La BNP Paribas passe la vitesse supérieure pour sa transition écologique

/

BNP Paribas a annoncé mardi soir vouloir diviser par cinq ses financements au secteur de l’extraction et de la production de pétrole alors qu’elle avait jusqu’à jeudi pour répondre à trois ONG qui l’avaient mis en demeure fin octobre en raison de ses financements dans de nouveaux projets pétroliers et gaziers

BNP Paribas veut accélérer sa transition écologique d’ici 2030

BNP Paribas a annoncé lundi vouloir renforcer sa transition écologique en accélérant sa sortie du financement des énergies fossiles.

La banque a annoncé son intention d’atteindre un objectif d’encours de financement de 40 milliards d’euros d’ici 2030 pour la production “d’énergie bas carbone, majoritairement renouvelable”, contre un objectif précédent de 30 milliards d’euros d’ici 2025.

“Forte des expertises développées au travers du Low Carbon Transition Group, BNP Paribas engage une nouvelle étape de très forte accélération. Au terme de cette nouvelle étape, à l’horizon 2030, BNP Paribas aura accompli à plus de 80% la transition de ses activités de financement vers la production d’énergies bas carbone” peut-on lire dans un communiqué.

Dans un communiqué, la première banque européenne s’est en effet engagée à ramener ses encours de crédits dans le secteur à ““à moins de 1 milliard d’euros, soit une baisse de plus de 80% par rapport à l’encours actuel de 5 milliards d’euros, l’encours de financement à l’extraction et la production de pétrole à l’horizon 2030, ceci via l’arrêt programmé des activités de financement spécialisées ou associées à ce secteur”.

Il s’agit d’une forte accélération pour la banque, qui a jusqu’à présent annoncé une baisse de 25% d’ici 2025 (le raffinage et le gaz ne sont pas concernés par cet engagement).

Résultat : les énergies « bas carbone » (renouvelables, nucléaire et biocarburants) devraient représenter 80 % des portefeuilles de financement énergétique des banques d’ici 2030, contre 55 % aujourd’hui.

Les groupes bancaires français, pointés du doigt, accélèrent leurs objectifs

Si le groupe bancaire n’a pas financé directement de nouveaux projets pétroliers depuis 2016, son soutien aux entreprises qui poursuivent le développement de nouveaux champs est en partie crédité à l’exploration et à la production.

Sur le gaz, le groupe bancaire veut réduire ses encours de crédits de 30% à 5,3 milliards d’euros d’ici septembre 2022, réservant en priorité le financement à une nouvelle génération de centrales à charbon à faibles émissions et sécurité d’approvisionnement, terminaux gaziers et gaziers. flotte de porte-avions ».

Un certain nombre de banques ont déjà annoncé des objectifs pour passer des hydrocarbures au bas carbone. Cependant, la plupart de ces objectifs sont prévus pour 2030, ce qui rend les progrès difficiles à évaluer.

Les scientifiques estiment que le seuil de 1,5 degré Celsius sera dépassé d’ici sept ou huit ans, permettant d’éviter les conséquences les plus dévastatrices du changement climatique.

La banque française a expliqué qu’elle “s’est réorientée principalement vers le financement de la production d’énergie bas carbone”.

“En 2015, au moment de la signature de l’accord de Paris, les financements à la production d’énergies bas-carbone ne représentaient qu’une part limitée du portefeuille de crédits de BNP Paribas à la production d’énergie. A l’horizon 2030, ils en représenteront les 4/5èmes. Le Groupe aura ainsi réalisé 80% de sa transition en moins de 15 ans, confirmant ainsi sa place de leader des grands acteurs internationaux du financement” commente Jean-Laurent Bonnafé, Administrateur Directeur Général de BNP Paribas.

Résultat, son encours de crédits pour la production d’énergie bas carbone “était de plus de 28 milliards d’euros à fin septembre 2022, déjà près de 20% supérieur aux crédits pour la production d’énergie fossile”.

La banque a rappelé qu’elle n’avait financé aucun projet pétrolier depuis 2016 et a maintenu son “engagement de réduire de 25% l’encours de financement de l’exploration et de la production pétrolières d’ici 2025”.

Précédent

Crypto : Les députés vote un texte beaucoup plus adapté pour protéger l’innovation !

Suivant

50% des français détiennent 92% des richesses !

Derniers articles de Banques