Crédit immobilier : le prêt à taux variables comme solution ?

///
crédit immo

En septembre, les courtiers signalent que les banques sont obligées de geler leurs barèmes en raison du faible taux d’usure. Quelques institutions financières ont contourné ce problème en proposant des prêts à taux variable.

Les banques limitent l’octroi de prêt en attendant un nouveau calcul du taux d’usure

Selon le courtier Vousfinancer, les banques ont gelé leurs taux d’intérêt pour le mois de septembre. Par conséquent, les taux hypothécaires n’augmenteront que légèrement et seront contenus au cours des prochaines semaines. En effet, les banques tentent de limiter la hausse des taux pendant deux mois consécutifs.

Bien que le plafond actuel des taux d’intérêt des prêts semble positif, la vérité est beaucoup plus compliquée. Les banques sont tenues de maintenir leurs taux applicables en dessous du taux d’usure, soit en dessous de 2,57% en ce moment. Ce taux est le maximum autorisé par la loi. Cela signifie que les banques ne peuvent pas prêter de l’argent à un taux plus élevé que celui-ci, même si elles facturent déjà des taux hypothécaires relativement élevés (1,5% sur 15 ans, 1,75% sur 15 ans et 1,90% sur 20 ans en septembre selon VousFinancer).

Parce que les banques ont très peu de marge pour augmenter leurs taux d’intérêt, elles sont obligées de stagner jusqu’au 1er octobre, date à laquelle un nouveau taux d’usure doit être annoncé.

Sandrine Allonier, porte-parole de Vous Financer, précise que certaines banques ont suspendu les emprunts jusqu’à la publication du prochain taux d’usure. Par conséquent, le marché du crédit risque de stagner au cours des prochaines semaines. De nombreux dossiers d’emprunteurs seront bloqués pendant plusieurs semaines à cause de cela.

Même avec la nouvelle publication du taux d’usure au mois d’octobre, certains emprunteurs n’auront toujours pas accès au crédit. Sandrine Allonier explique que c’est parce que les emprunteurs à faible revenu ne pourront probablement toujours pas obtenir de prêts.

Avec la publication en octobre du taux d’usure, Allonier estime une hausse du taux d’usure comprise entre 0,2 et 0,4 point. Cependant, elle dit que cette augmentation ne sera pas assez importante pour permettre à tous les emprunteurs d’accéder à des prêts, même si leur dossier est acceptable en théorie, c’est donc un véritable problème.

Les prêts à taux variables comme solution ?

Vousfinancer mentionne que certaines banques proposent des prêts à taux mixtes et variables. Cela est la conséquence au mode de calcul du taux d’usure. Il en résulte que les taux de prêt de certaines banques sont supérieurs à 2 %, ce qui bloque le financement.

Les banques offrent des prêts variables afin qu’elles puissent facturer des taux d’intérêt qui changent pendant la durée du prêt. Celui-ci est généralement déterminé par le taux d’intérêt bancaire EURIBOR, qui est le taux moyen auquel les institutions financières se prêtent de l’argent sur le marché interbancaire de la zone euro.

Julie Bachet, PDG de Vousfinancer, a annoncé que les prêts à taux variables pourraient revenir sur le marché. Ces prêts permettent aux banques de proposer des taux fixes limités pendant les premières années du prêt.

Après cette période, les taux augmentent pour le reste de la durée du prêt. Ces prêts étaient quasi inexistants en raison de taux d’intérêt historiquement bas. Cependant, Bachet a déclaré qu’ils pourraient revenir fin 2022, avec des taux d’intérêt jusqu’à 0,6 point inférieurs aux taux fixes. Cela permettrait de faire passer des dossiers qui auraient dépassé leur taux d’usure avec un crédit classique.

Actuellement, seules quelques banques proposent des prêts à taux variable ou à taux mixte. Cependant, le prochain taux d’usure pourrait changer radicalement la donne avec davantage d’organismes offrant ces prêts.

Précédent

Tamadoge : le futur des jeux NFT ?

Suivant

Attention ! Un faux logiciel Google Translate mine des cryptomonnaies sur votre ordinateur

Derniers articles de Banques