credit mutuelle anti crypto

« Si vous aimez le blanchiment et la criminalité, vous allez adorer les cryptomonnaies » : la déclaration choc du président du Crédit Mutuel

//

Si certaines (encore rares) banques s’ouvrent aux crypto monnaies comme en Allemagne, il existe toujours des dinosaures qui refusent le progrès. Nicolas Théry, récemment réélu président du Crédit Mutuel, a confirmé que la banque française n’est pas particulièrement ouverte aux crypto-monnaies, bien au contraire.

Blanchiment, terrorisme et violence

Face à la menace que font peser les cryptomonnaies sur le secteur bancaire, le patron de la grande banque française est loin d’être un ardent défenseur de la nouvelle classe d’actifs. 

Après que le directeur général du Crédit Agricole, Philippe Brassac, ait prédit que le Bitcoin « passerait sous la barre des 1 $ en 2025 », c’est au tour du président de Crédit Mutuel Alliance Fédérale, Nicolas Théry, de livrer une nouvelle déclaration « d’amour » à l’industrie.

Pour Nicolas Théry, qui vient d’être reconduit à la tête du cinquième groupe bancaire français, les crypto-monnaies ne font qu’alimenter les comportements déviants, la violence et la délinquance.

« Si vous aimez le blanchiment et la criminalité, vous allez adorer les crypto-monnaies », selon Nicolas Théry, le président du groupe bancaire français Crédit Mutuel. Cette déclaration a été faite au micro de La Croix.

Fini les années 2010, il faut se réveiller maintenant

Ainsi, certains mythes sur les crypto-monnaies restent ancrés. Bien sûr, au début des années 2010, Bitcoin était largement utilisé pour les paiements sur le dark web, comme la plateforme Silk Road

Moins de 0,5% des transactions sont illicites

Aujourd’hui, les criminels continuent d’utiliser certaines crypto-monnaies pour leurs transactions. Mais au final, les crypto-monnaies sont encore moins utilisées dans des activités illicites que les monnaies traditionnelles (euro ou dollars).

Selon Chainalysis, le volume des transactions illicites de crypto-monnaie a atteint 20,1 milliards de dollars en 2022, et la part de toutes les crypto-monnaies associées à une activité illicite était de 0,24 %. 

Fini l’anonymat

De plus, la plupart des crypto-monnaies sont pseudonymes, comme les deux plus couramment utilisées aujourd’hui, Bitcoin et Ethereum. Seules quelques crypto-monnaies sont dites anonymes, comme le monero ou le zcash. 

Le comble de l’ironie pour ces banques sous couvert d’une enquête pour blanchiment

En fin de compte, il est assez intéressant de voir l’industrie de la cryptographie une fois de plus déshonorée par des allégations de blanchiment d’argent. D’autant que les banques traditionnelles sont exempts de tout reproche, depuis toujours…

Cinq grandes banques ont été perquisitionnées la semaine dernière au motif qu’elles facilitent toutes une évasion fiscale massive pour éviter que leurs clients ne paient des impôts sur les dividendes. 

Si le Crédit Mutuel n’est pas directement impliqué dans cette histoire, les gros bonnets bancaires devraient demander à M. Théry d’être plus circonspect dans ses propos sur une industrie dont il ne sait apparemment pas grand-chose.

Mais d’où vient cette inflation ?

Nous sommes également bien tristes de voir qu’une personne si haut placée ne sache pas se rendre compte des liens entre l’intervention de la banque centrale et les causes de l’inflation.

“L’invention de la banque centrale, de la monnaie souveraine, est un progrès social. Cela permet de protéger le pouvoir d’achat des classes populaires, mais aussi les recettes fiscales, de lutter contre la fraude, d’assurer la stabilité. L’inflation est un cancer, un impôt brutal et non démocratique. Militer pour les crypto-monnaies, cela revient à soutenir les milices russes Wagner contre les armées de la république. C’est une tentative de privatisation d’un bien commun.”

Plus que due aux crypto-monnaies, l’inflation actuelle ne serait-elle pas due à l’impression massive de monnaie de la part des banques centrales qui n’ont eu de cesse d’inonder le marché ces dernières années ?

Quoi qu’il en soit, cette déclaration montre que l’hostilité envers les crypto-monnaies dans le secteur bancaire existe toujours. D’autant plus que le secteur a été fragilisé ces dernières semaines, montrant ses limites, notamment en Suisse et aux Etats-Unis. 

Bonjour à tous, je suis Hugo, rédacteur pour Surf Finance depuis 2021. Depuis quelques années maintenant, je m'intéresse de près au domaine des cryptomonnaies et de la finance.

Retrouvez mes articles à propos des dernières actualités financières, des tendances boursières, des opportunités d'investissement, des cryptomonnaies, et bien d'autres sujets qui touchent à votre portefeuille.

Comprendre le monde de la finance peut parfois être difficile, mais je me ferais un plaisir de simplifier tout ce petit monde dans mes articles.

J'espère que vous trouverez sur Surf Finance toutes les réponses à vos questions. N'hésitez pas à nous contacter si vous avez des suggestions ou des commentaires, nous serons ravis de vous aider.

Merci de votre visite et à bientôt sur Surf Finance !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Précédent

Les propriétaires ayant loué leur appartement sur Airbnb ont gagné en moyenne 4000 euros en 2022

Suivant

Apple : les MacBook contiennent le livre blanc du Bitcoin

Derniers articles de Banques