logo ing direct

ING Direct clôture les comptes en France : recours, conséquences, alternatives et histoire de la banque

/

C’est la fin de la première banque 100 % en ligne créée il y a 20 ans. L’entreprise néerlandaise a annoncé, fin 2021, la fin de ses activités de banque en ligne en France. Les comptes bancaires de 300 000 clients de la succursale française de la banque en ligne ING ont été supprimés depuis l’été dernier, selon un communiqué publié cette semaine par l’association France Conso Banque.

Le recentrage des activités : un choix stratégique

ING Group, multinationale de bancassurance originaire des Pays-Bas, a été créée en 1991 suite à la fusion de Nationale Nederlanden, une société d’assurance, et de NMB Postbank, une banque de réseau. L’acronyme ING représente « Internationale Nederlanden Groep », se traduisant par « Groupe des Pays-Bas Internationaux ».

La branche française du groupe néerlandais ING a décidé de mettre fin à ses services bancaires pour les particuliers. Une partie de ses clients a été transférée chez Boursorama. Désormais, ING en France se concentrera sur la banque de financement et d’investissement, avec une volonté particulière de se renforcer dans la finance durable. C’est un nouveau départ pour ING dans le pays.

ING, connu comme un pionnier des services de banque en ligne aux Pays-Bas, a définitivement fermé le chapitre des services aux particuliers en France. Depuis le début de l’année, ils ont réorienté leur activité vers la banque de financement et d’investissement, après avoir clôturé les comptes des clients particuliers et organisé le transfert d’une partie d’entre eux vers Boursorama.

D’1 million de clients à… 250 !

Ce changement est significatif : la banque est passée d’un million de clients à seulement 250 ! Parmi ces clients restants, on trouve de grandes entreprises françaises, des membres du CAC 40 et du SBF 120, ainsi que des institutions financières, des sociétés foncières et des fonds de private equity.

batiment siege social ingdirect
ING Direct clôture les comptes en France : recours, conséquences, alternatives et histoire de la banque

Les services que proposaient ING en France

Depuis son lancement en France en 2000, ING Direct s’était imposée comme une banque en ligne de référence sur le marché français. Avec une offre complète de produits et services financiers pour les clients particuliers et une approche centrée sur la simplicité et la performance, elle a séduit de plus en plus d’utilisateurs avant de choisir de quitter la France pour se concentrer sur d’autres marchés.

ING Direct proposait une large sélection de produits bancaires pour répondre aux besoins de ses clients Français :

  • Le compte courant : avec une carte Gold Mastercard gratuite, ce compte sans frais de tenue permet également de bénéficier d’un découvert autorisé et d’une rémunération du solde créditeur.
  • Le livret d’épargne Orange : un livret proposant un taux d’intérêt attractif, sans plafond et disponible à tout moment.
  • L’assurance vie : gérée par Generali, cette assurance vie multisupport offre une garantie décès et des possibilités de gestion pilotée ou libre.
  • Le crédit immobilier : un prêt amortissable à taux fixe pour financer l’achat d’une résidence principale ou secondaire, ainsi que des travaux.
  • Le PEA et le compte-titres : deux solutions pour investir en Bourse avec des frais de courtage réduits et une large sélection d’instruments financiers.

ING Direct ferme les comptes Français de façon abusive

En décembre 2021, la banque en ligne avait prévenu qu’elle arrêterait ses opérations en France. Puis au début de l’année 2022, ING France a déclenché la polémique en fermant plus de 300 000 comptes bancaires jugés “non rentables”. Cette dernière a depuis restructuré son entreprise en vue d’une éventuelle vente à une autre agence, mais ne semble pas se soucier beaucoup de ses clients.

Le président de l’association, Michel Guillaud, a estimé que les fermetures étaient qualifiées d’abusives : “De notre point de vue, donner aux banques la possibilité de fermer des comptes courants ou de dépôt sans motif est une prérogative tout à fait exorbitante”, estime-t-il. Voici plusieurs éclairages sur la situation.

Comment récupérer votre argent ?

Pour en savoir plus sur comment récupérer vos fonds bloquer chez IngDirect, vous pouvez vous rendre directement sur leur site internet.

Certains clients français d’ING en colère ont formé un collectif de défense et ont porté l’affaire devant les tribunaux, affirmant que la banque n’avait pas respecté un préavis obligatoire avant la fermeture de l’ensemble des comptes.

Vers quelle autre banque en ligne se tourner ?

Ainsi, au total, plus d’1 million de clients ING devront se trouver une nouvelle banque, soit par contrainte, soit de gré à gré. Bousorama Banque fait figure de favori pour accueillir ces clients : son offre est plus complète, moins chère et plus efficace qu’ING.

Globalement, la banque en ligne fait 3 fois la taille d’ING et 6 fois la taille de son deuxième concurrent, Hello bank ! Pour attirer les clients ING qui se sentent abandonnés, Boursorama Banque propose des bonus d’inscription (renforcés) tout au long du week-end. Les nouveaux clients de l’établissement bancaire recevront un bonus d’environ 130 euros pour l’ouverture d’un compte. Toutefois, nous vous recommandons de comparer les meilleures banques en ligne avant de faire votre choix.

Encore 300 000 clients concernés

Au moins 300 000 clients sont toujours concernés par ces fermetures unilatérales, selon les dernières estimations de l’association des usagers des banques France Conso Banque. Seraient concernées également, les Livrets A, un produit réglementé, ce que la banque n’a pas confirmé.

Des livrets d’épargne de moins en moins rentables

Selon l’établissement bancaire ING, les clients en question détiennent un livret d’épargne orange (LEO) et aucun autre produit en banque. Ce livret d’épargne fiscale a été le premier produit bancaire d’ING lancé en France dans les années 2000. Avec des taux d’intérêt bien supérieurs à ceux pratiqués par les marques traditionnelles, il attirait à l’époque des liquidités pour de nombreux épargnants à la recherche de rendements sur leur épargne.

Depuis, le LEO n’est plus aussi attirant puisqu’il n’a rapporté que 0,01 % depuis le 1er janvier 2021. Le même jour, ING a également introduit un plafond de 100 000 € sous peine de frais supplémentaires. En cause, la situation monétaire.

La Banque centrale européenne (BCE) impose des taux d’intérêt négatifs : -0,5 % sur les dépôts bancaires pour les banques de la zone euro“, a indiqué ING à l’AFP. “En d’autres termes, elles doivent payer pour économiser.”

ING fait le ménage avant un éventuel rachat ?

Autre hypothèse avancée par France Conso Banque, ING s’apprête à vendre son portefeuille de clients français. La Société Générale et le Crédit Mutuel sont en concurrence. Mais pour tirer meilleur parti de la vente, ING veut assainir son portefeuille client en le vidant de ses petits comptes inactifs, et donc très peu rentable pour les futurs acquéreurs.

Tout cela est légal. L’établissement bancaire a le droit de fermer unilatéralement le compte du client. Mais elle doit respecter le délai de préavis qui est de deux mois. Il semblerait que dans cette affaire le délai ne soit pas respecté.

L’évolution d’une banque historique

En 1995, ING a marqué sa présence dans le secteur bancaire en rachetant Barings, une banque d’investissement en difficulté, ainsi que ses opérations de gestion de fonds pour autrui. Cette expansion s’est poursuivie avec l’acquisition de Banque Bruxelles Lambert (Belgique) en 1998, de BHF-Bank (Allemagne) en 1999, de Banque Slaski (Pologne) en 2001, et de DiBa Bank (Allemagne) en 2002.

Dans le secteur de l’assurance, ING s’est étendu aux États-Unis avec l’achat de Equitable of Iowa en 1997, suivi de ReliaStar, Aetna Financial Services, Aetna International en 2000, et de Seguros Comercial América au Mexique en 2001.

ING a également lancé des services de banque en ligne dans divers pays, notamment sous la marque ING Direct, qui a fait ses débuts en France en 2000.

En 2005, ING a formé une joint-venture avec Kookmin Bank en Corée, détenant 49% de cette entreprise qui offrait des produits d’assurance via 1 100 agences. À cette époque, ING était le quatrième groupe financier en Europe, avec 60% de ses activités dans l’assurance et 40% dans la banque.

Avec une présence significative dans 50 pays, plus de 120 000 employés (dont 11 000 aux États-Unis), 75 millions de clients et près de 600 milliards d’euros d’actifs gérés en 2007, ING avait une empreinte mondiale notable.

Face à la crise financière mondiale de 2007, ING a reçu en octobre 2008 une injection de 10 milliards d’euros de l’État néerlandais, entraînant une nationalisation partielle. En conséquence, selon les directives de la Commission européenne, ING a dû se séparer de certaines de ses activités.

En 2009, ING a vendu ING Canada, le plus grand assureur de dommages au Canada. En 2010, elle a cédé ING Direct UK à Barclays pour 1,64 milliard d’euros. En 2012, ses filiales à Hong Kong, Macao et en Malaisie ont été vendues respectivement à Pacific Century Group et à AIA.

En 2013, ING a vendu sa participation dans une coentreprise d’assurance vie chinoise à BNP Paribas Cardif, et s’est retirée de ING Life Korea, la vendant à MBK Partners, tout en conservant une participation minoritaire de 10%.

En juillet 2014, ING a introduit en bourse sa filiale d’assurance NN Group, valorisée à environ 7 milliards d’euros. En juillet 2015, HSBC a vendu ses activités en Turquie à ING.

En 2016, ING a annoncé un plan de licenciement touchant 7 000 employés, dont 3 158 en Belgique. En juin 2017, la fermeture des 536 agences Record Bank en Belgique et la disparition de cette marque franchisée ont été annoncées, avec une transition de 50 agences sous la marque ING.

De 2017 à 2019, ING a renommé ses services de banque en ligne « ING Direct » en « ING ». En 2018, ING a acquis la fintech Payvision, envisageant cependant sa cession en septembre 2021 après une dépréciation de 188 millions d’euros.

Bonjour à tous, je suis Hugo, rédacteur pour Surf Finance depuis 2021. Depuis quelques années maintenant, je m'intéresse de près au domaine des cryptomonnaies et de la finance.

Retrouvez mes articles à propos des dernières actualités financières, des tendances boursières, des opportunités d'investissement, des cryptomonnaies, et bien d'autres sujets qui touchent à votre portefeuille.

Comprendre le monde de la finance peut parfois être difficile, mais je me ferais un plaisir de simplifier tout ce petit monde dans mes articles.

J'espère que vous trouverez sur Surf Finance toutes les réponses à vos questions. N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des suggestions ou des commentaires, nous serons ravis de vous aider.

Merci de votre visite et à bientôt sur Surf Finance !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Précédent

Avis action ATOS : Faut-il acheter ou vendre ? Notre analyse

Suivant

Faut-il revaloriser le SMIC en 2024 ?

Derniers articles de Banques