Immobilier à Tours : un yoyo ces dernières années !

dans Brèves/News

Parmi les villes d’importance du grand-ouest de la France, il en est certaines qui ont connu des variations considérables ces dernières années. S’il en est bien une qui rentrent tout à fait dans ce cas de figure, c’est bien Tours ! L’immobilier à Tours a véritablement fait le yoyo ces dernières années. La capitale des Turons avait accumulé un retard conséquent des prix immobiliers avant les années 2 000 pour le rattraper très vite par la suite avec une inflation immobilière de l’ordre de 10 % par an entre 2000 et 2007, soit l’une des plus fortes de l’Hexagone. Le phénomène avait été souligné par les magazines économiques. Le Point évoquait il y a deux ans qu’il fallait y acheter vite pour cette raison quand il y a encore quelques mois, Le Revenu précisait qu’il était bon d’y investir, car le potentiel y est très fort !

Croissance de 10 % par an jusqu’à 2006, stagnation en 2007, baisse en 2008 et dégringolade en 2009, voilà la synthèse de la situation de l’immobilier à Tours…Tours revenait certes de loin pour rattraper son retard, mais l’évolution schématique a été en grande partie la même qu’au niveau national. Si vous lisez le dernier dossier immobilier du magazine Capital vous pourrez trouver un exemple typique du fléchissement du marché immobilier tourangeau « …ce 45 m2 carrés, à proximité du boulevard Heurteloup (hyper-centre) estimé l’an passé à 124 000 € n’a finalement trouvé preneur qu’à 110 000 €, et avec un box gratuit en bonus ».

Il est spécifié que la baisse est particulièrement marquée pour les grands appartements(jusqu’à – 20 %) et les biens anciens. Même des chasses gardées huppées telles que Saint Cyr sur Loire au nord ou Saint-avertin au sud voient leur prix baisser sous la démultiplication des panneaux à vendre. et le phénomène n’est sans doute pas près de cesser, car les stocks d’invendus augmentent à Tours. C’est d’autant plus vrai que les prix restent élevés avec une moyenne de 2 500 €/m2 dans le centre…

Du coup, les prix immobiliers connaissent des disparités importantes d’un quartier à l’autre. L’hyper-centre, près de la gare, de la rue de Bordeaux ou de la place jean Jaurès, continuent d’osciller autour des 2 500 à 3000 € le mètre carré se rapprochant ainsi des prix nantais. mais à la différence de Nantes ou de Rennes, les quartiers plus éloignés connaissent une baisse plus accentuée : entre 1 500 et 2 500 €. Les quartiers situés entre le centre et la première couronne souffrent le plus avec des prix compris entre 1 100 et 2 000 € au mieux, mais plus généralement autour de 1 200 et 1 500 € !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

*