Le Cac 40 débute sa semaine en hausse

//
Cac 40 chute
@Photo by ERIC PIERMONT / AFP

La Bourse de Paris devrait grimper ce lundi matin alors que Wall Street s’est redressé à la clôture de vendredi.

Ouverture de la semaine en hausse

Après avoir clôturé en hausse de 0,20% à 6285,2402 vendredi dernier jour de bourse, le CAC 40 a poursuivi sur sa lancée haussière et a ouvert à 6350,8799 (+1,04%) ce lundi matin. Le marché boursier a connu des montagnes russes ces derniers temps, entre les craintes accrues des investisseurs et les achats « bon marché » après une vague en baisse.

Beaucoup d’incertitudes pèsent sur les actions mondiales en ce moment. Nathalie Benatia, macroéconomiste chez BNP Paribas Asset Management, s’est entretenue avec Capital en décrivant les risques. Premièrement, alors que la croissance du PIB en France et dans la zone euro devrait être d’environ 0,2 % au deuxième trimestre, après que l’économie française soit restée stable au premier trimestre en raison de facteurs tels que les restrictions liées au Covid-19, “la consommation au premier trimestre est devrait se contracter au deuxième trimestre. La flambée de l’inflation est un risque supplémentaire”’, a noté l’expert.

Il faut dire que la flambée de l’inflation met à l’épreuve la confiance et le pouvoir d’achat des ménages, “alors même que les Etats membres de la zone euro cherchent à atténuer le choc, par exemple en instaurant des chèques énergie”, a noté Nathalie Benatia, qui a également jugé qu’il devrait y avoir de grands contrastes dans la performance économique des différents pays d’Europe.

Après un premier semestre poussif, le second semestre “pourrait être meilleur, sur la base de notre scénario central, notamment en raison du rebond attendu du tourisme”, jusqu’ici affecté par le Covid-19, a indiqué Nathalie Benatia.

Les pertes ont été minimes, mais l’indice de référence américain S&P 500 a failli entrer officiellement dans un “marché baissier” vendredi, soit une baisse de plus de 20% par rapport à son dernier sommet. En baisse de 2,3% en intrajournalier, le S&P 500 a finalement atteint l’équilibre (+0,01%). Ce serait un soulagement pour les traders si le Nasdaq Composite pouvait éviter ce “marché baissier” depuis son pic début avril, du moins à court terme.

« Les actions continuent d’évoluer en fonction de l’offre et de la demande, mais l’humeur qui a poussé les marchés à la hausse durant une décennie est n’y est plus désormais, observe George Ball, de la société d’investissement Sanders Morris Harris. Un marché baissier dure en moyenne un an (338 jours, plus précisément). Nous n’en sommes qu’au tiers, il a donc encore beaucoup de temps pour que la baisse se poursuive, mais, bien entendu, avec des phases intermédiaires de rebond. »

L’inflation, facteur de risque majeur

Le deuxième risque est que l’industrie et l’économie allemandes soient plus durement touchées que prévu en raison du danger du Covid-19 en Chine et de la guerre en Ukraine. La politique chinoise de zéro coronavirus devrait persister en raison d’une population vaccinée plus petite et de vaccins moins efficaces. Une politique stricte pourrait entraîner de nouveaux goulots d’étranglement, affectant notamment l’économie allemande.

Les trajectoires de politique monétaire de la Réserve fédérale et de la Banque centrale européenne devront également être étroitement surveillées. La Fed a nettement resserré son ton ces derniers mois face à la flambée de l’inflation. Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a déclaré qu’il ferait tout ce qui était en son pouvoir pour lutter contre l’inflation.

Cependant, lorsque les banques centrales veulent réduire significativement l’inflation, il y a débat sur leur capacité à le faire sans faire basculer l’économie dans la récession. Actuellement, BNP Paribas Asset Management ne s’attend pas à une récession dans son scénario central, mais s’attend à ce que la croissance économique américaine passe sous la barre des 2 % en 2023, soit en dessous de son potentiel de croissance (environ 2,0 % à 2,5 %).

Dans la zone euro, cependant, la BCE est « dans une position différente de celle de la Fed » et la pression à la hausse sur les salaires est évidente aux États-Unis, mais pas dans l’union monétaire.

Les exigences salariales en Allemagne sont raisonnables jusqu’à présent. Cependant, la BCE a déclaré qu’elle surveille l’évolution des salaires et des anticipations d’inflation dans la zone euro

Précédent

Immobilier neuf : les prix grimpent de 7% en un an

Suivant

Les 12 ans de la première transaction Bitcoin ont été fêtés hier

Derniers articles de Bourse