Magazine sur la finance & le rachat de crédit

Crise financière : la gestion des patrons

dans News/Rachat de crédit

« Dirigeants, préparez-vous à affronter la tempête ! ». Voici le genre de titres que l’on peut trouver en introduction d’articles traitant des difficultés rencontrées par certains chefs d’entreprise pendant cette crise financière. Rappelons brièvement que les conséquences de la crise du crédit ne touchent pas que Renault, Total ou d’autres monstres de l’industrie française, mais aussi et surtout une bonne partie des PME et autres PMI qui constituent 80 % du tissu économique dans l’Hexagone…..

Et en période de crise, ces problématiques sont bien entendu très exacerbées et atteignent souvent un paroxysme qui peut être fatal à de petites structures. Dans son dernier dossier pratique, la revue Capital a très bien mis en avant le rôle du dirigeant d’entreprise dans le devenir de sa société et les obligations qui lui incombent afin d’anticiper au mieux d’éventuelles difficultés financières. (L’entreprise novembre 2008 n°272, p.141)

Le mensuel y explique très clairement les différentes options qu’un chef d’entreprise peut choisir afin de sortir d’une situation délicate. Ainsi bien avant de « sombrer » dans la liquidation judiciaire et de passer par l’une des quatres formes de la procédure collective, il existe d’autres moyens externes d’aides. Les dirigeants d’entreprise trouveront ainsi des détails quant aux possibilités de recours à un mandataire had hoc, à un conciliateur ou encore à un auditeur spécialisé…

Pour autant, le magazine économique évoque très précisément que c’est en amont que le sort de l’entreprise se joue :

 » Même si de nombreux acteurs influent sur le sort de l’entreprise en difficulté, le dirigeant est l’acteur-clé dans une situation de crise. La qualité et la dynamique de la résolution des difficultés, et donc la sortie pérenne de la crise, dépendent directement de la capacité du dirigeant à comprendre les origines internes et externes des difficultés de l’entreprise, et de son aptitude à organiser le traitement du retournement. Chacun se reconnaitra entre le dirigeant non préparé et celui qui a mis en place une méthode de gestion de crise d’entrainement et de préparation de l’entreprise. Les conséquences de la situation de crise seront graves pour les uns, plus faibles pour les autres, entre ceux non préparés et ceux s’inscrivant dans une démarche préventive qui permet d’agir en limitant les risques associés« .

Derniers articles de News

facilisis dolor tristique vel, dolor. dictum leo. ut felis commodo ultricies venenatis
Retour en haut