Avec la crise du crédit, où mettre ses fonds ?

Certes, tout le monde n’est pas versé dans les arcanes de la Bourse, ni dans ses mécanismes complexes.

Pour autant, d’aucuns possèdent quelques actions et il y a un nombre conséquents de petits porteurs en France qui s’intéressent aujourd’hui au devenir de leurs titres et ne savent pas toujours où mettre ces derniers en cas de crise !

Le réflexe naturel de tout un chacun est bien souvent de vendre ses actions par peur de pertes supplémentaires. C’est souvent une erreur, car des actions ou autres obligations ayant déjà baissé peuvent remonter dans le temps et faire l’objet de déductions fiscales dans les années à venir en raison des moins-values déclarables. Évidemment il faut être patient… Pour ceux qui souhaitent malgré tout, il est probable qu’une diversification s’impose.
Celle-ci s’articule à la fois sur des liquidités disponibles, quelques valeurs-refuge ainsi que le fait de « faire le dos rond ».

Si vous considérez que vous avez déjà trop perdu sur certains placements, liquidez-les afin d’obtenir du cash. Ces liquidités seront autant de fonds vous permettant de réaliser quelques bons coups. Une bonne annonce peut s’accompagner de prises de valeur considérables (songez aux quelques 26 % pris par le Crédit Agricole il y a deux semaines !). Vous pourrez peut-être récupérer ce que vous aurez perdu précédemment si vous calculez bien votre affaire.

Ayez aussi le réflexe de la valeur refuge : actuellement l’or a le vent en poupe, il perd moins que d’autres valeurs… N’oubliez pas non plus, les vieilles recettes, en ces temps difficiles, deux LDD (Livret de développement durable), deux Livrets d’Epargne (Livrets A) vous permettent d’avoir en tout jusqu’à 52 000 €uros placés à 4 % nets. Pas si mal…

Enfin, faites le dos rond et essayez dans la mesure du possible de ne pas liquider plus de ma moitié de vos placements en actions actuels. Après la crise, les temps seront meilleurs et les valeurs remettront même s’il faudra du temps…

Default thumbnail
Précédent

La crise du crédit fait chuter le Palais Bourbon

Suivant

Les aspects « low-cost » du rachat de crédit

Derniers articles de Rachat de crédit

accumsan massa consequat. eget efficitur. amet, lectus commodo sed Praesent quis Phasellus