Les cryptos : une menace selon la BCE

/
Christine Lagarde

Depuis que l’Union Européenne a imposé des sanctions à la Russie à la suite de l’offensive ukrainienne, les pays occidentaux s’inquiètent de l’utilisation possible des crypto-monnaies pour les contourner. La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a de nouveau exprimé sa crainte de les voir comme une “menace” dans le contexte de la guerre.

Les Russes utilisent les cryptomonnaies pour tenter de sauver leurs économies

Mardi 22 mars, la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a déclaré que les crypto-monnaies constituaient une “menace” lorsqu’elles sont échangées contre des roubles afin de contourner les sanctions occidentales contre la Russie.

De toutes les classes d’actifs numériques, “les crypto-actifs me préoccupent le plus dans le contexte russe”, a déclaré la banquière centrale lors d’un forum sur l’innovation de la Banque des règlements internationaux.

“Est-ce une menace ? Oui”, a-t-elle dit, notant que les crypto-monnaies qui ont fui le système bancaire traditionnel “sont définitivement utilisées pour tenter de contourner les sanctions de nombreux pays du monde contre la Russie et des acteurs spécifiques”.

Selon elle, les crypto-monnaies, affranchies du système bancaire traditionnel, sont “utilisées comme moyen pour tenter de contourner les sanctions imposées à la Russie et à certains acteurs par de nombreux pays à travers le monde”. Christine Lagarde a noté que des particuliers ou des entreprises russes “tentent clairement de convertir leurs roubles en actifs cryptographiques”, notant que les conversions de roubles ont atteint des niveaux particulièrement élevés depuis l’arrivée des sanctions occidentales. La présidente de la BCE a également demandé aux entreprises du secteur de ne pas être “complices” de ces opérations.

Pour rappel, les sanctions imposées à la Russie ont provoqué l’effondrement du rouble. Cependant, les actifs cryptographiques comme Bitcoin fonctionnent sur un réseau décentralisé : aucune entité centrale ne peut être sanctionnée et empêcher les utilisateurs d’y accéder. En conséquence, les Russes ont afflué vers Bitcoin avec des achats record en roubles.

Autre crypto-monnaie qui déferle en Russie, Tether, un stablecoin, une crypto-monnaie émise par une société privée qui garantit de détenir un actif égal à ses émissions pour s’assurer que Tether vaut un dollar. Les stablecoins, qui ont été critiqués par les régulateurs occidentaux, sont populaires dans les pays où les monnaies locales ont fortement chuté.

Les cryptos occupent un rôle central dans la guerre

L’Europe a récemment étendu les sanctions imposées à la Russie dans le cadre du conflit ukrainien. Les sanctions ont commencé à inclure les crypto-monnaies, excluant spécifiquement les institutions bancaires russes du système interbancaire international Swift.
Cependant, les crypto-monnaies utilisant la technologie blockchain peuvent être utilisées par des personnes sanctionnées en dehors du système bancaire pour poursuivre les transactions.

Avant le conflit armé en Ukraine, la Russie occupait déjà le podium mondial pour l’utilisation et la création (“mining”) de crypto-monnaies.
Le bitcoin est la crypto-monnaie la plus connue, “pas comme une réserve de valeur, mais un actif spéculatif, un peu comme un bulbe de tulipe dans la Hollande du XVIIe siècle”, a déclaré de son côté à la Banque de France, par l’intermédiaire de François Villeroy de Galhau, lors de la cérémonie d’ouverture du forum.

Les banquiers centraux ont l’habitude de critiquer les crypto-monnaies pour leur forte volatilité, leur utilisation potentielle à des fins criminelles et leur opacité plus générale.

La Banque centrale européenne parie sur la création d’ici 5 ans d’un euro numérique comme monnaie de banque centrale sécurisée et anonyme pour les paiements du quotidien, ainsi que les espèces. Pour ce projet complexe, “nous avons respecté les délais et le budget jusqu’à maintenant”, a assuré Christine Lagarde.

En Ukraine, les crypto-monnaies jouent un rôle sans précédent, permettant au gouvernement de lever des millions de dollars pour financer la réponse à l’invasion russe.

Dès les premières heures du conflit, le gouvernement ukrainien a ouvert des adresses et des portefeuilles de crypto-monnaies pour recevoir directement ces monnaies décentralisées. Par conséquent, toute personne disposant de crypto-monnaies peut les envoyer à ces adresses.

Précédent

Mais que se passe-t-il avec Cardano (ADA)?

Suivant

Pour le président de la Banque de France, le Bitcoin ressemble aux tulipes…

Derniers articles de Crypto