La taxe foncière va augmenter de 50% en 2023 à Paris

//
taxe fonciere paris

En 2023, la taxe foncière augmentera de 50% à Paris. Face au défi budgétaire et au manque de soutien du gouvernement, la mairie a annoncé une augmentation de 7 points de la taxe foncière. Découvrez dans cet article, la situation qui pousse la maire, Anne Hidalgo, à aller à l’encontre de sa promesse de ne pas augmenter l’impôt.

Les raisons d’une augmentation de la taxe foncière à Paris

Ce lundi 7 novembre, la Maire de Paris a indiqué son intention de faire passer la taxe foncière de 13,5% à 20,5% en 2023. Une mesure qui s’inscrit dans le cadre du rapport d’orientation budgétaire que les conseillers municipaux de Paris vont examiner en novembre avant un vote en décembre prochain. Cette décision devra permettre de faire face à la hausse des dépenses, liées à l’inflation et à la crise énergétique qui constitue 215 millions d’euros supplémentaires.

La majorité des communes font face à de grands défis qui n’ont pas été pris en compte par le gouvernement. Ce dernier a refusé les propositions pour réduire l’impact économique de la Covid sur les collectivités ainsi que les changements soutenus par les associations de maires.

Dès lors, un propriétaire d’un 50 m² payera une taxe foncière de 665 euros en moyenne au lieu de 438 euros. Quant au propriétaire d’un logement de 75 m² qui paie habituellement 576 euros par an, il paiera à cause de cette augmentation 874 euros, soit près de 300 euros en plus.

Selon la mairie de Paris, une taxe foncière de 20,5 % représente encore la moitié de celle des autres grandes villes de France. Anne Hidalgo a assuré que la taxe foncière représente la plus faible de France, à 13,5% à Paris, contre une moyenne de 41,61% dans les principales villes françaises, et n’a pas augmenté depuis 2011.

Elle ajoute également que Paris, malgré le passage à 20,5%, devrait rester l’une des villes où les taxes foncières sont les moins élevées. Cette mesure devrait augmenter les recettes de 586 millions d’euros l’année prochaine.

Les personnes exonérées de la taxe foncière

Cette décision de la hausse de la taxe foncière était importante et nécessaire pour la Maire de Paris. Même si elle va à l’encontre de sa campagne de ne pas augmenter l’impôt dans la ville parisienne, il n’était pas question de renoncer à certains services publics. Il est crucial pour elle de maintenir la qualité des actions publiques et d’accélérer la transformation écologique. Elle veut pouvoir continuer à soutenir les cantines scolaires parisiennes et doit les aider à faire face à une augmentation de 40 %.

Malgré l’annonce de cette augmentation de la taxe foncière, certains contribuables français en sont totalement exonérés. Il s’agit des propriétaires qui vont rénover thermiquement leur appartement, ainsi que ceux qui sont «en difficulté économique» et les titulaires d’allocations de solidarité (Aspa, ASI, AAH) ou les personnes âgées de plus de 75 ans. Cette exonération est valable pour cinq ans.

Dans le même temps, cette décision devrait également permettre d’investir davantage. En 2023, Paris veut investir 1,7 milliard d’euros. Anne Hidalgo souhaite continuer à investir dans le logement, dans la transition verte, dans la préservation et la modernisation du patrimoine et des équipements, dans l’embellissement des rues et des jardins.

Selon l’Observatoire de la fiscalité foncière, géré par l’Union nationale des propriétaires fonciers (UNPI), les taxes foncières des 200 plus grandes villes de France ont augmenté en moyenne de 4,7 % en 2022.

Dans certaines communes, la facture augmente en 2022 de 10%, 15% voire plus de 20%. Une forte augmentation a été constatée à Poissy (+24%), Mantes-La-Jolie (+22%), ainsi que Martigues (+19%) dans les Bouches-du-Rhône. Cette hausse est liée, entre autres, à l’augmentation de la valeur locative qui pourrait continuer en 2023.

Précédent

50 000 Bitcoins volés en 2012 viennent de réapparaître

Suivant

Les placements pour investir ses étrennes de Noël

Derniers articles de Fiscalité