Le FMI alerte sur les conséquences économiques et financières de la guerre en Ukraine

//
Christine Lagarde

Les gestionnaires de fonds contraints de devenir des experts géopolitiques et militaires tentent désormais d’anticiper la suite des évènements afin de se positionner au mieux dans un marché à la fois baissier et extrêmement volatil.

Les marchés n’aiment pas l’incertitude

Le Fonds monétaire international a averti samedi qu’une escalade du conflit en Ukraine aurait des conséquences économiques “dévastatrices” à l’échelle mondiale. Le FMI a également averti qu’en plus du conflit lui-même, les sanctions imposées à la Russie “auront un impact significatif sur l’économie mondiale et les marchés financiers, avec des effets collatéraux sur d’autres pays”.

L’agence a noté que même si les prévisions restent “exceptionnellement incertaines”, “les conséquences économiques sont déjà graves”.

Malgré des mois de regroupement des troupes russes à la frontière ukrainienne et les avertissements de plusieurs responsables militaires, personne ne s’attendait vraiment à l’invasion à grande échelle de Vladimir Poutine le 24 février.

Alors, comme tout le monde (ou presque), les professionnels des marchés financiers sont interloqués et tentent désormais de déterminer les conséquences de cette guerre et des sanctions économiques draconiennes qui en découlent en Occident.

Dans l’ensemble, la flambée des prix de l’énergie et des matières premières, le pétrole approchant désormais les 120 dollars le baril, a exacerbé la poussée d’inflation que le monde connaissait déjà à la fin de la pandémie. Le FMI s’attend à ce que “les hausses de prix aient un impact dans le monde entier, en particulier pour les ménages à faible revenu où l’alimentation et l’énergie dépensent une part supérieure à la moyenne de leur budget”.

Dans ce cas, le gérant s’est appuyé sur une analyse des crises majeures sur 50 ans (guerre du Golfe, attentats, etc.) “montrant que dans la grande majorité des cas, le marché s’est redressé après six mois au-dessus des niveaux initiaux”.

“Cette expérience nous encourage à investir nos positions dans des actifs de haute qualité. Cependant, nous pouvons apporter des changements de couverture occasionnels à nos fonds flexibles en fonction d’événements à court terme. Nous restons fidèles à notre stratégie d’investissement, avec des perspectives de croissance et influencée par le long terme.», explique Gilles Guibout.

Beaucoup de craintes à court terme

Malgré des publications souvent très positives, les actions ont été victimes de prises de bénéfices généralisées. Les portefeuilles ont été impactés en début d’année, avec une baisse de près ou de plus de 10% sur les Comptes Dynamiques ou PEA », explique Emmanuel Auboyneau.

Quant à l’Ukraine, il était “déjà clair” que le pays devrait faire face à des coûts “énormes” liés au redémarrage de l’économie et à la reconstruction des bâtiments et des installations détruits. Le FMI a déclaré que la demande d’aide financière d’urgence de l’Ukraine s’élevait à 1,4 milliard de dollars, ce que le FMI a annoncé dès le 25 février.

La demande pourrait être officiellement présentée au conseil d’administration du FMI “dès la semaine prochaine”, selon un communiqué de presse publié samedi. Le FMI a souligné que les pays ayant des liens étroits avec l’Ukraine et la Russie “sont particulièrement exposés aux pénuries et aux problèmes d’approvisionnement”.

Le fonds a donc indiqué que la Moldavie avait demandé un réalignement et une augmentation du programme de soutien dont elle bénéficiait déjà auprès de l’agence pour “faire face aux coûts de la crise actuelle”. Le FMI a déclaré avoir entamé des discussions avec le gouvernement moldave sur la question.

Au dixième jour de l’invasion russe de l’Ukraine, les combats se poursuivent dans plusieurs régions du pays, dont Marioupol, encerclé par les troupes russes. Selon les Nations unies, le conflit a déjà poussé environ 1,37 million de personnes à fuir l’Ukraine, notamment en Pologne, mais aussi dans des endroits comme la Moldavie.

Précédent

Anonymous offre 52 000$ en Bitcoin par char russe offert à l’Ukraine

Suivant

Casinos en ligne : les stratégies financières employées

Derniers articles de Bourse