Comment la crise au Kazakhstan impacte-t-elle le cours des cryptomonnaies ?

/
cryptomonnaie bitcoin

Après que les mineurs de Bitcoin aient quitté la Chine pour le Kazakhstan suite à l’interdiction des crypto-monnaies dans le pays, ils sont maintenant confrontés à une série de nouveaux problèmes. Quelques mois seulement après que le Kazakhstan soit devenu le premier mineur mondial de crypto-monnaies, la crise énergétique et les manifestations civiles ont sérieusement compliqué la capacité de minage du Bitcoin au Kazakhstan. Le boom du nombre de mineurs au Kazakhstan risque d’être de courte durée.

Les mineurs de Bitcoin avaient rejoint le Kazakhstan pour éviter les interdictions chinoises

Au cours des derniers mois de 2021, suite à l’augmentation rapide de la demande pour les opérations minières de Bitcoin, ce pays d’Asie centrale a eu du mal à maintenir son réseau électrique performant. En hiver, le Kazakhstan a été confronté à des pannes de courant régulières, ce qui a incité le gestionnaire de réseau national du pays, KEGOC, à allouer de l’électricité aux installations minières pendant les heures de pointe uniquement.

Bien que le Kazakhstan ait officiellement accueilli des mineurs de bitcoins qui souhaitaient échapper à la réglementation chinoise (et à une éventuelle interdiction globale), peu d’entre eux sont enregistrés auprès du gouvernement, ce qui a donc causé des problèmes d’approvisionnement en électricité du pays.

Les autorités kazakhes ont signalé que ces soi-disant « mineurs gris » consommaient environ 1 200 mégawatts d’électricité et menaient le réseau électrique du Kazakhstan au bord de l’effondrement. Selon les données de l’indice de consommation d’énergie de Cambridge Bitcoin, le Kazakhstan détient actuellement 18,1 % de l’ensemble du taux de hachage du réseau Bitcoin.

Une situation très instable au Kazakhstan

Un réseau électrique instable, associé à une inflation liée à la pandémie et à la hausse des prix du carburant, a déclenché des manifestations dans la plus grande ville du Kazakhstan, Almaty, au cours du week-end. Les manifestations, qui ont atteint leur apogée mardi, sont devenues violentes lorsque la police anti-émeute a déployé des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes pour disperser les manifestants. Le président kazakh Kassym-Jomart Tokayev a limogé mercredi matin son prédécesseur Nazarbaïev à la tête du Conseil de sécurité nationale pour tenter de mettre fin aux manifestations, en vain.

Puis en réponse aux manifestations, le gouvernement kazakh a commencé à restreindre les connexions Internet. Après une journée de pannes d’Internet mobile et de restrictions partielles, le pays est actuellement au milieu d’une panne d’Internet à l’échelle nationale, selon le logiciel de surveillance NetBlocks. Les temps d’arrêt peuvent avoir un impact plus grave sur les opérations de minage que le rationnement de l’électricité. Les mineurs ne peuvent pas fonctionner sans accès à Internet, alors qu’ils peuvent s’adapter à un rationnement de l’énergie.

Alors que la panne d’Internet n’a commencé que tôt mercredi, si elle se poursuit, elle pourrait avoir un impact significatif sur les opérations de minage dans le pays.

Les sociétés minières actuellement basées au Kazakhstan incluent BIT Mining, qui exploite plusieurs sites à travers le pays. Canaan Creative, la société cotée au Nasdaq derrière la plate-forme minière omniprésente ASIC, a également annoncé cette semaine son intention d’étendre ses opérations dans le pays. Avant la récente panne, la crise électrique actuelle avait déjà commencé à faire des ravages sur les mineurs de Bitcoin.

Une société minière basée au Kazakhstan, Xive, a été contrainte de fermer plus de 2 500 plates-formes minières en novembre en raison de la crise énergétique. Le cofondateur de l’entreprise, Didar Bekbau, a tweeté que Xive cherchait à déménager aux États-Unis, qualifiant cette décision de “rêve américain”.

Le 2 décembre, BitFuFu, une plate-forme de normalisation de la puissance de calcul soutenue par Bitmain, a annoncé qu’elle abandonnerait ses machines de minage au Kazakhstan et achèterait de nouvelles baies aux États-Unis en raison des coupures de courant.

Précédent

La Fintech française Goodvest rend l’investissement éco-responsable possible

Suivant

De nouvelles normes signent la fin du chauffage au charbon ou au fioul

Derniers articles de Crypto