L’OPA de la Banque Postale pour acquérir CNP Assurance a démarré

///
titre boursier

La Banque Postale poursuit sa stratégie de retrait de CNP Assurances de la Bourse. Le bancassureur lancera lundi sa prise de contrôle des actionnaires minoritaires des assureurs-vie dans le cadre d’un programme d’OPA simplifié annoncé en octobre 2021. La fusion des deux entités s’inscrit dans le projet « Mandarine » de Bercy de construire une « grande place financière publique ».

20,90€ par action

Dernière ligne droite pour le rachat par La Banque Postale de CNP Assurances. La jeune banque a lancé lundi une offre publique d’achat simplifiée sur sa filiale, poids lourd du secteur français de l’assurance-vie (bénéfice 2021 de 1,55 milliard d’euros).

L’opération se terminera le 31 mai au soir et devrait lui permettre de détenir 100% de CNP Assurances. A ce jour, la filiale de La Poste revendique un peu plus de 85% du capital. Si le seuil de 90 % est franchi d’ici le 31 mai, La Banque Postale retirera CNP Assurances de la Bourse de Paris, où elle avait fait ses premiers pas en 1998.

Le prix du fonds proposé aux actionnaires (dont 2% à 3% de particuliers, d’institutionnels et d’indices) est de 20,90 euros par action (le dividende est de 1 euro). Le conseil d’administration de CNP Assurances, qui restera en fonction après la clôture de l’opération, a voté en faveur de l’offre le 7 avril et a conseillé à ses actionnaires d’acheter leurs actions.

La Banque Postale détient actuellement plus de 85 % du capital de CNP Assurances. La filiale de La Poste envisage de retirer CNP Assurances de la cotation si le seuil de 90% est franchi à la date de clôture de l’offre du 31 mai.

Philippe Heim a insisté sur le fait que le modèle de bancassurance “est un modèle qui a gagné 40 ans en France, en Europe”, défendant “un projet qui permettra à CNP Assurances de continuer à se développer au sein de ce grand groupe”.

La fusion des deux entités marque une nouvelle étape dans le projet « Mandarine » proposé par le ministre de l’Economie Bruno Le Maire en août 2018. En mars 2020, elle est devenue une “grande place financière publique”. Il vise surtout à renforcer les banques postales qui ont souffert de leur dépendance à la distribution du courrier, dont l’activité historique est en déclin.

L’OPAS durera jusqu’au 31 mai

L’opération combinée va consolider le secteur public de la bancassurance en facilitant l’émergence d’un groupe simplifié et intégré, tout en préservant le modèle multipartenaire et international qui a fait le succès de CNP Assurances, l’activité d’assurance de CNP Assurances, “pour accélérer la stratégie de diversification actuelle de la filiale” et en faire “l’unique compagnie d’assurance”.

Mi-décembre, La Banque Postale avait indiqué avoir acquis la participation de 16,1% du groupe BPCE dans CNP Assurances pour 2,4 milliards d’euros, complété mi-mars par un bloc de 6,2% ” au moment du dépôt du projet de note auprès de l’AMF “, précise Olivier Levy-Barouch, directeur général adjoint en charge de la direction finance et stratégie. La Banque Postale revendique 20 millions de clients, personnes physiques et morales.

La direction de LBP a quelque peu précisé les modalités du transfert de son activité non-vie à la CNP. “Le cas échéant, ce transfert interviendra après l’offre publique d’achat simplifiée et un retrait obligatoire. Il devrait prendre la forme d’une cession intra-groupe à la juste valeur”, précisent les dirigeants.

L’AMF annonce que l’offre publique d’achat simplifiée (OPAS) visant les actions CNP Assurances, déposée par Barclays Bank Ireland, BNP Paribas, Morgan Stanley Europe et Natixis, agissant pour le compte de La Banque Postale, est ouverte du 2 au 31 mai inclus.

Précédent

Le metaverse des BAYC a fait exploser les gas Ethereum

Suivant

Encore une panne pour le réseau Solana, c’est grave docteur ?

Derniers articles de Banques