Browse Tag

Binance

Binance investit dans Ngrave : une start up crypto belge qui offre plus de sécurité

/

La branche de capital-risque de Binance a investi dans la start-up belge de cryptographie NGrave, qui propose une suite de produits pour le stockage et l’auto-conservation des crypto-monnaies. Après la tempête FTX qui a fait rage ces dernières semaines, les portefeuilles froids (cold wallet) seront la meilleure solution pour protéger votre crypto-monnaie. Continuer de lire

Binance lance un mining pool ETHW, le début de la hausse ?

/

Plus tôt ce mois-ci, Ethereum a achevé la transition de la preuve de travail (PoW) à la preuve de participation (PoS). Si ce nouveau consensus semble convenir au réseau, certains mineurs n’ont pas accepté cette transition et désormais, ils opèrent sur un nouveau réseau. Face au désir croissant de ces derniers de maintenir le minage PoW en vie, Binance a créé un service dédié, en lançant un pool de minage Ethereum PoW. Continuer de lire

Binance se trompe de token et envoie 20 millions de dollars à 4 clients

/

Le projet crypto Helium vise à être la pierre angulaire d’un Web3 entièrement décentralisé. Il se trouve que ce projet comporte plusieurs jetons distincts, notamment HNT et MOBILE. Mais Binance, suite à une erreur, les a traité comme le même jeton. Cependant, il existe des différences significatives dans les cotations en dollars entre les deux. Résultat : plus de 20 millions de dollars attribués à tort à quatre clients de Binance. Continuer de lire

Crypto : la moitié du volume d’échanges serait faux

/

Une étude récente a révélé que la moitié du volume des transactions en Bitcoin effectuées sur les plateformes d’échange de crypto-monnaies n’étaient pas authentiques. L’étude a conclu que ces échanges présentaient des données trompeuses. Par conséquent, l’étude a suggéré que de nombreuses transactions sur ces plateformes pourraient être frauduleuses. Continuer de lire

Crypto : Le projet Sango rejeté par la cour constitutionnelle de Centrafrique

/

Le Sango Coin est un projet d’investissement proposé par le gouvernement centrafricain aux investisseurs internationaux. La proposition a été court-circuitée par une décision rendue publique lundi par la Cour constitutionnelle du pays. La Cour a déclaré inconstitutionnel l’achat de terres, de résidences électroniques et de citoyenneté par Sango Coin et a imposé une décision sans appel. Après le jugement, le président Faustin-Archange Touadéra a cherché des solutions pour poursuivre le projet selon l’idée originale. Continuer de lire

Ava Labs (AVAX) : la nouvelle affaire cryptoleaks qui secoue le secteur

/

La récente publication de fichiers du site Crypto Leaks laisse entendre que l’équipe d’Avalanche a passé un accord avec un avocat d’affaires. Soi-disant, cela visait à causer des difficultés à certains de leurs adversaires. Cependant, les personnes impliquées ont formellement nié ces allégations et le PDG d’Avalanche a qualifié cela de “théorie du complot ridicule et absurde”. Continuer de lire

DappBay : le nouvel outil de Binance face aux projets douteux

/

L’application DappBay identifie les projets sur la BNB Chain qui pourraient être des arnaques. Il fournit également un scanner de contrat intelligent avec la capacité d’identifier les projets douteux. DappBay a scanné plus de 3 300 contrats intelligents et identifié 70 projets comme douteux.

Un nouvel outil pour détecter les fraudes

L’application DappBay a été créée par Binance pour aider les investisseurs à identifier les projets frauduleux. De nombreuses pièces de monnaie très médiatisées ont été vendues frauduleusement sur des bourses, même récemment. Il est difficile de déterminer à quel échange ou projet faire confiance. La BNB Chain est basée sur un système similaire à l’ancienne blockchain, les deux processus examinent les contrats intelligents sur la blockchain pour rechercher des escroqueries potentielles. Ce processus est censé être bénéfique.

Le site Web de DappBay aurait repéré plus de 70 projets potentiellement frauduleux. Certaines de ces propositions sont prétendument frauduleuses car elles ne répondent pas à certains critères. Parmi les 70 propositions, nous pouvons remarquer certains noms comme BinanceCoin, Solana Farm et d’autres. Les noms de ces projets n’ont absolument rien à voir avec ceux d’origine. Beaucoup de ces projets sont risqués avec une potentielle perte d’argent potentielle et escroquerie à l’arrivée.

D’autres projets présentent des défauts dans leurs contrats intelligents que des pirates pourraient exploiter ou des escroqueries pourraient avoir lieu. C’est un risque majeur qu’il ne faut pas négliger.

“Plus important encore, la fonction de Red Alarm aide les utilisateurs à avoir une longueur d’avance sur les escrocs, le système avertit en temps réel des risques potentiels associés aux projets, ce qui permet à la communauté de prendre des décisions d’investissement éclairées”, a déclaré Gwendolyn Regina, directrice des investissements chez BNB Chain, sur Cointelegraph.

La chaîne BNB a lancé cette application pour améliorer sa capacité à scanner des projets considérés comme douteux pour les utilisateurs. A ce jour, la BNB Chain compte plus de 1300 Dapps actifs qui proviennent de 163 adresses uniques qui traitent quotidiennement 3,3 milliards de transactions.

“En tant que chaîne décentralisée, nous sommes conscients des défis qui nous attendent, mais nous sommes convaincus qu’en tant que communauté, nous pouvons surmonter les efforts des mauvais acteurs”, a souligné BNB Chain dans un post publié ce lundi.

Lors de l’évaluation d’un projet, l’application considère les différentes façons dont les fondateurs annoncent le projet. De plus, il considère les projets qui présentent des risques pour les fonds de l’utilisateur. Ces deux considérations aident les investisseurs à déterminer si un projet est malveillant.

Réussir à augmenter la sécurité dans les cryptos

Certains projets s’accompagnent d’une longue liste de raisons pour lesquelles les investisseurs doivent se méfier. Avant d’investir, il est recommandé aux investisseurs potentiels de faire des recherches pour déterminer les différentes menaces auxquelles ils s’exposent. DappBay et d’autres applications de détection d’escroquerie peuvent être utilisées pour s’assurer d’examiner toutes les informations disponibles avant de prendre une décision.

La DeFi est fréquemment la cible d’escroqueries, de piratages et de vols en raison du fait qu’il traite des problèmes de sécurité constants. Un rapport de Chainalysis a révélé que la tendance a commencé en 2021 avec le début du nouveau boom de la crypto-monnaie. De plus, la tendance n’a fait qu’augmenter avec le temps.

Depuis que les hackers ont recommencé à attaquer la blockchain début juin, les acteurs du secteur n’ont d’autre choix que de redoubler d’efforts et d’être plus prudents. Ils ont également dû renforcer les protocoles de sécurité car les pirates exploitent les vulnérabilités de leurs activités.

Les développeurs sont constamment à la recherche de solutions pour consolider leurs protocoles. Binance a mis en place Dappbay comme moyen de prévention publique contre les escroqueries.

DappBay n’est pas apte à remplacer une véritable étude approfondie de chaque projet. De plus, il est important de souligner que cette application ne fonctionne qu’avec la chaîne BNB. Cependant, cela peut aider à faciliter la recherche et à favoriser un jugement positif en cas de doute sur un projet ou un jeton.

Le PDG de Kucoin défend sa plateforme face aux rumeurs

/

Les problèmes de liquidité rencontrés par plusieurs entreprises dans le domaine de la crypto-monnaie ont déclenché une sombre rumeur à propos de Kucoin circulant sur Twitter. Cette rumeur, en particulier, suggère que l’échange de crypto-monnaies se prépare à suspendre les retraits sur sa plateforme. Le PDG de Kucoin, Johnny Lyu, est rapidement monté au créneau pour rétablir la vérité et a mis en garde ceux qui ont retweeté cette fausse information. Continuer de lire

Avec le statut PSAN, Binance est contraint de réduire ses activités en France

//

Après des mois de travail acharné, Binance a acquis le fameux sésame PSAN (Prestataire de Services sur Actifs Numériques) le 4 mai 2022. Cette validation de la bourse crypto par l’Autorité des marchés financiers (AMF) ne signifie pas qu’elle n’a plus d’efforts à fournir. Afin de se conformer à la réglementation française, Binance devra interrompre certains services fournis à ce jour aux résidents français. Continuer de lire

Binance a de nouveaux problèmes avec la justice et la SEC

/

La Securities and Exchange Commission (SEC) des États-Unis a lancé une enquête sur Binance, a rapporté Bloomberg lundi. La principale plateforme de trading de crypto-monnaie est à nouveau au centre de l’attention de la justice américaine, qui soupçonne que la circulation initiale de son jeton, BNB, a violé les lois relatives aux valeurs mobilières. Continuer de lire

Une nouvelle roadmap pour la BNB Chain

/

Dans le cadre de son Revelation Summit, BNB Chain a dévoilé une nouvelle feuille de route technologique. L’objectif est de renforcer le support aux développeurs, d’augmenter la vitesse des transactions et la décentralisation du réseau, en vue de concurrencer le leader Ethereum (ETH). Continuer de lire

Binance permet de gagner 1 bitcoin gratuitement !

/

Les règles sont claires, et d’un point de vue marketing, c’est un coup de génie de la part de Binance ! La première plateforme de crypto-monnaie au monde propose de gagner 1 bitcoin complet en jouant à un jeu très simple, en appuyant sur le bouton bitcoin. Et si vous tentiez de gagner ce fameux Bitcoin à 40 000$ ? Continuer de lire

Binance détruit 1,8 millions de BNB

/

Binance vient de procéder à son 19ème burn trimestriel de BNB. Dans le cadre de l’opération déflationniste, l’échange a brûlé 1,8 million de BNB, soit plus de 770 millions de dollars. Comme toujours, certains des jetons brûlés appartenaient aux crypto-monnaies perdues par les utilisateurs de la chaîne BNB. Continuer de lire

Binance mise gros sur la France

/

La plateforme Binance va déployer un incubateur de projets blockchain à Station F, le plus grand parc de startups au monde à Paris, pour développer le Web 3.0. Le directeur général de la plateforme, Changpeng Zhao, a déclaré que la nouvelle structure serait un « tremplin pour l’Europe ». Parallèlement, la société a également embauché un ancien sous-directeur des affaires juridiques de l’AMF pour se rapprocher du statut tant convoité de PSAN. Continuer de lire

CZ dans le top 20 des personnes les plus riches sur Terre

/

Alors que le Bitcoin (BTC) et les crypto-monnaies connaissent parfois une forte volatilité sur de courtes durées, cette nouvelle classe d’actifs permet de se constituer une véritable richesse sur le long terme. Cela se voit notamment parmi les plus riches bénéficiaires de cette révolution monétaire, car il n’y a jamais eu autant de crypto milliardaire qu’aujourd’hui. Continuer de lire

Le Cake toujours en vie ? Binance sort de nouveaux produits

/

Depuis plusieurs années, Binance se positionne comme un grand leader des échanges centralisés. Face à l’engouement d’Ethereum pour la finance décentralisée, la société a lancé sa propre blockchain de contrats intelligents, appelée Binance Smart Chain. Désormais, l’entreprise souhaite rendre cet écosystème plus accessible aux utilisateurs de son échange centralisé. Continuer de lire

Vitalik Buterin fait la une du Time magazine

/

Alors qu’Ethereum se prépare à un événement de fusion, son fondateur, Vitalik Buterin, soulève d’autres préoccupations. Le fondateur du réseau a suggéré de soutenir la création de valeur à long terme, plutôt que la rentabilité immédiate du projet. Vitalik Buterin est conscient de la concurrence d’Ethereum et des changements majeurs nécessaires pour maintenir la compétitivité du réseau. Continuer de lire

Un nouveau service de paiement sur Binance

/

Binance se dote d’un nouvel outil avec le lancement de Bifinity, et ses nouveaux services pour stimuler l’adoption de la crypto-monnaie et du Web 3.0, en particulier parmi les commerçants. Grâce à de nombreux partenariats stratégiques, en tant que fintech spécialisée dans le moyen de paiement Paysafe, Bifinity devrait s’implanter dans l’UE, au Royaume-Uni et en Amérique latine. Continuer de lire

Quel avenir pour le jeton de pancakeswap : CAKE ?

//

Le secteur des instruments financiers décentralisés (DeFi) se développe rapidement, avec de nouveaux outils pour travailler avec les jetons DeFi et les plateformes de négociation qui émergent constamment. PancakeSwap et sa crypto-monnaie native CAKE sont l’un des projets DeFi à la croissance la plus rapide. Aujourd’hui, nous discutons du sentiment du marché autour de ce projet et de son jeton, et examinons de plus près les perspectives d’avenir de cet actif numérique. Continuer de lire

Binance autorise à nouveau le dépôt bancaire SEPA en euros

/

Les virements SEPA (Single Euro Payments Area) seront bientôt à nouveau disponibles pour tous les utilisateurs européens de Binance ? C’est ce que l’annonce explique via le blog officiel de la plateforme. Le mode de paiement initialement autorisé, a été suspendu en juillet de l’année dernière pour des raisons non divulguées au public, mais cette suspension devait restée provisoire. Continuer de lire

Binance annonce un burn de 1,68 millions de BNB

/

Binance, la plateforme d’échange de cryptomonnaies, vient d’effectuer le 18ème burn trimestriel de son histoire. Elle a brûlé environ 795 millions de dollars du jeton natif de la plateforme le Binance Coin (BNB), après avoir récemment mis en place un mécanisme d’auto-burn. Tour d’horizon sur la situation. Continuer de lire

CZ, le CEO de Binance possède une fortune estimée à 96 milliards de dollars

/

Le PDG d’une entreprise de crypto-monnaie est devenu l’une des personnes les plus riches de la planète. Changpeng Zhao, qui gère l’échange de crypto-monnaies Binance, a rejoint les rangs des plus grosses fortunes mondiales. Le CEO de Binance est un des plus grands milliardaires du monde avec une valeur nette estimée à au moins 96 milliards de dollars, selon les nouveaux calculs de l’indice Bloomberg Billionaires publiés dans la nuit. Continuer de lire

Des investisseurs pakistanais perdent des millions de dollars suite à une escroquerie crypto

/

Les agences fédérales pakistanaises ont ouvert une enquête pénale après avoir reçu de nombreuses plaintes concernant une arnaque en cours impliquant des investisseurs souhaitant les induire en erreur en envoyant des fonds de portefeuilles Binance vers des portefeuilles tiers inconnus. Selon les rapports, le bureau fédéral d’investigation (FIA) du Pakistan a publié un avis officiel à l’échange de crypto-monnaies Binance dans le but d’identifier les liens entre les millions d’escroqueries liées aux crypto-monnaies dans la région. D’après le gouvernement pakistanais, la fraude représenterait un montant de 100 millions de dollars environ. Voici plusieurs éclairages sur la situation. Continuer de lire

Binance cesse les transactions en Yuan chinois et restreindre l’accès aux utilisateurs de Chine

/

Dans cette tentative de conformité aux réglementations nationales, la plateforme Binance a annoncé qu’elle cesserait de gérer les accords OTC (Over-The-Country) impliquant le Yuan pour les utilisateurs chinois à compter du 31 décembre 2021. Peu de temps après la déclaration, le prix du BTC et de la majeure partie du marché a chuté.

En Chine, les prestations de services de la plateforme Binance sont clauses

Dans une publication datant du 13 octobre, Binance a déclaré la cessation d’activité de son service commerciale au 31 décembre à minuit. La société s’engage à inspecter tous les utilisateurs de la plateforme, si des utilisateurs basés en Chine continentale sont identifiés, Binance modifiera le statut de leurs comptes pour les mettre en mode “retrait uniquement”. Cela signifie qu’ils ne pourront clôturer que des positions et retirer leurs fonds du marché boursier.

Les autorités chinoises répriment l’utilisation de la crypto dans tout le pays

Binance justifie sa décision par la répression en cours de la part des autorités chinoises, en guerre contre de l’industrie de la cryptomonnaie. En septembre 2021, le pays et sa banque centrale ont fait un pas de plus dans leur attitude répressive cette année envers la crypto. En effet, a été interdit à toutes les organisations locales de traiter avec des entreprises, même à distance, qui sont associées au domaine des actifs numériques. L’entreprise Alibaba se range aux côté du gouvernement Chinois également.

En conséquence, plus d’une vingtaine d’entreprises ont été contraintes de fermer leurs locaux, ainsi que certaines grandes bourses comme KuCoin et Huobi.

Selon le célèbre journaliste chinois Colin Wu, le réseau social le plus utilisé en Chine, WeChat, a également commencé à bloquer les recherches de plateformes de négociation d’actifs numériques. Colin Wu a écrit dans un tweet que :

La quasi-totalité des sites Web et des applications en Chine ont déjà bloqué ou bloqueront incessamment sous peu, les échanges d’actifs numériques.

De plus, comme cela s’est produit lors de la précédente répression chinoise, les jetons de certains échanges décentralisés ont rapidement pris de la valeur après l’annonce de Binance. Mais pour l’instant, la majeure partie du marché des cryptomonnaies est dans le rouge.

Bitcoin s’échangeait au-dessus de 56 500 dollars avant qu’une chute instantanée ne le pousse vers bas d’environ 2 000 dollars. Pour l’instant, le BTC s’est calmé et stagne plus ou moins autour de 55 000 dollars.

Poursuite judiciaire de Binance : Les plaignants s’accumulent dans l’arbitrage pour la décentralisation

/

Quand la décentralisation cesse-t-elle d’être une expérience de démocratie technologique et quand commence-t-elle à être un moyen d’éviter la responsabilité ?

C’est la question au cœur d’un éventuel procès d’arbitrage de 100 millions de dollars contre l’échange de cryptomonnaie Binance, où près de 1 000 commerçants demandent des dommages et intérêts pour les pertes subies lors de la panne du site le 19 mai.

Binance au centre d’un potentiel procès plateforme crypto

Binance a rencontré des problèmes techniques pendant plusieurs heures le 19 mai au milieu de l’un des pires krachs boursiers de l’année, le marché mondial des crypto-monnaies ayant subi une baisse de 33%. Les traders n’ont pas pu exécuter de transactions pendant la durée de la panne de Binance, et beaucoup ont trouvé leurs comptes épuisés lorsque le site est revenu en ligne.

Les conditions d’utilisation de Binance l’exonèrent de toute responsabilité pour les pertes encourues par les nouveaux utilisateurs lors de leur inscription en bourse. La société n’a pas de siège officiel et n’est enregistrée ou réglementée dans aucune juridiction.

Des centaines d’utilisateurs ont ajouté leurs noms à l’affaire depuis son annonce le 19 août, a déclaré David Kay de Liti Capital, qui dirige le comité directeur et consultatif dirigeant l’arbitrage au nom des demandeurs.

Sur les plus de 700 demandeurs initiaux, seuls six réclament des dommages-intérêts de plus de 20 millions de dollars. Mais Kay pense que le montant total perdu par les commerçants lors de la panne du 19 mai pourrait être supérieur à 100 millions de dollars.

Une cape de décentralisation ?

S’adressant à Cointelegraph, Kay a déclaré que Binance avait auto-appliqué le label «décentralisé» avec grand effet pendant son temps en tant que plus grand échange de crypto-monnaie au monde, mais uniquement pour poursuivre ses objectifs. Il a dit:

Binance essaie de se faire passer pour un atout communautaire, ce qui n’est pas le cas. C’est une société qui utilise les biens de la communauté. […] Il a fait du bon travail pour brouiller les lignes et s’envelopper dans l’idée de la décentralisation.

Kay a suggéré que Binance a utilisé la notion de décentralisation pour tracer des lignes de démarcation à travers la communauté des crypto-monnaies en favorisant une mentalité « en groupe/hors groupe », déclarant : « Binance soulignera le fait qu’il n’a pas de siège social, le fait qu’il n’est pas réglementé, et dites : « Si tu es contre nous, tu es contre la décentralisation.’”

Le fondateur et PDG de Binance, Changpeng Zhao, a évité l’idée que l’échange nécessite un siège officiel, notant que Bitcoin (BTC) lui-même n’a pas de base d’opérations. S’adressant à un auditoire à l’Ethereal Summit 2020, Zhao a déclaré que le bureau de Binance se trouvait là où lui et son équipe opéraient à l’époque :

« Où est le bureau Bitcoin ? Bitcoin n’a pas de bureau. […] Où est-ce que je m’assoie, ce sera le bureau de Binance. Partout où j’ai besoin de quelqu’un, ce sera le bureau de Binance. »

Binance traite quotidiennement environ 25 milliards de dollars de transactions de crypto-monnaie et a vu plus de 2 000 milliards de dollars passer par son échange à ce jour. Sa plate-forme de négociation sur marge permet aux utilisateurs de tirer parti des transactions jusqu’à 125 fois leurs avoirs d’origine – une pratique qui a été interdite par les régulateurs aux États-Unis et au Royaume-Uni.

En novembre 2020, Coinbase a désactivé le trading sur marge sur sa plateforme de trading professionnelle conformément aux directives officielles de la Commodity Futures Trading Commission des États-Unis. Mais Binance, ainsi que de nombreux autres plateformes d’échanges de crypto-monnaie non réglementés, ont continué à proposer des produits de trading à haut risque.

L’heureux vagabond

Les traders qui ont subi des pertes indues lors de l’utilisation des systèmes de Binance ont eu peu d’options pour lancer – et encore moins résoudre – une action en justice contre l’entreprise. Alors que la bourse a sauté de Chine, du Japon et de Malte au cours des dernières années (ne s’installant nulle part), ses clients n’avaient pas de domaine reconnu sur lequel fonder une affaire juridique.

Binance a depuis ajouté une stipulation à ses termes et conditions indiquant qu’il accepterait d’entendre les réclamations formulées à son encontre au Centre d’arbitrage international de Hong Kong. Le HKIAC coûte très cher aux particuliers pour lancer de petites réclamations, chaque cas entraînant des frais de 65 000 $ simplement pour entamer les procédures. De plus, les réclamations ne peuvent être déposées que sur une base individuelle, excluant la possibilité de recours collectifs.

Le coût prohibitif de l’utilisation du tribunal d’arbitrage empêche effectivement la plupart des utilisateurs de faire une réclamation contre la bourse. Un demandeur, qui souhaite être connu uniquement sous le nom de Jean-Jacques, a perdu plus de 10 000 $ le jour de la chute de Binance – un montant qu’il serait obligé de payer plusieurs fois pour utiliser le tribunal de Hong Kong comme arbitre.

D’autres personnes ont perdu des fonds allant de 100 à 12 millions de dollars le 19 mai et à d’autres dates avant et depuis. Kate Marie, consultante en soins de santé et auteur de Sydney, en Australie, a perdu entre 160 000 $ et 250 000 $ lorsqu’elle n’a pas pu accéder à son compte de trading à terme pendant la panne du site. Marie a dit :

« Je ne pouvais pas gérer correctement mon compte à terme et j’ai été liquidé rapidement, et sans avertissement, le statut de ma marge avait changé. Cela s’est également reproduit le 23, même si j’avais mis en place des mesures de sécurité. Cela allait me préparer pour la vie.

Le commerçant de détail Fawaz Ahmed de Toronto, au Canada, a perdu 3 300 Ether (ETH) (d’une valeur d’environ 6 millions de dollars à l’époque) parce que l’interface utilisateur du site s’est figée et l’a empêché de fermer sa position. Ahmed a décrit avoir éprouvé des symptômes de dépression grave à la suite de l’incident.

Pas de chasse aux sorcières

Kay a souligné que l’arbitrage contre Binance n’est pas une chasse aux sorcières. Il reconnaît l’utilité qu’une telle plate-forme peut apporter à l’espace des crypto-monnaies mais estime qu’une ligne doit être tracée dans le sable.

Nous ne sommes pas anti-Binance. Nous sommes pro-Binance. Binance peut toujours être bon pour la communauté. Il s’agit du fait que nous faisons tous des erreurs, mais qu’en fin de compte, ces erreurs doivent être rectifiées. Nous ne voulons pas détruire Binance, mais cela doit être nettoyé

a déclaré Kay.

Liti Capital, que dirige le groupe Kay, prend en charge le coût de l’arbitrage et sera indemnisé d’une partie des dommages-intérêts accordés si la procédure est jugée en faveur des demandeurs.

Les demandeurs visent à remettre en question l’applicabilité des conditions d’utilisation des clics de Binance, qui, selon Kay, ne constituent pas un contrat négocié. Le groupe cherchera également à contester l’idée que les réclamations ne peuvent être faites qu’individuellement dans l’IAC de Hong Kong, mais Kay a déclaré qu’ils étaient également prêts à combattre chaque réclamation une par une s’ils le devaient.

« Nous ne nous arrêterons pas si nous devons engager des poursuites contre eux individuellement », a-t-il déclaré.

Désaccord de l’utilisateur

Carol Goforth, professeur de droit à l’Université de l’Arkansas, a déclaré que les conditions d’utilisation des clics sont courantes dans le monde du commerce électronique et pourraient faire partie d’un contrat juridiquement contraignant, à condition que les conditions soient raisonnables. Goforth a déclaré à Cointelegraph :

Si les termes sont raisonnablement visibles et que vous devez vraiment cliquer sur un lien qui vous avertit que vous acceptez les termes du site, ils peuvent en effet faire partie du contrat.

L’accord d’utilisation pourrait potentiellement être annulé, a déclaré Goforth, si les demandeurs montrent que les conditions étaient déraisonnables. Cela signifie qu’ils devraient prouver que le contrat était injuste ou abusif lors de sa formation.

Binance avait peu à dire sur la perspective de l’arbitrage au moment de la rédaction. Un porte-parole a déclaré à Cointelegraph :

Nous nous engageons dans le processus juridique pour résoudre les différends et nous ne commentons pas les questions juridiques en suspens.

L’échange a été la cible d’un examen réglementaire et juridique approfondi au cours de l’été 2021, alors que les autorités des États-Unis, du Royaume-Uni, de la France, de l’Inde, du Japon, des îles Caïmans et plus cherchaient soit à interdire ses produits commerciaux, soit à poursuivre l’échange et ses filiales pour violation du droit national. Binance a depuis fermé certains de ses produits de trading à effet de levier et a cessé d’offrir ses services aux clients dans certaines juridictions.

Les demandeurs qui accordent leur poids à l’arbitrage disent qu’ils le font pour un grand nombre de raisons. Pour certains, dont Kay, il s’agit de retirer le faux manteau de décentralisation que Binance a utilisé pour se déguiser pendant si longtemps.

Imaginez si Amazon disait : « Désolé, nos employés et nos clients ne peuvent jamais nous poursuivre, car nous faisons partie d’Internet – et Internet doit rester déréglementé »

a déclaré Kay. “Ça ne marche pas.”

Revenu passif en crypto BNB avec Earnable ?

/

Les progrès rapides de la cryptographie ont donné aux investisseurs une vaste gamme d’outils avec lesquels travailler, en particulier lors de l’échange de jetons.

En 2020, une nouvelle tendance est apparue : l’approvisionnement en liquidités ou stacking.

Earnable rejoint la liste des applications concentrés sur la fourniture d’une solution à plusieurs problèmes actuels dans le secteur de la cryptographie :

  • Presque toutes les plateformes nécessitent une certaine forme de staking pour recevoir des intérêts
  • Avec peu d’informations, l’investisseur a un sentiment de suspicion envers le projet
  • Récompenser les utilisateurs en jeton natif, les jetons ne sont pas correctement échangés
  • La plupart des enjeux proposés étaient limités dans le temps, généralement une semaine environ.

Cependant, Earnable se revendique être une solution tout-en-un aux problèmes ci-dessus.

Selon l’application, fournir un moyen sûr et transparent de gagner, sans avoir à participer au staking, à surveiller les mises quotidiennement ou à effectuer des swaps.

Le cœur de la plate-forme Earnable est le jeton EARN.

Disponible sur PancakeSwap, EARN est un actif natif de la plateforme Earnake construite sur BSC (Binance Smart Chain).
Le contrat de jeton prend en charge l’interopérabilité et la facilité d’utilisation à la pointe de la technologie.
EARN est répertorié sur les principaux sites de référencement comme CoinMarketCap et CoinGecko, et il est même suivi par Coinbase.
Tout en détenant EARN, les utilisateurs peuvent générer le BNB de Binance via les transactions d’autres membres.

La taxe sur les transactions de 15 % est répartie entre les détenteurs en fonction de l’attribution de jetons et réclamée via BscScan ou le site Web Earnable.

La taxe de 15 % se répartie comme suit :

  • 13% va à un pool de BNB qui est redistribué à tous les détenteurs
  • Plus il y a de volume, plus les utilisateurs à gagner détiennent de jetons, plus les récompenses BNB s’ajouteront à leur portefeuille de réclamations.
  • 1% de la taxe sur les transactions revient aux détenteurs sous forme de jetons EARN, que les utilisateurs peuvent échanger contre des BNB ou laisser en EARN.
  • 1% de la taxe va dans un contrat d’approvisionnement en liquidités, dans l’intention de fournir suffisamment de liquidités pour effectuer des swaps basés sur EARN, améliorant l’économie interne et assurant la stabilité des prix du jeton.

En conclusion

L’accès à des fonctionnalités telles que l’extraction de liquidités et les prêts/emprunts cryptographiques a toujours été lié au verrouillage d’une quantité donnée de cryptos en tant que principal.
Les intérêts gagnés sont ensuite répartis en fonction du nombre de jetons mis en jeu.
Earnable fait de même, mais sans bloquer les fonds dans un compte de jalonnement.
Réclamer votre BNB serait super facilité une fois que vous avez Earnable dans votre portefeuille.

Disclaimer :
Nous rappelons que ceci n’est en rien un conseil financier, nous n’avons pas encore testé personnellement cette plateforme. Diversifier vos investissements permet de limiter les risques. La crypto reste l’un des actifs le plus volatile. Soyez responsable.

La plateforme crypto Binance va supprimer ses produits dérivés en Europe

/

Déclarée ce vendredi, une réduction des offres de contrats à terme de la principale bourse de cryptomonnaies Binance va avoir lieu. C’est également le cas des produits dérivés en Europe. Ceux-ci vont être supprimés malgré l’augmentation de la pression des régulateurs du monde entier. Cela s’applique bien entendu sur tous les utilisateurs de Binance dans le monde.

De la pression sur Binance

Ces dernières semaines, la pression sur l’une des plus grandes plateforme d’échange crypto dans le monde, Binance a été constatée. Celle-ci a été réalisée par une série de régulateurs se trouvant à travers le monde. Elle est toujours préoccupée par la protection des consommateurs ainsi que par la norme des contrôles anti-blanchiment d’argent. Celle-ci peut avoir lieu sur les plateformes d’échange de cryptomonnaies.

Suite à une pression réglementaire croissante, Binance s’est sorti des produits dérivés se trouvant en Europe. Sachez que c’est sa dernière action de sortie des produits cryptographiques spécifiques.

Une nouvelle tendance de Binance

Selon le PDG de Binance, il veut apporter des améliorations sur les relations avec les régulateurs en mettant en place de sièges régionaux. Depuis ce lundi, cette bourse n’a plus proposé d’opérations sur marge en cryptomonnaies. Cela concerne surtout le dollar australien, l’euro ainsi que la livre sterling.

Cette tendance s’applique déjà pour les utilisateurs de Binance se trouvant en Allemagne, aux Pays-Bas et en Italie. Selon la bourse via un communiqué sur son site web, jusqu’à nouvel ordre, ils ne sont plus en mesure de créer de nouveaux comptes de produits à terme ou dérivés. Cela peut bien sûr avoir un impact sur l’avenir du commerce des dérivés de crypto.

Pour ce mois, Binance va cesser de vendre des jetons numériques qui disposent d’une liaison avec des actions. Ce fait a sûrement été causé suite à la prise de mesure des autorités de réglementation  face aux offres de «  jetons d’actions » qui a lieu sur la plateforme d’échange de cryptomonnaies.

Trois pays européens ne recevront plus d’offres de produits dérivés de Binance

/

La plateforme d’échange de cryptomonnaie Binance a annoncé avoir stoppé toutes ses offres de trading de cryptos dérivés dans 3 pays européens. Une décision que la plateforme a dû prendre suite aux surveillances accrues des autorités régulatrices du monde sur la plateforme d’échange. Une décision qui ne va d’ailleurs pas s’arrêter là.

Plus d’offres de trading des cryptos dérivés pour trois pays d’Europe

Désormais, 3 pays d’Europe n’ont plus accès aux offres pour trader des cryptos dérivés sur la plateforme d’échange Binance.

Cette décision qui prend effet immédiatement s’applique à :

  1. l’Italie
  2. l’Allemagne
  3. les Pays-Bas

De ce fait, les nouveaux traders ne pourront plus se créer un compte sur la plateforme pour échanger leurs cryptomonnaies. Tandis que les utilisateurs qui ont déjà un compte sur la plateforme disposent de 90 jours à compter d’une date annoncée ultérieurement pour fermer toutes les positions qu’ils ont ouvertes. Selon la plateforme, cette mesure est prise afin de s’adapter à l’écosystème de la cryptomonnaie qui ne cesse d’évoluer. Mais aussi pour répondre aux attentes de ses clients.

Une restriction plus étendue

Vendredi dernier, la plateforme a annoncé que cette restriction ne touchera pas uniquement ces trois pays. Effectivement, Binance envisage d’étendre cette nouvelle règle dans toute l’Europe. La plateforme a d’ailleurs aussi supprimé ses offres de trading des jetons d’actions plus tôt ce mois-ci. D’après son PDG Changpeng “CZ” Zhao, l’écosystème de la cryptomonnaie actuel commence à être très réglementé. La plateforme se doit donc de faire un grand saut pour devenir une institution de services financiers. Et ne plus être considérée comme une startup en technologie.

À noter que pour ce mois, Binance a enregistré en volume de transaction plus de 713 milliards de dollars sur les contrats à terme Bitcoin. Il est d’ailleurs important de souligner que Binance est la plus importante plateforme de trading que ce soit en volume ou en contrats à terme Bitcoin.

Source Theblockcrypto