En rachat de crédit aussi les taux ont baissé !

dans News/Rachat de crédit

Il n’y a pas que le marché du prêt immobilier qui s’illustre par la baisse historique de ses taux depuis maintenant plusieurs années. Celui du regroupement de crédits n’est pas en reste et même si les valeurs n’atteignent pas des planchers comparables, les conditions sont devenues particulièrement attractives pour les emprunteurs par les temps qui courent.

Si vous êtes aujourd’hui dans une situation délicate en raison d’une accumulation d’encours ou que vous avez connu une baisse de revenus, dans les deux cas le recours à un regroupement de crédits est plus que jamais attractif ! La raison en est simple : que ce soit à taux révisables ou bien à taux fixes, les conditions sont bien plus intéressantes qu’il y a encore quelques temps. Certes, ces offres optimisées s’adressent pour l’essentiel aux propriétaires et aux primo-acceédants dont le bien peut être pris en garantie et non aux locataires qui ne bénéficient pas tout à fait du même traitement.

Par rapport à l’an passé, les prêts assortis d’une garantie ont baissé d’environ un point à taux fixe. Rappelons qu’en rachat de crédit, la règle est simple : plus le profil est bon, meilleur sera la proposition des organismes bancaires spécialisés. Un bon profil pourra ainsi bénéficier désormais d’un taux fixe de l’ordre de 3.5 % sur une durée longue ! Du jamais vu sur ce marché…C’est intéressant d’autant que ces opérations permettent aussi de financer d’autres projets dans la même enveloppe à un taux identique et sur la même durée. A taux révisable, ces emprunts sont encore plus performants avec des taux avoisinant les 2.5 % ! L’argent coûte moins cher aux consommateurs dans ce cas en raison de la faible valeur des Euribor. Le 1 mois ne valant que 0.006 points, on imagine aisément les propositions pouvant en découler.

Mieux vaut être malgré tout propriétaire, car les locataires ne sont eux en revanche pas logés à la même enseigne avec des valeurs oscillant autour des 6.9 % sur des durées maximales (12 ans). Sur des durées moins longues, les taux (généralement fixes pour ces produits, pour ne pas dire tous) seront un peu plus modestes, mais sans gain véritablement conséquent. Les prêteurs ne veulent pas prendre de risques majeurs sur des profils ne proposant pas de garantie.

On se demande jusqu’où ces taux pourront baisser dans un contexte qui demeure morose et qui ne permet pas vraiment d’envisager une croissance, donc une inflation et une remontée des taux par effet mécanique. En attendant, si l’économiste reste sceptique, l’emprunteur propriétaire se réjouit !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*