Le eNaira marque aujourd’hui son point de départ, nouvelle monnaie numérique de la banque centrale du Nigeria (CBDC)

/
Nigeria eNaira
eNaira, nouvelle monnaie numérique de la banque centrale du Nigeria - ©jbdodane, CC BY-NC 2.0

Le pays d’Afrique de l’Ouest a sauté le pas, alors que la monnaie numérique prend de plus en plus de place dans nos esprits ainsi que ceux des gouvernements, la banque centrale du Nigeria dévoile le projet murement réfléchi. Cela fait quelques années maintenant que les institutions y réfléchissent et s’y mettent peu à peu. À l’heure actuelle, peu de pays ont réellement pris les mesures pour émettre une monnaie numérique de type CBDC. Le Nigeria, après une recherche et un développement approfondis, est enfin prêt à dévoiler l’eNaira, la version numérique de sa monnaie fiduciaire.

Avec la même monnaie l’eNaira offre davantage de possibilités

Dans un communiqué de presse diffusé par les médias et publié sur le site officiel de la Banque centrale du Nigeria, le directeur des communications d’entreprise, Osita Nwanisobi, a révélé que l’eNaira est proclamée officielle et lancée le 25 octobre.

Même Naira, plus de possibilités

Sous ce slogan, le communiqué révèle que le président Muhammadu Buhari dévoilera officiellement la CBDC à la State House, Abuja. Le lancement de l’eNaira est l’aboutissement de plusieurs années de travaux de recherches menés par la Banque centrale du Nigeria pour repousser les limites du système de paiement afin de rendre les transactions financières plus faciles et transparentes pour la société.

La monnaie numérique a été activée hier, à la suite d’une série d’engagements avec les parties prenantes concernées, notamment la communauté bancaire, les opérateurs de technologies financières, les commerçants.

Un des premiers pays au monde à lancer sa propre CBDC

Aux côtés du Ghana qui teste le eCedi depuis le mois de septembre, le Nigeria devient l’un des premiers pays au monde à lancer sa propre monnaie numérique de banque centrale. L’une des idées fausses courantes au sujet d’une CBDC est qu’elle est, d’une certaine manière, liée aux cryptomonnaies alors qu’en réalité la seule chose qu’elles pourraient partager est le fait qu’elles soient numériques mais n’utilise pas la technologie Blockchain.

Une CBDC sous la forme dont la plupart des pays l’explorent, n’est rien d’autre qu’une version numérique de leur monnaie fiduciaire sur laquelle la Banque centrale garde un contrôle total. La CBDC n’est pas décentralisée puisqu’une seule autorité façonne la politique et la réglementation monétaires d’une manière qui a un impact direct sur le statut de cette même monnaie numérique de banque centrale.

L’eNaira pour répondre aux besoins du pays

Le président nigérian Muhammadu Buhari explique que l’apparition du eNaira pourrait bien répondre aux nombreux défis financiers et monétaires du pays. Cette monnaie numérique à pour but de faciliter les échanges en ligne et amener de plus en plus de personnes et d’entreprises au sein du secteur formel et ainsi, augmenter les recettes fiscales du pays. Selon lui, l’utilisation de la monnaie pourrait faire croître l’économie de 29 milliards de dollars sur dix ans et même permettre dans un avenir proche le versement des prestations sociales. L’avenir se veut prometteur.

Le Nigeria est un pays qui n’a pas connu le manque d’actions autoritaires de la part des forces de l’ordre et de son gouvernement vis-à-vis des cryptomonnaies lors des années passées. Le lancement de l’eNaira pourrait également être considéré comme une tentative du gouvernement de supprimer l’influence future potentielle que pourraient avoir les cryptomonnaies.

Source Cryptopotato

Précédent

L’économie allemande à nouveau en recul

Suivant

Le pouvoir d’épargne des Français diminue de jour en jour

Derniers articles de Crypto