Le géant immobilier Adler continue de s’effondrer suite à l’audit de KPMG

//
audit

Après des mois d’incertitude, la publication du rapport de KPMG marque une étape importante. Le cabinet d’audit a constaté des lacunes en matière de conformité et de gouvernance chez le groupe immobilier allemand Adler, mais pas de fraude systémique. A la Bourse de Francfort, le titre est en chute libre depuis juin dernier.

Des lacunes mais pas de fraude systémique

Depuis cet automne, Adler est la cible de vendeurs à découvert, dont le désormais célèbre Fraser Perring, qui a remporté gros dans les scandales Wirecard, Steinhoff et Grenke. Lui et d’autres soupçonnent que le propriétaire immobilier ait manipulé ses comptes.

Le groupe immobilier allemand Adler attend depuis six mois le rapport de KPMG pour clarifier les allégations de fraude publiées par Viceroy Research en octobre dernier. Le bureau d’analyse de l’expert de la vente à découvert fait frémir les entreprises allemandes. Son fondateur, Fraser Perring, était l’un des auteurs du rapport qui a renversé Wirecard il y a deux ans.

Vendredi, le cabinet d’audit a finalement remis ses conclusions à l’entreprise. “Ce n’est pas un acquittement de première classe. Bien sûr, des lacunes ont été découvertes. Mais il n’y a pas eu de fraude ni de tromperie”, a déclaré Stefan Kirsten, le nouveau président du groupe Adler depuis février.

Adler a publié samedi ses résultats financiers pour 2021, d’où l’on peut voir que le groupe est l’un des plus importants du secteur en Allemagne, malgré une perte de 1,24 milliard d’euros l’an dernier… et enfin, selon ses propres affirmations. La Bourse craignait que la réalité ne soit pire, car l’auditeur d’Adler, KPMG, a refusé de certifier les comptes.

« L’auditeur n’a pas été en mesure de recueillir des éléments probants suffisants et appropriés pour fonder une opinion d’audit sur ces comptes annuels » qui, par ailleurs, ont été publiés avec du retard, le temps pour KPMG d’enquêter sur les accusations de Fraser Perring.

Hier à la Bourse de Francfort, nous avons pu constater une forte baisse du groupe Adler -29,23%). Le groupe immobilier allemand, notamment sur le marché immobilier berlinois, a reconnu que ses comptes annuels pour l’exercice 2021 ne pouvaient pas être audités.

“Notre commissaire aux comptes, KPMG Luxembourg, a déclaré qu’il ‘refusait d’exprimer une opinion sur nos états financiers consolidés'”, a-t-il déclaré dans le rapport KPMG expliquant cette approche car Adler a refusé de lui fournir des informations sur les entités liées au groupe. Cette démarche est encore particulière dans la vie de l’entreprise.

En octobre de l’année dernière, Viceroy Research, propriété du vendeur à découvert, a affirmé que “le bilan du groupe Adler est artificiellement gonflé dans une large mesure. KPMG n’a pas complètement réfuté les allégations concernant Adler lorsqu’il a récemment publié ses conclusions. Il a constaté des lacunes en matière de conformité et de gouvernance, mais aucune fraude systémique détectée.

-92% depuis son plus haut historique

KPMG est le premier cabinet d’audit et d’expertise comptable en France pour les activités réglementées, au deuxième rang en termes de chiffre d’affaires global (audit, conseil et expertise comptable). KPMG International est une coopérative de droit suisse, coordonnant un réseau d’entreprises nationales, membres indépendants d’un point de vue juridique et financier. KPMG est présent dans 144 pays et emploie près de 140 000 personnes.

KPMG n’a pas réfuté les allégations, qui impliquaient une mauvaise comptabilisation de l’amortissement dans les activités de Consus pour la promotion immobilière. Adler a subi une perte de sur écart d’acquisition de 1,08 milliard d’euros au sein de l’unité l’année dernière, blâmant l’inflation dans le secteur de la construction et les goulots d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement, ce qui l’a obligé à revoir ses hypothèses selon lesquelles ses développements pourraient être rentables.

En bourse, Adler poursuit sa dégringolade, son cours à la bourse de Francfort tombant à un plus bas historique de 3,88 € (-65% depuis le début de l’année après avoir encaissé -63% en 2021, et -92% depuis son record de l’été 2018). Ce week-end, le conseil d’administration d’Adler a présenté sa démission.

Précédent

Nouveau DPE et passoire thermique : comment en profiter pour investir ?

Suivant

Le metaverse des BAYC a fait exploser les gas Ethereum

Derniers articles de Bourse