De nombreux partenariats entre crypto et F1 s’arrêtent

/
formule 1 ferrari crypto

Les partenariats de crypto-monnaies ne sont clairement plus populaires dans le monde de la Formule 1. Nous venons d’apprendre que la Scuderia Ferrari a annulé son accord avec Velas. Cette décision fait suite à des nouvelles similaires de la part de Mercedes et Red Bull.

Ferrari met fin à son contrat avec Velas

En décembre 2021, Ferrari a signé un important accord pluriannuel avec la blockchain Velas (VLX). Cette année avait d’ailleurs vu la signature de plusieurs partenariats entre des acteurs majeurs de la blockchain et des entités liées à la discipline.

On se souvient par exemple de l’énorme contrat entre Crypto.com et la Formule 1, avec un engagement de 100 millions de dollars. Il y a quelques mois, la plupart des équipes avaient un partenaire blockchain.

Mais la semaine dernière, Ferrari a mis fin à son accord de sponsoring avec la société suisse de blockchain Velas. La division course du constructeur automobile italien a fait de même avec le fabricant de puces Snapdragon.

La rupture des partenariats avec Velas et Snapdragon, laisse Ferrari avec un manque à gagner de 55 millions de dollars. Ce montant porte un coup important au budget de l’écurie puisque celui-ci représente environ un quart de son revenu annuel de soutien.

Rappelons que le partenariat avec Velas représentait 30 millions de dollars par an. Entre autres choses, il s’agissait pour Velas d’avoir son nom et son logo sur l’aile arrière des voitures de Ferrari F1.

Velas était l’un des sponsors les plus importants de Ferrari pour la saison 2022. Le contrat à long terme avec la société italienne visait à accroître l’engagement des fans grâce à la création de NFT.

Selon une personne proche du dossier interrogée par RacingNews 365, Ferrari n’a pas respecté les termes du contrat permettant la création de NFT. Une autre information indique que Velas serait en difficulté financière. La rupture de ce partenariat pourrait entraîner des poursuites judiciaires afin de régler ces différends.

La Scuderia n’est pas la seule dans ce cas

Toutefois la Scuderia Ferrari n’est pas la seule dans cette situation. Red Bull a également résilié son contrat avec la Fondation Tezos en raison de différences stratégiques.

« La fondation Tezos a décidé de ne pas renouveler son accord avec Red Bull Racing, car cela ne correspondait plus à notre stratégie actuelle. »

De même, Mercedes-AMG a cessé toute coopération avec FTX après la faillite du géant de la cryptographie le 11 novembre. La plateforme de Sam Bankman-Fried était le sponsor principal, ce qui entraînera un trou de 15 millions de dollars d’un coup dans le budget de la saison prochaine de l’écurie F1 qui joue régulièrement le titre à la fois des pilotes et des constructeurs.

Tout indique que ces incidents ne sont pas isolés, mais une nouvelle tendance. Le directeur général de l’équipe Mercedes-AMG Petronas F1, Toto Wolff, a averti que d’autres équipes de Formule 1 pourraient se retrouver dans une situation similaire.

C’est une tendance qui s’observe un peu partout : les crashs successifs de deux acteurs majeurs du marché, Terra (UST) et FTX, et les baisses de prix qui s’ensuivent ont créé une grande résistance à l’égard de l’écosystème.

Par conséquent, il faudra certainement du temps pour que les sociétés de cryptographie soient à nouveau favorisées par le monde du sport.

Malgré ces nouvelles, la Formule 1 et le monde de la cryptographie sont toujours en contact. Divers projets Web 3 ont la capacité d’augmenter l’engagement des fans et les ligues sportives. La relation entre ces deux univers représente donc plus qu’un simple contrat de sponsoring.

Précédent

Immobilier : la tendance de fin 2022 va-t-elle se poursuivre ?

Suivant

Ca y est ! Les investisseurs ayant staké des ETH pourront enfin récupérer leurs jetons !

Derniers articles de Crypto