Et le rachat de crédit dans la réforme du crédit conso ?

/

Crédit à la consommation et rachat de crédit sont intimement liés par définition puisque l’existence du second est subordonné et généré par le cumul ou l’abus du premier. C’est en vertu de ce lien que Philippe Marini avait évoqué également un encadrement plus légiféré des rachats de crédit lors de son projet de loi. Rien d’étonnant donc à ce que Christine Lagarde l’est englobé dans sa réforme du crédit à la consommation.

Mais la réforme du crédit revolving ne touche le rachat de crédit que de manière semble-t-il évasive. Dans les propos de la ministre recueillis, il est question que « …le rachat de crédits qui permet à une société de regrouper l’ensemble des crédits d’un emprunteur sera plus réglementé ». Mais les détails de cette plus forte réglementation n’ont pas été évoqués de façon plus exhaustive.

Sur un plan purement technique et juridique, on sait seulement que les crédits revolving feront désormais l’objet d’un délai de rétractation passant de 7 à 14 jours, ce qui était déjà le délai en vigueur dans le cadre d’acceptation d’offres de prêt personnel en rachat de crédit : les acteurs ne s’attendent donc pas à une révolution majeure de ce côté là…

On ne sait donc pas grand-chose. Ces mesures aideront-elles vraiment les 9 % de ménages français ayant des revenus inférieurs à 20 000 €uros/an et possédant a priori 8 revolving en moyenne ?

Lien utile : les rachats de crédits touchés par la réforme du crédit à la consommation ?

Lien utile : les rachats de crédits s’adressent-ils uniquement aux surendettés ?

Default thumbnail
Précédent

Le crédit à la consommation pas si réformé que cela...

Default thumbnail
Suivant

Les chiffres du crédit conso sont-ils exacts ?

Derniers articles de News

efficitur. risus mi, dolor quis sem, Lorem libero ante. felis nec