Euro en chute libre : un prix plancher historique jamais atteint depuis 2002

///
euro devise

L’euro est tombé à 1,0173 dollar mercredi, son plus bas niveau depuis 2002, pénalisé par la détérioration de l’environnement économique et la forte inflation en Europe. La monnaie européenne s’est stabilisée sous le franc suisse.

L’euro bientôt sous les 1$ ?

Face à ce qui semble être un risque croissant de récession en Europe et une nouvelle envolée des prix du gaz et de l’électricité, l’euro est tombé mardi 5 juillet à son plus bas niveau depuis 20 ans face au dollar, la monnaie unique valant à tout juste 1,03 $.

Selon les indicateurs économiques, l’activité économique dans la zone euro a même fortement ralenti en juin pour atteindre son plus bas niveau en 16 mois.

La banque Nomura voit l’euro tomber sous la parité (0,98 $) en août, avant de tomber à 0,95 $ un mois plus tard. Son analyste Jordan Rochester estime que les industries européennes ont besoin d’un euro plus faible pour restaurer la compétitivité de leurs exportateurs, la flambée des coûts énergétiques ayant érodé leur compétitivité. Les prix du gaz en Europe sont sept fois plus élevés qu’aux États-Unis.

Face à une Europe en pleine crise géopolitique et une Chine toujours sur le dos des politiques zéro Covid-19, les Etats-Unis apparaissent plus que jamais rassurants aux yeux des investisseurs.

Cela est d’autant plus vrai que la Fed a resserré sa politique monétaire plus tôt et avec plus de force que la Banque centrale européenne. Julien Marcilly, économiste en chef chez Global Sovereign Advisory, a déclaré: “Nous assistons à une appréciation du dollar par rapport à toutes les autres devises, pas à une dépréciation de l’euro. Contre un panier de devises, les devises européennes évoluent peu par rapport aux niveaux de 2017.”

L’analyste de Berenberg, Holger Schmieding, a averti que “si la Russie ne redémarre pas ses exportations, l’UE pourrait se retrouver avec une pénurie de gaz à la fin de l’hiver” et la situation pourrait s’aggraver à mesure que les offres russes diminuent.

“Le pic des prix du gaz naturel et l’incertitude sur les marchés de l’énergie sont les principales raisons pour lesquelles nous prévoyons une récession dans la zone euro de l’automne 2022 à la mi-2023, plutôt qu’une simple stagflation”, a-t-il déclaré.

Pourtant, il y a quelques mois à peine, le spectre d’une croissance stagnante et d’une inflation élevée (stagflation) constituait le scénario du pire et demeure une préoccupation majeure aux États-Unis.

La Fed en avance sur la BCE

L’analyste de la Commerzbank, Ulrich Leuchtmann, a déclaré que la Réserve fédérale pourrait relancer l’économie en assouplissant la politique monétaire alors que les Européens luttent pour compenser la pénurie de gaz naturel. “Dans ce cas, le dollar est le grand gagnant, ce qui est logique”, a-t-il conclu.

Dans ce contexte, la croissance américaine a ralenti pour le troisième mois consécutif en juin, selon le baromètre de la fédération professionnelle ISM, ce qui n’a pas freiné le dollar. L’euro est “peu attractif et même une crise politique majeure ne permettra pas à l’euro de s’apprécier face à la livre !”, a souligné M. Juckes.

La livre sterling a gagné 0,55% à 85,46 pence face à l’euro, tandis que l’incertitude montait à la suite à la démission surprise de deux des ministres du Premier ministre britannique Boris Johnson.

“Le revers de Westminster ajoute une couche d’incertitude aux sombres perspectives de l’économie britannique et mondiale”, a déclaré Susannah Streeter, analyste chez Hargreaves Lansdown, ajoutant que la réaction prudente de la livre sterling est toujours à son plus bas depuis 2020 à 1,1876 dollar, car “un gouvernement sans Boris Johnson ne serait pas considéré comme un énorme danger pour l’économie britannique”.

Philippe Waechter a estimé que l’impact des variations des taux de change sur le prix du baril de pétrole fin juin était d’environ 8 %, sur la base de la parité euro-dollar du début de l’année.

Autrement dit, depuis le 1er janvier, les factures pétrolières ont augmenté de 8% en raison de la dépréciation de l’euro, et les importations d’autres matières premières libellées en devises ont également augmenté de 8%.

Précédent

Crédit immobilier : l’apport personnel nécessaire explose dans certaines régions

Suivant

Solana attaqué en justice par un recours collectif

Derniers articles de Brèves