La Chine interdit l’usage du Bitcoin alors qu’elle en détient près de 200 000 !

/
chine bitcoin crypto
Crypto & Bitcoin en Chine - ©surf-finance.com

La Chine a été l’un des premiers pays au monde à exprimer son opposition aux crypto-monnaies. Tout au long de leur existence, la blockchain et les acteurs de l’industrie ont subi une répression sans précédent. Alors que le prix du Bitcoin (BTC) stagne et est moins volatil que les principaux indices boursiers au cours des derniers mois, la Chine pourrait participer à une reprise à la hausse des prix du Bitcoin dans les mois à venir.

La Chine comme plus grand détenteurs de BTC au monde

Dans un document partagé sur Twitter, Ki Young Ju, analyste de la société de données blockchain CryptoQuant, a révélé que la Chine détient environ 194 775 bitcoins (BTC). Soit environ 3,9 milliards de dollars de BTC sont détenus dans des comptes du Trésor.

Bien que le pays ait interdit les crypto-monnaies l’année dernière, le gouvernement chinois détient théoriquement plus de 1% de tous les bitcoins en circulation. En tant que tel, il détient plus de Bitcoin que MicroStrategy et ses 130 000 BTC.

Cependant, les autorités chinoises restent prudentes quant à l’état réel de leurs actifs. Ils ne fournissent aucune information officielle sur la quantité de bitcoins vendue, ni sur la quantité ajoutée à leurs avoirs au fil du temps, il est donc difficile de connaître le solde réel de BTC de la Chine aujourd’hui.

L’histoire entre le Bitcoin et la Chine remonte à l’effondrement de la plate-forme Mt.Gox au début de 2014. Suite au piratage et à l’arrêt du plus grand échange de crypto-monnaie dirigé par Mark Karpelès, la majeure partie du volume de transactions BTC s’est déplacée vers les plateformes chinoises : Huobi, BTC China et Okcoin.

D’autres plates-formes ont suivi, telles que BitMEX ou Bitfinex basées à Hong Kong. Ces dernières, grâce à la connexion à Tether (iFinex), permettent aux Chinois de déplacer des dollars à travers le monde (en utilisant le stablecoin USDT) sans impliquer une banque.

Les entreprises chinoises ont été fortement impliquées dans le développement de produits et services autour du Bitcoin et des crypto-monnaies, qu’il s’agisse de trading (margin trading, dérivés, futures) ou de minage.

Alors que la Chine avait toutes les cartes en main pour être un acteur clé dans le domaine des crypto-monnaies, les autorités ont décidé d’en restreindre l’accès et leur utilisation.

La majorité des avoirs avaients été saisis

Le gouvernement chinois a obtenu une partie de ces BTC après avoir saisi des jetons de la pyramide de Ponzi PlusToken. En 2020, l’affaire a fait sensation à l’échelle nationale, causant plus de 4 milliards de dollars de pertes. Une centaine de personnes ont été arrêtées.

Pour rappel, Pékin avait également saisi 833 083 Ether (ETH), 1,4 million de Litecoin (LTC), 27,6 millions d’EOS, 74 167 Dash, 487 millions de XRP, 6 milliards de Dogecoin (DOGE), 79 581 Bitcoin Cash (BCH) et 213 724 Tether (USDT) ). Les actifs cryptographiques de la Chine sont estimés à plus de 6 milliards de dollars.

Peu de temps après la confiscation de la crypto-monnaie, le gouvernement chinois a déclaré qu’il la traiterait conformément à la loi. Cependant, l’analyste CryptoQuant a noté que le marché s’inquiétait du sort de ces jetons. En effet, si Pékin les vendait soudainement dans le but de s’en débarrasser, cela pourrait semer la panique sur le marché.

La Chine veut-elle se débarrasser de ses BTC ?

La Chine est le pays qui détient le plus grand nombre de bons du Trésor américain après le Japon. En fait, chaque mois, la Chine gagne des milliards de dollars qui sont convertis en bons du Trésor américain grâce à un excédent d’exportations par rapport aux importations.

Cela inquiète la Chine, car ses avoirs pourraient être gelés par les États-Unis, tout comme cela a été fait pour le cas de la Russie après l’attaque contre l’Ukraine.

« Nous ne nous attendions pas à ce que les États-Unis gèlent un jour les réserves en devises d’un pays. Cette manœuvre a totalement anéanti notre confiance dans le système monétaire international. Maintenant, la question est la suivante : si les États-Unis cessent de respecter les règles du jeu, que peut faire la Chine pour garantir la sécurité de ses actifs étrangers ? Nous n’avons pas encore de réponse, mais nous devons y réfléchir très sérieusement. » avait déclaré Yu Yongding, économiste et ancien conseiller du Parti communiste chinois.

Il ne serait donc pas surprenant de voir la Chine acheter du bitcoin et d’autres crypto-monnaies pour diversifier ses actifs. De plus, le potentiel de hausse de Bitcoin est supérieur à celui du dollar américain et le réseau Bitcoin n’est pas contrôlé par une entité centrale. Cependant, cela risque de se faire via Hong Kong, afin de ne pas inciter ses citoyens à faire de même et déstabiliser son système financier.

Précédent

Elrond devient MultiversX pour construire le metaverse de demain

Suivant

Bourse : Renault semble en bonne forme malgré des incertitudes

Derniers articles de Crypto