Contrairement aux apparences, EDF est très impliqué dans la blockchain !

/
edf

Le fournisseur d’électricité EDF a investi dans la blockchain Ethereum via sa filiale Exaion. Cela montre encore que les acteurs institutionnels s’intéressent de plus en plus aux cryptomonnaies.

Exaion : un acteur important de la blockchain

Selon un article du 11 octobre de The Big Whale, la filiale Web 3 d’EDF, Exaion, exploite actuellement 10 nœuds sur Ethereum. Ce nombre passe à plus de 150, une fois intégrés aux comptes les nœuds que la société gère pour ses clients, dont la société française de cryptographie Just Mining.

Bien qu’Exaion soit une filiale d’un géant de l’énergie, son PDG et co-fondateur Fatih Balyeli a déclaré que son entreprise préférerait prendre en charge “des protocoles de troisième génération qui consomment très peu d’énergie”.

Par conséquent, l’extraction de Bitcoin (BTC) n’est pas incluse dans le plan, car l’énergie nécessaire pour extraire Bitcoin est relativement importante, ce qui constituerait une “barrière infranchissable”.

Exaion a été créée en 2020 en tant que filiale web3 d’EDF. Si vous ignoriez l’existence de cette filiale, c’est tout à fait normal. La filiale du géant de l’électricité n’a jamais été mise en avant dans les communications mais n’a pas non plus été créée dans le secret. Il faut dire qu’en 2020, c’est encore le cas aujourd’hui, et la blockchain n’est pas encore très populaire.

Aujourd’hui, Exaion travaille sur plusieurs réseaux blockchain tels que Polkadot, Avalanche, Tezos ou Cosmos. Pour chacun de ces réseaux, des filiales jouent le rôle de validateurs de transactions.

Pour tous ces réseaux, cela signifie qu’Exaion détient des actifs numériques liés à chaque blockchain. Exaion gère environ 300 nœuds différents sur ces différents protocoles.

La souveraineté française en jeu dans le secteur

Ainsi, le fait qu’EDF gère les nœuds Ethereum via Exaion n’est pas anodin. L’entreprise a un rôle de validateur et, à ce titre, gagne de l’argent pour son travail sur la blockchain.

“C’est très positif que les gens et de telles entreprises aient envie d’être impliqués dans la sécurité des infrastructures”, poursuit Stanislas Barthélémi. “Plus il y a de validateurs, plus le réseau est sécurisé, car il devient plus difficile de lancer une attaque sur tous les nœuds”.

L’émergence d’acteurs étatiques français est hautement symbolique, elle illustre une fois de plus l’intérêt croissant des grands groupes pour les cryptomonnaies.

« C’est hyper intéressant de voir qu’un acteur comme EDF se saisit de ce sujet, selon Stanislas. Il y a un vrai enjeu de souveraineté française. Même si la blockchain est mondiale, s’il y a une majorité de validateurs américains, au final, tout l’écosystème pourrait être influencé par des décisions des législateurs américains. »

A quoi sert un nœud dans la blockchain ?

La blockchain Ethereum a récemment changé son principe de fonctionnement : le 15 septembre, The Merge s’est produit et a changé sa blockchain passant d’un système de preuve de travail à un système de preuve de participation.

L’extraction de nouveaux blocs ne répond plus à aux calculs consommateurs d’énergie : vous devez séquestrer une partie de vos avoirs en ETH dans l’espoir de gagner le droit de valider de nouveaux blocs et de recevoir une certaine quantité de crypto-monnaie en récompense.

Un nœud Ethereum est en gros un ordinateur qui stocke la blockchain, c’est-à-dire toutes les transactions et tous les blocs vérifiés dans le passé. Comme l’explique Ethereum sur son site Web, le nœud peut également “vérifier toutes les transactions dans chaque bloc, garantissant la sécurité du réseau et l’exactitude des données”.

C’est donc ce nœud qui offre aux validateurs la possibilité de créer de nouveaux blocs en approuvant les transactions. Par conséquent, les nœuds et les validateurs jouent un rôle essentiel dans le maintien de la blockchain Ethereum.

« Si vous voulez faire vous-même de la validation, vous devez obligatoirement gérer un nœud Ethereum », explique Stanislas Barthélémi, analyste chez Blockchain Partners

Précédent

Crise en Angleterre : rien ne va plus pour les fonds de pension !

Suivant

Crypto.com installe son siège à Paris pour devenir leader du marché européen

Derniers articles de Crypto