Marketplace
Binance Marketplace - ©Executium, CC0 Unsplash Creative Commons

Après des mois de travail acharné, Binance a acquis le fameux sésame PSAN (Prestataire de Services sur Actifs Numériques) le 4 mai 2022. Cette validation de la bourse crypto par l’Autorité des marchés financiers (AMF) ne signifie pas qu’elle n’a plus d’efforts à fournir. Afin de se conformer à la réglementation française, Binance devra interrompre certains services fournis à ce jour aux résidents français.

La fin des instruments financiers très complexes pour les français

A partir du 2 août, le géant Binance ne permettra plus à ses clients d’effectuer certaines opérations de trading. La société a envoyé mercredi un e-mail à ses utilisateurs français pour les informer de la nouvelle.

“Dans la mesure où Binance réévalue constamment ses offres de produits et de services pour se conformer aux réglementations locales, nous allons apporter des modifications aux produits suivants pour les utilisateurs résidant en France: futures, options, tokens à effet de levier, binance earn (double investissement)”, a expliqué Binance.

A partir de cette date, les clients français ne seront plus autorisés à ajouter ou à ouvrir de nouvelles positions. Binance précise que vous pourrez “remplir votre solde de marge pour éviter les appels de marge et les liquidations”. Encore une fois, l’interface permettra toujours de “racheter, fermer ou réduire toutes les positions ouvertes”.

“Il s’agit d’instruments financiers très complexes que les investisseurs avancés ou techniques utilisent. Les investisseurs, les entreprises et les gouvernements utilisent des produits dérivés tels que les contrats à terme ou futures pour protéger leur exposition au risque et à la volatilité des prix des actifs”, avait écrit Binance sur son blog pour qualifier les contrats futures.

Dans un e-mail envoyé aux utilisateurs, Binance a expliqué qu’il “ajuste en permanence ses produits et services pour se conformer aux réglementations locales”. La bourse de Changpeng Zhao est en effet ciblée par les régulateurs mondiaux depuis l’année dernière. Sous la pression des autorités, l’entreprise a été contrainte d’ajuster ses offres dans de nombreux pays.

L’été dernier, Binance a notamment été contraint d’abandonner les produits dérivés dans trois pays européens, l’Allemagne, l’Italie et les Pays-Bas. L’échange avait laissé entendre que la mesure serait bientôt étendue à toute l’Europe. C’est probablement ce qui se passe. Ainsi, d’autres pays européens pourraient bientôt se retrouver dépouillés des contrats à terme de Binance

Le PSAN ne permet pas d’offrir ces services

L’annonce intervient quelques semaines après l’enregistrement de Binance en tant que PSAN auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF). Désormais régulée en France, la bourse s’est engagée à développer ses activités en France.

« Binance réévalue constamment ses offres de produits et services pour se conformer aux réglementations locales, nous allons apporter des changements aux produits suivants pour les utilisateurs résidant en France. »

Début mai, Binance a été enregistré en tant que fournisseur de services d’actifs numériques (PSAN), devenant ainsi le 37e participant à être enregistré auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Binance a expliqué dans sa newsletter avoir fait une telle démarche pour s’adapter à la réglementation française. En fait, la vente de produits dérivés (y compris ceux basés sur des actifs cryptographiques) nécessite l’autorisation d’un fournisseur de services d’investissement (PSI), ce que l’enregistrement PSAN seul ne permet pas.
Jusqu’à présent, Binance, qui revendique 120 millions de clients, n’a jamais communiqué sur le nombre de ses clients français. Difficile donc de savoir combien de Français sont actuellement concernés par cette mesure.

En conséquence, les traders à effet de levier se tourneront vers d’autres plateformes. De plus, en coupant certains services, Binance générera moins de revenus.

En plus des problèmes de conformité avec les régulateurs mondiaux, Binance a dû vivre avec les erreurs d’autres projets de cryptographie. En fait, Terra (LUNA) et la catastrophe de l’UST ont rattrapé Binance la semaine dernière avec un recours collectif contre lui.

Précédent

Bourse : l’Etat français favorable à la reprise d’Atos par Thalès

Suivant

Anglais des affaires : booster sa carrière en banque et finance

Derniers articles de Crypto