Immobilier neuf : les prix grimpent de 7% en un an

//
Construction immobilier dans le neuf - ©Nikguy, CC0 Creative Commons

Les pénuries de matières premières et la hausse des coûts des matériaux continuent d’alimenter l’inflation dans la construction de logements neufs. Le prix moyen d’un appartement neuf dans les villes de 45 000 habitants ou plus a atteint 5 250 € le mètre carré en mai, en hausse de 7 % en un an. C’est le résultat qui apparaît dans la dernière édition du baromètre réalisé par le Laboratoire de l’Immobilier, basé sur un panel de plus de 100 métropoles françaises.

L’immobilier neuf souffre des pénuries

L’immobilier neuf reste dans une spirale inflationniste. L’envolée des coûts des matériaux de construction et de l’énergie, les difficultés d’approvisionnement, la pénurie de logements, l’impact des nouvelles normes environnementales : tout alimente la tendance haussière. Le baromètre annuel des prix des constructions neuves publié par le laboratoire de l’immobilier a également fait un constat pointu. Il suit l’évolution des prix dans plus de 100 communes de plus de 45 000 habitants.

Selon l’enquête, le prix moyen d’un appartement neuf était de 5 250 € le mètre carré en mai 2022, contre 4 900 € en 2021, soit une hausse de 7 % sur les 12 derniers mois et de 2 % auparavant. “L’accélération des nouvelles hausses de prix se confirme alors que l’offre reste tendue”, indique l’étude.

La production de logements neufs semble encore se remettre de la crise sanitaire. Le Laboratoire de l’immobilier a noté qu’à fin mars 2022, 11 000 logements étaient encore en deçà du nombre d’appartements de février 2020, soit 233 700 logements collectifs approuvés sur 12 mois glissants.

Les permis de construire peinent et les mises en chantier stagnent depuis 11 mois. suffisamment de pression pour maintenir les prix de vente élevés. Pour l’instant, il est peu probable que les restrictions qui pèsent sur les coûts de construction s’affaiblissent », prédit Kevin Brulin, qui dirige les recherches au Laboratoire de l’immobilier.

Les prix grimpent dans presque toutes les villes

Ce prix était de 4 900 euros le mètre carré pour les villes de plus de 45 000 habitants à la même époque l’an dernier, selon le le laboratoire de l’immobilier. L’augmentation était de 7% en raison de “difficultés d’approvisionnement, de la hausse des prix des matériaux et de l’énergie et de la mise en œuvre de nouvelles normes environnementales”, a déclaré Kevin Brulin, chargé de recherche.

En effet, la mise en place de la nouvelle norme énergétique RE2020, entrée en vigueur au début de cette année, a eu un impact majeur sur les coûts de construction. Le coût d’une maison de plain-pied est estimé à 5 %, tandis que l’augmentation du coût d’une maison en hauteur varie de 7 % à 10 %.

Dans certaines villes, les prix ont grimpé à plus de 6 000 euros le mètre carré. C’est particulièrement vrai à Paris, où il atteint 13 148 euros. A Lyon, le prix moyen du mètre carré est de 6 672 euros. A la troisième place, Nice à 6 296 € le mètre carré. Viennent ensuite Bordeaux, Montpellier, Rennes et Nantes, avec des prix moyens oscillant entre 5 299 et 5 149 euros. Bordeaux a également connu la plus forte croissance (après Paris), en hausse de 7 %.

Les grandes villes ne sont pas les seules à voir les prix augmenter. Annecy se classe parmi les villes de province les plus chères avec un prix moyen de 7 027 €/m² (+ 3,5 %). Viennent ensuite Antibes (6 722 €/m²), Aix-en-Provence (5 874 €/m²), Villeurbanne (5 775 €/m²) et Cagnes-sur-Mer (5 661 €/m²).

Le président d’Optimhome s’attend à ce qu’il y ait encore une industrie où les prix chutent de manière significative : les logements anciens les plus énergivores classés F et G ne pourront plus être loués d’ici 2025.

Avec la hausse du prix des matières premières ou, selon Olivier Colcombet, les difficultés techniques pour rénover certains biens, comme les appartements haussmanniens, de nombreux propriétaires vont devoir vendre faute de moyens financiers pour rénover.

Olivier Colcombet a déclaré : “Les équilibres vont jouer à long terme, je pense que ce sera plus rapide qu’on ne le croit et qu’on arrivera à un écart de prix de -30% pour les passoires thermiques”.

Précédent

Les nouvelles annonces concernant Chiliz font grimper le cours des fans tokens Socios

Suivant

Le Cac 40 débute sa semaine en hausse

Derniers articles de Immobilier