Un plan de départs volontaires se profilent à la BNP Paribas

/

BNP Paribas devait montrer à ses partenaires sociaux peu avant Noël un plan de départs volontaires pour une partie de son activité de crédit à la consommation en cas de retour de l’inflation, ont indiqué des sources syndicales. Cela pourrait entraîner la suppression de 900 à 1 000 emplois. A ce stade, le groupe bancaire indique qu’il s’agit d’une “réflexion stratégique”.

Aucun départ contraint

Une source syndicale a indiqué vendredi à l’AFP, corroborant les informations de Bloomberg, que BNP Paribas avait indiqué à ses partenaires sociaux peu avant Noël être en train de travailler un plan de départs volontaires au sein de son activité de crédit à la consommation, qui est affectée par l’inflation.

Selon un représentant interrogé par l’AFP, s’exprimant sous couvert d’anonymat, la direction devrait formellement proposer un plan de départ volontaire dans la première quinzaine de février.

L’accent est mis principalement sur les personnes dites fonctionnelles, qui représentent un peu plus de la moitié des 5 200 employés de la filiale, y compris des secteurs tels que les ressources humaines et l’informatique.

“On va probablement vers une diminution d’effectif assez conséquente”, explique-t-elle en précisant qu’aucun départ contraint ne pourra avoir lieu.

Selon la même source, les salariés de la plateforme d’appel et sa direction seront moins inquiétés, mais ils ne seront pas non plus à l’abri d’une restructuration.

BNP Paribas Personal Finance doit naviguer dans un environnement économique difficile au sein du secteur du crédit à la consommation. Ses coûts de refinancement se sont envolés dans un contexte de forte inflation, et les filiales n’ont pas pu répercuter intégralement la hausse sur les taux des prêts proposés aux clients. En résulte une baisse des marges bénéficiaires.

Face à une nouvelle concurrence

Parallèlement à cet environnement macroéconomique tendu, les acteurs traditionnels du crédit à la consommation doivent faire face à une nouvelle concurrence des fintech spécialisées dans le dégroupage des paiements, comme Klarna (mais avec de lourdes pertes) ou le français Younited.

Les opérations de crédit à la consommation en magasin ont été fortement limitées pendant la pandémie de Covid-19 qui a permis l’essor d’une concurrence permettant de fractionner les achats.

Cette activité à faible marge mais à volume élevé est en plein essor en France et en Europe, avec des taux de croissance de 20 à 30 % selon les pays. En raison de la croissance explosive du e-commerce, de nombreux acteurs se sont positionnés sur ce segment.

BNP Paribas a d’ailleurs acheté Floa, une startup spécialisée dans le domaine. A l’été 2021, la banque dirigée par Jean-Laurent Bonnafé a racheté 100% de Floa au groupe Casino et au Crédit Mutuel pour environ 258 millions d’euros.

Changement de paradigme économique

Les budgets des emprunteurs se resserrent en raison de la hausse des prix, et leur capacité de remboursement oblige aussi les banques à être prudentes sur ce marché.

Les marchés du crédit à la consommation semblent à l’aube d’une période « plus défavorable », estimait fin octobre l’Association des sociétés financières françaises (ASF) à l’occasion de la publication de sa première édition de son « Observatoire des signaux faibles ».

Le plan stratégique de l’entité BNP Paribas Personal finance, propriétaire de la marque Cetelem, repose sur l’hypothèse d’une reprise durable de la consommation à partir de 2022 dans un contexte d’inflation et de taux d’intérêt bas.

Au cours des trois premiers trimestres de 2022, le Groupe BNP Paribas a réalisé un bénéfice de plus de 8 milliards d’euros, en hausse de 12% sur un an. Le bénéfice net du troisième trimestre annoncé en novembre de l’année dernière a atteint à lui seul 2,76 milliards d’euros, soit une augmentation de 10,3 % en glissement annuel.

La banque est en passe de faire au moins aussi bien qu’en 2021, une année record avec un bénéfice net de 9,5 milliards d’euros.

Précédent

Crypto : Créez, commercialisez et vendez des NFT sur Shopify !

Suivant

Crypto : une nouvelle banque dans la tourmente !

Derniers articles de Banques