Le Yuan numérique n’atteint pas le niveau d’adoption souhaité

//
yuan numéirque chine

Dans une récente conférence universitaire, l’ancien directeur de la recherche à la Banque populaire de Chine, a parlé de l’utilisation du yuan numérique e-CNY en Chine. Sa conférence suggère que la situation avec la monnaie numérique de la banque centrale chinoise est assez inquiétante.

Le yuan numérique très peu utilisé

Au cours de l’année 2021, le gouvernement chinois a lancé une CBDC chinoise surnommée le Yuan numérique pour les Jeux olympiques d’hiver de 2022. Cependant, jusqu’à présent, la monnaie numérique de la banque centrale n’a pas connu le succès escompté.

Xie Ping est l’ancien directeur de la recherche à la Banque populaire de Chine, la banque centrale chinoise. Actuellement, il est professeur de finance à l’Université Tsinghua. Il a été invité à s’exprimer lors d’une conférence sur la finance numérique organisée en partenariat avec l’Université Tsinghua.

Parmi ses remarques, rapportées par les médias Caixin et reprises par Reuters, le yuan numérique, qui a été testé dans plusieurs villes et provinces nationales, est boudé par la population. Selon lui, les chiffres présentés montrent “une très faible utilisation et une très faible efficacité”.

« La circulation cumulée du yuan numérique au cours des deux années de mise en service n’a été que de 100 milliards de yuans (14 milliards de dollars) », a-t-il ajouté. Pas assez pour que cela ait un impact dans un pays dont le produit intérieur brut était de 17 730 milliards de dollars l’an dernier.

Selon Xie Ping, l’utilisation du yuan numérique a été faible et très peu dynamique. Il semble qu’en janvier, seuls 261 millions de consommateurs possédaient des portefeuilles électroniques en yuans.

Pourtant, le gouvernement n’a pas été avare de moyens pour attirer les usagers. Ils ont notamment mis en place une série d’essais et fourni un porte-monnaie électronique avec diverses fonctions.

Il semblerait que le marché des moyens de paiement soit saturé pour l’instant. Le yuan numérique peine donc à se faire sa place. Comme l’a expliqué Xie Ping, “les espèces, les cartes bancaires et les mécanismes de paiement tiers de la Chine ont formé une structure de marché des paiements qui répond aux besoins de consommation quotidiens”.

Pas d’intérêt spécifique

Dans ce contexte, l’e-yuan apparaît comme une solution plutôt redondante pour les consommateurs, fruit d’une volonté politique hors sol sans grand intérêt. Les nouveautés ainsi que les possibilités offertes par le yuan numérique sont en effet minces.

Selon le professeur de finance, les cas d’utilisation de l’e-yuan doivent changer pour augmenter son adoption.

En effet, la monnaie numérique de la banque centrale chinoise offre peu par rapport à Alipay, qui a réussi à se faire une place entre les espèces et les monnaies scripturales, en offrant la possibilité aux utilisateurs d’accéder à des services d’assurance, d’investissement ou de prêt à la consommation.

Ping a parlé d’autres systèmes de paiement tiers chinois existants. Il a spécifiquement mentionné que WeChat Pay, Alipay et QQ Wallet “ont formé un modèle de marché de paiement qui répond aux besoins de la consommation quotidienne”. Il pense que la CBDC chinoise devrait faire de même pour gagner plus d’adoption.

Xie Ping a suggéré, par exemple, que les CBDC pourraient être utilisées pour payer des produits financiers. Il devrait également être accessible sur plusieurs plateformes de paiement pour stimuler son adoption.

L’Europe doit s’inspirer des leçons de la Chine

Les autorités européennes devraient analyser en détail ce début difficile du yuan numérique.

L’Union européenne espère également mettre en service son propre euro numérique dans les années à venir. En ce sens, comme Pékin, l’UE est motivée par la montée des crypto-monnaies, qu’il considère comme des concurrents illégitimes à son monopole d’émission de monnaie. En particulier, les stablecoins tels que l’USDT ou l’UDSC sont dans son viseur.

Mais si le désir de garder le contrôle monétaire est compréhensible, le fait que l’efficacité de l’outil sera corrélée à son niveau d’adoption demeure.

Cependant, comme nous l’avons vu dans l’exemple chinois, les monnaies numériques gouvernementales offrent relativement peu d’incitations et peinent à se faire une place en tant qu’innovation.

Précédent

Des mouvements suspects sur les portefeuilles d’Alameda

Suivant

Immobilier : interdiction d’acheter un logement au Canada pour les étrangers !

Derniers articles de Banques