Browse Tag

Chine

La Chine interdit l’usage du Bitcoin alors qu’elle en détient près de 200 000 !

/

La Chine a été l’un des premiers pays au monde à exprimer son opposition aux crypto-monnaies. Tout au long de leur existence, la blockchain et les acteurs de l’industrie ont subi une répression sans précédent. Alors que le prix du Bitcoin (BTC) stagne et est moins volatil que les principaux indices boursiers au cours des derniers mois, la Chine pourrait participer à une reprise à la hausse des prix du Bitcoin dans les mois à venir. Continuer de lire

Crypto : les sanctions économiques contre la Russie bientôt inutiles ?

/

Après avoir envahi l’Ukraine, la Russie intensifie ses plans pour rendre sa monnaie numérique de banque centrale (MNBC), le rouble numérique, disponible pour les transactions commerciales internationales, y compris avec la Chine. Cette évolution pourrait encourager le reste du monde à utiliser la MNBC dans des règlements mutuels avec des partenaires étrangers, accélérant ainsi l’adoption mondiale des crypto-monnaies. Continuer de lire

Bitcoin : la Chine prévoit un effondrement massif

/

Après être tombé en dessous de 18 000 $ au cours du week-end, beaucoup s’attendaient à ce que Bitcoin tombe encore à des niveaux inférieurs. Cependant, la crypto-monnaie a réussi à récupérer et à rester au-dessus de 20 000 $ pour la semaine. Malgré cette résistance louable, le média d’État chinois Economic Daily estime que le marché baissier actuel pourrait sonner le glas du Bitcoin et faire chuter son prix dans le néant. Continuer de lire

Un responsable du Crédit Suisse prédit un nouvel ordre monétaire mondial !

//

Zoltan Pozsar, responsable de la stratégie mondiale des taux à court terme au Credit Suisse et ancien responsable de la Fed et du Trésor, a déclaré lundi dans une note que la propagation de la crise ukrainienne avait conduit à une “tempête parfaite” de matières premières qui pourrait affaiblir le système de l’eurodollar, alimenter l’inflation dans les économies occidentales et menacer la stabilité financière. Continuer de lire

Chine : les banques ont affiché une grande hausse de bénéfices au 3ème trimestre 2021

/

De nombreux instituts bancaires chinois ont pu profiter d’une importante hausse de bénéfices pour ce 3e trimestre. Ce phénomène s’explique par la reprise économique en Chine suite à une année 2020 plongée dans la crise à cause de la pandémie de Covid-19.

50,7 milliards de yuans de bénéfice net pour la Bank Of China

À titre de rappel, les débuts de l’année 2020 n’ont pas été bons pour les principaux établissements bancaires de la seconde économie mondiale. Ils ont enregistré leurs pires performances à cause de la pandémie de Covid-19. Cette dernière a fait augmenter les créances douteuses. Heureusement que la reprise du secteur bancaire a eu lieu en troisième trimestre de l’année 2020. Après une année, le Bank Of China (BOC) a pu afficher un bénéfice net de 50,7 milliards de yuans, soit 6,8 milliards d’euros. Cette valeur a été enregistrée sur la période juillet-septembre et correspond à une hausse de 13,2% en une année. Ce gain en bénéfice a été rendu public vendredi par la première banque commerciale du pays sur les échanges de devises.

Effectivement, la reprise du secteur bancaire s’explique par l’amélioration de la situation financière de la grande majorité des entreprises. Ce phénomène a favorisé le remboursement des prêts tout en faisant baisser les créances douteuses. À savoir que ces dernières étaient de 1,29% des prêts de Bank of China pendant le 3e trimestre si elles ont été 1,48% l’année dernière à la même période.

15,6% d’augmentation pour China Construction Bank

De son côté, China Construction Bank (CCB) a pu afficher un bénéfice net de 78,85 milliards de yuans, soit 10,6 milliards d’euros. Cette seconde banque du pays en termes d’actifs a pu enregistrer une hausse de 15,6% en une année. Dans son communiqué de résultats, le CCB ne présente aucun souci par rapport à la crise de l’immobilier que le pays vit à l’heure actuelle. Il n’a même pas précisé l’impact de celui-ci dans les prochains mois à venir.

Des règles plus strictes

Effectivement, Evergrande, le promoteur immobilier endetté de 250 milliards d’euros, voit sa situation financière s’écrouler. Ce phénomène génère l’inquiétude des marchés, car son effondrement entraîne celui du pays. C’est la raison pour laquelle Pékin a pris le soin de durcir la réglementation encadrant les fonds propres.

Source Lefigaro

Le secteur immobilier en Chine ne cesse de semer la crainte sur les marchés en Asie

/

Selon Jeffrey Halley, un analyste de marché d’OANDA en Asie-Pacifique, la difficulté du secteur de l’immobilier chinois présente des impacts négatifs sur les marchés boursiers en Asie. Effectivement, celle-ci est due à l’effondrement de quelques promoteurs immobiliers.

Le 4e promoteur immobilier qui n’a pas pu payer ses dettes

Evergrande est le premier promoteur immobilier qui s’est retrouvé dans une situation de dette impayée. Celui-ci ne cesse de plonger dans des problèmes de dettes. Le 29 octobre, il doit payer une certaine somme. Ensuite, Fantasia et Sinic sont les suivants qui ne peuvent également pas payer leurs dettes. Actuellement, le promoteur immobilier chinois Modern Land Co Ltd n’a pas non plus réglé ses dettes extérieures.  Malgré le montant de celles-ci qui est assez faible, la situation préoccupe de nombreux investisseurs. Pire encore, cela peut générer des impacts négatifs sur le marché asiatique. Jusqu’à ce qu’Evergrande arrive à payer ses dettes, la situation en Asie reste particulièrement tendue.

Le secteur immobilier devient nerveux

Comme cité en amont ; Modern Land n’arrive  plus à payer ses dettes. Cette situation a généré la nervosité du secteur immobilier sur les marchés chinois. Effectivement, ceci affecte l’ensemble des marchés boursiers de la seconde économie mondiale. Le Hang  Seng a été impacté et présentait une diminution de 0,35%. Le top 50 cédait également 0,50% de la valeur de sa capitalisation. Tandis que le Shanghai Composite présentait une certaine résistance et présentait une stabilité. C’est également le cas du CSI.

Une baisse des actions des marchés asiatiques

Singapour a connu une baisse de 0,25%. C’est également le cas de Kuala Lumpur. La réduction de la valeur touchait également Manille avec une baisse de 0,30%. Quant à Bangkok, la valeur reste inchangée. Pour Jakarta, il affichait une augmentation de 0,50% à cause de la montée des prix du gaz et du charbon. Taipei met également en avant une progression de 1,0%.

Face aux problèmes qui menacent les marchés boursiers chinois, l’équipe nationale n’a pas croisé les bras. Celle-ci doit faire en sorte que la situation soit calme avant la réunion du comité central. Pourtant, cela va dépendre de la capacité d’Evergrande à payer une partie de sa dette le 29 octobre prochain. Sachez que le cours de l’action Evergrande est victime d’une grosse chute.

Chine : le gouvernement chinois veut étendre la fiscalité de l’immobilier

/

Le secteur de l’immobilier en Chine a depuis 25 ans connu une incroyable évolution. Pourtant, ces derniers mois, il est victime de spéculation et peut générer des risques sociaux. C’est la raison pour laquelle le gouvernement souhaite mettre en place une taxe foncière qui permet la régulation de la spéculation, surtout face aux difficultés des grands promoteurs immobiliers.

Une forte augmentation des prix de l’immobilier

Les prix de l’immobilier en Chine ont connu  une très grande augmentation, surtout pour ceux des grandes villes. Pour ces dernières, les coûts de l’immobilier ont été multipliés par 7 en seulement 20 ans.

Pourtant, le secteur de l’immobilier reste le moteur de développement du pays. C’est pourquoi le gouvernement a pris la décision de réguler le marché. C’est en effet une solution pour faire face à la montée du prix ainsi que l’inquiétude qu’ont créée les promoteurs de l’immobilier qui se trouvent dans une situation de dettes impayées.

Des risques sociaux

Effectivement, le secteur de l’immobilier représente actuellement les 30% du PIB chinois et peut causer des risques sociaux. C’est la raison pour laquelle l’Empire du Milieu a pris le soin d’étendre sa réforme pilote de la taxe foncière. Cette prise de décision a été rapportée par les médias. À savoir que le président Xi Jinping a mis en  avant des stratégies pour répartir de manière équitable les richesses.

Le risque de faillite des promoteurs immobiliers

La mise en place de la taxe foncière rassure le secteur face aux problèmes que provoque l’effondrement du géant de l’immobilier chinois Evergrande. Ceci est actuellement victime de dettes qu’il ne peut jusqu’à maintenant payer. Pourtant, le promoteur annonçait récemment qu’il allait reprendre des projets de construction. Le problème de dette touchait également le promoteur immobilier Fantasia. Ce dernier risque en effet la faillite.

Le boom de l’immobilier chinois

C’était à partir de 1988 que le boom de l’immobilier chinois a commencé à reprendre surface. Jusqu’à ce moment, les réglementations se montrent particulièrement souples. 10 ans plus tard, la Loi commence à se durcir et voulait à ce que les employeurs doivent loger leurs ouvriers ainsi que les salariés, c’est ce qui a provoqué l’engouement des travailleurs chinois pour le rachat de leur logement.

Immobilier Chine : Le début de la tourmente ?

/

Le secteur de l’immobilier et le domaine de la construction contribuent pleinement à l’avancement de l’économie de la Chine. Pourtant, le prix des logements dans le neuf a chuté de 1% sur une année en septembre. Cette baisse du coût de l’immobilier de la seconde économie mondiale touche 70 grandes et moyennes villes. À savoir que ce repli reste une première depuis 2015.

Une baisse du prix de l’immobilier depuis 6 ans

Alors que dans le monde entier, le prix de l’immobilier se retrouve en hausse, ce n’est pas le cas de la Chine. En effet, les prix des logements, surtout ceux dans le neuf ont replié. Ce repli reste une première depuis 6 ans. Ce résultat a été indiqué par le Bureau national des statistiques ou BNS. Pourtant, il n’a pas donné de pourcentage. Selon le calcul de l’agence de l’information financière Bloomberg, cette baisse correspond à 1%.

La faillite des promoteurs de l’immobilier

Cette baisse de coûts est sûrement en liaison avec la faillite des promoteurs en immobilier comme Evergrande ou encore Fantasia. Il y a aussi Sinic qui n’a pas pu payer ses dettes de 250 millions de dollars. Effectivement, le mastodonte de l’immobilier Evergrande s’est depuis des semaines retrouvé dans une situation de dette impayée. Ce prometteur est endetté d’environ 260 milliards d’euros.

Bien évidemment, l’effondrement de ce géant de l’immobilier a eu des impacts, directs ou indirects, non seulement sur le secteur, mais aussi sur l’économie en général. En prenant par exemple, le mois dernier, les propriétaires ainsi que de nombreux fournisseurs d’Evergrande qui ne sont pas encore payés se sont protesté devant le siège du promoteur à Shenzhen.

Une régression de vente de logements

Le BTP a connu une pénalisation depuis quelques mois afin de pouvoir amoindrir la dette dans l’immobilier. Aussi, Pékin a proposé au secteur « 3 ligne rouges » qui a pour but de réduire le recours à l’emprunt de tous les promoteurs en immobilier. Il est donc nécessaire que ces derniers puissent maintenir un certain dynamisme.

Le mois dernier a été marqué par la baisse de ventes de logements dont la régression est de 16,9% sur un an. À savoir que la chute était de 19,7% 2 mois plutôt.

Bourse : Ralentissement de la croissance en Chine pour le 3ème trimestre

/

La seconde économie mondiale fait actuellement face à une grande crise énergétique et une panne de courant considérable. Ce sont des phénomènes qui ont causé le ralentissement de sa croissance. Face à cela, la Bourse en paie le prix et diminue en valeur.

Un ralentissement de croissance en Chine

Ce septembre, la valeur évaluée pour la croissance de la Chine est de 4,9% en une année. Cela reste minime par rapport à l’estimation des économistes. Ce chiffre démontre un ralentissement par rapport au second trimestre où la valeur de la croissance a été de 7,9%. Cette baisse considérable met en cause de nombreux phénomènes, notamment la crise immobilière causée par Evergrande et la pénurie énergétique. Cette dernière force les usines à réduire leur production. C’est la raison pour laquelle le port de Ningbo se ferme partiellement.

Les Autorités chinoises sont depuis des semaines à la recherche de meilleures stratégies pour limiter la crise immobilière. Effectivement, le secteur de l’immobilier représente en Chine 15% du PIB, ce qui contribue à la croissance de la Chine.

Pénurie de l’énergie

Dans le même contexte, la Chine fait actuellement face à un freinage d’activité des industries de la sidérurgie ou encore la cimenterie. Le pays est actuellement victime d’une grosse montée du prix du gaz. Aussi, une panne de courant régulière a eu lieu en Chine, ce qui incite le gouvernement à limiter la production de charbon. C’est en effet une décision prise pour assurer au mieux l’approvisionnement des centrales thermiques. C’est à cause de cela que les prix du charbon restent en hausse en Bourse.

À cause de tous ces problèmes, la croissance chinoise vit son plus bas taux depuis le début de l’année 2020. À savoir que c’est l’année où la crise sanitaire a particulièrement été forte.

Le Brent est prévu pour être à 200 dollars

Face au ralentissement de la croissance de la Chine, le coût du pétrole est de plus en plus à la hausse. Actuellement à 86 dollars, le Brent de la mer du Nord est estimé à 200 dollars. Son coût d’aujourd’hui représente un pic de 3 ans. C’est pourquoi les actions des entreprises pétrolières étaient en hausse. Pour le cas de TotalEnergies, il a gagné 0,4% qui est de 80 % depuis la fin octobre.

Economie Chine : Pénuries de courant et de l’immobilier

/

La croissance de la Chine s’écroule de jour en jour. D’après les données des Autorités chinoises lundi 18 octobre, une baisse de 4,9% a été observée lors du 3e trimestre. Cette régression s’explique par l’augmentation du PIB en berne et la crise de l’immobilier ainsi que de l’énergie.

La fluctuation de la croissance chinoise

Le printemps a été marqué par la montée de la croissance de la seconde économie mondiale. La tendance a par contre baissé  pendant la saison estivale. La baisse continue pendant l’automne. Ce  phénomène a été affirmé par Stéphane Lagarde. Pour ce mois de septembre, la production industrielle a augmenté de 3,1% sur une année. Effectivement, cela consiste à un rythme particulièrement lent. Le second trimestre de cette année, celle-ci était de 5,3%. Les analystes démontraient ainsi un ralentissement de 4,5%.

La baisse de la croissance de Chine a été pratiquement attendue avec la crise immobilière. En effet, cette dernière a tendance à secouer le système financier.

Le secteur immobilier en crise

Il y a quelques années, c’est le secteur de l’immobilier qui alimente la croissance chinoise. En effet, les promoteurs immobiliers participent à la plantation des forêts de béton de long de lignes TGV. Pourtant, avec l’effondrement du géant de l’immobilier Evergrande, la croissance chinoise se retrouve en phase de ralentissement. Le gros endettement du mastodonte de l’immobilier est contagieux étant donné que 2 autres promoteurs immobilier chinois (Fantasia & Sinic) se retrouvent dans une situation de dette impayée.

Un fonctionnement au ralenti du courant

Malgré la reprise mondiale suite à la pandémie, des pannes de courant ont lieu dans de nombreuses provinces. Ce phénomène  touche surtout le Nord et le sud-est du pays. À cause de cette coupure excessive du courant, une hausse du prix de l’électricité a lieu.

Ceci présente des impacts sur les coûts de production qui peuvent conduire à une perte de nombreuses entreprises. D’après  le Bureau national des statistiques,  la reprise de la Chine n’est pas encore stable. Pourtant, cela n’a encore rien d’inquiétant.  Les Autorités chinoises se trouvant à Pékin restent spécifiquement confiantes. D’ailleurs, le Fonds monétaire international (FMI) affirmait que la croissance chinoise serait à 8% avant la fin de l’année.

Malgré la régression de la croissance chinoise, le pays met en place un objectif concernant la hausse du PIB qui est de 6%.

Sinic : autre promoteur immobilier chinois en difficulté

/

Le marché de l’immobilier chinois plonge dans l’inquiétude étant donné qu’un 3e géant de l’immobilier est victime de problèmes d’endettement. Récemment, Sinic, un promoteur de l’immobilier doté d’une grande réputation en Chine, a déclaré qu’il n’avait plus les possibilités de rembourser ses dettes.

Le secteur de l’immobilier en Chine a de quoi à s’inquiéter

La grande famille des promoteurs chinois qui n’arrive pas à payer ses dettes ne cesse d’augmenter. Après Evergrande et Fantasia, c’est actuellement le tour de Sinic. Il a déclaré que le groupe n’a pas les capacités de rembourser un emprunt par fautes de liquidité.

Le secteur de l’immobilier en Chine se trouve actuellement dans une grosse inquiétude. Fantesia, un géant de l’immobilier qui n’a pas encore trouvé des solutions pour ses dettes a été abandonné par ses 2 directeurs. Effectivement, c’est l’effondrement du mastodonte de l’immobilier Evergrande qui a fait chambouler ce secteur.

Sinic n’arrive plus à payer ses dettes

Le groupe Sinic a déclaré qu’il ne présente plus les moyens pour rembourser son emprunt de 250 millions de dollars, soit 216 millions d’euros.  L’échéance de sa dette sera pour lundi 18 octobre. Pourtant, face à son incapacité, le prometteur va chercher de meilleurs moyens pour régler le problème. Il va sans doute lancer une négociation avec les créanciers et les autres parties prenantes pour régler  convenablement  les modalités de paiement.

Selon un communiqué mardi, le promoteur affirme de ne pas disposer suffisamment de liquidités pour payer la totalité de l’emprunt. Outre cette somme, le groupe va devoir rembourser un autre 250 millions pour janvier et 210 millions en juin prochain.

Le mois dernier, Sinic a attiré l’attention de la presse avec la perte de 87% de l’action à la Bourse de Hong Kong. Cela reste une des conséquences du grand endettement du géant de l’immobilier Evergrande. Cette régression a fait perdre au gérant de Sinic jusqu’à 1 milliard de dollars. Selon Forbes, le groupe ne participe plus à la cotation à la Bourse de Hong kong.

Ces différents problèmes ont généré de grosses inquiétudes en Chine. Effectivement, le secteur de l’immobilier joue un rôle capital dans la croissance de l’économie mondiale. Effectivement, la faillite du géant de l’immobilier Evergrande menace grandement les marchés financiers mondiaux.

Binance cesse les transactions en Yuan chinois et restreindre l’accès aux utilisateurs de Chine

/

Dans cette tentative de conformité aux réglementations nationales, la plateforme Binance a annoncé qu’elle cesserait de gérer les accords OTC (Over-The-Country) impliquant le Yuan pour les utilisateurs chinois à compter du 31 décembre 2021. Peu de temps après la déclaration, le prix du BTC et de la majeure partie du marché a chuté.

En Chine, les prestations de services de la plateforme Binance sont clauses

Dans une publication datant du 13 octobre, Binance a déclaré la cessation d’activité de son service commerciale au 31 décembre à minuit. La société s’engage à inspecter tous les utilisateurs de la plateforme, si des utilisateurs basés en Chine continentale sont identifiés, Binance modifiera le statut de leurs comptes pour les mettre en mode “retrait uniquement”. Cela signifie qu’ils ne pourront clôturer que des positions et retirer leurs fonds du marché boursier.

Les autorités chinoises répriment l’utilisation de la crypto dans tout le pays

Binance justifie sa décision par la répression en cours de la part des autorités chinoises, en guerre contre de l’industrie de la cryptomonnaie. En septembre 2021, le pays et sa banque centrale ont fait un pas de plus dans leur attitude répressive cette année envers la crypto. En effet, a été interdit à toutes les organisations locales de traiter avec des entreprises, même à distance, qui sont associées au domaine des actifs numériques. L’entreprise Alibaba se range aux côté du gouvernement Chinois également.

En conséquence, plus d’une vingtaine d’entreprises ont été contraintes de fermer leurs locaux, ainsi que certaines grandes bourses comme KuCoin et Huobi.

Selon le célèbre journaliste chinois Colin Wu, le réseau social le plus utilisé en Chine, WeChat, a également commencé à bloquer les recherches de plateformes de négociation d’actifs numériques. Colin Wu a écrit dans un tweet que :

La quasi-totalité des sites Web et des applications en Chine ont déjà bloqué ou bloqueront incessamment sous peu, les échanges d’actifs numériques.

De plus, comme cela s’est produit lors de la précédente répression chinoise, les jetons de certains échanges décentralisés ont rapidement pris de la valeur après l’annonce de Binance. Mais pour l’instant, la majeure partie du marché des cryptomonnaies est dans le rouge.

Bitcoin s’échangeait au-dessus de 56 500 dollars avant qu’une chute instantanée ne le pousse vers bas d’environ 2 000 dollars. Pour l’instant, le BTC s’est calmé et stagne plus ou moins autour de 55 000 dollars.

Crypto : La plateforme de minage chinoise Sparkpool interrompt toutes ses opérations

/

Lancé en Chine en 2018, Sparkpool détient désormais le contrôle de 22% de l’Hashrate de l’Ether, juste après Ethermine. La répression chinoise en cours impose des mouvements qui poussent le deuxième plus grand pool minier d’Ethereum à interrompre toutes ses activités. Les nouvelles mesures prises par les autorités du pays visent à lutter contre l’adoption de la cryptomonnaie.

Les comptes originaires de Chine suspendus

Les nouveaux utilisateurs résidents en Chine ont vu leurs accès suspendus ce lundi, le gouvernement souhaite prendre les devants et minimiser la légitimation du réseau information décentralisé. La monnaie cryptographique étant un moyen par lequel les utilisateurs opèrent indépendamment des banques et des gouvernements.

Les restrictions initiales sont annoncées et imposées vendredi dernier et suite à cela, les services de Sparkpool sont totalement fermés. Jeudi prochain, la plateforme prévoit de restreindre les utilisateurs du système de minage en Chine, mais aussi à l’étranger.

Sparkpool précise dans son annonce que les mesures visent à améliorer la sécurité des actifs afin que les utilisateurs puissent disposer d’un service optimal, en réponse aux “exigences de la politique réglementaire”. Les administrateurs annoncent également que les utilisateurs seront prévenus par le biais d’annonces, de mails et de messages en direct, des éventuels détails supplémentaires.

Les autorités chinoises resserrent les vis, le monde de la crypto devient illégale

Le gouvernement attaque ouvertement le monde de la crypto, après avoir affirmé qu’ils souhaitaient bannir le Bitcoin du pays, des directives sont annoncées contre les entreprises étrangères qui fourniraient des services de crypto-monnaie aux habitants résidents sous l’autorité de l’État. Alors que Sparkpool est devenu l’un des plus grands pools de minage d’Ethereum au monde aux côtés de l’anonyme Ethermine, l’entreprise doit s’aligner avec le pays.

La nouvelle intervient tandis que Sparkpool révèle une hausse de 22% du taux de hachage global d’Ethereum, juste en dessous des résultats d’Ethermine qui s’élèvent à 24%, selon Poolwatch.io. Le gouvernement chinois renforce ses positions et sa vision négative du monde de la crypto, la technologie de la blockchain pouvant échapper aux mains de l’autorité et du pouvoir. L’ordre établi ne devant pas être troublé, vendredi dernier le gouvernement indique que toutes les transactions effectuées au moyen des plateformes de crypto seraient illégales dans le pays.

Les plateformes changent de direction

Il est déclaré ouvertement que les établissements de paiement non bancaire ne peuvent offrir des services liés aux monnaies virtuelles. Suite à cela, les plateformes des plus grands échanges de cryptoactifs comme Binance et Huobi ont suspendu l’enregistrement de nouveaux comptes en provenance du territoire chinois. Les interdictions s’intensifient au sein du pays, on remarque même une chute de l’Ethereum (ETH).

L’arrêt des opérations survient alors qu’Ethereum établit et continue son intervention qui vise à passer de mécanisme de la preuve de travail (« proof-of-work ») au modèle de la preuve de participation (« proof-of-stake »). Dans le cadre de la mise à niveau connue sous le nom d’Ethereum 2.0, le passage planifié prendra fin en 2022. En effet, les mineurs d’Ether n’auront alors que peu de choix pour le minage de l’actif, en raison des équipements miniers qui vont rapidement devenir obsolète.

Chine : Evergrande va vendre des parts dans une banque

//

Ces dernières semaines, Evergrande fait la une partout dans le monde suite à sa dette colossale et sa possibilité de non remboursement des futures échéances, non loin d’un effondrement. Face à cela, les responsables tentent d’étudier toutes les issues pour sortir de cette situation. Pour assurer une levée des capitaux, le groupe Evergrande va vendre une participation de 1,5 milliard de dollars dans une banque régionale. Malgré le fait qu’il s’agisse d’une grosse somme, ce geste ne peut pas suspendre tout risque de faillite.

Un risque de faillite

Le géant chinois de l’immobilier Evergrande s’est endetté pour un montant proche des 260 milliards d’euros. De plus, on lui a attribué des dégradations de note venant des agences de notation. Pour honorer ses paiements de dettes, le groupe ne cesse de chercher des solutions. Effectivement, ces dernières doivent être efficaces étant donné que son effondrement influence grandement le secteur de l’immobilier chinois ainsi que les marchés financiers mondiaux.

L’accord du Conseil d’Administration est nécessaire

Pour limiter tout risque de faillite, un responsable du groupe annonçait le mercredi 29 septembre 2021 qu’Evergrande va vendre ses parts de 1,5 milliard de dollars dans une banque régionale, la Shengjing Bank. À savoir que cet institut bancaire se trouve dans la province du Liaoning, au nord-est de la Chine. Cette action est dans le but de favoriser une levée des capitaux. Le souhait de la vente de sa participation a été annoncé dans un communiqué à la Bourse de Hong Kong.

Selon le promoteur immobilier, le problème de liquidité reste particulièrement désavantageux pour la banque régionale. Pour que la vente puisse avoir lieu, il est nécessaire que le conseil d’administration l’accorde. Ainsi, cela n’est donc encore pas sûr.

Un rebond en Bourse

Malgré le risque à la faillite du groupe, l’action Evergrande a connu une hausse dans la Bourse de Hong Kong. Mercredi, une hausse de 13% a été constatée après que la vente a été annoncée publiquement.

Dans le but de limiter la faillite d’Evergrande, cette levée de capitaux doit être le plus rapidement réalisée. Pourtant, ce mercredi 29 septembre, le groupe devait régler un versement d’intérêts obligatoires avoisinant les 47,5 millions de dollars. La semaine dernière, l’enseigne a dû verser un intérêt obligatoire de 83, 5 millions de dollars. Si ce montant n’est encore pas payé, la société n’a que 30 jours pour déclarer un défaut de paiement.

La répression des cryptos en Chine en faveur de l’Europe

/

Le gouvernement chinois mentionnait que l’usage de cryptomonnaies reste désormais illégal. Cette décision est devenue de plus en plus stricte. La déclaration de la banque centrale chinoise vendredi a renforcé la répression sur les cryptomonnaies. Malgré le fait que cela permet de réduire les prix de ces dernières, l’Europe en tire profit.

Les cryptomonnaies sont pourchassées par la Chine

Jugées comme étant la source de nombreuses actions mauvaises pour l’économie et l’environnement, les cryptomonnaies en Chine restent illégales. La Chine est l’un des pays qui accueillent une capacité importante de mining. Pourtant, le gouvernement pourchasse les mineurs de cryptos. La décision adoptée se montre très stricte par rapport à celle des États-Unis. À savoir que les Américains pourchassent les acteurs de la communauté des monnaies numériques un par un. Effectivement, la SEC poursuivait les actions des bourses de crypto jusqu’en justice. C’est en effet le cas de la crypto Coinbase.

Un fait bénéfique pour l’Europe

Face à la répression des cryptos en Chine, le phénomène reste particulièrement bénéfique pour l’Europe, notamment l’Europe de l’Ouest. Cette décision leur permet d’augmenter les mineurs de crypto. À savoir que ces derniers participent au bon fonctionnement de l’économie cryptographique. Celle-ci peut recevoir jusqu’à 1 000 milliards de dollars sur une année. Ce coût représente jusqu’à 25% de toutes les activités cryptographiques se trouvant dans le monde entier. Cette valeur a été démontrée par les données de la société d’analyse blockchain Chainalysis.

Si l’Europe dispose d’une forte croissance en transactions de monnaies numériques, c’est grâce à la hausse des investissements en crypto. Selon Matthew Nemer, le cofondateur et PDG de la startup crypto américaine Linus, cette montée n’est pas surprenante.

La croissance de la transaction des monnaies cryptées

Selon les données reçues, le volume mondial des transactions en crypto en Amérique du Nord et en Europe de l’Ouest reste beaucoup plus important que celui de l’Asie de l’Est. Pourtant, les transactions en monnaies numériques en ce dernier ont connu une augmentation. À savoir que la montée de celles-ci se fait à un rythme relativement faible. Entre janvier 2020 à juillet 2021, la croissance des transactions passait de 31% à 14%. Cette baisse est sans doute expliquée par le fait que d’autres pays ont dépassé le marché de l’Asie de l’Est.

Source Investing

Chine : les transactions cryptos maintenant illégales

/

Le gouvernement chinois devient très strict sur sa décision concernant la répression de l’ensemble des cryptos. Il en est également de même pour le mining. De cette manière, les transactions des cryptos dans le pays restent formellement illégales tout en limitant le mining. C’est grâce à cela que les prix des cryptomonnaies connaissaient une diminution.

La répression sur les cryptos dévient plus stricte

La répression sur les cryptos en Chine a conduit aux mineurs de cryptos de quitter le pays pour pouvoir encore les miner. Pourtant, selon de nombreux investisseurs, cet effet de balancier en Chine peut toucher les autres pays. Cela va sans doute rééquilibrer celle-ci. Ils sont plutôt optimistes concernant le marché de cryptos avant la fin de cette année 2021.

Des fraudes et collectes de fonds illégaux en causes

Cette décision n’est pas un hasard. Les Autorités chinoises ont déclaré ces dernières heures déclaré que les actifs numériques permettent de favoriser des actions illégales. Effectivement, ceux-ci permettent de favoriser de nombreux jeux d’argent ainsi que la collecte de fonds illégale. Ils font également augmenter la fraude ainsi que le blanchiment d’argent.

Un phénomène déjà en place depuis la rentrée de septembre

Durant la saison du printemps, le minage restait très favorisé en Chine et avait permis à de nombreux investisseurs de faire fortune. À savoir qu’une limitation du marché des GPU a été limitée dans le temps. À la fin de l’été, une mauvaise position des signaux sur le marché chinois concernant les cartes graphiques avait eu lieu. C’est la raison pour laquelle de nouvelles tensions et hausses de prix ont été annoncées. Selon les investisseurs, ce phénomène a déjà commencé dès plusieurs semaines.

Une baisse de la valeur de l’ensemble des cryptos

Face à cela, une répression sur les cryptos a été adoptée par le gouvernement chinois. Cette décision a favorisé une diminution des cours des principales cryptos. Effectivement, la plupart des cryptos ont ces dernières heures été victimes d’une baisse en valeur. Aussi, celle-ci affecte le secteur du minage de cryptos. L’impact fait directement sentir sur le marché du GPU.

Source Overclocking

Crypto : les mineurs de Bitcoin en Chine continuent leur exil

/

Il y a quelques mois, le gouvernement chinois interdisait le minage de cryptomonnaies, notamment le bitcoin. Le minage consistant aux utilisateurs de valider les transactions des actifs numériques. En principe, ceci est réaliser dans des fermes de minage appelés plus communément data center (centre de données). Face aux nouvelles réglementations strictes, nombreux d’entre eux ont décidés de quitter le pays.

Le minage des cryptos est interdit en Chine

L’interdiction du minage de cryptomonnaies n’est pas un phénomène nouveau en Chine. Le pays s’est longtemps lancé dans la chasse des actifs numériques. Les Autorités de la République Populaire souhaitent que le minage des monnaies cryptées ne se développe pas dans le pays. La puissance de calcul des mineurs doit être utilisée pour favoriser le développement économique du pays. Le gouvernement veut que celle-ci soit utilisée pour améliorer le travail autour de Yuan numérique. Et ce pays n’est pas le seul, il y a également la Turquie qui est en guerre contre les cryptomonnaies.

Face à cette interdiction, des mineurs ont quitté la Chine. Pourtant, ils sont encore peu nombreux si on fait référence aux chiffres obtenus.

Où se rendent-ils ?

Pour pouvoir continuer à utiliser le minage de Bitcoin, les mineurs se sont rendus aux États-Unis, un pays où ceci est encore légal. D’ailleurs, les États-Unis disposent de nouvelles fermes de minage. Récemment en place, celles-ci disposent de nombreux matériels.

Certains des mineurs chinois se sont également rendus dans d’autres pays. Cela peut consister dans le Kazalhastan. Ce dernier s’agit d’un pays où le marché du minage du bitcoin est à la hausse. Si auparavant il était de 1,4%, aujourd’hui il est de 8,6%.

De son côté, la Russie a accueilli à bras ouverts les mineurs chinois en leur offrant des conditions particulièrement attractives. De cette manière, les mineurs de Cryptos s’y trouvent en de nombreuses quantités.

Une tendance qui va poursuivre ou non ?

Pourtant, malgré le fait que la Chine ne permette pas le minage du Bitcoin, il demeure toujours le leader mondial en termes de marché de cryptomonnaies. C’est pourquoi de nombreux investisseurs se demandent si cette migration des mineurs va se poursuivre ou non ?

Immobilier Chine : détruire pour mieux reconstruire !

/

Des immeubles inachevés ont volontairement été complètement démoli. Ce sont les autorités chinoises qui ont été les acteurs de l’explosion de presque une vingtaine d’immeubles dans un quartier à Kunming. Ce phénomène n’est pas réalisé pour le plaisir. C’est la première étape d’une construction neuve afin de pouvoir vendre plus cher.

Tout explose en quelques secondes

Dans la ville de Kunming en Chine, on peut compter jusqu’à  93 chantiers qui ne sont pas encore terminés. Ce phénomène a sûrement été causé par la dette qui pèse sur le secteur de l’immobilier. Dans le même quartier à Kunming, dans le Sud du pays, des vingtaines d’immeubles ont été détruits et se sont rendus en poussières en seulement quelques secondes. Effectivement, d’après les vidéos prises par les voisins, la durée de l’explosion a duré en moyenne 45 secondes. La rapidité de cette destruction a été réalisé par 5 tonnes d’explosifs.

Un projet qui date depuis très longtemps

La destruction de ces immeubles est le commencement d’un projet immobilier qui date depuis 2011, l’ancien promoteur ayant fait faillite. En plus de cela, ce projet a coûté jusqu’à 131 millions d’euros d’investissements. N’ayant plus de fonds pour terminer sa phase de construction, il a été laissé à l’abandon. La première cause de la destruction est donc l’encrassement favorisé par les eaux stagnantes. Face à l’encrassement des fondations du tour, les autorités chinoises ont pris la décision de tout détruire.

L’immobilier en Chine est en difficulté

La Chine est l’un des pays où le marché immobilier est en plein dynamisme. Les offres ainsi que les demandes sont nombreuses. Ce secteur fait en effet partie des piliers qui contribuent au bon déroulement de l’économie chinoise. Il représente un grand investissement dans le pays.

Pourtant, à cause de la pandémie de Covid-19, on peut constater plus d’offres que de demandes. Les particuliers n’ont bien évidemment pas le pouvoir d’achat pour s’offrir une nouvelle maison ou un appartement neuf. De cette manière, de plus en plus de promoteurs sont victimes de dettes et se retrouvent en faillite. Actuellement, le secteur de l’immobilier est endetté de presque 260 milliards d’euros.

La Chine envisage d’interdire les introductions en bourse aux États-Unis d’entreprises technologiques nationales possédant des données sensibles

Pékin envisage de nouvelles règles qui empêcheraient les sociétés Internet nationales de s’introduire en bourse aux États-Unis, a rapporté vendredi le Wall Street Journal.

Les régulateurs chinois ciblent spécifiquement les entreprises de technologie ayant des données liées aux utilisateurs, et les entreprises qui ont moins de données, comme les produits pharmaceutiques, pourraient être exemptées de l’interdiction d’introduction en bourse, a rapporté le Journal, citant des personnes connaissant bien le sujet.

Les actions d’Alibaba ont chuté de près de 3 % dans les échanges avant bourse vendredi, après avoir perdu 15 % au cours de ce seul mois. L’Invesco Golden Dragon China ETF, qui suit les actions chinoises cotées aux États-Unis et constituées d’ADR de sociétés dont le siège social et la société sont situés en Chine continentale, a perdu 26 % ce trimestre dans un contexte de pression réglementaire accrue.

Les nouvelles règles n’ont pas été finalisées et Pékin prévoit de les mettre en œuvre vers le quatrième trimestre, selon le Journal.

En début de semaine, l’autorité chinoise de régulation de la cybersécurité a défini deux aspects de la réglementation auxquels les entreprises souhaitant s’introduire en bourse doivent se conformer : d’une part, les lois et réglementations nationales et, d’autre part, la garantie de la sécurité du réseau national, des “infrastructures d’information critiques” et des données personnelles.

Les industries concernées par les données critiques comprennent les services publics de communication et d’information, l’énergie, les transports, les travaux hydrauliques, la finance et les services publics, ont déclaré les régulateurs.

Pékin s’attaque déjà aux secteurs de la technologie, de l’éducation et des jeux, tout en renforçant les restrictions sur les flux de données transfrontaliers et la sécurité. Le gouvernement s’en est pris à certaines des entreprises les plus puissantes de Chine, dont Didi, Alibaba et Tencent.

Entre-temps, la SEC (Securities and Exchange Commission) a renforcé sa surveillance des entreprises chinoises qui cherchent à entrer en bourse aux États-Unis. L’agence a déclaré qu’elle exigerait des divulgations supplémentaires sur la structure de l’entreprise et tout risque d’actions futures de la part du gouvernement chinois.

Les “entités à intérêt variable” sont une structure utilisée par les grandes entreprises chinoises, d’Alibaba à JD.com, pour entrer en bourse aux États-Unis tout en échappant à la surveillance de Pékin, car le pays n’autorise pas la propriété étrangère directe dans la plupart des cas.

Ces entités à intérêt variable permettent à des sociétés d’exploitation basées en Chine d’établir des sociétés écrans offshore dans une autre juridiction et d’émettre des actions aux actionnaires publics.

La Banque populaire de Chine condamne une fois de plus le bitcoin et les crypto-monnaies

/

Pendant une minute, il semblait que le FUD était terminé. La Banque populaire de Chine contribue à la crypto-répression de son pays lors du « Mois de la vulgarisation des connaissances financières » rapporte le Quotidien du Peuple en ligne depuis Pékin.

S’exprimant lors d’un événement, Yin Youping, directeur adjoint du Bureau de protection des droits des consommateurs financiers de la Banque populaire de Chine, a déclaré :

Nous rappelons une fois de plus aux gens que les monnaies virtuelles telles que Bitcoin n’ont pas cours légal et n’ont aucun support de valeur réelle.

De plus, Yin Youping a classé tous les investissements liés à la cryptomonnaie comme de la pure spéculation. Il a conseillé au public de « rester consciemment à l’écart » des actifs virtuels pour éviter les risques inutiles et pour « protéger leur « poche ». Rien de fou venant d’un bureaucrate alimenté par décret. Néanmoins, une nouvelle pièce intéressante dans le crypto-puzzle chinois.

Que dit d’autre la Banque populaire de Chine ?

En plus de contribuer à la répression des crypto-monnaies en Chine, Yin Youping a réagi au « rebond » du commerce des crypto-monnaies dans son pays. La Banque populaire de Chine :

  • Faire des heures supplémentaires pour “détecter les échanges à l’étranger et les commerçants nationaux.
  • Bloquer “sites Web commerciaux, applications et canaux d’entreprise. “
  • Intensifier “publicité politique,” pour que tout le monde en Chine connaisse la loi du pays.
  • Établir “un mécanisme de travail normalisé” et continuer à sévir contre les transactions de crypto-monnaie.
  • Maintenir “une situation de haute pression.

L’objectif de la Banque populaire de Chine est assez clair. Et cela semble fonctionner, Youping a affirmé que “la popularité du trading de devises virtuelles a considérablement diminué.» Le directeur adjoint a également encouragé le grand public à signaler «crimes illégaux de collecte de fonds» aux autorités compétentes.

Cela offre-t-il un aperçu de la stratégie cryptographique de la Chine ?

Dans un fil résumant l’affaire, le journaliste chinois Colin Wu nous a donné des informations privilégiées qui ne faisaient pas partie de l’article. “En bloquant les échanges et en renforçant la publicité politique, la popularité de la Chine a considérablement chuté. ”

L’une des surprenantes révélations de Rapport d’adoption mondiale de la cryptographie de Chainalysis est-ce que le commerce P2P “diminué de façon spectaculaire” en Chine. À l’époque, nous demandions naïvement :

Pourquoi les Chinois abandonnent-ils si radicalement le commerce P2P ? Les « mesures de répression du gouvernement sur le trading de crypto-monnaies » ne provoqueraient-elles pas plutôt une augmentation de l’ancien trading P2P ?

Cette “situation de haute pression» que la Banque populaire de Chine soutient pourrait être la réponse aux deux questions. Comme nous l’avons appris, les deux “la popularité du commerce de devises virtuelles » et « la popularité de la Chine » a chuté de manière significative. La Chine réprime autant la population en général que ses plus grandes industries. Bloomberg a tenté d’expliquer leurs mouvements en définissant le « Nouveau modèle chinois » comme:

Si la Chine abandonne le modèle de la Silicon Valley, par quoi le remplacera-t-elle ? Les initiés suggèrent qu’il sera moins axé sur les fondateurs et plus centré sur la Chine.

Nous avons terminé cet article avec plus de questions que de réponses. De “Pourquoi la Chine éclipse-t-elle ses plus grandes industries et acteurs ? Le « modèle chinois » ne concerne-t-il que l’échelle ?” À “Leur répression contre Big Tech est-elle même liée à leur répression contre le minage de Bitcoin ?” Et de conclure :

Il n’y a qu’une seule chose dont nous pouvons être sûrs : la Chine prend des mesures coordonnées en matière de technologie. Et ils semblent avoir un plan.

Peut-être que leur plan est plus simple que nous le pensions. Il est possible que la Banque populaire de Chine rende vraiment très difficile l’accès au Bitcoin pour le citoyen ordinaire. Et, la Chine utilisera la propagande et la répétition pour garder les gens sous contrôle et avoir peur de l’inconnu. L’un des scénarios accusatoires prototipiques de Bitcoin. Une bataille que Bitcoin attendait tôt ou tard.

Le commerce de la crypto-monnaie non encadré par la loi selon un tribunal chinois

/

D’après la Cour suprême de la province du Shandong, les cryptomonnaies ne sont pas protégées par la Loi. Ce fait reste l’origine de nombreuses fraudes qui est en liaison à l’achat de jetons. Le fait que ce domaine ne soit pas encadré par la Loi, son recours peut perturber la crypto chinoise.

Un investissement à risque

L’investissement dans les cryptomonnaies présente certains risques. En prenant également d’autres exemple comme l’investisseur chinois qui a investi 70 000 RMB pour acquérir de jetons. À savoir que ces derniers ont été cautionnés par 3 connaissances. Une fermeture de compte a eu lieu après la loi imposée par la banque centrale du pays, People’s Bank of China. Cette législation implique l’interdiction aux institutions financières ainsi qu’aux entreprises de favoriser les services concernant la transaction de cryptos. Face à cela, l’investisseur ne pouvait rien faire pour la récupération de son investissement.

Au début de l’année 2021, un jugement concernant la perte de l’argent de l’investisseur n’a pas été justifié. Certes, selon le tribunal de Jinan, les actifs ne profitent d’aucune protection juridique.

La crypto-monnaie ne présente aucune protection juridique

Malgré le fait que le recours au Bitcoin peut se faire en toute légalité en Chine, aucune loi n’encadre le domaine de la crypto-monnaie en Chine. Un arrêt des exchanges cryptos ainsi que des ICO a eu lieu en 2017 qui restent une solution efficace pour éliminer les fraudes liées à cela. Effectivement, ce fait a pu provoquer un exode massif de mineurs à l’international.

Les banques ne permettent plus de transaction en cryptos

Avec les fraudes liées à l’investissement des cryptomonnaies, les banques ont décidé de ne plus favoriser l’usage de celles-ci.

Face au fait que les cryptos ne sont pas protégées par la loi, ce juillet 2021, l’Agricultural Bank of China ou ABC a pris la décision de ne plus permettre la transaction en cryptos. Cette grande banque commerciale chinoise va aussi bloquer tous les comptes qui présentent des soupçons permettant l’exchange de ces dernières. Bien sûr, cela semble être un coup dur pour les investisseurs.

Source Cryptonews

La répression chinoise des crypto-monnaies offre une aubaine aux mineurs de bitcoins du monde entier

/

Les mineurs internationaux de bitcoins récoltent les fruits de l’interdiction effective par la Chine de cette pratique gourmande en énergie, générant des profits toujours plus élevés en comblant le vide laissé par leurs anciens rivaux chinois dans la création de jetons numériques.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres…

Les plus grandes provinces chinoises productrices de bitcoins ont lancé en juin une répression de l’extraction de crypto-monnaies, dans le cadre d’une tentative plus large de réduire les émissions de carbone et de lutter contre les crypto-monnaies privées, alors que le pays travaille à l’élaboration de sa propre monnaie numérique officielle.

Le pays était le plus grand producteur de bitcoins au monde, avec la moitié de la production mondiale. Les mineurs d’autres pays ont déclaré que le refroidissement de la production chinoise avait ouvert le marché à d’autres concurrents.

Pensez à la production quotidienne moyenne de bitcoins dans le monde comme à une tarte. La taille du gâteau est restée la même, et chaque mineur existant a pu se servir une part beaucoup plus grande

a déclaré Shane Downey, directeur financier de Hut 8 Mining, une société cotée en bourse basée à Toronto.

Les mineurs de bitcoins créent de nouvelles pièces en utilisant de puissants ordinateurs pour résoudre des énigmes mathématiques. Le nombre de pièces pouvant être produites chaque jour est fixe, de sorte qu’avec moins de rivaux, il est plus facile et moins coûteux de frapper une nouvelle monnaie.

L’amélioration de la situation économique a incité des entrepreneurs à lancer de nouvelles opérations minières dans le monde entier.

La puissance informatique globale consacrée à l’extraction de bitcoins dans le monde a d’abord été divisée par deux à la suite de la répression chinoise, mais elle est aujourd’hui inférieure d’environ 30 % à celle du mois de mai, selon le site Web de données Blockchain.com.

Rentabilité des mineurs de crypto

La rentabilité des mineurs de bitcoins dépend du cours des pièces sur le marché, du coût et de la quantité d’électricité nécessaire pour faire fonctionner les serveurs et du rythme auquel les unités peuvent être extraites. La hausse du bitcoin, qui est revenu lundi à 50 000 dollars après avoir atteint son plus bas niveau de l’été (environ 30 000 dollars), pourrait constituer une incitation supplémentaire pour les mineurs.

“C’est comme si nous avions doublé le nombre de nos machines”, a déclaré Fiorenzo Manganiello, fondateur de la société de capital-investissement Lian Group, qui possède l’une des plus grandes fermes minières de bitcoins renouvelables en Europe.

Hut 8 Mining en a également profité : la société a enregistré une hausse de 241 % de ses revenus miniers au deuxième trimestre, pour un total de 31,4 millions de dollars canadiens (24,8 millions de dollars américains), et son directeur général a fait remarquer que les mois de juin et juillet ont été des mois exceptionnels en raison de l’absence de l’industrie chinoise. Les bénéfices miniers ont atteint 19,3 millions de dollars canadiens au cours de la période, contre 697 000 dollars canadiens pour la même période l’année dernière.

Des performances en hausse pour les mineurs

La société minière britannique Argo Blockchain a également fait état d’une augmentation de 180 % de ses revenus au cours du premier semestre 2021, citant un changement des conditions minières mondiales qui lui a permis de produire davantage de pièces numériques sans augmenter le nombre de machines utilisées. Les bénéfices avant impôts ont grimpé en flèche à 10,7 millions de livres sterling, contre 523 074 livres sterling au premier semestre 2020.

Sam Doctor, chef de la stratégie du spécialiste américain des actifs numériques BitOoda, a estimé qu’il faudrait environ 18 mois pour que les capacités reviennent aux niveaux d’avant l’interdiction. Remplacer les ressources perdues prendra du temps car cela implique de mettre à niveau les infrastructures électriques et de construire des installations.

Les mineurs chinois ont tenté de migrer vers les pays voisins, comme la Mongolie et le Kazakhstan, mais beaucoup n’ont pas pu transporter les équipements au-delà des frontières. Des inquiétudes ont également été exprimées quant à l’attitude des autorités locales à l’égard de l’extraction de bitcoins.

L’extraction de bitcoins a un impact environnemental important. Il représente 0,4 % de la consommation mondiale d’énergie, soit une consommation annuelle d’électricité supérieure à celle de la Finlande ou de la Belgique, selon l’indice Cambridge Bitcoin Electricity Consumption. Les mineurs chinois ont un effet particulièrement important en raison de leur dépendance à l’égard de l’énergie produite par le charbon.

Source Financial Times

Evergrande, problèmes d’endettement pour le géant chinois

/

Le géant chinois Evergrande a récemment vu son taux d’endettement fortement augmenter.  Il présente des problèmes de trésorerie du conglomérat qui ont un impact majeur sur leur économie. Pourtant, face à cela, les autorités chinoises obligent le géant asiatique à régler de manière active leur problème de dettes.

Une grande société gravement endettée

Evergrande est un grand groupe privé chinois spécialisé dans l’immobilier. Il œuvre également dans le football où il est propriétaire d’un club qui est le Guangzhou FC. Il se trouve également sur le marché de l’eau minérale et de l’alimentaire où il met en évidence sa propre marque qui est le Evergrande Spring.

Ainsi, c’est plus de 200 000 employés actuel et le géant a pu créer jusqu’à 3,8 millions d’emplois en Chine. Fondé par Xu Jiayin, la 5e fortune du pays, Evergrande est à l’heure actuelle gravement endetté. Cela a été causé à l’augmentation des achats qui coûte les 5 655 milliards de yuans, soit 743 milliards d’euros. Ces comptes ont été publiés en janvier 2021.

La dette doit être réglée très rapidement

Avec une grosse somme d’endettement, ce jeudi, la Banque Centrale ainsi que le Régulateur chinois des banques et des assurances mentionnaient au responsable de cette firme de trouver des moyens pour résoudre au préalable les problèmes d’endettement. Ils lui ont demandé également de maintenir une stabilité financière pour que la société puisse correctement fonctionner. Bien évidemment, la Banque centrale a envoyé un communiqué. Selon les autorités, l’enseigne doit mettre en avant de vraies informations.

Des partenariats en berne

Face à un taux d’endettement considérable du géant chinois Evergrande, l’agence de notation Moody’s avait fait diminuer la note de solidité de 2 crans. Cette décision a été prise depuis début août. Il en est de même pour Ficth et Standard and Poor’s ou S&P. Tout cela semble être inquiétant pour la santé financière de l’entreprise.

1/3 des fermes de minage crypto transférées de la Chine vers le Canada ?

/

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, la popularité des crypto-monnaies a augmenté rapidement. Plusieurs gouvernements et entreprises privées ont commencé à investir de vastes sommes d’argent dans l’expansion de l’industrie des crypto-monnaies.

Perception de la crypto-monnaie dans le monde

Toutefois, il convient également de noter que les monnaies numériques ne sont toujours pas considérées comme un moyen d’échange dans de nombreuses économies. Dans l’ensemble, il existe une réaction négative à l’égard des crypto-monnaies. Le gouvernement chinois, au cours des derniers mois, a initié une répression contre les sociétés de minage de bitcoins. Cela a conduit les bitcoins à chercher asile ailleurs.

Transfert de fermes de minage de Chine vers l’Alberta

Actuellement, trois sites de production de gaz naturel dans le sud de l’Alberta ont montré un intérêt potentiel qui conduirait à la relocalisation de machines d’extraction de bitcoins depuis la Chine. La proposition de l’opération a été initiée par la société Black Rock Petroleum, basée au Nevada. Il a également été spéculé que ces usines pourraient abriter jusqu’à 1 million de machines d’extraction de crypto-monnaie.

Selon un communiqué de presse publié par la Black Rock Petroleum Company, aucune date en soi ne peut être liée à la finalisation de l’accord, cependant, la durée du contrat pour les sociétés de gaz naturel est indiquée comme étant de 24 mois.

Le chercheur et économiste Alex de Vries, fondateur du site d’analyse de crypto-monnaies Digiconomist, a déclaré que la relocalisation en Alberta signifierait un investissement de plusieurs milliards de dollars utilisant les combustibles fossiles comme source d’énergie. Cela donnera également un coup de pouce aux entreprises canadiennes de trading de crypto-monnaies. Cependant, Alex de Vries fait également valoir que la consommation de combustibles fossiles pour alimenter les machines minières augmentera les niveaux d’émissions de CO2, ce qui est la principale raison pour laquelle le gouvernement chinois a initié la répression.

Selon CoinMarketCap, le 9 août, un seul bitcoin valait plus de 46 000 dollars américains et l’offre totale du marché était évaluée à plus de 866 milliards de dollars.

La proposition représente un tiers de la capacité minière mondiale.

Alex De Vries a déclaré qu’environ trois millions d’ordinateurs constituent le réseau minier mondial de bitcoins. Si l’accord est finalisé, l’Alberta hébergera un million de ces unités, ce qui signifie que l’Alberta exploitera un tiers de la capacité minière mondiale. En ce qui concerne l’attribution des sites pour le million de machines minières, la Black Rock Petroleum Company a déclaré que les 200 000 premières unités de machines minières seraient placées à l’usine à gaz de Quirk Creek, située près du hameau de Millarville, dans le sud-ouest de l’Alberta.

À première vue, l’idée de transférer les machines minières en Alberta semble excellente et novatrice. Cependant, M. Arvanaghi souligne les problèmes potentiels qui doivent être résolus avant de déplacer les machines minières. La première préoccupation est que de vastes terrains seront nécessaires pour abriter les machines et une sous-station avec accès à des connexions Internet à haut débit. En outre, de nombreux opérateurs et techniciens seront nécessaires pour faire fonctionner ces machines minières et assurer leur maintenance en temps voulu. Compte tenu de l’emplacement de l’usine, il ne sera pas facile, en termes de logistique, de déplacer les machines minières vers le site en Alberta, qui se trouve être situé dans une zone rurale. Selon M. Arvanaghi, “en gros, il y a beaucoup de choses qui peuvent mal tourner dans ce projet”.

Il convient également de noter que l’usine de gaz de Quirk Creek est gérée par Caledonian Midstream Corporation, une entreprise de Calgary acquise par Black Rock début juillet. Le président de Caledonian, Charles Selby, a déclaré dans un email que des dispositions avaient été prises et que l’entreprise avait conclu une lettre d’intention avec Black Rock.

Un projet de relocalisation au Canada très couteux

Alex De Vries a déclaré que pour alimenter les machines minières, l’usine devra allouer plusieurs ressources énergétiques. Il affirme qu’il faudrait environ 10 à 30 % de la production totale d’électricité à partir de gaz naturel de l’Alberta pour les alimenter. Selby a également déclaré dans un communiqué de presse qu’au niveau actuel de production de gaz, il est plus facile de loger 10 000 mineurs que 200 000. Toutefois, le PDG de Black Rock (Nagy) affirme que des générateurs supplémentaires seront installés pour alimenter les mineurs.

En outre, il convient de noter que les centrales électriques supplémentaires ne peuvent être agrandies sans l’approbation de l’Alberta Utilities Commission. Par conséquent, pour permettre l’hébergement des mineurs, l’acceptation de l’AUC sera nécessaire. M. Nagy a déclaré que l’entreprise “examine cette question”.

De plus, les dépenses en capital et en revenus pour la mise en place et l’exploitation de ces mineurs sont également coûteuses. Le professeur associé de finance Alfred Lehar de l’Université de Calgary déclare qu’il est difficile de trouver suffisamment de fonds pour financer l’ensemble de l’opération.

Enfin, pour protéger les opérateurs et les ingénieurs étrangers, l’usine devra également être dotée de solides garanties. Cela augmentera encore le coût financier, car il faudra également engager un garde formé et armé.

Dans l’ensemble, les analystes dressent un tableau assez pessimiste de l’ensemble de l’opération et ont mis en évidence tous les signaux d’alarme ignorés par l’entreprise.

Les actions chinoises ont toujours la côte malgré l’effondrement du marché boursier chinois

/

Même si le marché boursier chinois semble s’effondrer. Cela n’a pas empêché les investisseurs d’y mettre leur capital. En effet, les investisseurs ont misé 3,6 milliards de dollars sur les actions chinoises. Preuve que les investisseurs sont toujours très intéressés par les actions chinoises malgré les nombreuses répressions auxquelles le pays fait face.

Un gros investissement

Bien que la Chine fait actuellement face à l’effondrement de son marché boursier à cause de la règlementation très stricte qui vise le marché. Les investisseurs redoublent d’intérêt pour les actions chinoises. Effectivement, d’après le rapport du Directeur des recherches à l’EPFR, Cameron Brandt, on a enregistré des entrées d’une valeur de 3,6 milliards de dollars sur les actions chinoises. Une entrée plus importante comparée aux entrées sur les actions américaines après l’analyse du montant global des deux catégories d’actions.

De nouvelles règles en vigueur sur le marché boursier chinois

Après que le géant du covoiturage chinois, Didi, une entreprise cotée en bourse américaine, a fait chuter les actions de la Chine aux États-Unis, celles de la Chine continentale et celles d’Hong Kong. De nouvelles règles qui visent le marché boursier chinois vont être appliquées. La nouvelle règle qui interdisait spécifiquement les compagnies disposant des actions dans le secteur de l’éducation de vendre des actions aux investisseurs étrangers a par la même occasion fait accroître la vente la semaine dernière. Les investisseurs, surtout les institutions, ont profité du chaos qui règne pour faire l’acquisition d’actions chinoises. Malgré les restrictions apportées pour stabiliser le marché boursier chinois. Les autorités n’empêcheront pas les entreprises chinoises d’inscrire leurs actions sur le marché américain.

L’engouement pour les actions technologiques chinoises

Même avec l’incertitude qui règne sur le marché boursier chinois. Les investisseurs ont continué de placer leur capital sur les actions chinoises. D’après les analyses de Cameron Brandt, parmi les entrées nettes de 3,6 milliards de dollars enregistrées. 3 millions de dollars sont des entrées investies dans les fonds technologiques chinois.

Les petits traders profitent de la répression pour acquérir des actions sur le marché boursier chinois

//

La bourse n’est pas uniquement occupée par des gros acheteurs. Des petits investisseurs font aussi leur chemin sur les différents marchés boursiers mondiaux. Dernièrement, le marché boursier chinois a connu l’avènement des acheteurs au rabais. Un engouement qui s’explique par le fait que les traders individuels considèrent comme une bonne opportunité le fait d’acquérir les actions que les gros traders ont délaissé à cause de la répression dans le pays.

Une importante activité des petits traders

D’après les études menées par la maison d’analyse indépendante Vanda, le marché boursier chinois a connu une forte hausse d’activité des petits traders tôt dans la semaine. Cette affluence fait suite à la répression que le pays a subi. Une répression qui touche le domaine de l’éducation et du high-tech. Même si le marché américain a eu peur que cette répression ne s’étende, les acheteurs au rabais ont vu dans cette baisse de la valeur des actions chinoises une opportunité de placer leur capital. Des traders dont la majorité sont des Américains, toujours d’après les analyses de la maison.

Vers la stabilisation des actions chinoises

Cette forte participation des petits investisseurs dans la bourse chinoise permettrait d’équilibrer et de stabiliser les actions chinoises qui sont cotées aux États-Unis. Effectivement, d’après les analyses de Vanda, dans la liste des actions chinoises cotées aux États-Unis, celles d’Alibaba, celles du géant de la technologie Xpeng et celles de Ni.O, un géant de la construction des voitures électriques fait partie des actions les plus achetées. Une participation qui a fait augmenter de 9% la valeur des actions technologiques chinoises.

Prudence du côté des gros investisseurs

Si la grande implication récente des petits traders dans l’achat des actions technologiques sur la bourse chinoise peut soulager le marché pour un temps. Leur dévalorisation va durer un certain temps. C’est pourquoi les gros investisseurs sont sur leur garde sur le sujet.

Covid-19, l’accès au vaccin entraîne une inégalité dans la reprise économique

Après la crise sanitaire, on a constaté une importante inégalité dans la reprise économique mondiale. Et cela est loin d’être un hasard. En effet, cette inégalité est causée par l’accès inégal aux vaccins contre le Covid-19. Cette alerte a été annoncée par le Fonds monétaire international mardi dernier. Le FMI maintient sa prévision de croissance mondiale de 6 % en 2021.

Une grande ligne de rupture économique

Le Fonds monétaire international a constaté une énorme inégalité en ce qui concerne la reprise de l’économie mondiale. En effet, les économies avancent plus rapidement dans les pays où l’accès aux vaccins contre le coronavirus est tout à fait facile. Ainsi, pour ces pays qui ont une économie développée, ils peuvent s’attendre à une normalisation de l’activité cette année. Pour les autres pays qui n’ont pas encore eu accès aux vaccins, ils resteront confrontés à d’autres problèmes tels que l’augmentation du nombre de décès liés au Covid-19.

Dans les pays qui ont facilement accès à la vaccination, le produit intérieur brut (PIB) peut atteindre les 5,6 % en 2021. Pour ce qui est des autres pays avec des économies en développement, ils devront connaître une excellente reprise, mais assez lentement. Le PIB devrait donc progresser de 6,3 %.

L’Inde rencontre un véritable ralentissement

Comme on le sait tous, l’Inde est considérée comme le pays le plus impacté par ce virus à cause du variant delta. C’est ce pays qui connait le plus fort ralentissement en ce qui concerne la reprise économique. Selon le FMI, le PBI de l’Inde devrait avancer avec une croissance de 9,5 %. La Chine fait également partie de cette catégorie. En effet, ce pays doit également s’attendre à une croissance économique de 8,1 %. Sachez que ce variant peut coûter plus de 4 500 milliards de dollars à l’économie mondiale d’ici 2025, selon les dire de l’économiste en chef du FMI.

Source Le Figaro

La Chine n’a pas encore trouvé un accord pour réduire son excédent commercial américain

Ce lundi, Peterson Institute for International Economics, un think tank privé basé aux États-Unis a décidé de publier une analyse concernant les achats des produits américains par la Chine. D’après cette enquête, ces achats sont encore en dessous des niveaux des accords commerciaux.

Un accord non respecté

Avant d’en savoir plus sur ces achats de produits, il est important de commencer par en savoir plus sur ces accords commerciaux. Sachez donc qu’en janvier 2020, la Chine a accepté de faire un achat de plus de 200 milliards de dollars de biens et de services américains au cours des deux prochaines années. Cet accord a pour but de dépasser les niveaux des accords commerciaux passés entre la Chine et les États-Unis en 2017. Lors de cet accord passé en 2020, bien avant le Covid-19, le contrat comprenait l’achat des produits agricoles, énergétiques et manufacturés spécifiques.

Mais, d’après les analyses de Peterson Institute for International Economics, les données ont montré que la Chine avait acheté moins de 70 % de l’objectif depuis le début de l’année. Seul l’achat des produits agricoles a presque atteint les niveaux de l’accord, à 90 % de l’objectif.

Quelques chiffres à prendre en compte

Il est aussi important de savoir qu’au premier semestre, les importations chinoises en provenance des États-Unis ont récemment atteint les 87,94 milliards de dollars. Ce qui est équivalent à une hausse de 55,5 % comparé à la même période l’année dernière. Alors que, pour ce qui est de l’exportation des marchandises vers les États-Unis au premier semestre 2021, la chine a exporté plus de 252,86 milliards de dollars de marchandises. Ce qui est égal à une hausse de 42,6 % comparé à la même période l’année dernière.

Malgré les tensions commerciales qui se sont intensifiées sous l’administration Donald Trump, les États-Unis sont considérés comme le plus grand pays partenaire commercial de la Chine.

Source CNBC