100 millions de dollars appartenant au cofondateur de Terra (Luna) ont été gelés !

/
terra luna fork

Les procureurs sud-coréens auraient obtenu une ordonnance du tribunal pour geler des avoirs d’une valeur d’environ 104 millions de dollars appartenant au co-fondateur de Terraform Labs, Daniel Shin. Les autorités l’accusent d’avoir injustement profité de sa position en vendant la crypto-monnaie LUNA à des prix gonflés avant que la pièce ne s’écrase. Daniel Shin a nié les allégations.

Environ 104 millions de dollars confisqués

Alors que l’affaire FTX secoue encore l’écosystème, l’actualité nous rappelle que la chute de l’écosystème Terra (LUNA) n’est pas totalement résolue non plus.

Shin Hyun-Seong, alias Daniel Shin, a fondé Terra (LUNA) avec Do Kwon. Il a également été pris pour cible par les autorités sud-coréennes, qui ont confisqué une partie de ses biens.

Le co-fondateur de Terra a vu 140 milliards de wons (environ 100 millions de dollars), présent sur ses portefeuilles, être gelés la semaine dernière, selon des informations partagées par le média local YTN.

“La confiscation avant inculpation est une mesure préliminaire qui empêche un suspect de disposer arbitrairement des produits du crime avant d’être livré au procès, afin que le montant du préjudice puisse être compensé ultérieurement”, indique l’article.

Les procureurs ont accusé le co-fondateur de Terra d’avoir réalisé environ 104 millions de dollars de bénéfices “injustement” grâce à la vente de la crypto-monnaie LUNA pré-lancée, désormais connue sous le nom de luna classic (LUNC), sans en informer correctement les investisseurs publics. Cependant, Shin aurait déclaré jeudi aux procureurs qu’il n’avait pas vendu la crypto-monnaie à son prix le plus élevé avant que le prix de celle-ci ne s’écrase.

Les procureurs sud-coréens affirment que Hyun-Seong a violé les lois sur les capitaux en liquidant secrètement des jetons avant l’effondrement du projet. Cependant, son avocat aurait nié les allégations.

“Les rumeurs selon lesquelles le PDG Shin Hyun-seong a réalisé des profits en cédant Luna alors que le jeton était à son niveau le plus élevé, ou qu’il a réalisé des profits de manière frauduleuse, sont fausses”, a déclaré l’avocat.

Les enquêtes Terra toujours en cours

Cette dernière décision fait partie d’un effort plus large des autorités sud-coréennes pour porter plainte contre Terraform Labs pour son effondrement sans précédent au sein de l’écosystème. La faillite de Terra a coûté 60 milliards de dollars à des millions d’utilisateurs.

Shin and Chai corp, une société locale de technologie de paiement qu’il a fondée, fait l’objet d’une enquête pour avoir prétendument utilisé les informations des clients sans leur consentement lors du lancement du service de paiement Terra de Chai. La société de paiement aurait été perquisitionnée par les autorités locales jeudi.

Les procureurs sud-coréens enquêtent également sur la débâcle de LUNA depuis mai et ont émis un mandat d’arrêt contre Kwon Do-Hyung, également connu sous le nom de Do Kwon, qui a cofondé Terraform Labs avec Shin.

Interpol a également émis une notice rouge à son encontre. Le mois dernier, les autorités sud-coréennes ont déclaré avoir gelé les actifs cryptographiques appartenant à Do Kwon. Cependant, Do Kwon a nié que les pièces gelées étaient les siennes.

Des investisseurs particuliers dans diverses juridictions du monde ont également intenté des poursuites en justice contre des membres de Terraform Labs, en particulier Kwon.

Fin octobre, 359 investisseurs de Terra ont déposé un recours collectif contre Kwon et la Luna Foundation Guard (LFG), ainsi que le membre fondateur de Terra, Nicholas Platias, devant la Haute Cour de Singapour le 23 septembre.

Les investisseurs disent que le jeton TerraUSD présentait un certain nombre de défauts de conception qui ont limité sa capacité à maintenir sa parité avec le dollar américain.

Précédent

Hack de FTX : le pirate gagne encore de l’argent grâce à une bonne gestion

Suivant

Bourse : Holcim quitte Euronext Paris

Derniers articles de Crypto