La France a expérimenté la monnaie numérique de la banque centrale (CBDC) sur une durée de 10 mois

/
euro numérique
CDBC : Monnaie numérique Banque Centrale - ©WiR_Pixs, CC0 Creative Commons

L’une des principales économies européennes, la France, a réalisé son expérience des 10 mois visant à tester la façon dont une monnaie numérique de banque centrale interagirait avec son marché de la dette. La société de services financiers Euroclear a dirigé le projet auquel ont participé certaines des plus grandes banques du pays.

La France réclame une CBDC

L’année dernière, la Banque de France a collaboré avec la société de services financiers belge Euroclear et plusieurs des principaux acteurs français du marché financier. Les organisations ont négocié des obligations d’État et réglé les transactions avec une CBDC émise par la banque centrale au cours d’un programme d’essai de 10 mois.

Le projet a également expérimenté l’utilité d’un jeton numérique sur une gamme d’activités quotidiennes comme le paiement de coupons, le rachat d’opérations, l’émission de nouvelles obligations et leur utilisation respective dans des accords de rachat.

Certains des grands noms comprenaient la Société Générale, BNP Paribas et le Crédit Agricole CIB, tandis que la société technologique multinationale américaine (IBM) a développé le système pour l’expérience. Soren Mortensen, PDG d’IBM s’exprime :

Nous nous dirigeons rapidement vers un changement fondamental dans l’infrastructure du marché post-négociation. Ce projet est allé bien au-delà des précédentes initiatives de blockchain, car il a tenté avec succès la plupart des processus de dépositaire central de titres et de banque centrale, tout en éliminant les étapes intermédiaires actuelles telles que le rapprochement entre les intermédiaires de marché.

Isabelle Delorme, Directrice générale adjointe d’Euroclear France, fait part de ses réflexions sur le sujet et selon elle, la collaboration entre ces institutions a été fructueuse, car elles ont montré que les monnaies numériques de la banque centrale pouvaient régler la monnaie de la banque centrale en toute sécurité.

François Villeroy de Galhau va-t-il céder à la tentation ?

Explorer et potentiellement lancer une monnaie numérique de banque centrale semble être une décision surprenante de la part de la Banque de France puisque le gouverneur François Villeroy de Galhau, a récemment qualifié cet outil financier de risqué et fait appel à une réglementation stricte.

Cet été, il exprime le fait que les cryptomonnaies privées représentent tout autant de danger pour l’Union européenne. Le gouverneur se méfie et avertit que l’UE devrait agir rapidement et mettre en place un cadre réglementaire autour du bitcoin et des altcoins. Sans action hâtive, la domination financière de l’Union serait menacée.

Qu’il s’agisse de monnaies numériques ou de paiements, nous, en Europe, devons être prêts à agir aussi rapidement que nécessaire ou prendre le risque d’une érosion de notre souveraineté monétaire.

explique François Villeroy de Galhau.

Ce dernier souligne que la performance internationale de l’euro est également menacée si des mesures réglementaires ne sont pas assurées. Selon lui, cette décision devrait entrer en vigueur dans un ou deux ans, sinon l’UE perdrait son élan positif.

Source CryptoPotato

Précédent

La crise économique plus importante que la crise sanitaire Covid

Suivant

Arnaque bancaire aux faux RIB

Derniers articles de Crypto